26 Oct

Emission spéciale patrimoine industriel, dimanche 4 novembre à 11h30

PATRIMÒNI  : Las caucinas Graulhetonas
De Clément Alet et Denis Hémardinquer

Le long du Dadou, à Graulhet (81), elles sont immanquables. Hautes, en pierre ou en brique, généralement dotées de plusieurs étages que l’on nomme galetas, il s’agit bien sûr des mégisseries : ces vastes bâtiments qui ont fait la gloire de cette petite ville du Tarn, un temps baptisée « capitale mondiale du Cuir ». Dans ces bâtisses géantes, des générations de Graulhetons ont travaillé, tanné, teint des peaux de toutes sortes… Aujourd’hui encore, une quinzaine de mégisseries fonctionnent et emploient près de 350 personnes. Mais la plupart des mégisseries qui longent le Dadou sont aujourd’hui à l’abandon. Un patrimoine industriel tout aussi embarrassant que séduisant. Artistes, école du cirque, entrepreneurs,  particuliers, ont su investir l’espace et les volumes. Avec 1700 m² sur deux niveaux, la médiathèque de Graulhet est aujourd’hui l’exemple de réhabilitation le plus réussi et intégré dans une ancienne mégisserie. Mais l’avenir de cet énorme patrimoine industriel est à venir car il reste sur la commune de Graulhet, près de 170 friches, anciennes  « cauçinas », comme on le dit en occitan.

PATRIMÒNI : Suls rahls de Béarn
De Denis Salle et Clément Alet

Direction le Béarn pour deux exemples de patrimoine industriel ferroviaire. Deux exemples très différents, que ce soit dans leur nature que dans la façon dont ils ont été réhabilités.  Le premier c’est l’ancienne gare de tramways de Pau, transformée en service culturel de l’agglomération et centre d’archives.  Le mot d’ordre de cette transformation : respect de l’histoire industrielle de l’endroit…
C’est ensuite à une célébrité pyrénéenne que nous nous intéressons : le petit train d’Artouste. Chaque été, ce dernier promène inlassablement des milliers de touristes sur les hauteurs de la vallée d’Ossau. Pourtant, lors de sa création, on ne pensait pas à une exploitation touristique, mais plutôt à construire un barrage…

PATRIMÒNI : Avenidor e memòri
De Myriam François et Olivier Denoun

Deux transformations de friches industrielles dans les Pyrénées Orientales, la dynamiterie de Paulilles et la cave coopérative de Bélesta. Lionel Rodriguez chercheur à l’inventaire du patrimoine de la région Languedoc Roussillon nous aide à prendre conscience de l’intérêt de sauver ces lieux de grandes mémoires. A Paulilles, c’est le Conservatoire du Littoral qui a racheté ce site exceptionnel avec l’aide du Conseil Général des PO. Le site est un lieu rendu à la nature et au public.
La cave coopérative a été rachetée par un couple d’architecte qui en a fait un espace hôtelier et viticole de luxe. Ces deux exemples mettent en évidence le nouvel enjeu économique de la région : le tourisme. Nous vous invitons à consulter le blog de Viure al País  https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/ où vous trouverez une bibliographie complète sur le patrimoine industriel de la région Languedoc Roussillon

CONVIDATS : L’usina Oustau amb Jacques De Muyser e Ives Capdetrey
Pour vous présenter cette émission spéciale patrimoine industriel, l’équipe de Viure al País s’est rendue à Aureilhan, près de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, à la découverte de l’ancienne tuilerie Oustau, fermée depuis les années 70 mais exceptionnellement bien conservée. L’un des héritiers de la famille Oustau, Jacques De Muyser a accepté de nous faire visiter les lieux, véritables décors de cinéma. A quelques mètres de là, l’ancienne maison des propriétaires, classée aux monuments historiques comme l’usine, a été transformée en  centre culturel. Le professeur d’occitan à Aureilhan Yves Capdetrey nous explique en quoi cette villa, tout comme l’usine, fait véritablement partie du patrimoine industriel et culturel de la région.