07 Nov

La Setmana a besonh d’Occitans per s’abonar.

Al moment ont los Occitans son per carrièra, ont pica lo moment de demandar mai de mejans per l’occitan als candidats per las regionalas, benlèu qu’un pauc de coeréncia fariá pas de mal.

visual_Setmana_desapareisLa Setmana, lo sol setmanièr occitan, festeja sonses 20 ans dins la dolor. En presa a de dificultats, li caldriá entre 300 e 400 abonats en mai; simplament per contunhar de viure. Abans donc de créisser e multiplicar los utisses occitans, es plan de s’interessar e de far viure los que existisson.

La Setmana en chifras :

Mai de 1995 : naissença de La Setmana

5 cambiaments de formulas. Duèi tot en color

La paginacion que passa de 8 a 16 pajas

2012 : La Setmana es tanben en linha

Budgèt : 113 000

Tiratge : 1500 exemplaris

Abonats : mai de 700

4 salariats

D’informacions generalas

Dins La Setmana se tracta de tot. De l’actualitat internacionala, nacionala, locala, amb un agach occitan. « Fasem en prioritat d’informacions d’òrdre inter-regionalas. Mas tanben tot çò que pertòca a las lengas, de problematicas environomentalas. E fasem aquò dins una diversitat dialectala. Los articles son redigits dins 4 dels 7 dialèctes », nos dís son cap-redactor Clamenç Pech. Es un jornal occitanista a la basa, que respècta la pluralitat de las expressions, « Mas donam pas la paraula a l’extrèma-drecha. N’en parlam mas fasèm pas d’entrevistas », segon Clamenç Pech. Lo legeire mejan a entre 20 e 55 ans. E pas question –amai las dificultats- de sortir una edicion bilingüa.

p6_couv_setmanaLos qu’escrivon

Son pas que dos jornalistas : Clamenç Pech e Fanny Lartigot que ven de la ràdio e qu’es una –web-jornalista. Pel demai, Cécile Hautefeuille fa de pijas, Maurice Romieu de punts de lenga, Andriu de Gavaudan los editorials, Sèrgi Viaule o Joan-Claudi Forêt las criticas de libres… E n’i a d’autres. Lo jornal es dubèrt a totes los que vòlan escriure. Òm i tròba tanben de causas escambiadas dins l’encastre de la FIMOC (Federacion Interregionau de Mèdias Occitans) e que son passadas per exemple sus las ràdios occitanas. Lo creator del Jornalet Ferriol Macip i fa tanben d’articles a gratis.

Las dificultats

La Setmana es un jornal que tòca pas d’ajudas dirèctas de las collectivitats. I a pas gaire de publicitat tanpauc. E cal pagar los salaris dels 4 emplegats. Coneis de dificultats coma los autres mèdias, subretot de la prèmsa escricha, patís tanben dels contenguts que se multiplican sus internèt. La sola ressorga son donc los abonaments. Lo tiratge de 1200-1500 exemplaris se ven aital, amb un pauc de distribucion en quiòsques. Es per aquò que caldriá 3 a 400 abonats de mai per capitar dins la subrevida del jornal.

La còla. Fòto : La Setmana

La còla. Fòto : La Setmana

L’avenir ?

En esperant, lo jornal contunha de caminar. Son a aprestar una edicion novèla per l’internèt per la debuta de 2016. I aurà mai de diversitat dins los contenguts, de vidèos, mai de multimèdia. Lo contengut serà mitat pagant, mitat a gratis.

A mai se i aguèt un pauc mens de monde a Montpelhièr per la crida, s’en deuriá ben trobar quauques uns per s’abonar. O alèra es pas la pena de demandar mai de causas per la lenga se l’òm daissa crebar las que son aquí.

Lo Benaset

Aquí un tròç del reportatge que passarà lo 15 de novembre dins Viure al País signat Denis Salles e Didier Bonnet.


La Setmana par france3midipyrenees

06 Nov

Viure al País dimanche 8 novembre

Viure al País sera présenté par Denis Salles.

