24 Fév

EXCLU – Fini les rames à un étage sur le RER A !

EXCLU – Bonne nouvelle pour les 1.2 million de galériens quotidiens du RER A : dès ce week-end, seuls des trains à deux niveaux circuleront sur la ligne ! Une petite révolution pour la ligne la plus fréquentée d’Europe.

Le geste inaugural, comme on dit, avait eu lieu en grande pompe le 5 décembre 2011 à la station la Défense. Ce jour là, Nicolas Sarkozy accueillait le premier train à double étage MI09, tout nouveau matériel appelé à remplacer, à terme, l’ensemble des rames du RER A. Cinq ans et demi plus tard, les 140 exemplaires commandés – et fabriqués dans le nord de la France – ont tous été livrés, le dernier l’a été il y a quelques jours, ce qui va permettre à la RATP de se débarrasser ce week-end définitivement des dernières rames à un seul étage encore en circulation sur la ligne, les fameux MI84 (qui ne seront regrettés par personne, soyons clair). Les ultimes tours de roue du MI84 sont prévues aujourd’hui vendredi, sur une mission Saint Germain – Boissy.

Contrairement à ce que l’ancien président de la République espérait à l’époque, le MI09 (le RER blanc et vert d’eau) n’équipera pas 100% de la ligne : 43 trains MI2N (le RER bleu et rouge, également à deux étages) continueront de circuler au côté du MI09 sur les 109 km de la ligne pour desservir les 46 gares du RER A. Il n’empêche, c’est un sacré bol d’air pour les voyageurs, qui se voient donc offrir des rames bien plus capacitaires : un train MI09, composé de 2 rames de 5 voitures, accueille ainsi 2600 voyageurs (dont 948 places assises) : c’est presque 1.000 de plus que le MI84 et ses 1684 places (dont 432 places assises). De quoi faire – peut-être – passer auprès des usagers la pilule de la future grille horaire, laquelle proposera, dès décembre prochain, moins de RER en circulation (mais censés être à l’heure, c’est en tout cas la promesse de la RATP et de la SNCF) : à certaines heures, le nombre de trains en circulation pourrait ainsi passer de 30 à 24 par heure sur le tronçon central. Affaire à suivre : les élus, comme les associations d’usagers, continuent de ferrailler sur le sujet pour obtenir des compensations à cette diminution de l’offre, comme la suppression de la fameuse interconnexion à Nanterre Préfecture.

Pour en savoir plus, je vous donne rendez-vous le samedi 11 mars à 12h05 sur France 3 Paris pour un numéro de Transportez-moi consacré justement au RER A.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

Sur le même sujet : TPM#15 : dans les coulisses de conception du train et du métro du futur
Pour aller plus loin : RER NG : un RER plein de promesses pour les lignes D & E

21 Fév

TPM#24 : Love is in … the tube !

Au lendemain de la Saint-Valentin, gros plan sur ces rencontres que nous faisons tous les jours dans les transports en commun. Certain(e) croise sur un quai, dans une rame, à une station ou un arrêt (tel Christine and the Queen dans sa chanson « Saint-Claude« , un arrêt du bus 96), un ou une inconnu(e) et… c’est le coup de foudre ! Vous n’y croyez pas ? Et pourtant… laissez vous surprendre…Bertrand Lambert @B_Lambert75

10 Fév

TPM#23 : les deux roues se croient-ils tout permis ?

Qui n’a jamais pesté contre un vélo ignorant un feu rouge, un scooter garé en plein milieu du trottoir, une moto roulant dans un couloir de bus... les deux roues semblent avoir oublié qu’ils n’étaient pas tout seul sur la route, notamment à Paris. Vous trouvez que j’exagère, voyez ce test, mené en 20 minutes, près de Balard, sans trucage : au final 14 infractions, soit une toutes les 90 secondes !
Pour aller plus loin, Transportez-moi met les pieds dans le plat et pose les questions qui fâchent. L’occasion également de faire le point sur l’expérimentation de l’inter-file sur le périphérique, pratique imposée par les motards et désormais encadrée.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

03 Fév

TPM#22 : les chefs étoilés entrent en gare

Cette semaine, Transportez-moi passe à table et vous dit tout sur ces chefs étoilés qui ouvrent, les uns après les autres, des brasseries haut de gamme dans les gares et aéroports de la région. Après Eric Frechon, le précurseur, c’est au tour de Thierry Marx, de Guy Martin et bientôt d’Alain Ducasse de s’installer à deux pas de notre quai de gare habituel ou de notre salle d’embarquement. Que mijotent-ils donc ? Que valent des escales culinaires ? Qu’en pensent les voyageurs, les gastronomes ? Eric Fréchon, le trois étoilés du Bristol, nous accueille dans sa cuisine du Lazare, ouvert en septembre 2013. Jean-Claude Ribaut, célèbre critique culinaire, nous livre, quant à lui, son regard d’expert. Accrochez vos papilles !

