20 Nov

La Setmana cherche toujours des abonnés occitans.

Après 20 ans d’existence, « La Setmana », seul hebdomadaire d’information généraliste entièrement rédigé en langue occitane est menacé. Il manque toujours au moins 300 abonnés pour que le journal continue de paraître chaque semaine. Voici l’article de Clément Alet, le sujet fait par la locale de Pau et le magazine de Denis Salles qui devait passer dans Viure al país le 15 novembre, reprogrammé le 29. Malgré la manifestation occitane du 24 octobre, malgré l’écho de plusieurs médias qui en parlent, « La Setmana » recherche toujours des abonnés.

C’est depuis Lescar, en Béarn, que la société d’édtion « Vistedit » publie chaque semaine depuis près de 20 ans « La Setmana », le seul journal d’information généraliste tout en occitan.
L’hebdomadaire a connu plusieurs évolutions depuis sa création mais il est aujourd’hui en proie à des difficultés économiques qui menacent directement son avenir. A l’image du reste de la presse écrite en France, « La Setmana » voit son nombre de lecteurs diminuer régulièrement. Ce sont uniquement les abonnements qui permettent à cette publication d’exister et il en manque aujourd’hui plus de 300 pour arriver à l’équilibre. 

Sujet Denis Salles et Didier Bonnet VAP La Setmana par france3midipyrenees
L’avenir des 4 salariés de cette SCOP est incertain. La société « Vistedit » édite également deux autres publications en occitan « Papagai » et « Plumalhon » destinées au plus jeune âge. Les fidèles lecteurs de « La Setmana » se répartissent sur l’ensemble de l’Occitanie, de la Provence à l’Aquitaine. On en retrouve même en Australie et en Corée du Sud. 

Occitan : « La Setmana » est en difficulté

Clément Alet

19 Nov

Langues régionales et Région Aquitaine

A l’occasion des élections régionales des 6 et 13 décembre, nous vous proposons de voir le bilan des équipes sortantes, ce qu’ils ont fait pour les langues régionales de leur territoire. Premier exemple : l’Aquitaine. Voici donc la réponse fournie et détaillé du service de presse.

 

1/ Quel est le budget global et quelques postes significatifs pour l’occitan ou autre(s) langue(s) régionale(s) ?

En 2015, le Conseil régional d’Aquitaine a consacré 2,3 M€ aux deux langues régionales parlées sur son territoire : le basque et l’occitan. Les trois postes principaux sont la transmission, la socialisation et la promotion de ces langues. L’aide du Conseil régional se traduit par un soutien direct à des actions et à des opérateurs régionaux mais aussi par l’intermédiaire d’outils structurants comme l’Office Public de la langue Basque (OPLB) et très prochainement l’Office Public de la Langue Occitane (OPLO).

Nouvelle région

Nouvelle région

2/ Cette langue (occitan ou autre(s) langues) est-elle langue officielle dans la Région ? A défaut, est-elle quand même utilisée en termes de communication, signalétique?
Dans le cadre du plan pluriannuel 2011-2014 de la politique linguistique publique concertée en faveur des langues régionales d’Aquitaine, le Conseil régional d’Aquitaine s’est doté d’une feuille de route dédiée à la promotion des langues occitane et basque au sein de l’institution régionale. L’objectif consistait à accroître leur présence de manière significative tout particulièrement dans le domaine de la communication institutionnelle, via notamment les nouveaux médias et l’audiovisuel, mais aussi par la diffusion d’objets promotionnels déclinés en langues régionales. Elle est systématiquement utilisée dans la signalétique sur les plaques d’inauguration et lieux publics (gares, Ter, lycées…).

3/ Y a-t-il dans votre département un(e) élu(e) ou chargé(e) de mission pour la (les) langue(s) régionale(s) ou une personne qui s’en occupe particulièrement ?
Un poste de Conseiller régional spécifique délégué auprès du Président existe (occupé par David Grosclaude), de même qu’une mission dédiée rattachée à la direction de la culture et du patrimoine.

4/ Des actions spécifiques ?
– en matière d’éducation : financements, conventions avec Rectorat, bourses pour des étudiants en langue régionale…
La Région Aquitaine a mis en place en 2011 un partenariat avec le Rectorat de l’Académie de Bordeaux et les Départements de la Dordogne, de la Gironde, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques afin de développer et de structurer l’offre d’enseignement de l’occitan et en occitan sur le territoire régional.

En parallèle, la Région Aquitaine a créé en 2011 un dispositif de bourses « Ensenhar » afin de favoriser l’émergence de vocations dans le domaine de l’enseignement bilingue français-occitan dans le 1er degré. Ouvert aux étudiants inscrits en Master (1 et 2) préparatoire au concours d’enseignant bilingue, le dispositif a été élargi en 2014 aux enseignants monolingues désireux de basculer dans l’enseignement bilingue (1er et 2nd degré).
Concernant l’enseignement du basque et en basque, il existe une convention entre l’Education nationale et le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques dont l’OPLB est le pilote opérationnel.

