30 Juin

Mécontent d’un article, le député LREM Mickaël Nogal traite le journaliste de « m… » puis s’excuse

Le député de Haute-Garonne a adressé un message à ses soutiens après la publication d’un article qui lui déplaît. Il y traite le journaliste auteur de l’article, de « merde ». Avant de s’excuser.

Mickaël Nogal (Photo : Pascal Pavani / AFP)

Mickaël Nogal (Photo : Pascal Pavani / AFP)

Les journalistes sont prévenus : le quinquennat qui s’est ouvert sera peut-être celui de l’hyper-communication, pas forcément celui du respect de la liberté de la presse. Coup de fil de l’ex-ministre Bayrou à Radio-France, interdiction des photographes à la photo officielle du gouvernement, etc. Les exemples se multiplient. Dernier en date : le député (La République en Marche) de la Haute-Garonne Mickaël Nogal qui n’a pas apprécié un article du blog politique de France 3 Midi-Pyrénées a traité, dans un message adressé à ses soutiens (que nous nous sommes procuré) de… « merde » l’auteur de l’article.

Ce qu’on fait en général avec les (émoticone d’un étron) c’est qu’on évite de marcher dessus et de se salir les pompes »

Mais qu’est-ce qui a bien pu pousser le jeune (26 ans) député de la 4ème circonscription de la Haute-Garonne à se lancer ainsi dans une diatribe scatologique ? La cause de ce coup de colère se trouve dans un article publié ce vendredi matin sur le blog politique : un article où la rédaction de France 3 s’interroge sur le fait que ce nouveau député, qui a été pendant plus d’un an lobbyiste pour un groupe de sodas se retrouve désigné vice-président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale. Reconnaissez que ça pose quand même quelques questions !

Mickaël Nogal arguera sans doute qu’il s’agit d’un message « privé », envoyé en fait à des proches ou militants. Il apprendra qu’en politique rien n’est privé : un message envoyé à ses troupes se retrouve toujours dans l’instant sur les réseaux sociaux et sur les portables des journalistes. Mince alors ! Loin de nous cependant l’idée de mettre sa réaction sanguine sur le compte de son inexpérience : à 26 ans, nouveau député, il a déjà été collaborateur d’élu, lobbyiste et consultant… De quoi être « très fier de mon parcours et d’en être arrivé là où je suis ». 

Pour Mickaël Nogal, l’article en question est donc « à charge ». Il aurait sans doute préféré que le blog politique publie in extenso le joli communiqué de presse « prêt à insérer » qu’il a fait parvenir aux rédactions après sa nomination : titre, chapeau, paragraphes, intertitres, photos… Tout était prêt, il suffisait de faire copier/coller.

Le nouveau député n’est évidemment pas le premier (et sans doute pas le dernier) à s’en prendre aux journalistes qui publient des infos, posent des questions, bref font leur boulot. Mécontent, lui aussi, l’ex-ministre Baylet avait récemment qualifié France 3 de « presse à caniveau ».

Contacté par nos soins, pour savoir s’il maintenait ses propos et le qualificatif de « merde », le député LREM n’a pas répondu à nos sollicitations, sans doute trop occupé à chercher de nouvelles émoticônes sur son téléphone portable (ça c’est de l’humour, pas de l’info, précisons-le à Monsieur Le Député, si toutefois il lit cet article).

FV (@fabvalery)

Mise à jour – Finalement, après une demie journée de réflexion, ou parce que de nombreux médias nationaux avaient repris cette information, Mickaël Nogal a publié un texte sur Twitter (lire ci-dessous) dans lequel il s’excuse à plusieurs reprises des propos tenus à l’encontre du journaliste Laurent Dubois et parle de son propre « emportement ». Il revient également sur l’article à l’origine de cet « emportement » estimant qu’il remettait en cause sa probité. Rappelons que ce n’est évidemment pas le fait qu’il a travaillé dans le privé avant de devenir député qui pose questions mais qu’une partie de cette activité professionnelle a consisté à faire du lobbying pour quelqu’un qui, aujourd’hui, doit écrire et voter la loi. Dont acte.