29 Juin

Le journal Sud-Ouest dans le Gers, c’est fini !

Après 71 ans de présence sur le département du Gers, le journal Sud-Ouest tourne cette semaine une page de son histoire et de celle des médias dans notre région. L’édition gersoise du titre bordelais cesse de paraître. L’histoire avait commencé le 12 septembre 1944.

Chairman of the board of French regional newspaper group Sud-Ouest, Olivier Gerolami, poses with today's edition on November 6, 2012 in Bordeaux two days before announcing a restructuration plan. AFP PHOTO / JEAN PIERRE MULLER

Olivier Gérolami, le président du directoire du groupe Sud-Ouest

Le département du Gers était l’un des rares de notre région à bénéficier d’un pluralisme dans la presse quotidienne régionale (PQR) : le lecteur y avait le choix entre Sud-Ouest et La Dépêche du Midi (en Midi-Pyrénées, seul l’Aveyron avait ce statut mais le rachat de Midi-Libre par La Dépêche du Midi la semaine dernière regroupe désormais les anciens concurrents au sein du même groupe).

Sud-Ouest avait déjà réduit sa présence gersoise en 2013, dans le cadre de son plan d’économies, en recentrant sa rédaction sur Auch et en diminuant ses effectif. Et puis la décision de la fermeture de cette édition départementale a été prise. Les salariés ont été reclassés dans d’autres agences ou services du journal dans la région Aquitaine principalement.

Fac-similé de la une d'une édition gersoise de Sud Ouest

Fac-similé de la une d’une édition gersoise de Sud Ouest

Dans un éditorial paru le 27 juin, Laurent Cramaregeas, le directeur départemental de Sud-Ouest dans le Gers justifie de la manière suivante cette disparition :

Pour la direction de Sud-Ouest, le retrait du Gers était devenu malheureusement inéluctable, tant il était dicté par un contexte économique imposant le pragmatisme à toute autre disposition ».

Les lecteurs de l’ouest du département pourront toujours se tourner vers l’édition Armagnac-Adour des Landes, qui promet de rendre compte de la vie quotidienne de la région de l’Armagnac gersois. Le titre bordelais veut résolument se concentrer sur l’Aquitaine. 

La fermeture de l’édition gersoise de Sud-Ouest est donc un nouveau coup de canif au pluralisme. La fin d’un titre médias ou d’une édition locale ou départementale ne fait de toute façon jamais du bien, ni aux lecteurs ni à la démocratie.

FV