13 Nov

Nouvelle gare RER Rosa Parks : top départ le 13 décembre !

Plus que quelques jours de patience pour tous les riverains de la gare Rosa Parks : la nouvelle gare du RER E sera accessible au public dès le dimanche 13 décembre au matin, le jour même du second tour des élections régionales.

pole-rosa-parksCette gare constituera le 22ème arrêt sur la ligne E du RER, mais seulement le 3ème dans Paris intramuros. C’est la première gare RER inaugurée dans Paris depuis celle de Haussman/Saint-Lazare à l’autre bout de la ligne… en juillet 1999 (exception faite de la gare RER C Bibliothèque François Mitterrand, simple déplacement de 300m de l’ancienne gare Bld Masséna, ouverte en 2001) ! Un petit évènement en soit donc, et même une vraie révolution pour les habitants et salariés du  quartier de la rue de l’Évangile et de la porte d’Aubervilliers, jusqu’ici particulièrement mal desservis par les transports en commun. Preuve de l’attente suscitée par cette nouvelle gare, qui a le même nom que celle voisine du T3b, la SNCF attend dès l’ouverture près de 55.000 voyageurs par jour. Continuer la lecture

12 Nov

EXCLU : Citymapper s’ouvre -déjà- au Grand Paris Express

Alors que nos opérateurs maison s’entêtent à développer leurs propres applications en profitant de l’aura que leur confère leur marque (quitte à proposer des applis fermées sur leur seul réseau … comme la nouvelle appli RER A de la RATP, laquelle zappe totalement les gares de la ligne gérées par la SNCF… un truc de dingue, cf ce post), les start up continuent de proposer des outils toujours plus ergonomiques et performants, à l’image de Citymapper. Grand Paris Express RésultatsJ’ai déjà parlé ici de tout le bien que je pensais de leur application (cf ce post), simple, rapide, gratuite et sans pub, lancée à Londres à l’occasion de JO de 2012 et qui est, depuis, disponible dans une trentaine de villes dans le Monde, essentiellement en Europe et en Amérique du Nord (en France, l’appli fonctionne à Paris et à Lyon.). Elle est gérée depuis Londres par une vingtaine de salariés, lesquels tentent d’utiliser au mieux les flots d’open data mis à leur disposition par les villes ou les opérateurs eux-mêmes. Jamais avares en nouveautés, les développeurs de CityMapper proposent depuis aujourd’hui une toute nouvelle fonctionnalité, qui aurait, c’est certain, bien plu à Marty de « Retour vers le futur » : Citymapper vous propose désormais des itinéraires fictifs, comme si nous étions en 2022 ! Vous l’avez compris, l’appli intègre la future ligne 15 du Grand Paris Express, et vous permet de visualiser les futurs gains de temps sur vos trajets, lorsque la nouvelle ligne du métro automatique banlieue-banlieue sera opérationnelle. Sur l’exemple, entre Pont de Sèvres et Arcueil-Cachan, c’est 30 minutes de gagné, soit 2/3 du temps. On a hâte :-)

En attendant 2022, rencontre en exclusivité pour Transportez-moi, avec Louis Jolly, city project manager chez Citymapper, venu spécialement de Londres pour nous parler de sa start-up, de son appli, et donc de ce bond vers le futur du Grand Paris.Bertrand Lambert

10 Nov

Nuisances aériennes : le ras le bol des riverains

A quelques jours de l’ouverture de la COP21, les associations de lutte contre les nuisances aériennes ont décidé de passer la vitesse supérieure et d’unir leurs forces pour se faire entendre. La quasi totalité des acteurs, venus essentiellement de Seine et Marne, de Seine Saint Denis, du Val de Marne et de l’Essonne, se sont retrouvés, mardi 10 novembre, pour une manifestation unitaire sous les fenêtres de Ségolène Royal, au pied du ministère de l’écologie.

