02 Fév

Journée mondiale des zones humides : venez patauger dans les marais de Montferrand…

Dépaysement garanti aux portes de la ville ! C’est un décor digne des grands espaces, une terre sauvage à quinze kilomètres de Bordeaux… Les marais de Montferrand, qui appartiennent à sept communes girondines, entre Garonne et Dordogne, font partie des zones humides.

Ces zones souvent méconnues du grand public sont pourtant essentielles à la biodiversité. La journée mondiale du 2 février est l’occasion de rappeler la nécessité de leur préservation.

Les marais au crépuscule...

Les marais au crépuscule… ©Pommedepin

Envie de découvrir ce monde à part ? Chaussez les bottes et en avant…

20151217_151527_resized

22 Août

Biodiversité : les secrets d’une réserve naturelle privée à Marsas, en Gironde

Le blog Trésors et Pépites aime mettre en lumière des hommes et des femmes qui font du bien à la planète, sans faire de bruit.

MARSAS 2

René Gallet est l’un de ceux-là. Cet ancien douanier a voué trente ans de sa vie à la création d’une réserve naturelle privée à Marsas en Gironde, pour simplement apporter sa contribution à la sauvegarde de la biodiversité…

Marsas 7 La reinette- grenouille arboricole-antimoustique naturel

Cet amoureux de la nature nous a fait parvenir cette photo insolite d’une reinette réfugiée dans un chêne. L’une de ses innombrables pensionnaires…

MARSAS 4

Sur ces traces, on entre dans une petite jungle, sillonnant par des sentiers forestiers, des chemins sauvages savamment étudiés… Difficile d’imaginer qu’un seul homme s’est évertué à recréer cette bulle d’oxygène à seulement 32 kilomètres de Bordeaux !

Un travail de titan, ou de fourmi, comme l’on préfère, car imaginer de toute pièce un parc restituant la nature sauvage ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Patiemment, René Gallet a reconstitué différents types de milieux sur une ancienne propriété viticole de 30 hectares.

Je n’ai pas compté ni répertorié les arbres que j’ai planté… Sûrement plusieurs milliers !

MARSAS 1

MARSAS 3

René Gallet a baptisé sa mosaïque végétale parc paysagé conservatoire de la biodiversité. Un site unique officiellement classé réserve naturelle par la Société Nationale de Protection de la Nature.

MARSAS 5

On y trouve notamment une zone humide, réalisée à partir d’une simple source, qui accueille des tortues cistudes, une espèce protégée. On les voit ici prendre leur bain de soleil. Une vraie petite colonie, symbole du succès de cette entreprise de renaturation.

@La Canopée

@La Canopée

Une démarche qui s’inspire de la sagesse de Pierre Rabhi, le pionnier de l’agriculture biologique en France.

J’ai voulu apporter ma part, comme le colibri dans la légende. Il y avait un incendie dans une forêt et un colibri tentait de l’éteindre avec une goutte d’eau. Alors qu’un tatou se moquait de lui, l’oiseau répondit « moi, je fais ma part, si tous les animaux faisaient pareil… »

MARSAS 6

Zone humide, forêt mixte, prairie fleurie, haies, talus, fossés, tout a été pensé pour favoriser le retour de la faune, des oiseaux surtout, mais aussi des insectes comme les papillons et les libellules. Un tableau végétal pour apprendre à regarder la nature.

J’aime admirer la nature, c’est merveilleux… Il y a tellement de belles choses à voir mais attend-on vraiment le temps de les voir, à l’allure où nous vivons ?

Marsas 9 Le vulcain sur les fleurs de l'arbousier

Marsas 8 Le lézard vert

Marsas 12 La chouette hulotte, relâchée après les soins de Charente Nature

Un vulcain sur un arbousier, un lézard vert particulièrement difficile à observer, une chouette hulotte soignée par l’association Charente Nature et relâchée. La vie sauvage reprend ses droits dans l’ancienne exploitation agricole.

Si vous souhaitez découvrir cette réserve naturelle privée, sachez que René Gallet vous recevra sur rendez-vous. Un éco-gîte permet également de s’immerger pendant plusieurs jours dans cet îlot de verdure qui accueille un potager bio. En attendant, venez avec nous, avec ce reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Jean-Michel Litvine (images) et Boris Chague (montage). 