Viure al pais du 8 novembre 11h30 par france3midipyrenees

Moncla

RETRACH : Moncla De Denis Salles, Didier Bonnet et Eric Delwarde

C’est un joueur atypique dans le paysage rugbystique français. Entre les années 50 et 60, François Moncla a été champion de France avec deux clubs : le Racing Club de France et la Section paloise. Mais il a aussi été capitaine de la première sélection tricolore à remporter une série de test-matches en Afrique du Sud. Moncla, l’Ossalois, nous raconte ses souvenirs… en occitan…

IMG_0043

RETRACH : Familha Delpech De Benoît Roux, Jean-Luc Pigneux et Eric Foissac

Dans la famille Delpech, on respire (et transpire parfois) l’occitan. Michel le père est directeur de la cave viticole du Brulhois (Tarn-et-Garonne). Petite appellation (150 hectares), petite production, avec des valeurs. Laurent le fils a repris les vignes et l’exploitation (7 hectares) à Dunes. Il fait du vin biologique et du pruneau d’Agen avec Lucie, sa femme. Leurs enfants ont des prénoms occitans Celestina, Adelia, Gustin. Les deux filles sont en classes bilingues à Dunes. L’occitan est omniprésent dans la vie quotidienne. Laurent et Lucie sont aussi très impliqués dans le cercle occitan local. Ils organisent les fêtes occitanes qui se déroulent justement le week-end du 6 novembre. Une famille attachante, soucieuse des autres, de l’environnement et du bien être. Portrait de famille.

 

BIAIS : La CROSTADA Produit par Piget

BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis. A chaque épisode, nous rencontrons une personne dans son environnement.

Pour cet épisode, direction la Lomagne où l’Aimée et la Denise vont nous préparer une délicieuse Crostada.

 

03 Nov

La Charte européenne au Sénat : les réactions politiques

Mardi 27 octobre le Sénat, à majorité à droite, rejetait un projet de loi constitutionnelle permettant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Au-delà des arguments juridiques et constitutionnels avancés pour justifier ce vote, l’explication est aussi à chercher du côté du politique et de l’imminence des élections régionales. Une équipe de France 3 était au Sénat mardi pour recueillir les réactions.


La Charte européenne au Sénat

Le lendemain, Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois de l’Assemblée (PS) s’est exprimé sur ce sujet lors des questions au gouvernement de l’Assemblée Nationale. Le premier Ministre Manuel Valls lui a répondu :


Q° au gouv – Langues régionales – Jean-Jacques… par jjurvoas

02 Nov

Bòria Magra : episòdi 2

La còla de Viure al País vos prepausa un fulheton novèl. Aprèp aver seguit la vida d’una calandreta l’an passat, ongan avèm decidit de viure lo quotidian d’una bòria. Daniel Coutarel e Blandine Bouisset an acceptat de nos dobrir la pòrta de lor Bòria Magra, a la Bessoniá dins Tarn.

Photo Sirine Tijani

A la dintrada de lor bòria, Daniel e Blandine nos desiran la benvenguda en lenga nòstra. Dempuèi mai de 30 ans, trabalhan e vivon aicí amb lors 3 enfants. Photo Sirine Tijani

Daniel s’installèt a La Bessoniá (de Montredond), dins lo Pargue natural regional de Lengadòc Naut, en 1982 per s’ocupar de fedas. A partir de 1987, decidiguèt de passar a l’agricultura biologica e de diversificar sas activitats : crompèt de vacas Aubrac e faguèt de produccion de farinas alimentàrias de blat, de blat negre, de segal e de milh, tot aquò en venda directa sus de mercats, de gropaments de compras e AMAP.

En mai de totas lors activitats agricòlas, Daniel e Blandine asseguran tanben una activitat d’acuèlh amb una aubèrga, mas tanben amb la recepcion de Wwoofer (World Wide Opportunities on Organic Farms) del monde tot. Acompanhan tanben de joves estagiaris dins lors estudis agricòlas e aculhisson d’escòlas, en particular de calandretas : a la Bòria Magra, Daniel e Blandine afichan lor volontat de valorizar e salvagardar la lenga nòstra. Atal, lors mainatges anèron en calandreta e Daniel s’investiguèt fòrça dins la calandreta de Castras e dins lo Carnaval Departamental Occitan dels Dròlles.

A lor costat, abordarem doncas un fum de tèmas e de problematicas : del trabalh agricòla especific de cada sason, a la plaça de l’occitan en passant per la question de la succession e de l’avenidor de la Bòria Magra. Dins lo primièr episòdi difusat dins lo Jornalet del 12 de setembre, Blandine e Daniel nos presentan lor bòria e nos fan cabussar dins lor monde.