Les riverains d’Orly et de Roissy craignent notamment de faire les frais d’une nouvelle augmentation du trafic aérien en Île-de-France (qui concentre déjà 60% du trafic français) Continuer la lecture

09 Nov

Harcèlement sexiste dans les transports : la fin d’un tabou

Un voyageur qui vous colle d’un peu trop près, des mains qui se baladent, des allusions salaces, des regards libidineux… toutes les femmes qui prennent le train, le métro ou le bus ont déjà été confrontées à ce genre de situation. Le harcèlement dans les transports ne doit plus être un tabou et on ne peut que saluer la campagne lancée par le gouvernement et les opérateurs, RATP et SNCF en tête. Affiches dans le métro et dans les gares, clip sur internet… rien de très original mais les mots choisis sont bien sentis, rappelant le caractère quotidien et dangereusement banal de certains comportements.

Cette campagne s’accompagne de 11 autres mesures, pas encore toutes effectives, déjà évoquées en juillet dernier lors du lancement du plan national de lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports. L’une des plus attendues par la gente féminine n’est pas encore pour tout de suite : pour les arrêts à la demande en Ile de France, il faudra en effet attendre encore un peu… l’idée a déjà fait ses preuves au Canada (depuis près de 25 ans) mais elle est seulement testée dans l’hexagone, à Nantes et à Tours. Il faudra attendre le retour d’expérience pour l’envisager à Paris et dans la région capitale.
Voyez notre reportage, réalisé avec Morgan Prévost Continuer la lecture

Bornes de recharge : le cap des 10.000 prises franchi

Le chiffre est symbolique. 10.161 : c’est très exactement le nombre de bornes électriques de recharge opérationnelles aujourd’hui en France. C’est 1.561 de plus qu’en septembre, preuve s’il en est que la France commence enfin à densifier le maillage de son réseau national d’infrastructures de recharge.
10161_pts_de_chargeSans surprise, c’est à Paris (2.537 points de recharge) et dans la petite couronne (2.172) que se trouve près de la moitié des bornes accessibles au public, grâce surtout – et presque exclusivement – à Autolib’ et ses 1.007 stations réparties dans 82 communes de la région. Ailleurs, les prises se font plus rares en Ile de France, comme nous l’avions déjà montré dans notre test : comment recharger sa voiture électrique à Paris ?
Là où Bolloré ne s’est pas encore implanté (autrement dit hors IDF, Lyon et Bordeaux), les points de recharge publics sont essentiellement situés dans les commerces, notamment dans le réseau de concessionnaires Renault et Nissan (constructeurs de voitures électriques) ou encore les supermarchés Leclerc et Auchan.

Continuer la lecture

04 Nov

Test : que vaut la nouvelle appli RATP dédiée au RER A ?

C’est l’un des dix chantiers lancés par la P-DG de la RATP : Elisabeth Borne a annoncé le lancement d’une dizaine d’applications censées faciliter les déplacements de ses clients. Nous avons testé pour vous, en avant première, l’application dédiée au RER A, lancée à la mi-novembre. Elle permettra notamment d’avoir accès aux dernières infos twitter de la ligne et surtout d’avoir une idée précise de l’heure d’arrivée de son train, avec prise en compte de l’état du trafic. C’est une première dans l’histoire de la RATP, bien décidée à ne pas se laisser doubler par les start-up aux applications souvent bien plus ergonomiques et réactives (telle CityMapper, selon nous le must des appli transports en IDF). Reste un problème majeur : l‘application, censée pourtant être dédiée à l’ensemble de la ligne, ne concerne en fait que le secteur géré par la RATP ! IMG_0730 Continuer la lecture

Paris, plus que jamais vitrine industrielle de Bolloré

bolloréC’est l’histoire d’un industriel qui a eu l’intelligence de faire de Paris sa vitrine industrielle et technologique. Et peu importe si cela sert les intérêts d’une famille politique qui n’est pas franchement la sienne. Et peu importe si le procédé est un peu gros pour passer inaperçu… Après avoir servi de crash test grandeur nature à Autolib’, Paris s’apprête à en faire de même, 4 ans plus tard, avec les premiers BlueBus et Bluetram.

