19 Jan

Pas de réquisition contre un journaliste toulousain poursuivi pour complicité de diffamation

A l’audience correctionnelle ce lundi 19 janvier, les juges avaient au menu une affaire de diffamation envers le Front National. C’est le FN qui avait porté plainte après les propos des époux Portheault (tenus dans l’hebdomadaire La Voix du Midi fin 2013) qui quittaient avec fracas le parti de Marine Le Pen, lassés des allusions racistes et des dérapages verbaux au sein de la fédération du FN31.

Comparaissait à côté d’eux, le journaliste auteur de l’article, Pascal Pallas, contre qui le FN n’avait pas porté plainte mais que le juge d’instruction avait tout de même mis en examen pour complicité de diffamation avant son renvoi devant la justice. On vous a rappelé toute l’affaire ici-même sur ce blog (article à consulter en cliquant ici).

Le tribunal a donc examiné le dossier ce lundi. La défense des époux Portheault a produit deux témoins attestant eux-aussi des dérapages plus ou moins assumés de cadres du FN de Haute-Garonne. Et le parquet n’a requis aucune peine, ni contre les époux Portheault, ni contre Pascal Pallas. Les avocats de la défense ont demandé eux la relaxe pour les prévenus et des dommages intérêts ainsi que le paiement des frais de justice par le Front National. Le jugement a été mis en délibéré au 26 février prochain.

Regardez le reportage de France 3 Midi-Pyrénées :

FV