– en matière de transport : langue régionale dans les annonces de tram, métro, gare…
Des outils de signalétique bilingue ont été développés dans les gares et Ter régionaux.
– Signalétique bilingue :
Au travers des différentes compétences de la Région, il a été décidé de développer la visibilité des langues régionales d’Aquitaine, en particulier aux moyens d’outils de signalétique. Une signalétique bilingue est donc progressivement mise en place dans les lycées et les gares d’Aquitaine suivant le Plan Pluriannuel d’Investissement.

– en matière de culture : soutien à des festivals, des artistes, des actions…
Au titre des actions directes, la Région Aquitaine soutient une quinzaine de festivals et de manifestations par an (budget consacré en 2015 : 104 000 €), une dizaine d’équipes artistiques (budget 2015 : 75 000 €) et quelques maisons d’édition et/ou revues (37 000 € en 2015).

– Quels sont les médias occitans que vous aidez ?
« ÒC Tele », une web-tv occitane a été créée fin 2013. La Région la soutient à hauteur de 60 000 € par an. Elle soutient également la radio associative « Radio Pais » à hauteur de 60 000 € par an.

5/ Des initiatives ponctuelles et originales ?
En 2010, une action de formation visant à développer les compétences en langue occitane des personnels en charge de l’accompagnement des personnes âgées, en établissement ou au domicile a été mise en place. Cette formation linguistique et culturelle, qui s’est tenue de janvier à juin 2010, sur un rythme d’un après-midi par semaine, s’adressait aux personnels des établissements et services à vocation gérontologique. Ils ont ainsi suivi 70 heures de formation dispensées par le Centre de Formation et de Promotion de Champcevinel (24). L’originalité de ce projet « ponctuel » résidait dans la volonté d’inscrire l’occitan comme une compétence professionnelle. Utiliser au quotidien l’occitan dans la relation entre les personnes âgées et les aidants professionnels capables de s’exprimer dans cette langue avait pour objectif de conforter la relation d’aide, stimuler la personne aidée, rechercher les effets bénéfiques du recours à la langue maternelle dans la prise en charge de personnes atteintes de troubles psychiques ou de maladies neurodégénératives comme Alzheimer mais aussi de mettre en oeuvre une dimension linguistique et culturelle en occitan dans la fonction d’animation des établissements.

6/ Autres points que vous souhaiteriez aborder ?
La création au dernier trimestre 2015, après une longue phase de préfiguration, du GIP Office Public de la Langue Occitane en partenariat avec la Région Midi-Pyrénées et l’Etat (Ministère de la Culture et Ministère de l’Education Nationale). En effet, Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse, Laurent Roturier, directeur régional des affaires culturelles Midi-Pyrénées représentant l’Etat, David Grosclaude, Benoît Secrestat et Sylvie Salabert, conseillers régionaux représentant la Région Aquitaine, Dominique Salomon, Michel Pérez et Guilhem Latrubesse, élus régionaux représentant la Région Midi-Pyrénées, ont officiellement installé l’Office public de langue occitane, le jeudi 12 novembre, à Toulouse.

les membres qui composent l'OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l'Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP) Photo Sirine Tijani

les membres qui composent l’OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l’Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP)
Photo Sirine Tijani

Au cours du Conseil d’administration et de l’Assemblée générale, plusieurs décisions ont été prises :
– la présidence de l’Office public de la langue occitane revient à David Grosclaude, conseiller régional d’Aquitaine délégué à l’Occitan
la 1ère vice-présidence à Guilhem Latrubesse, conseiller régional de Midi-Pyrénées délégué à l’Occitan
– et la 2nde vice-présidence à Hélène Bernard, rectrice de l’Académie de Toulouse, pour l’Etat.
Il a également été décidé de lancer la procédure de recrutement du directeur/trice de l’Office, et d’adopter le budget et le programme prévisionnel 2015. L’objectif de cette nouvelle structure est d’assurer, sur son aire géographique, la sauvegarde et le développement de la langue occitane.

Benoît Roux et Vicenta Sanchez

18 Nov

Era Pastorala de Nadau s’en tòrna

L’idée cheminait dans la tête de l’homme de Luret depuis belle lurette : revisiter la Nativité en gascon du Comminges. Alors l’an dernier, Jan de Nadau a pu concrétiser ce rêve de gosse avec une série de 6 pastorales dans 6 églises différentes du Commingeois. Un père Noël providentiel aidé par une centaine de lutins : des amis musiciens traditionnels et une chorale composée des Fils de Luchon, des Chanteurs du Comminges, des Chanteurs du Mont-Royal, Es Corbilhuèrs de Lès (Val d’Aran) et du chœur du Conservatoire de musique Guy Lafitte. Mais aussi de simples participants.