Attention, la révolution gastronomique de la SNCF ne s’arrête pas aux gares : le tant redouté sandwich SNCF a bel et bien vécu, et c’est heureux ! Les chefs étoilés se sont creusés la tête pour proposer une restauration abordable – et mangeable – au sein des TGV : nous avons testé pour vous ces nouveaux petits plats. Mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi…
Bertrand Lambert @B_Lambert75

30 Jan

TPM#21 : Transports sur la Seine… Sea Bubble se dévoile en avant première

Le transports fluvial est-il LA solution pour décongestionner Paris ? Transportez-moi lève l’ancre et mène l’enquête… Nous verrons que les Batobus, désormais accessibles pour 40 euros par an avec le passe Navigo, ne sont pas franchement adaptés à nos transports du quotidien, en termes de fréquence et de vitesse… A l’étranger et même ailleurs en France, à Bordeaux et à Nantes par exemple, le transport fluvial urbain a pourtant le vent en poupe, alors pourquoi pas chez nous ? La Seine deviendra t-elle un jour une nouvelle autoroute fluviale ? C’est en tout cas le rêve d’Alain Thébault, le célèbre navigateur qui a imaginé Sea Bubble, le taxi volant 100 % électrique à quatre places qui sera testé sur la Seine au printemps prochain. Il nous présente en avant première la toute première maquette de ce taxi flottant amené à concurrencer VTC et taxis.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Sur un autre thème : TPM#20 : Autolib’, un modèle dans l’impasse ?

23 Jan

Véhicules autonomes : revivez notre Facebook live !

Comme je vous l’annonçais en exclusivité la semaine dernière, les deux navettes autonomes testées par la RATP ont bien effectué leurs premiers tours de roue aujourd’hui sur le pont Charles-de-Gaulle, entre les gares d’Austerlitz et de Lyon.
On y était :-)
En notre compagnie : Elisabeth Borne, PDG de la RATP, Christophe Nadjowski, adjoint à la maire de Paris chargé des transports et Stéphane Beaudet, le vice-président de la Région en charge des transports.

Bertrand Lambert

► Pour aller plus loin : Navettes autonomes entre Austerlitz et gare de Lyon : c’est parti !

21 Jan

TPM#20 : Autolib’, un modèle dans l’impasse ?

Son succès populaire est indéniable : il se loue une Autolib’ toutes les 5 secondes ! Succès technique et technologique, Autolib’ s’avère pourtant un véritable gouffre financier, avec potentiellement 179 M€ de déficit d’ici 2023. Qui va payer ? Bolloré ? Les 97 communes adhérentes ? Les abonnés ? La publicité ? Pourquoi le nombre de locations diminue-t-il (-8 % en 2016) alors que le nombre d’abonnés, lui, s’envole (+30% en 2016). Comment expliquer ce paradoxe ? Le modèle d’exploitation d’Autolib’ est-il à revoir ? 5 ans après son lancement en fanfare à Paris, Transportez-moi mène l’enquête. Et pour la première fois, le maire de l’une des 97 municipalités adhérentes s’exprime face caméra : sa petite ville pourrait avoir à débourser 800.000 € pour éponger les dettes d’Autolib’ !Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Pour aller plus loin : Quand Autolib’ se transforme discrètement en panneau publicitaire à roulettes
► Sur le même thème : Notre enquête : Bolloré, roi de Paris ?
► Pour aller plus loin : Paris, plus que jamais vitrine industrielle de Bolloré

20 Jan

Liaison Paris – Roissy : des TGV plutôt que le CDG Express ?

gare tgv (7)EXCLU – Avec le vote définitif du parlement, le 20 décembre dernier, en faveur du Charles-de-Gaule Express (CDG), le débat semblait clos : une nouvelle liaison ferroviaire de 32 km doit bel et bien voir le jour, en partie à cheval sur les rails du RER B, pour relier en 20 minutes, dès 2023, la capitale à son principal aéroport, avec des trains toutes les 15 minutes, de 5 heures à minuit.

Depuis le début, ce projet hérisse bon nombre d’élus et d’associations, de par son coût (1,7 milliard d’euros, certes à la charge exclusive d’une filiale commune à la SNCF et à Aéroports de Paris), sa cible (les touristes ou les franciliens aisés prêts à débourser les 24€ du ticket) ou ses conséquences probables sur la régularité du RER B (contraint de partager 24 km de ses voies, déjà bien encombrées). Jusqu’ici, ces opposants n’ont pas obtenu gain de cause. Mais ils viennent d’avoir une nouvelle idée, bien aidés en cela par un énième incident sur le réseau de Paris nord.