 
Une réserve pour la biodiversité

Contact :
La Canopée
Rue Theodore Monod 33620 MARSAS
Tél : 05 57 68 71 74
A lire également : Le douanier aux champs, éditions Ecopolia

26 Avr

Embarquez sur le courant d’Huchet, l’Amazone de l’Aquitaine

Vous rêvez d’exotisme ? Inutile de prendre l’avion pour un pays lointain : partez en expédition sur le courant d’Huchet !

 

On connait tous l’image du courant d’Huchet, ce fleuve côtier mystérieux qui dessine ses courbes sinueuses dans les Landes jusqu’à l’Atlantique, oui mais… peut-on atteindre l’océan en bateau, comme le suggère la carte postale ?

Pour le savoir, nous embarquons à l’Etang de Léon sur une galupe, le bateau traditionnel des bateliers. Notre guide s’appelle Laurent Bourdeau. Chaque saison depuis plus de trente ans, ce passionné emmène les visiteurs au fil du courant, surnommé la petite Amazone ou l’Amazone landaise.

©Thierry Julien

Et tout à coup, le charme opère. Nous voilà enveloppés d’une végétation luxuriante, zigzaguant entre les troncs d’arbre et nous baissant de temps à autres pour éviter les branches qui se penchent sur l’eau. Le calme s’installe…

On se surprend à écouter le silence, face au curieux paysage qui défile au rythme paisible des flots. Ici, un bout de bois fait penser à un crocodile et là, une tortue géante se dore sur une pierre… Simple illusion ? Les cyprès chauves, les osmondes royales et les hibiscus roses semblent saluer le visiteur.

Un instant zen, avec pour escorte aérienne les libellules qui nous accompagnent avec élégance et légèreté…

un paysage surprenant@Thierry Julien

Un paysage surprenant, entre eau et végétation luxuriante @Thierry Julien

Le courant d’Huchet a été popularisé dès 1905 par le journaliste Maurice Martin, qui inventa l’expression « Côte d’argent« . Ses articles retentissants attirèrent les premiers touristes, dont l’un des plus célèbres fut l’écrivain et poète Gabriele d’Annunzio. Autre habitué : François Mitterrand. L’ancien président de la République ne manquait jamais une balade estivale en galupe…

©Thierry Julien

Les bateliers proposent des balades depuis 1908 ! Ils sont aujourd’hui une trentaine à faire découvrir cette richesse naturelle. Le plus illustre de ces bateliers est André Labadie dit Dédé : 

Ici, c’est le paradis. C’est quand même quelque chose de connaitre le paradis de son vivant ! 

La saison commence en avril et se termine en octobre avec des affluences impressionnantes, pendant la haute saison, en juillet et août : la réservation est plus que conseillée, elle est obligatoire !

Pour plus de tranquillité, les bateliers invitent les amoureux de la nature à venir hors saison pour des balades de 2 heures… mais certains envisagent de reprendre les grandes excursions dès le printemps : départ à 8 heures du matin pour 4 heures d’aventure. Loin de la foule, l’une des meilleures façons de découvrir le courant d’Huchet, devenu réserve naturelle nationale en 1981.

Dédé, la mémoire du courant©Thierry Julien

La réserve naturelle du courant d’Huchet a été créée pour protéger de nombreuses espèces d’oiseaux, pas moins de 200, mais aussi toute une flore et une faune sauvage que l’observateur patient aura peut-être la chance d’apercevoir (loutres, visons…) et bien sûr, plus accessibles, des libellules, comme les belles demoiselles aux ailes bleues. C’est sûrement l’un des meilleurs spots de la région pour les approcher : on compte ici des dizaines d’espèces différentes.

le courant à pied©Thierry Julien

 

courant d'huchet libellule

Mais revenons à notre question : après une dizaine de kilomètres de navigation, peut-on rejoindre la mer sur une galupe depuis l’Etang de Léon et se baigner dans l’embouchure du courant d’Huchet à Moliets-et-Maa ?

L'embouchure de la petite Amazone...

 

La petite amazone ©Thierry Julien

©Thierry Julien

Pour le savoir, venez avec nous ! Reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Thierry Julien, Catherine Collin et Thierry Culnaert


courant d’huchet

Et si vous voulez en savoir beaucoup plus, plongez-vous dans la biographie d’André Labadie, le courant d’Huchet n’aura plus aucun secret pour vous. Bonne découverte !

