08 Sep

Il effectue un vol en parapente en hommage à son arrière arrière grand-père le pyrénéiste Célestin Passet

Capture écran du film

Capture écran du film

Le 22 août dernier les conditions météo étaient idéales. Christophe Castagné a effectué un vol en parapente de plus de 6 heures au-dessus des sommets les plus emblématiques des Pyrénées. Un voyage qu’il dédie à son arrière arrière grand père, le pyrénéiste Célestin Passet décédé il y a tout juste 100 ans. Une très belle vidéo toute en émotion.

C’est un voyage émouvant entre 1200 et 4400 mètres d’altitude qu’a effectué Christophe Castagné accroché à son parapente. Issu d’une grande famille de guides de montagne, il est revenu par les airs sur les traces de son ancêtre, Célestin Passet . Ce dernier fut l’un des pionniers de la conquête des sommets prestigieux de la chaîne. Il a notamment accompagné Russell au Mont Perdu, par la brèche de Roland et fut celui qui a ouvert pour la première fois le mythique couloir de Gaube dans la face nord du Vignemale.
Parti de Barèges, l’émotion a été à son comble lorsque Christophe a survolé le Vignemale. Un moment intense qu’il a tenu à exprimer en accompagnement de ses belles images.

En mémoire à sa disparition en 1917 il y a 100 ans, je lui dédie ces quelques images et ce vol au dessus du massif de Gavarnie et par le survol du Vignemale et de son terrible couloir de Gaube, je lui rend hommage pour son exploit d’ascension le 6 août 1889 avec ses amis Henri Brulle, Jean Bazillac, Roger de Monts, et le guide de Gavarnie François Bernat-Salles.

Des 6 heures de vol, Christophe en a tiré un film d’une quinzaine de minutes où l’on peut admirer depuis le ciel, la majestueuse beauté sauvage de la partie centrale du massif. Parmi les moments forts du voyage, le survol des parcs nationaux des Pyrénées et d’Ordesa (Espagne), ainsi que la réserve du Néouvielle. Des territoires protégés que l’on ne peut survoler, en raison de la réglementation, qu’à condition d’être au-dessus de 1000m. Passionné et féru de liberté, Christophe se bat pour que le vol libre soit possible partout dans les Pyrénées.

 

 

23 Mai

Enquête sur le crash de l’hélicoptère dans les Pyrénées : la zone de l’accident interdite aux randonneurs

L'épave de l'hélicoptère ©Gendarmerie

L’épave de l’hélicoptère
©Gendarmerie

Vendredi 20 mai, un hélicoptère de la gendarmerie des Hautes-Pyrénées s’est écrasé avec 4 gendarmes à son bord dans le massif du Vignemale. Les 4 gendarmes ont été tués dans le choc. Pour les besoins de l’enquête, la préfecture des Hautes-Pyrénées a interdit l’accès de la zone de l’accident aux randonneurs, ainsi que son survol.

Un accident d’une gravité sans précédent  s’est produit vendredi 20 mai dans le massif du Vignemale dans les Hautes-Pyrénées. Quatre gendarmes, ont été tués dans le crash de l’hélicoptère qui les transportait après que celui-ci a heurté avec une pale la paroi rocheuse dans le couloir de Gaube. Il a fait une chute de 600 mètres, pour une raison qui reste encore inconnue. L’ EC 145 a chuté d’une altitude d’environ 3.100 m jusqu’à environ 2.500 m et s’est écrasé sur le glacier des Oulettes de Gaube où l’épave de l’engin se trouve encore actuellement.

Au pied du Vignemale, le glalier des Oulettes de Gaube ©Archives MaxPPP

Au pied du Vignemale, le glalier des Oulettes de Gaube
©Archives MaxPPP

Les causes de l’accident ne sont pas encore connues et une enquête a été ouverte. La préfecture a donc émis une interdiction d’accès à la zone de l’accident sur le glacier des Oulettes de Gaube. Ainsi que l’interdiction de survoler le secteur du Vignemale à tous les engins volants. L’objectif étant de donner aux enquêteurs les meilleures conditions pour recueillir les indices pour comprendre ce qui s’est passé.

L’interdiction court jusqu’à Mardi 24 mai 18h.

26 Juin

111 bougies pour le trophée du Vignemale

MaxPPP

MaxPPP

C’est une histoire qui dure. Le trail du Vignemale fête cet été ses 111 ans d’existence. Des milliers de coureurs se sont lancés à sa conquête en plus d’un siècle. En 2015, 550 trailers vont tenter de battre le record de la course qui n’est pas tombé depuis 24 ans.

Samedi 4 juillet, plus de 550 athlètes prendront le départ à Cauterets pour relier le sommet du Grand Vignemale. Soient, 45 kms à parcourir en autonomie totale et 2 700 m de dénivelé positif. Objectif après plusieurs d’efforts et de course sur sentier et glacier atteindre le plus haut sommet des Pyrénées Françaises qui culmine à 3 298 m d’altitude.

Le record à battre est de 4h25. Il est détenu depuis 1991 par J-F March.
Le départ de la course se fera à 7h place de la Mairie à Cauterets. Puis montée via le Pont d’Espagne, direction le glacier du Vignemale par la Hourquette d’Ossoue et le Refuge de Baysselance. Le retour s’effectue  par la Vallée d’Estom (La Fruitière), avant une arrivée à Cauterets. Les meilleurs coureurs sont attendus en  moins de 5h après leur départ.

Pour en savoir plus sur le trophée.

Voir ici la vidéo d’un coureur du trophée 2014

;