Photo Pastorala luchon

Le succès est au rendez-vous, dans une grande ferveur populaire. Cette année, Jan a retroussé les manches et repoussé les murs. Il y aura bien 4 concerts dans 4 églises mais aussi au Parc des expositions de Saint-Gaudens durant 2 jours (soit 2400 personnes). Le spectacle lui aussi évolue avec 3 chansons supplémentaires dont le Aqueras Montanhas et 2 créations : Ding, Dong e Som som. Mais attention ! N’allez pas croire qu’il s’agisse d’une simple adaptation fidèle, trop fidèle. C’est mal connaître notre Béarnais désormais établi a Cier-de-Luchon. Point question de Nazareth mais de Pointis-de-Rivière, et Bethléem est devenu le nom ancien de Valentine (près de Luchon)… On y retrouve aussi Gouaux-de-Luchon le village du fils « spirituel » (Prodige ?) de Jan : Mathieu Barès. Jan le connaît depuis l’âge de 10 ans. Il lui a appris l’accordéon et le chant. Il interprète dans la pastorale l’une de ses compositions : « Sent Andreu ». 

Dans la hotte de ces Òmes de Nadau, un livret bilingue gascon-français distribué avec le billet d’entrée à tous les participants pour chanter ensemble. Tout l’argent récolté permet à l’association « Pastorale » d’acheter du matériel, de financer des cours d’occitan et de faire vivre cette langue et cette culture en Comminges. C’est quasi complet partout, sauf à Gaint-Gaudens. Dans la tradition mais pas complètement, cette pastorale ne fait plus un Misteri pour vous !

Lo Benaset

Nous avions suivi la répétition générale l’an dernier à Pontis-de-Rivière.

Reportage Jornal occitan de France 3 Sirine Tijani Eric Foissac Pierre Barguisseau Michel Blasco Montage : Sophie le Béon

Pastorala par france3midipyrenees
Era pastorala de Nadau :

  • 5 décembre à 16 heures, à l’église de Saint-Girons
  • 6 décembre à 16 heures, à l’église de Carbonne
  • 12 décembre à 17 heures, à l’église de Lès (Val d’Aran)
  • 13 décembre à 16 heures, à l’église de Luchon
  • 19 et 20 décembre à 16 heures, Saint-Gaudens au Parc des Expositions du Comminges.
  • Prix : 10€.

L’Ostau Comengés e l’associacion Pastorala venon de sortir un DVD del concèrt de la Pastorala de 2014, dins la glèisa de Sent Gaudenç. Serà disponible a comptar del 1èr de decembre.

17 Nov

Régionales et Occitan : Dominique Reynié

Le politologue Dominique Reynié est un homme neuf en politique : pas de mandat en cours et une entrée récente sur la scène politique. Loin d’être totalement novice, on peut mettre à son crédit une certaine fraîcheur, de la spontanéité et de la réflexion dans ce qu’il dit. Le candidat Les Républicains n’est pas épargné depuis le début de campagne. Des coups qui viennent essentiellement de son propre camp. Pas sûr que l’engagement du Ruthénois pour l’occitan lui permette un retour en grâce auprès des Sarkozistes.

12186459_898656886877161_7703702761808163661_o

L’homme

Depuis qu’il a été désigné candidat pour les élections régionales en avril dernier, Dominique Reynié s’affiche ostensiblement avec ses couleurs occitanes et catalanes. Défenseur de la décentralisation, ses attaches régionales sont claires. Né à Rodez (Aveyron), il a entendu ses grands-parents parler occitan. Il dit être le symbole de ces générations sacrifiées de la transmission linguistique. Il comprend l’occitan mais ne le parle pas. En tous cas il le défend, non pas comme un repli mais comme une ouverture.

L’ancien animateur du « Monde selon Dominique Reynié » sur France Culture est un homme de réflexion, on pourrait presque dire un penseur. « Il faut réussir la fusion à partir de la question occitane. Je ne crois pas qu’on puisse la réussir si on ne nous donne pas un fond culturel ». Et le politologue d’enchaîner : « Dans le monde du livre il y a les conservateurs et les bibliothécaires. Les premiers, si vous les laissez faire, ils ne vous prêteront jamais un livre car ils veulent le conserver. Pour les seconds, leur seul souci est que le livre soit le plus lu possible. Il faut faire attention que dans le rapport que nous avons avec la langue, on ait un rapport plus de bibliothécaire que de conservateur. »

Dominique Reynié candidat de la droite et du centre

Dominique Reynié, tête de liste régionale de la droite et du centre

Ses propositions

Selon lui, il y a 3 temps : un pour reconnaître, un pour protéger et l’autre pour promouvoir. Reconnaître : « je veux que l’occitan deviennent langue officielle de la région. Comme le catalan ». Protéger : « assurer que ce qui existe déjà ne disparaitra pas et pour cela il faut promouvoir. On ne peut pas proposer une stratégie de conservation, de limitation. »

Dominique Reynié veut rapidement doubler le nombre d’enfants scolarisés dans l’apprentissage de l’occitan : de 5% à 10%. Pour cela, il faut perpétuer et renforcer les conventions Rectorat-Régions existantes.

