16 Mai

Le RER E s’ouvre sur les arts et les civilisations

DP_TRAINS DES ARTS ET DES CIVILISATIONS_Def (1)-8 Une porte ouverte sur le monde, une rencontre inopinée avec les arts et les civilisations, un voyage intercontinental… c’est un peu tout ça à la fois que le RER E va proposer à ses 372 000 voyageurs quotidiens, à partir du 15 juin prochain. A l’instar du RER D, passé l’an dernier en mode cinéma ou encore du RER C transformé à la mode versaillaise, le RER E se parent de nouveaux atours avec près de 400 œuvres d’art, photographies, peintures et objets issus des collections historiques du musée du quai Branly, exposées à l’intérieur d’un seul et même Mi2N à 2 niveaux, le seul train concerné par cette opération. Reste à tomber sur le bon…

DP_TRAINS DES ARTS ET DES CIVILISATIONS_Def (1)-12DP_TRAINS DES ARTS ET DES CIVILISATIONS_Def (1)-10Comme à chaque fois, le résultat est spectaculaire. Clairement, les cheminots du technicentre de Saint-Pierre-des-Corps ont acquis un réel savoir faire, à la fois dans la technique de pose et la mise en valeur des œuvres choisies, du sol au plafond. L’air de rien, c’est un véritable puzzle de 890 panneaux par rame que les cheminots ont dû assembler avec minutie et précision. Plus de 600 m2 de vinyles ont ainsi  été nécessaires pour recouvrir l’intérieur des 5 voitures. Chacune des rames redécorés renvoie vers un seul et unique continent, à la croisée d’influences culturelles, religieuses et historiques multiples.

Le « Train des Arts et des Civilisations » sera inauguré officiellement le jeudi 15 juin prochain, gare de l’Est, voie 27 avant de partir vivre sa vie de train de voyageurs – comme les autres ou presque – entre les gares de Haussman Saint-Lazare et de Chelles-Gournay ou Tournan, en passant par la Gare Magenta, Rosa Parks ou en encore Noisy-le-Sec.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

07 Mai

Parigo #2 : l’étonnant destin des gares oubliées de Paris

Longtemps délaissées, parfois tombées dans l’oubli, les anciennes gares de Paris, et notamment celles de la petite ceinture, reviennent pour la plupart à la vie. Elles changent d’usage et les idées ne manquent pas pour leur assigner une nouvelle place dans le paysage urbain. Parigo vous emmène en balade dans ce patrimoine architectural et industriel, venu du 19ème siècle.

La promenade passe aussi par la plus emblématique de toutes les anciennes gares parisiennes, la gare d’Orsay, devenue en 1984 le musée d’Orsay après 8 ans de travaux monumentaux. Ses visiteurs imaginent-ils vraiment qu’il y eut une gare dans ces salles d’exposition et que des milliers de voyageurs sont venus là pendant des décennies embarquer, dès 1900, dans des trains 100 % électriques, les tout premiers circulant à Paris ?

Mais il y a aussi la gare des Invalides ou l’on vient désormais pour prendre… l’avion.

L’ancienne gare de Charonne, dans le 20eme arrondissement, d’abord tranformée en café, et désormais devenue scène de concert et spectacles incontournable de la vie parisienne.

Les projets, aboutis ou en cours, comme à Massena, sont nombreux. Restaurants, lieux culturels, artistiques … quelle est la priorité de la SNCF en la matière : valoriser ou préserver ? A découvrir en fin d’émission… Bonne balade !

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Sur un autre thème : Parigo#1 : transportez-moi sous l’oeil des caméras
► Pour aller plus loin : Le 22 avril, Transportez-moi devient… PARIGO !

24 Avr

Parigo #1 : transportez-moi sous l’oeil des caméras

Le saviez-vous ? Plus de 55.000 caméras, fixes ou mobiles, nous épient quotdiennement lors de nos déplacements en Ile de France ! Que ce soit dans les gares, les bus, les tramways… ou tout simplement dans la rue…  nous avons constamment une caméra qui peut potentiellement nous observer. Qui peut accéder à ces images ? Tous ces flux sont-ils enregistrés ? Quels sont leurs usages, au delà de la vidéo surveillance ? Quels délits sont concernés par la vidéo verbalisation ? Notre vie privée est-elle menacée ? C’est l’objet de ce tout premier numéro de Parigo, le magazine de votre mobilité.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

01 Avr

TPM#29 : quel bilan 9 mois après la piétonisation des berges de Seine ?

Neuf mois après le passage de la dernière voiture sur la voie Georges-Pompidou et à la veille de l’inauguration du parc des Rives de Seine, Anne Hidalgo répond en exclusivité à mes questions. Les Parisiens ont-ils réellement délaissé leur voiture ? L’évaporation attendue s’est-elle matérialisée ? Quels aménagements pour les quartiers les plus impactés ?

Pour Saint-Germain et les quais hauts, la maire de Paris fait, vous le verrez, des propositions concrètes. Elle se dit prête également à répondre positivement à la proposition de la région, favorable au développement des parkings relais aux portes de Paris.