Souvenez vous de la pagaille montre, début décembre, autour de la gare du Nord : caténaire arraché, RER et Transilien à l’arrêt pendant deux jours… et donc plus aucune liaison ferrée entre Paris et Roissy. La cata. C’est alors que la SNCF décide de faire circuler, faute de mieux, deux TGV – sur les voies à grande vitesse – pour faire la navette entre la gare du Nord et l’aéroport, dans les deux sens et à raison d’une navette par sens par heure. Une première totalement inédite qui surprend bon nombre de voyageurs et de touristes, complètement perdus, mais qui fonctionne. D’où l’idée, qui sait, de pérenniser cette navette.

C’est en tout cas ce que suggère Pierre Serne, actuel administrateur du STIF et ancien vice président (les Verts) de la Région en charge des transports, dans une lettre confidentielle, que je me suis procurée, adressée le 4 janvier dernier à Guillaume Pépy, président de la SNCF, et à Patrick Jeantet, président de SNCF réseau.

Continuer la lecture

19 Jan

Navettes autonomes entre Austerlitz et gare de Lyon : c’est parti !

IMG_2840EXCLU – Il y a cinq mois, nous les avions découvertes avec curiosité lors d’une première démonstration sur les quais de Seine. Les petites navettes autonomes conçues par la start-up toulousaine EasyMile, associée au constructeur Ligier, font leur grand retour à Paris : dès lundi à 17h, vous pourrez monter à bord !

Leur trajet : les 207,75 m (soyons précis) du pont Charles de Gaulle, entre les gares de Lyon et d’Austerlitz. Les ultimes tests ont débuté aujourd’hui et vont durer trois jours. On aurait aimé que la navette aille vraiment d’une gare à l’autre, mais malheureusement le logiciel embarqué n’est pas capable aujourd’hui de franchir des carrefours et des intersections … du coup, les navettes permettront seulement de gagner un peu de temps, en ligne droite, dans l’espace fermé et sécurisé que représente le couloir de bus du pont (côté droit de la circulation), réquisitionné pour l’occasion.

La RATP a acquis deux navettes autonomes, pour un coût unitaire qui approcherait les 200.000 euros, soit plus ou moins le prix d’un bus dernière génération évidemment bien plus capacitaire. L’innovation a bien un prix ! Les deux véhicules sont 100% électriques, bardés d’informatique embarquée, de capteurs et de caméras, et peuvent transporter jusqu’à douze personnes (six assises, six debout -> cf vidéo ci-dessous). Le tout évidemment sans chauffeur et à une vitesse respectable de 20 km/h (les bus roulent en moyenne à 14 km/h dans la capitale).

Deux espaces de remisage (temporaires car amenés à être démontés ensuite) sont en cours de construction à chacune des extrémités du pont Charles de Gaulle, pour abriter – et sécuriser – les navettes la nuit.

Cette expérimentation, financée à 100% par la RATP, durera trois mois, jusqu’au 7 avril 2017, et ne coûtera rien aux usagers, puisque ces navettes seront gratuites.  Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Sur le même thème : TPM#15 : dans les coulisses de conception du train et du métro du futur
► Pour aller plus loin : EXCLU : on a testé pour vous le futur vélib’ électrique !

14 Jan

TPM#19 : Crit’air, une vignette pour un air meilleur ?

Verte, mauve, jaune, orange, marron ou grise, vous ne pourrez pas la manquer ! Elle est obligatoire à compter de ce lundi (le 16 janvier), et elle fait d’abord un détour par Transportez-moi : ses usages, les sanctions, les arnaques… on vous dit tout et on se pose aussi la question de son efficacité en terme de lutte contre la pollution. Depuis plusieurs jours, les lobbys sont à l’œuvre pour tenter de désinformer les franciliens : OUI la vignette Crit’air est bien OBLIGATOIRE dès lundi pour circuler ou stationner dans Paris, mais vous ne serez verbalisables (je l’avoue c’est assez pervers), en cas de défaut d’affichage, que dans quelques semaines : le décret est en cours d’écriture au ministère. En revanche, si vous tentez de rouler avec un véhicule d’avant 1997, vous risquez bel et bien 68 euros d’amende, même si la préfecture de police a annoncé une période de tolérance. Si vous voulez en avoir le cœur net, je vous conseille d’aller directement lire les décrets ici. Toujours est-il que malgré les critiques, cette vignette est déjà un succès : il s’en commande quotidiennement de 50 à 70.000 ! Si vous voulez la commander, attention aux arnaques, les infos ici.
Bertrand Lambert

► Sur le même thème : #TPM4 : le boom de la voiture électrique, et si on roulait propre ?
► Pour aller plus loin : #TPM3 : quelle place demain pour la voiture à Paris ?
► Sur le même thème : Quelques stats étonnantes sur la voiture à Paris…

RSS