Boria Magra par france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Michel Blasco. Montatge : La Rossèla

Dins lo segon episòdi, la paraula es balhada als dròlles de la familha Coutarel : Aline, Germain e Fanette que vòlon pas venir agricultors pel moment mas que son fòrça estacats a la Bòria Magra e i vòlon desvolopar de projèctes.

Bòria Magra – Episòdi 2 par france3midipyrenees

Reportatge Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Michel Blasco. Montatge: Charlotte Willocq

D’occitan al Musèu dels « Abattoirs » de Tolosa

Dempuèi lo 18 de setembre e fins al 17 de genièr, lo musèu d’Art contemporanèu de Tolosa presenta la mòstra « Desbanar lo real » que recampa un vintenat d’òbras, d’aquisicions recentas de la colleccion dels Abattoirs amb l’idèa d’una corsa aprèp lo real.

La sala 3 de la mòstra que se sona « Pensar amb la boca » es consacrada a dos artistas que rescontrèron dins lor percors la lenga occitana : Tristan Tzara, fondator del Dadaisme e Ben del movement Fluxus.

L’edicion occitana anèt visitar la mòstra « Desbanar lo real » e vos explica los ligams d’aquestes dos artistas amb la lenga nòstra.

Desbanar lo Real
Reportatge Sirine Tijani, Olivier Denoun, Michel Blasco.

01 Nov

« Un jour en France » sur les langues régionales

« Pourquoi s’accrocher aux langues régionales ? » C’était le menu vendredi matin de l’émission « Un jour en France » sur France Inter. Ceci après une semaine très riche : manifestations du 24 octobre, rejet par le sénat le mardi 27 du processus de ratification de la charte européenne. Une émission dirigée par l’excellent Bruno Duvic qui s’est fait remarquer pour ses présentations de journaux, ses revues de presse et l’émission « Et pourtant elle tourne ».

14334112Certains y trouveront certainement à redire, mais au moins l’émission aura été de bonne tenue, bien loin des clichés habituels, et pour une fois l’occitan n’était pas réduit à la portion congrue. La reportrice Clémence Fulleda était à Montpellier pour la manif occitanes avec de magnifiques et clairvoyantes interventions de Marius Blenet. Elle s’est aussi rendue à Toulouse pour écouter de l’occitan dans le métro et le lire sur les plaques de rues. Sous le regard enjoué d’Esther Mimart. Sans oublier un coup de fil de Jean, professeur d’occitan très en verve et qui annonce la fin de l’oc au collège dès la rentrée prochaine.

Mais n’allez pas croire qu’il n’y avait que de l’oc dans l’émission. L’invité principal était un écrivain breton (magnifique et pertinent Yann Queffélec) avec des interventions d’Alain Bentolila, professeur de linguistique à l’université Paris Descartes, plutôt favorable aux langues régionales mais qui ne souhaite pas qu’elles soient langues enseignantes. Seule petite accroche, l’intervention téléphonique de François Gros Disdier, Sénateur Les Républicains de la Moselle, seul véritable adversaire dans cette émission que vous pouvez ré-écouter.

Lo Benaset

Une anthologie occitane plébiscitée au Royaume Uni

« Grains of Gold », le fruit de 5 ans de recherches et traductions. Quasi 800 pages de littérature occitane traduite dans langue de Shakespeare par James Thomas, des prémices jusqu’au XXIème siècle. Cet ouvrage avec est aujourd’hui un best seller pour son éditeur.

This anthology offers something new. Alongside troubadour and other medieval texts, Grains of Gold  introduces the English-speaking reader to the rich body of Occitan literature from the middle ages to the present day, covering the Renaissance,  the Enlightenment and French Revolution, Romanticism, Frédéric Mistral and the Félibrige – the first organised revival of Occitan – Modernism and twentieth-century Occitanism, as well as the work of twentieth- and twenty-first century writers. 

Ce livre fait aussi l’objet d’un concours organisé par le English PEN’s, le PEN club étant une association d’écrivains de 147 pays différents. Il existe d’ailleurs un PEN CLUB de lenga d’òc sur Facebook.

Vous pouvez encore voter pour cet ouvrage. Il est au coude à coude pour la première place.

Benoît Roux