A découvrir aussi, en avant-première, les derniers chiffres disponibles du trafic, à savoir une baisse globale du nombre de véhicules sur les quais hauts, les quais bas et le boulevard Saint-Germain (- 25 % en un an), mais une persistance des difficultés sur les axes de report. Sur les quais hauts, ce sont désormais 45.000 véhicules par jour, contre 30.000 il y a un an, soit une hausse de 50 %, ce qui entraîne plus de bruit (+ 4 db la nuit) et des difficultés de circulation (+ 3 à 7 min de plus pour parcourir les 3,3 km concernés).

Bertrand Lambert @B_Lambert75

27 Mar

TPM#28 : quelles solutions pour les oubliés des transports ?

Ils sont loin de tout et ils ont tout de même besoin de se déplacer aux heures creuses, la nuit ou au milieu des champs. Mais comment faire ? Quels transports en commun existent ? Quelles solutions pour désenclaver les zones peu peuplées, rurales ou péri-urbaines ? Transports à la demande, co-voiturage, bus express… ces idées sont-elles pertinentes ? Peuvent-elles être développées ? Le vélo serait-il LA solution miracle ? Où sont passés les 1.000 bus promis par Valérie Pécresse pour désenclaver la grande couronne ? Transportez-moi mène l’enquête, dans le Vexin ou encore en Vallée de Chevreuse, là où la mobilité, loin de la Cité, c’est pas gagné…

Invités : Stéphane Beaudet, vice-président de la Région en charge des transports / Marc Fontanès, expert en mobilité durable au cabinet Auxilia

Bertrand Lambert @B_Lambert75

11 Mar

TPM#26 : RER A, rien ne va plus (faites vos jeux)

Avec plus de 1,2 million de voyageurs quotidiens, la ligne A du RER est, de loin, la plus fréquentée d’Europe. C’est aussi la plus ancienne ligne RER d’Ile-de-France, ouverte en RER en 1977. Ses exploitants, la RATP & la SNCF, ont entrepris un vaste chantier pour la moderniser et tenter d’améliorer une ponctualité qui laisse clairement à désirer : entre 70% et 83% de trains à l’heure, selon les branches, c’est le pire score des RER ! Fidèle à ses habitudes, Transportez moi-vous dit tout sur les chantiers et améliorations à venir – et ils sont nombreux, à découvrir dans l’émission – sur cet axe vital pour l’Ile-de-France et pose les questions qui fâchent. Avec en prime, plusieurs infos exclusives… De quoi, on l’espère, redonner le sourire à ses galériens :-)

Bertrand Lambert @B_Lambert75

Pour aller plus loin : EXCLU – Fini les rames à un étage sur le RER A !
Sur le même thème : RER NG : un RER plein de promesses pour les lignes D & E

08 Mar

Grand Paris des bus : les assurances de la mairie de Paris

CaptureSuite à mon post de vendredi dernier intitulé Grand Paris des Bus : vers un grand gâchis ?, Christophe Nadjowski, l’adjoint aux transports à la Maire de Paris, a tenu à répondre à certaines de mes interrogations (portées pour la plupart par les associations d’usagers, et notamment la FNAUT, très impliquée dans ce dossier complexe). Voici ses précisions :

  • sur la date de la mise en œuvre :
    L’échéance de mise en œuvre de la restructuration est bien septembre 2018. La Ville de Paris réalisera en 2017 et en 2018 les aménagements de voirie nécessaires pour mener à bien ce projet dans les temps, afin d’amplifier le programme qu’elle a initié en 2016 sur le trajet de la ligne 72. Il n’est pas question d’un report à 2019, et encore moins à l’automne 2019.
    interligne
  • sur l’interconnexion Paris – banlieue :
    12 prolongements seront réalisés en petite couronne, et 5 lignes de petite couronne seront prolongées vers Paris. C’est conséquent et inédit dans l’histoire du réseau parisien ! Pour la première fois, le réseau parisien va vraiment franchir les limites du périphérique, et plusieurs lignes seront prolongées jusqu’au futur métro Grand Paris Express.
    interligne
  • sur les nouvelles « traversantes » :
    Des aménagements de couloirs bus sont prévus pour chacune de ces lignes. Par exemple la rue de Belleville pour la ligne 20/53, l’avenue de Saint-Ouen pour la 21/81, l’avenue du Général Leclerc pour la 92/28
    interligne
  • sur les 3 lignes les plus chargées du réseau (62, 26, 60) :
    Nous demandons des renforts d’offre au Stif pour ces lignes Et en complément, comme annoncé lors des réunions de concertation, nous sommes prêts aussi à étudier dans le détail des aménagements pour améliorer le fonctionnement de ces lignes, comme la possibilité d’une mise à sens unique de la rue d’Alésia avec un couloir bus à contresens en approche du carrefour Victor et Hélène Basch.
    Continuer la lecture

06 Mar

Interruption du trafic gare de Lyon : préparez-vous à un week-end rock and roll

Aucun train au départ ou à l’arrivée des gares de Lyon et de Paris-Bercy le temps d’un week-end, voilà ce qui vous attend les 18 et 19 mars prochain, du jamais vu de mémoire de cheminot. Je vous proposerai d’ailleurs un Transportez-moi spécial le samedi 18 mars à 12h05 sur France 3 Ile de France, en coulisses, pour tout comprendre de l‘opération hors norme menée pendant 48h par la SNCF, à savoir le remplacement complet du système d’aiguillage couplé à la mise en service de la nouvelle tour de contrôle ferroviaire informatisée de Vigneux.