COURANT OK

 

15 Mar

Bientôt le printemps… Les cabanes fleurissent dans les arbres

La tendance ne se dément pas : les cabanes, symboles de liberté et d’aventure, continuent à attirer les robinsons…

Fidèles compagnes de l’explorateur et du naufragé solitaire, évocatrices d’école buissonnière, les cabanes offrent un peu d’évasion à quelques mètres du sol, habillées de bois et coiffées de feuilles…

Selon la fantaisie du constructeur, elles s’enroulent autour d’un chêne solide, flottent sur un lac tranquille ou surplombent les vallées verdoyantes… Histoire de se sentir seul au monde et de se ressourcer en pleine nature.

La mode, qui s’est développée au début des années 2000, a rendu l’insolite plus banal. Il faut donc sans cesse innover au pays des oiseaux…

La cabane est devenue un atout touristique, une offre supplémentaire pour des professionnels toujours en quête d’originalité.

De l’îlot désert à l’abri de luxe, en passant par le refuge militant pour un monde meilleur, voyez ce tour d’horizon en Gironde.

Reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Gladys Cuadrat et Catherine Collin


La joie des robinsonnades

En 2013, une enquête montrait que la cabane venait en tête des hébergements insolites les plus recherchés par les visiteurs, devant la bulle transparente, la yourte et la roulotte.

Dans les Landes, Hubert Avatanéo avait senti l’air du temps, en installant deux cabanes dans la propriété familiale, non loin du lac de Léon. Un précurseur que nous avions rencontré il y a quelques années…

Reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon et Mickaël Hahn


Les cabanes du Menoy

11 Fév

Quand la nature s’invite en ville…

Savez-vous que Bordeaux et la Métropole accueillent une foule d’animaux et de végétaux parfois rares et protégés ?

Si les sangliers ont beaucoup fait parler d’eux l’année dernière, bien d’autres espèces s’aventurent dans nos villes, à l’abri des regards.

Des naturalistes ont réalisé un inventaire exhaustif de la faune et de la flore dans les communes de la Métropole au cours des 3 dernières années.

BLOG ATLAS

Vous les découvrirez dans Espèces de Métropole, l’Atlas de la biodiversité de Bordeaux-Métropole. Au total, 551 espèces ont été recensées concernant la faune et 1285 côté flore.

On y apprend que la loutre si discrète est à nos portes, à Bègles et Bruges, même s’il faut une patience infinie pour l’observer.

Autre visiteur inattendu, le fadet des laÎches, un petit papillon dont les derniers spécimens se trouvent en Aquitaine et en Charente.

Cette publication de Bordeaux Métropole permet d’accéder au travail de terrain effectué par la LPO, l’association Cistude Nature et les bureaux d’expertise environnementale Apexe et Elyomis.

Vous y découvrirez également des conseils pour agir en faveur de la biodiversité et des itinéraires de balades.

Espèces de Métropole est disponible dans les 28 mairies de la Métropole.

 

02 Fév

L’escale hivernale des grues

Où sont passées les grues qui volaient au-dessus de nos têtes cet automne ?

Après la saison des amours en Scandinavie, les grands oiseaux migrateurs ont rejoint le sud de l’Espagne et l’Afrique du Nord, fuyant les premiers froids dès le mois d’octobre.

Toutefois, il est encore possible de les observer dans la région.

Comme chaque année, des vols se sont en effet posés dans le sud de la Gironde et dans les Landes, avant le franchissement des Pyrénées, trouvant des conditions favorables à l’hivernage.

En Aquitaine, de nombreuses animations sont proposées pour mieux connaitre la dame grise, notamment dans le Parc Régional des Landes de Gascogne

De l’ivoire au Musée des douanes de Bordeaux

Les saisies des douanes sont parfois surprenantes…

Le Musée des douanes de Bordeaux présente une exposition inédite autour de l’ivoire, à partir des collections constituées lors d’opérations douanières.

csm_Affiche_Ivoire_40_60_MDEF_476963402bProvenant de l’éléphant, du cachalot ou du narval, ce matériau naturel est sculpté par les hommes à des fins esthétiques mais aussi mercantiles qui entraînent le fléau du braconnage.

Alors que les saisies douanières restent aujourd’hui nombreuses dans le monde, et singulièrement en Afrique, cette exposition est aussi une alerte sur ce trafic qui menace chaque jour un peu plus des espèces en danger.

Musée des douanes, Bordeaux, jusqu’au 27 mars 2016. Le dimanche 7 février, visite familiale guidée. Ateliers pour les enfants pendant les vacances scolaires.