Aider la diffusion : 60 000 livres édités en français tous les ans, 15 000 en catalan, 200 en oc. Pour la radio télévision : la région doit financer entièrement le cout des fréquences radios. De manière plus large, il veut débloquer 1M d’ € pour l’audiovisuel. Investir dans les contenus numériques, le théâtre, les courts-métrages, l’opéra, la musique, les grands événements culturels. Avec une idée originale : mettre de l’occitan dans une « Silicon Valley » du film d’animation qu’il veut faire à La Ménagerie près de Toulouse. Tous les films régionaux seraient systématiquement sous-titrés en occitan. le candidat veut aussi  une grande académie pour les arts et la culture occitane.


Dominique Reynié et l’occitan par france3midipyrenees

Les ressources :

« J’observe que les ressources ont été réduites ». Le budget prévu est de 4,1M d’euros mais il souhaiterait aller plus loin. « C’est réalisable, il y a au niveau de la grande région, les subventions non stratégiques : 250 M par an. On doit pouvoir trouver 4 millions pour doubler le budget de l’occitan. En Bretagne, le budget est de 14M pour 3,5 M d’habitants. » En faisant davantage appel au financement privé. « Il doit aussi rentrer en compte. « C’est le révélateur d’une langue et d’une culture qui va se propager. »

Dominique Reynié et Philippe Rodriguez-Jauze Photo : site Facebook du candidat

Dominique Reynié et Philippe Rodriguez-Jauze
Photo : site Facebook du candidat

C’est Philippe Rodriguez-Jauze, N°19 sur la liste en Haute-Garonne qui sera chargé de promouvoir l’occitan en cas de victoire. Pour le cas contraire, ce responsable sureté à Latécoère, syndicaliste et occitanophone ne serait pas élu au vu de son positionnement sur la liste.

En ce qui concerne le nom de la région : « J’aimerais qu’il y ait tout un processus pour une large consultation. Tout ce qui fait  référence au Languedoc, à l’occitan est aujourd’hui ce qui fait le plus sens. »  Et d’ajouter : « nous avons aujourd’hui un devoir de transmission, quel que soit le domaine. Cela vaut pour l’occitan. Car il y a urgence. Dans 10 ans ce ne sera peut-être plus possible. »

Lo Benaset

14 Nov

Edicion Occitana del 14 de novembre e VAP del 15

Les 2 émissions régionales en langue occitane n’ont pas été diffusées ce week-end pour les raisons que tout le monde connaît.

Le jt oc qui était prévu samedi 14 novembre est en ligne ci-dessous. Le sujet politique sur les principales têtes de listes aux élections régionales (avec Gérard Onesta) sera diffusé samedi 21 novembre dans un nouveau jt oc pour des raisons d’équité entre les candidats. Le sujet sur l’OPLO sera repris en partie samedi et celui sur les maisons de retraites dans le Tarn sera diffusé ultérieurement.


Edicion Occitana del 14 de novembre par france3midipyrenees

Visuel VAP

Pour le Viure al país, l’émission du 15 novembre sera diffusée telle quelle ce jeudi 19 novembre à partir de 9H50 sur les 3 régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Aquitaine. Les sujets seront repris dans l’émission du 29 novembre qui sera ré-enregistrée cette semaine pour ré-actualiser le « De mancar pas ». 

13 Nov

Des paroles et des actes : Gérard Onesta

La gauche non gouvernementale avait rendez-vous à Montpellier pour l’amassada du « Nouveau Monde »Cécile Duflot, Clémentine Autain, Pierre Laurent, Noël Mamère, Liêm Hoang-Ngoc (Nouvelle gauche socialiste), étaient réunis jeudi soir autour de Gérard Onesta, tête de liste « Nouveau monde », rassemblant EELV, Front de Gauche, Nouvelle gauche socialiste, régionalistes et collectifs citoyens. Manquait à l’appel Jean-Luc Mélenchon, grippé et remplacé par Eric Coquerel. Dommage, il aurait pu chanter le Se Canta avec Cécile Duflot!

Plus de 2500 personnes s’étaient donné rendez-vous au Parc des expositions de Montpellier pour un monde novèl. On connaît depuis longtemps l’engagement et les actions de Gérard Onesta pour les langues régionales. Nous reviendrons demain dans le Jornalet de France 3 sur ses propositions concrètes. Au delà d’un programme assez conséquent et développé, le candidat pour un « Nouveau Monde en commun » est allé plus loin, sur des terres Montpelliéraines où il n’est pas le plus connu.