Rassurez-vous, la plupart des trains, TGV et TER, sera déroutée, et non annulée. En revanche, pour le RER D et le Transilien (ligne R), ça sera plus compliqué. Le RER A et les lignes de métro (1 & 14), eux, ne seront pas impactés.

  • les circulations habituellement aux départs / terminus Paris Gare de Lyon et Paris Bercy seront reportées vers d’autres gares parisiennes ou franciliennes

 GDL● TGV Paris – Lyon
► report Marne la Vallée – Chessy (la gare TGV/RER de Disney)

● TGV Paris – Provence Alpes Côte d’Azur (Avignon TGV, Aix en Provence TGV, Marseille, Toulon, Nice)
► report aéroport Charles-de-Gaulle 2 TGV ou Marne la Vallée – Chessy

● TGV Paris – Languedoc Roussillon (Valence TGV, Nîmes, Montpellier, Perpignan)
► report à Paris Montparnasse ou Massy-TGV

● TGV Paris – Alpes (Grenoble, Annecy, Bourg-St Maurice, Modane)
► report Versailles Chantiers ou Massy Palaiseau
Continuer la lecture

03 Mar

Grand Paris des Bus : vers un grand gâchis ?

bus21Attention, révolution à venir ! Depuis plusieurs mois, la RATP, la ville de Paris et le STIF travaillent de concert à la restructuration du réseau de bus parisien. Il était temps puisque sa conception date de… 1947 ! Trop de bus dans le centre, pas assez en périphérie et près des nouveaux bassins d’emplois... le constat est partagé par tous, et depuis belle lurette. Mais les solutions proposées aujourd’hui ne semblent pas à la hauteur des enjeux.

Sans surprise, la concertation s’avère complexe. Elle est d’ailleurs loin d’être achevée. A tel point qu‘il est quasiment acquis que la mise en œuvre du nouveau plan bus ne pourra avoir lieu en septembre 2018, comme prévu initialement, mais plus sûrement à l’automne 2019. Pas de déclaration officielle à ce propos, mais des bruits de couloirs de plus en plus insistants. Après 70 ans d’inaction, nous ne sommes plus à un an près me direz-vous. Soit. Mais encore faut-il que les aménagements proposés répondent aux manques actuels et facilitent globalement l’usage du bus. Malheureusement ce n’est pas vraiment le cas.

Certes, le remaniement envisagé est conséquent :

  • 22 lignes fortement impactées, soit par fusion entre deux lignes (20+53, 21+81) soit par modification importante de leur desserte (24, 28, 30, 47, 48, 61, 65, 66, 67, 69, 72, 75, 83, 85, 86,87, 91, 92)
  • 20 lignes modifiées à la marge, localement
  • 1 ligne créée, à l’est : la 71, entre la porte de la Villette et la gare d’Austerlitz

Mais plusieurs problèmes sont peu, ou mal, traités :

  • l’interconnexion Paris – banlieue ne change guère : seules 7 lignes sont prolongées pour tisser du lien entre la capitale et sa proche banlieue (5 autres pourraient l’être aussi, mais aucune décision n’a été prise)
  • 3 « traversantes » – lignes structurantes circulant de porte à porte) sont créées par fusion/absorption (20-53, 21+81, 92 + partie sud 28) mais aucun aménagement de voirie n’est prévu pour faciliter la fluidité de ces nouvelles lignes
  • les 3 lignes les plus chargées du réseau (62, 26, 60) sont comme figées, alors qu’elle mériteraient au moins une réflexion sur leur saturation et leur régularité très inégale
  • le « bus des gares » n’est pas forcément une mauvaise idée en soi, mais la solution proposée – le prolongement du 91 vers les gares de l’Est et du Nord – semble peu pertinente d’autant plus que la gare de Bercy est toujours délibérément oubliée
  • la desserte des gares est censée être améliorée – et elle le sera sans doute – mais la modification de certains itinéraires va rendre fou bon nombre de touristes ou de banlieusards. Certaines lignes vont ainsi desservir une gare dans un sens mais… pas dans l’autre ! Ex : 21 (Saint-Lazare), 29 (gare de Lyon), 39 (gare de l’Est). Du grand n’importe quoi !
  • la lisibilité globale du réseau, déjà pas évidente, va encore prendre un coup : pour limiter l’engorgement de certains tronçons – politique nécessaire au rééquilibrage de l’offre – , il a été décidé de dévier certaines lignes et donc de leur faire faire une boucle, avec une forte dissociation des trajets aller/retour. Ex : 32, 39, 58, 67, 69, 75, 85. Comment voulez-vous que les voyageurs s’y retrouvent ?

Continuer la lecture