09 Oct

14 octobre : L’édito de Clément Alet

La davalada se sarra,alèra n’aprofitam un darrièr cop per nos passejar al solelh, pel País occitan. De las Pirinèias, al Massiu Central, en passant per las Corbièras : una brava caminada, dins La lenga d’oc.

Lenga de Bigòrra e d’Aragon, lengas d’aqueles paisans que se tòrnan trobar un còp l’an dempuèi 1862, cada 24 de Julhet, per mesclar lors vacas lo temps d’una estivada.

Lenga de la montanha cantalona. Sus un Massiu ont los caçaires son a l’espera del camóç, bèstia sauvatja que tòrna poblar aquel territòri desempuèi la fin de las annadas 70. Enfin, Lenga de las Corbièras, pel « tornar » del Vira-Lenga. Sul cadièiral rotge, un Joan Loís Escudier claufit de contes e reprovèrbis del sèu canton, a l’entorn de Montserret, dins Aude.

L’automne approche, alors profitons-en, une dernière fois pour prendre les chemins ensoleillés du Pays Occitan. Des Pyrénées au Massif-Central, en passant par les Corbières : un joli tour dans la langue d’oc.

Langue de Bigorre et d’Aragon, langues de ces agriculteurs qui se trouvent une fois par an depuis 1862, le 24 juillet, pour mêler leur vaches le temps d’une estive.

Langue de la montagne du Cantal, sur un massif où les chasseurs sont à l’affut du chamois. Bête sauvage réintroduite et qui repeuple ce territoire depuis la fin des années 70.

Enfin, langue des Corbières pour LE retour du « Vira-lenga ». Dans le grand fauteuil rouge, un Joan Louis Escudier tout imprégné de contes et proverbes de son coin à lui, autour de Montserret, dans l’Aude.