David Grosclaude à la tribune. Photo : site de David Grosclaude

David Grosclaude à la tribune. Photo : site de David Grosclaude

L’entrée du meeting s’est faite au son de « La coopérative » du groupe Mauresca. Pour chauffer la salle dès l’ouverture, à peine remis de sa rencontre avec le président bolivien Evo Morales et l’installation officielle le matin même de l’OPLO, David Grosclaude : « Ce matin même nous avons créé l’Ofici Public de la Lenga Occitana Un service Public de la langue. Et toi Gérard, quand tu seras président de la région, tu auras la co-responsabilité de faire vivre cet office public. » 

Reportage France 3 Montpellier : A. Grellier et E. Garibaldi


Montpellier (34) : Gérard Onesta pour un « Nouveau monde » et une gauche d’avenir

Anecdotique, mais surprise du chef quand même : Cécile Duflot à la tribune pour entonner en solo le Se Canta repris par la salle. Inédit. On aurait quand même payé très cher pour voir la tête de Mélenchon à ce moment là ! Des surprises, il y en aura d’autres. Jamais l’occitan n’avait tenu à ce point le devant de la scène.

Lo Benaset

 

La ville de Toulouse s’engage pour l’occitan

« Continuité » et « transversalité », voici la ligne de conduite fixée par la nouvelle municipalité de Toulouse qui a tenu à faire un bilan d’étape mercredi dernier, après 19 mois de mandat. Continuité dans le train de mesures engagé par l’ancienne majorité de gauche (signalétique bilingue, annonces bilingues dans le métro…) et transversalité pour que l’occitan ne soit pas un ilot mais qu’il circule en périphérie dans tous les services.

Les Occitans réunis par Jean-Michel Lattes mercredi 4 novembre 2015 Fòto : Benaset

Les Occitans réunis par Jean-Michel Lattes mercredi 4 novembre 2015
Fòto : Benaset

De simbèus

La grande réussite de ce bilan, c’est certainement la 20ème édition du Rio Loco avec un plateau occitan conséquent le dernier jour, des animations en amont et un guide bilingue. « Le samedi, le site a été saturé dès l’après-midi. C’est la journée où il y a eu le plus de monde et c’était pour des artistes occitans. Cette réussite me sert pour appuyer d’autres actions ». Jean-Michel Lattes, premier adjoint en charge de l’occitan, savoure cette réussite. Elle servirait presque à lui faire oublier « les critiques qui ont suivis les quelques mots supplémentaires en occitan dans le métro depuis quelques mois. J’ai été surpris par la vigueur de certaines réactions ». Simplement pour « Attencion, davalada a esquèrra » et « Estacion terminus, totes los passatgiers son convidats a quitar lo tren ». Comme quoi, tout n’est pas encore gagné. Comme le tramway par exemple où l’ancienne comme la nouvelle municipalité se sont cassées les dents. Officiellement pour des raisons techniques… Ce qui fait dire à Jean-Charles Valadier, lui aussi chargé de l’occitan pour Pierre Cohen : « Aquel tramvia qu’es lo d’Alsthom parla araba a Dubai, chinés a Shanghai e l’espanhòl en Argentina. Mas parla pas occitan a Tolosa. Es pas êr de rasons tecnicas. Es simplament un blocatge. Una fòrta resisténcia dels tecnicians que vòlan pas que parlèsse occitan. Esperavi lo Joan-Miquel lattes aquí dessus. Mon amic Stéphane Coppé (president de Tisseo en 2008) impausèt l’occitan dins lo metro tre la debuta, en 2009. E Joan-Miquel Lattes a pas sachut far aquòp tre la debuta pel tramvia. Ara, serà pas de bon far vist lo nivèl de resisténcias ».

Côté signalétique, le cœur historique de la ciutat mondina a désormais ses plaques de rues bilingues. Mais pas trop au-delà. En revanche, leur installation est automatique dans les nouveaux quartiers comme Borderouge. Dans la symbolique et la continuité, c’est aussi Magalie Blénet qui a animé cette première réunion. Recrutée comme chargée de mission auprès des services culturels de la Ville par Pierre Cohen, elle est restée en place. 

De mesuras

La mairie entend poursuivre la socialisation de la langue. En rééditant son guide de la culture occitane distribué dans les offices de tourisme et autres centres culturels. Mais aussi dans sa communication institutionnelle pour noël par exemple ou encore pour l’Euro 2016 où la Joventut Mondina est intervenue pour que la langue soit présente, notamment pour le guide du supporter.

 

Côté équipements, le collègi calandreta a été relogé à Jolimont où un projet de cité scolaire plus complète est à l’étude. Le CFPO est lui aussi relogé à Arnaud Bernard et la calandreta de Còsta Pavada elle aussi trouvera un nouveau nid à la rentrée prochaine. Quand à l’Ostal d’Occitània, la mairie veut en faire un lieu de vie plus quotidien, avec l’aménagement d’un espace restauration. Les études de faisabilité ont été faites et le restaurant devrait ouvrir début 2016.

