07 Mar

Pluralisme des médias : quand la droite dépose un amendement « Baylet »

Jean-Michel Baylet (photo AFP)

Jean-Michel Baylet (photo AFP)

Quatorze députés de droite, dont Lionel Tardy (Haute-Savoie) ou Jacques Myard (Yvelines) avaient déposé le 4 mars un amendement à la loi « Liberté, indépendance et pluralisme des médias », qui, s’il ne cite pas nommément Jean-Michel Baylet, le vise directement.

Cet amendement souhaitait que lorsqu’un média est détenu par une personne qui a des fonctions politiques nationales ses lecteurs en soient informés.

Afin de renforcer la transparence, comme le veut cette proposition de loi, il faudrait que les lecteurs d’un titre de presse soient pleinement informés lorsque le propriétaire de l’entreprise éditrice, son dirigeant ou l’un de ses principaux actionnaires a des fonctions exécutives nationales. C’est d’ailleurs le cas depuis le dernier remaniement, malgré l’indifférence générale relative » (exposé sommaire de l’amendement).

Un amendement « anti-Baylet », Jean-Michel Baylet étant devenu lors du dernier remaniement ministre de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités locales. S’il a quitté la présidence du groupe La Dépêche du Midi au profit de son ex-femme Marie-France Marchand-Baylet, Jean-Michel Baylet et sa famillle restent cependant actionnaires majoritaires du groupe.

Lors de la discussion sur le projet de loi en première lecture le 8 mars à l’Assemblée Nationale, cet amendement à été rejeté. Sans surprise.

FV