Petit retour en arrière : lorsque Bertrand Delanoë décide de doter Paris d’un système innovant d’autopartage électrique, le sang de Vincent Bolloré ne fait qu’un tour : c’est pour lui ! L’industriel réalise très vite qu’Autolib’ est, pour son groupe, une chance inouïe : celle de pouvoir démontrer, au cœur de la capitale, au cœur du pouvoir, et même au cœur du Monde pourrait-on dire, la fiabilité de sa batterie et de sa technologie.

Nous sommes alors en décembre 2011, et face aux journalistes, Vincent Bolloré, qui a rarement sa langue dans sa poche, ne cache d’ailleurs rien de ses intentions : « nous allons démontrer les capacités de (nos) batteries électriques« , lesquelles vont subir, en étant utilisées une dizaine de fois par jour, « le pire des stress tests« . Pour être certain de décrocher le contrat, Bolloré met les formes… et surtout les moyens : humains (1500 embauches annoncées), technologiques et financiers (100 M d’euros d’investissement de départ). Peu importe qu’Autolib’ lui coûte annuellement plusieurs dizaines de millions d’euros, l’important est que tout le monde voit ses batteries fonctionner, et sa Bluecar rouler ! Continuer la lecture

03 Nov

Bonus vidéo : entretien avec Elisabeth Borne, PDG de la RATP

En exclusivité pour Transportez-moi, la PDG de la RATP répond à nos questions depuis la salle du Conseil d’administration du groupe, quelques minutes après avoir présenté ses orientations stratégiques au CA réuni en séance exceptionnelle. L’occasion pour elle de nous préciser ses chantiers prioritaires, avec l’horizon 2025 en ligne de mire. Ouverture à la concurrence, mobilisation générale pour le RER, nouveaux outils digitaux, 4G en station, sécurité, ouverture 24h/24 le week-end … Elisabeth Borne n’esquive aucun sujet. Bertrand Lambert

02 Nov

Vélo Métro Boulot : ouverture d’un 1er espace Véligo sur la ligne 13

STIF - CP Véligo SAINT-DENIS-2Un 1er pour la route… il s’est fait attendre mais le tout premier espace Véligo du métro parisien sera enfin inauguré jeudi, le 5 novembre, à la station Saint Denis Université (ligne 13). Véligo ce sont des consignes sécurisées et/ou des abris en libre accès pour les vélos, à proximité immédiate des entrées des gares ou stations. On en compte aujourd’hui 25 en service en Ile-de-France, mais jusqu’à présent seules les gares RER ou Transilien étaient concernées.

L’idée du STIF, à l’origine du projet, est évidemment d’inciter les voyageurs à utiliser leur vélo en complément des transports en commun. Et l’expérience est plutôt concluante : les utilisateurs sont, dans leur très grande majorité*, satisfaits de la sécurité et de la propreté des espaces qui leur sont proposés. Pour y accéder, il suffit d’être en possession d’une carte Navigo chargée d’un forfait en cours de validité (Semaine, Mois, Annuel, imagine R, Solidarité Transport) et de souscrire un abonnement à 30 euros (par an). C’est certes légèrement plus cher qu’un abonnement annuel à Vélib’, mais au moins vous êtes certain de retrouver votre vélo en sortant du métro.

Ce nouvel espace Véligo compte 52 places ; une consigne collective sécurisée de 32 places et 20 places sous abri en accès libre. Ce qui porte à 1712 le nombre de places sécurisées proposées en Ile de France par Véligo … le STIF est encore loin, très loin, de son objectif de 20.000 places en 2020.

* Enquête menée par le STIF en avril 2013 : 92 % des abonnés Véligo se sont déclarés satisfaits par le service Véligo.

Bertrand Lambert Continuer la lecture