De partenaris

La mairie développe aussi une politique partenariale. Jean-Michel Lattes assure que tout se passe bien avec la région, mais aussi avec le conseil départemental qui compte désormais un élu chargé de l’occitan. Une réflexion est menée au niveau de la métropole où Jean-Michel Lattes est le vice-président. Pour l’instant c’est un peu le néant mais le premier adjoint entend y reproduire certaines actions de la ville. Des opérations vont être menées avec le CIRDOC de Béziers. Benjamin Assié était d’ailleurs présent mercredi dernier lors de cette réunion où le monde occitan était convié.

Rosalis, bibliothèque numérique. Site en occitan.

Rosalis, bibliothèque numérique. Site en occitan.

Le CIRDOC a traduit le système Rosalis (bibliothèque numérique de Toulouse) qui permet à tout un chacun d’avoir accès à certains documents libres de droits dont le plus ancien (La vie de Sainte marguerite) qui remonte au XIVème. Les livres occitans sont plus présents et peuvent être prêtés, ainsi que des méthodes d’apprentissages dans les 22 bibliothèques municipales. Une formation initiation à l’occitan est d’ailleurs proposée au personnel communal. C’est l’IEO qui a remporté le marché. Une journée en 2016 y sera consacrée dans le cadre du Droit Individuel à la Formation.

A destinations du jeune public, la ville organise aussi des parcours urbains. Des parcours éducatifs où les enfants font connaissance avec l’occitan comme à Jolimont, ou lors de séjours découverte à Saint-Laurent de Neste (65). Il existe aussi des passeports pour l’art avec les mêmes objectifs réalisées par le COMDT ou l’association d’Arts et d’oc. Le temps périscolaires est aussi propice à des activités occitanes. 8 CLAE y participent.


Toulouse et occitan par france3midipyrenees*

2018 annada occitana a Tolosa.

Dans cette voie de popularisation de l’occitan, l’idée a été lancée de fêter l’anniversaire de la mort de Simon de Monfort. Un projet quelque peu saugrenu mais qui ne se limitera pas à la seule journée du 25 juin 2018. « Il y aura des événements sur toute l’année. Imprégner la ville de l’occitan dans tous les domaines. Pourquoi pas un tournoi de soule pour le sport, un opéra occitan côté musique. Lors de la fête du 14 juillet, nous pourrions mettre des artistes occitans sur la grande scène… Nous avons 3 ans pour nous préparer. J’ai déjà écrit à toutes les délégations municipales ».  Jean-Michel Lattes et les occitans ne manqueront pas d’idées. « Notre bilan vient très largement de leurs idées. L’enjeu c’est que nous ayons des rendez-vous réguliers qui permettent au monde occitan de mesurer les progrès réalisés ».

2018 comme une sorte de point d’orgue d’un encrage politique qui semble sincère, à quelques encablures de nouvelles élections municipales. Entre temps, la mairie compte bien rendre compte régulièrement de ses actions en faveur de l’occitan. Au vu de l’affluence lors de ce premier rendez-vous mercredi, la mairie et son premier adjoint peuvent y voir un encouragement certain.

Lo Benaset

12 Nov

L’Office Public pour la Langue Occitane est en place

Ce matin, l’Assemblée Générale et le Conseil d’Administration constitutifs de l’OPLO se sont tenus à l’ancien Rectorat de Toulouse. Après plusieurs années de gestation douloureuse allant jusqu’à la grève de la faim de son désormais président David Grosclaude, cet organisme interrégional de promotion de l’occitan va pouvoir remplir sa mission : établir une politique linguistique commune. Une mutualisation des moyens rendue nécessaire par un contexte budgétaire difficile pour les collectivités territoriales.

Le cadre

C’est donc la rectrice (Hélène Bernard) et le directeur régional des affaires culturelles de Midi-Pyrénées (Laurent Roturier) qui ont accueilli et installé l’OPLO à Toulouse. Un premier conseil d’administration en présence de plusieurs élus qui participeront à cet office : David Grosclaude, Benoît Secrestat et Sylvie Salabert pour l’Aquitaine, Guilhèm Latrubesse, Dominique Salomon et Michel Pérez pour Midi-Pyrénées. Car pour l’instant, seules ces 2 régions font partie de l’OPLO. Mais avec la réforme territoriale, la région Languedoc-Roussillon va y entrer avec Midi-Pyrénées et le Limousin avec l’Aquitaine. Rhône-Alpes qui en avait fait la demande, pourrait en faire de même avec l’Auvergne qui a voté à l’unanimité une résolution pour en faire partie. La région Provence aurait fait connaître son intérêt.

