24 Mar

L’open-data en Bretagne: une appli pour mieux circuler à Rennes

illustre Renn circul

La ville de Rennes et l’open-data ont ceci en commun: ce sont tout deux un vaste chantier. Quoi de plus logique, donc, de voir (enfin) sortir une appli sur les travaux en temps réel. C’est le printemps de la donnée ouverte en Bretagne: avec le lancement d’une plate-forme ouverte pour les commandes publiques.(#teaser, à lire dans l’épisode 2 )

« À Rennes, ça roule pour vous !« , dit le communiqué de presse. « Enfin !« , a-t-on envie de répondre. Je suis désolé d’infliger cette accroche renno-centrée, mais imaginez-vous: après une journée d’un dur labeur sur un desk numérique, flirtant avec les 50km/h pour être à l’heure au trou n°1, être bloqué par une palissade qui n’étais pas là la veille.

Les automobilistes du quotidien ont peut-être l’habitude, et jetteront un œil sur les pages locales de la PQR. Mais moi, habitué à pédaler entre les files aux feux rouges, et bon client des applis de transports en commun, j’en suis resté coi tout l’été.

A la fin de l’automne, le rythme des travaux dans les rues de la métropole avait à peine baissé. Et la ville pionnière, celle qui a très tôt libéré les données transport de la Star, le réseau des transports en commun, n’avait toujours rien fait pour accompagner ces multiples chantiers. Et celui du métro doit durer encore cinq ans.

Renn’Circul

C’est enfin chose faite avec l’appli Renn’Circul, qui donne la localisation des chantiers au quotidien, l’état du trafic, et le nombre de places disponibles dans les parkings souterrains et parkings-relais de la ville. Elle vient compléter le site dédié de Rennes Metropole, pour ceux qui en connaissaient l’existence. Les travaux dans les 43 communes de la métropole y sont signalés, comme « secteur à éviter », ou « secteur à la circulation perturbée ». A noter deux services sympa: la possibilité d’être alerté dès que des travaux commencent dans un secteur déterminé, et la possibilité des déclarer des gênes à la circulation.

appli renn circulCela paraissait, en terme d’usage, évident. Mais la donnée, elle, ne se libère pas dès qu’on appuie sur le bouton vert. Ces données travaux, par exemple, ont été longues à faire parler. « C’est le fruit du travail quotidien de nombreux services qui coordonnent les chantiers, produisent et diffusent les informations qui y sont relatives et mettent en oeuvre des outils créés sur mesure » dit le dossier. En clair, c’était un vaste chantier. Il a fallu notamment faire converger toutes les sources vers le service communication de la métropole, pour ensuite les harmoniser et les géolocaliser.

Where is my bus ?

Concomitamment, et puisque une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le Star continue sa politique « explore » de libération des données, en fournissant la position des bus en temps réel. Une information qui fera plaisir au Collectif Open-data de Rennes, qui a besoin de jeux de données à se mettre sous la dent. (Et qui commençait à avoir faim).

https://twitter.com/codrennes/status/577525947282415616