25 Août

Une rentrée offensive pour Sud Radio

Christophe Bordet, rédacteur en chef de Sud Radio

Christophe Bordet, rédacteur en chef de Sud Radio

Sud Radio (groupe Fiducial), basée à Labège près de Toulouse, attaque la rentrée de septembre 2015 sur les chapeaux de roues !

Le « mercato » de l’été est impressionnant : la station accueille désormais les signatures de Luc Ferry, Eric Naulleau, Yolaine de la Bigne, Karine Duchochois et Alexandre Jardin dans son 5/9 le matin. Daniel Herrero sera aussi de retour sur l’antenne pour la Coupe du Monde de Rugby.

On passe en revue ces nouveautés avec Christophe Bordet, le rédacteur en chef, arrivé de RMC il y a 18 mois.

Yolaine de la Bigne (du lundi au vendredi, « Un monde plus vert » à 7h43)

Yolaine c’est une voix de radio incroyable et puis elle sait de quoi elle parle.

Yolaine de la Bigne

Yolaine de la Bigne

Elle est à la tête du site néo-planète.com et elle animera la radio officielle de la COP 21, la conférence mondiale sur le climat à Paris. Je souhaitais une chronique quotidienne qui parle environnement aux auditeurs, mais à travers des choses concrètes et qui touche les préoccupations de chacun de nous »

Karine Duchochois (du lundi au vendredi, « Justice et vous » à 8h32)

Karine a un parcours atypique.

Karine Duchochois

Karine Duchochois

Elle a été blanchie dans le procès Outreau et puis elle a totalement relancé sa vie en voulant devenir journaliste. Radio France l’a beaucoup aidé et finalement elle a travaillé 8 ans à France-Info. Sa chronique sera assez proche de ce qu’elle faisait à France Info avec du service juridique pour l’auditeur mais j’ai aussi souhaité qu’elle devienne notre consultante police-justice et qu’elle soit aussi la journaliste qui couvrira pour nous tous les grands procès ».

Luc Ferry (le lundi « Libre comme Ferry » à 7h42)

C’est un politique, mais qui ne fait pas de politique pure.

Luc Ferry

Luc Ferry

 Il est en phase avec le groupe Fiducial, qui possède Sud Radio. Il va revenir chaque vendredi sur un fait politique ou de société majeur, à sa façon, avec son ton, sa liberté ».

Alexandre Jardin (le vendredi « Libre comme Jardin » à 7h44)

C’est une belle rencontre avec cet écrivain engagé. Une vraie personnalité !

Alexandre Jardin

Alexandre Jardin

Il a pris la tête de « bleu-blanc-zèbre », ces Français qui disent ne rien attendre d’en haut mais vouloir changer les choses en se prenant en main pour agir. Il va mettre en lumière des initiatives de gens d’en bas. C’est de la real politik ! Et cela correspond parfaitement au souhait du patron de Fiducial, Christian Latouche qui veut entendre sur Sud radio, la France que l’on entend jamais ».

Eric Naulleau (le vendredi « Libre comme Naulleau » à 8h37)

C’est un vrai homme de radio et de télé avec son caractère et son franc-parler.

Eric Naulleau

Eric Naulleau

Il parlera de l’actualité culturelle pendant 10 minutes. Je ne voulais pas de quelqu’un qui lit les dossiers de presse ou qui nous parle de ceux qui font leur promo sans avoir lu le livre ou vu le film. Eric va au théâtre, au cinéma, lit vraiment les livres et nous livrera chaque semaine ses bons et ses mauvais points. Sans concession ».

L’audience

Il y a deux façons de faire de l’audience : fsiyaYBNprogresser très vite avec un produit léger, ou prendre le temps de construire quelque chose avec l’auditeur, sur le long terme, avec des programmes structurés et « de la matière à l’intérieur ». Bien-sûr que nous voulons que l’audience de Sud Radio progresse, mais pas à n’importe quel prix. Avec Christian Latouche, nous avons fait le choix en juin 2014 de faire une radio de débats, de libre expression mais en apportant du sens et du contenu. Il faut arrêter de prendre les gens pour des cons ! Avec ces signatures qui nous rejoignent on apporte évidemment une audience mais surtout du fonds ».

La concurrence

Oui le nerf de la guerre pour les radios généralistes ce sont les matinales. Alors on peut rester figé et ne rien faire face aux quatre grandes, RTL France Inter, Europe1 et RMC. Ou alors, et c’est notre choix, on se bouge : si on peut apporter des choses différentes, un ton différent, c’est bon pour les auditeurs. Il faut oser ! Mais en radio, il faut du temps : il nous faut encore stabiliser le produit, bien faire comprendre ce que nous voulons faire et après nous le ferons savoir. D’abord construire l’antenne et après nous communiquerons ! »

Propos recueillis par FV.