L'assemblée constitutive de l'OPLO. Photo : Sirine Tijani

L’assemblée constitutive de l’OPLO.
Photo : Sirine Tijani

Ce type d’organisme existe en Alsace (structure privée), mais aussi pour le breton et pour le basque. C’est d’ailleurs le modèle juridique basque (Groupement d’Intérêt Public) qui a été choisi. Outre le président (David Grosclaude), un poste de directeur sera mis en consultation ainsi qu’un poste de chargé de mission et un poste administratif. L’Etat participe à l’OPLO et aura donc un représentant du ministère de l’Éducation nationale, un autre de celui de la Culture ainsi que le directeur régional de la DRAC de Toulouse. Il participera à hauteur de 15 000 € pour 2016 + la prise en charge d’un poste. Le siège provisoire est à l’hôtel de région de Midi-Pyrénées.

L’objet

Ce GIP a pour priorité des priorités l’augmentation des locuteurs. Donc de travailler sur une politique linguistique commune qui permette une transmission plus grande, en milieu scolaire, mais aussi au sein des familles et pour un public adulte. « Le premier travail en 2016 sera d’organiser l’équipe derrière son directeur, et de prendre contact avec les collectivités, communautés de communes, d’agglomération ou métropole pour tout ce qui concernera la politique linguistique », selon David Grosclaude. L’OPLO sera donc un interlocuteur unique pour les collectivités territoriales et l’Etat, un lieu où se prennent les décisions, en consultation avec le milieu associatif qui sera représenté dans un conseil consultatif. « Les institutions pour la première fois vont reconnaître l’existence de la langue occitane comme un objet à promouvoir. Avant, c’était l’énergie militante, les bonnes volontés qui devaient négocier avec l’administration et les institutions. Parfois avec méfiance. Là, les représentants de l’Etat sont à la même table, avec nous. Nous devrons travailler et obtenir des résultats. L’OPLO ne sera pas un moulin à déclarations ». Le nouveau président entend donc agir, dès 2016.

les membres qui composent l'OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l'Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP) Photo Sirine Tijani

les membres qui composent l’OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l’Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP)
Photo Sirine Tijani

L’OPLO en dates

2011 : l’idée d’un Office Public est lancée. Une charte inter-régionale et transfrontalière de développement de l’occitan est mise en place et désormais signée par 6 régions occitanes (Midi-Pyrénées, Aquitaine, Auvergne, Limousin, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon).

juin 2014 : les conseils régionaux de Midi-Pyrénées et Aquitaine votent la création de l’OPLO.

27/05 au 3/06 2015 : grève de la faim de David Grosclaude pour l’OPLO et obtenir l’engagement de l’Etat.

18/09/2015par arrêté ministériel publié au Journal officiel, l’État a entériné la création de l’Office Public de la Langue Occitane.

12/11/2015 : Conseil d’administration et Assemblée générale constitutifs de l’OPLO à Toulouse.

4/12/2015 : prochain conseil d’administration prévu. Il permettra de nommer un directeur, mieux connaître le cadre et le budget.

Benoît Roux et Sirine Tijani.

David Grosclaude était l’invité de Marie-Sophie Lacarrau dans le Journal Régional de France 3 Midi-Pyrénées. D’autres informations dans le Journal occitan du samedi 14 novembre.


DAVID_GROSCLAUDE par france3midipyrenees

10 Nov

Arnaud Cance : un artista saique !

Dès la première écoute, on sait qu’il a du talent. Arnaud Cance a la voix parfaitement timbrée, belle, ample, chaleureuse. Autant à l’aise sur des créations que sur des adaptations comme celles de « La vielhòta » ou « Jorn de fièira » de Jean Boudou aux arrangements soignés et efficaces. C’est un chanteur à texte à qui on pourrait trouver des références prestigieuses. Mais pour ce natif du Rouergue, on pense naturellement à d’autres compatriotes : Wally et le Macarel Show qu’il a beaucoup écouté.

Fòto : Lo Benaset

Fòto : Lo Benaset

Il vient de sortir son premier album solo « Saique benlèu ! » lui que nous avons entendu dans plusieurs groupes comme « Le Comité », « Tres a cantar », ou encore au tout début de « Brick a Drac ». C’est aussi un homme orchestre adepte des boucles -très nombreuses sur son disque », un jongleur de sons qui joue avec sa voix et des percussions de toute sorte. On se rappelle notamment son numéro de verres avec Yves Durand dans « Tè tu. Tè ieu ! »

L’occitan a d’abord été pour lui une musique. Une langue non transmise mais qui a attisé sa curiosité, l’envie de d’aller vers d’autres univers. Après des études d’occitan à l’université du Mirail  (aujourd’hui Jean Jaurès), il intervient désormais dans les classes pour écrire des chansons avec les enfants et leur transmettre cette culture.

Fòto : Lo Benaset

Fòto : Lo Benaset

Sur ce disque, il s’est essayé à l’écriture en français (« Papillon sort du cocon » qui lorgne vers Brassens) mais aussi en occitan. Une envie travaillée l’an dernier lors des « Rencontres d’Astaffort » chez Francis Cabrel. Cela donne des morceaux assez variés où les mots sont distillés avec gourmandise, le son soigné par Fabien Salabert. L’album se termine par une ultime couleur à sa riche palette sonore : « Solé ». Un chant d’au revoir créole découvert par un ami sur un bonus DVD de la Compagnie Créole. De l’éclectisme servi avec goût et générosité.

