30 Jan

La Dépêche du Midi a-t-elle basculé du côté d’Emmanuel Macron ?

Dès le lendemain de la primaire de la gauche, le journal régional, propriété de la famille Baylet, s’affiche Macron-compatible. Comme le PRG ?

La une de La Dépêche du Midi de ce 30 janvier.

La une de La Dépêche du Midi de ce 30 janvier.

Le gros titre « Géant » barre ce lundi matin la une de La Dépêche du Midi sur une photo qui prend presque toute la largeur de la une. De qui parle donc ainsi La Dépêche du Midi ? Du score de Benoît Hamon large vainqueur de la primaire de la gauche ? Non, il s’agit de… handball et du sixième titre de champion du monde de l’équipe de France.

Sur la une du journal, le résultat de la primaire est repoussé dans la manchette… à droite ! Etonnant pour un journal historiquement engagé à gauche.

Valls plus que Hamon…

C’est en pages intérieures que l’on comprend mieux : la primaire s’étale bien sur les 4 premières pages mais c’est le traitement de cette information qui tranche. « Manuel Valls avait la lourde tâche d’endosser le bilan de François Hollande » ; selon le journal l’ancien premier ministre n’est pas sur la touche après sa défaite mais va « recomposer la gauche » ; d’ailleurs « en Occitanie, Valls résiste mieux à Hamon ».

Toujours proche de la gauche et des différents candidats socialistes à la présidentielle (Mitterrand pendant des décennies, Jospin, Hollande), le journal ne se range clairement pas cette fois derrière Benoît Hamon.

Il faut dire que le propriétaire de La Dépêche du Midi, Jean-Michel Baylet, ministre du gouvernement Cazeneuve nommé par François Hollande l’an passé dans l’équipe de Manuel Valls, avait choisi de le soutenir, tout comme Sylvia Pinel, qui lui a succédé à la tête du PRG et s’est rangée derrière Manuel Valls au soir du premier tour de la primaire.

…et Macron plutôt que « l’utopie »

Valls éliminé, Hamon trop à gauche, La Dépêche du Midi semble avoir choisi « le trublion qui monte » : Emmanuel Macron ! Il faut pour comprendre cela lire l’éditorial de Jean-Claude Souléry. Intitulé « Regardez ailleurs ? »

A bien y regarder, il arrive qu’un bel utopiste ressemble de bonne foi à un sacré illusionniste (…) Que nous promet en effet le candidat socialiste ? Bientôt la fin du travail et le revenu pour tous ! Bientôt la distribution générale dans un monde contemplatif où, à la sueur des robots, l’homme n’aurait plus qu’à cueillir les fruits de son non-travail ! Ce n’est pas exactement le propos de Benoît Hamon. Mais presque.

L’éditorialiste indique que « dans un contexte aussi défavorable à la gauche, Manuel Valls aurait limité la casse (…) Du coup, le PS s’en va camper résolument à gauche, beaucoup plus à gauche que son électorat réel ».

Le journal suggère donc de « regarder ailleurs » : « Ceux qui, désormais, veulent se tourner vers le « progressisme » d’Emmanuel Macron expriment en quelque sorte le fameux « désirs d’avenir » cher à Ségolène Royal ».

Car, franchement -et ce n’est pas leur faire offense-, ni Benoît Hamon ni Jean-Luc Mélenchon ne peuvent aujourd’hui rêver de victoire finale. Alors, demain, Macron ?

La Dépêche du Midi, premier titre de la presse quotidienne régionale à s’engager derrière Emmanuel Macron ?

FV (@fabvalery)