09 Oct

14 octobre : Viure al paìs

MONDE PAISAN : « Amontanhatge en Bigòrra  »
D’Aymeric Jonard et Hugo Chapelon

Suivant les termes du traité de Bayonne, les éleveurs d’Aragon ont l’autorisation de faire paître leurs troupeaux en haute Bigorre qui bénéficie d’un climat plus tempéré. Chaque 24 juillet, entre 700 et 1500 bovins traversent le col de la Bernatoire pour passer deux mois dans les estives bigourdanes. Les anciennes rivalités entre français et espagnols ont disparu depuis la diminution du cheptel des deux côtés de la frontière. De nos jours, l’enjeu est plutôt la conservation du pastoralisme de montagne qui se maintient difficilement des deux côtés de la frontière.

BESTIAS : « Lo camós de Cantal »
D’Aymeric Jonard et Marc Raturat

Après les introductions de chevreuils et de cerfs des années 60, la fédération de chasse décide d’implanter le chamois dans les monts du Cantal. A partir d’une poignée d’individus capturés dans les Vosges et introduits en 1978, la population actuelle atteint dorénavant le nombre impressionnant de 600. Un plan de chasse rigoureux selon les classes d’âge a permis cette augmentation. A partir de son site de lâcher du Cantal, le chamois a atteint le massif du Sancy, dans le Puy de Dôme ainsi que les départements de la Corrèze, de la Lozère et de l’Aveyron. A terme, il est fort possible qu’une jonction se fasse entre la population alpine et celle du Massif Central via les monts d’Ardèche et les Préalpes drômoises, le Rhône n’étant pas un obstacle infranchissable pour la faune sauvage.

VIRA LENGA : Joan Loís Escudier
De Myriam François et Laurence Boffet

Le fauteuil rouge est parti en villégiature dans les basses Corbières  à la rencontre de Jean-Louis Escudier natif de Monserét, canton de Lézignan-Corbières. Un père élevé par une grand-mère qui ne parlait qu’occitan, une mère d’origine espagnole, les deux parfaitement bilingues. Il n’y eut cependant qu’une langue commune : le français. Ce n’est qu’en 6ème qu’il découvre l’occitan au collège et qu’il réalise combien il avait été tenu éloigné de cette langue qu’il connaissait parfaitement.  C’est avec Marie Rouanet qu’il obtient un 18 en occitan au baccalauréat, il en est très fier ! Il convainc son père de faire un effort de mémoire en rassemblant toutes les histoires et les proverbes qui se disaient à Montseret. C’est ainsi qu’il nous offre quelques perles de ce collectage.

CRONICA : « Bardaqui »

D’Aimat Bress et Amic Bedel

Chronique musicale préparée et présentée par Aimat Brees à propos du disque du Trio Bardaqui intitulé « bouche à oreille ».  Formation musicale dont le répertoire est formé de chansons aux influences niçoises et italiennes, interprétées et accompagnées par Richard Cairaschi, Jan Nouvé Mabelly et Primo Francoia.