Nous l’avons retrouvé à Saint-Just-sur-Viaur, dans un ancien moulin, una bòria comme Boudou en a tant décrites. Avec 2 morceaux extraits de « Saique benlèu » : « Jorn de fièira » et « Solé ». Un artista vertadièr que cal anar descobrir.

Lo Benaset


Arnaud Cance par france3midipyrenees


« L’uèlh blu » (Trad/Arnaud Cance) extrait du spectacle « Saique benlèu ». Enregistré à la MJC de Rodez.
Réalisation: Thibault Mazars et Patrice Geniez – Mixage: Fabien Salabert/Les Hauts plateaux – Lumière: Cheese – Oeil extérieur: Bernard Cauhapé

09 Nov

Comunitats occitanas istóricas als Estats- Units

Tre lo sègle XVIII e dusca- z a la primièra meitat del sègle XX, de centenats de millierats d’immigrants occitans s’installan als Estats-Units: om pót supausar que la lenga d’ó es alara la lenga mairala de l’immensa majoritat d’ aquela populacion. Encara uèi, los noms de luócs d’origina occitana son fórça corrents dins lo pais coma per exemple Luverne en Alabama que vèn de l’aubre « lo vern ».
Om pót tanben citar los famós « Rockfeller » que lo nom vertadièr es « Roquefeuille », d’origina roergassa. D’autres immigrants occitans fogueron plan coneissuts dins lo pais coma los « orsalhèrs » d’Arièja venguts de la val de Garbet e que comptan encara mantuns descendants dins los estats de New York e de New Jersey.
Mantuns estatjants de la val de Champsaur, en Delfinat, s’installeron en California e ai de sovenirs personals dels « americans » que tornavan veïre lo pais qu’avian quitat dins la lor enfança. Avian pas desoblidat la lor lenga maïrala qu’avian l’abituda de parlar entre eles. Mantuns erèn especièrs dins la region de Los Angeles.
Als Estats- Units, las comunitats occitanas istóricas las mai conegudas e documentadas son los valdès d’Italia: aquela religion anciana foguet persecutada durant de sègles e a calgut esperar 1848 per qu’aquela fe sià autorisada. Los Valdès erèn particularament nombrós dins la region de Torre Pellice, dins las Alpas italianas, ont las condicions de vida erèn dificilas. Mantuns emigraran.
valdese-north-carolina-grading-haulingLa vila de Valdese en Carolina del nord tèn son nom dels valdès. Foguet fondada per un grop de valdès en 1893. Incapables de menar una vida agricóla coma dins lo Pemont italian, los immigrants començaran de travalhar dins l’industria de manufactura.
Un cóp per an « the trail of faith » ( camin de la fe) consacra l’ eretatge religiós de la vila. Lo vinhièr de la vila mantèn tanben lo ligan de la ciutat ambe l’istória: lo vin es produit exactament coma era en Italia.
Sembla malurósament que los darrièrs locutors naturals occitanofóns an desapareissut a la debuta de las annadas 80, ara lo museu valdès presenta d’objèctes tradicionals ambe lors noms en occitan.
Aqueles que son interessats per aquel sicut podèn ensajar de se procurar l’obratge de Francis Ghigo, the provençal speech of the waldensians colonists of Valdese, North Carolina. Historic valdese foundation, 1980. University of Michigan.
Una autra vila foguet fondada dins l’estat de Missouri: Monett.

En 1875, la congregacion de Monett foguet demest las primièras congregacions valdesas de s’establir als Estats-Units per 40 immigrants. Aquel contingent quitet l’America de sud al moment de la guerra civila en Uruguay. La congregacion originala era principalament compausada d’immigrants piemontès occitanofóns. De valdès d’Alpas italianas continhuaran d’emigrar dusca debuta 1900.
La colonia originala foguet aumentada per de protestants francofóns de França e de Suissa.

environs d'Houma (Louisiane)

environs d’Houma (Louisiane)

Enfin, om pót citar lo cas particular de Louisiana: la vila d’Arnaudville foguet fondada per Jacme Arnaud, originari de Jausiers dins Alpas de Provença nauta. Alentorn de las vilas d’Houma e Baton-Rouge, se pót encara benlèu ausir una varietat d’occitan « creolisat » ambe lo parlar « cajun »de Louisiana.
Es actualement fórça dificila d’establir un estat de la practica de la lenga dins aquelas comunitats istóricas: dins cada comuna americana, un recensament linguistic es efectuat mai la lenga d’ ó es enclausada dins los « french patois », ço melhor es encara d’anar sus plaça e de menar una enquista vertadièra !

Aimeric Jonard