28 Sep

Le journaliste victime d’une expulsion manu militari du conseil municipal de Montauban sera aussi jugé pour outrage

Document Totem

Document Totem

Souvenez-vous. La scène s’était déroulée en novembre 2014 et nous en avions parlé ici-même : un journaliste, travaillant pour le média NetworkVisio avait été expulsé du conseil municipal par de Montauban par la police municipale, simplement parce qu’il voulait filmer les débats. Le journaliste avait décidé de porter plainte.

Une enquête a été menée et on apprend aujourd’hui que l’audience aura lieu le 2 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Montauban. Ce qui est nouveau, c’est que le journaliste, Michel Lecomte, a reçu deux convocations. L’une en tant que victime, suite logique de son dépôt de plainte :

victime

Michel Lecomte regrette que seuls deux policiers soient ainsi poursuivis et pas Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban.

Mais pour l’autre convocation, c’est en tant que prévenu, pour outrage sur personnes dépositaires de l’autorité publique, à savoir deux membres de la police municipale de Montauban, auxquels Michel Lecomte aurait tenu des propos jugés outrageant par le parquet après son expulsion musclée :

agresseur

L’expulsion de Michel Lecomte avait beaucoup fait réagir en novembre dernier. Même Le Petit Journal de Canal + y avait consacré un reportage :

Début octobre Michel Lecomte saura donc si la justice lui reconnaît le statut de victime d’une expulsion arbitraire ou de coupable de propos outrageants. Ou les deux !

FV