08 Sep

Il effectue un vol en parapente en hommage à son arrière arrière grand-père le pyrénéiste Célestin Passet

Capture écran du film

Capture écran du film

Le 22 août dernier les conditions météo étaient idéales. Christophe Castagné a effectué un vol en parapente de plus de 6 heures au-dessus des sommets les plus emblématiques des Pyrénées. Un voyage qu’il dédie à son arrière arrière grand père, le pyrénéiste Célestin Passet décédé il y a tout juste 100 ans. Une très belle vidéo toute en émotion.

C’est un voyage émouvant entre 1200 et 4400 mètres d’altitude qu’a effectué Christophe Castagné accroché à son parapente. Issu d’une grande famille de guides de montagne, il est revenu par les airs sur les traces de son ancêtre, Célestin Passet . Ce dernier fut l’un des pionniers de la conquête des sommets prestigieux de la chaîne. Il a notamment accompagné Russell au Mont Perdu, par la brèche de Roland et fut celui qui a ouvert pour la première fois le mythique couloir de Gaube dans la face nord du Vignemale.
Parti de Barèges, l’émotion a été à son comble lorsque Christophe a survolé le Vignemale. Un moment intense qu’il a tenu à exprimer en accompagnement de ses belles images.

En mémoire à sa disparition en 1917 il y a 100 ans, je lui dédie ces quelques images et ce vol au dessus du massif de Gavarnie et par le survol du Vignemale et de son terrible couloir de Gaube, je lui rend hommage pour son exploit d’ascension le 6 août 1889 avec ses amis Henri Brulle, Jean Bazillac, Roger de Monts, et le guide de Gavarnie François Bernat-Salles.

Des 6 heures de vol, Christophe en a tiré un film d’une quinzaine de minutes où l’on peut admirer depuis le ciel, la majestueuse beauté sauvage de la partie centrale du massif. Parmi les moments forts du voyage, le survol des parcs nationaux des Pyrénées et d’Ordesa (Espagne), ainsi que la réserve du Néouvielle. Des territoires protégés que l’on ne peut survoler, en raison de la réglementation, qu’à condition d’être au-dessus de 1000m. Passionné et féru de liberté, Christophe se bat pour que le vol libre soit possible partout dans les Pyrénées.

 

 

11 Juil

Les routes de la réserve naturelle du Néouvielle se découvrent désormais en vélo…électrique

Lac d'Oredon ©Cyril Denise/ PNP.

Lac d’Oredon
©Cyril Denise/ PNP.

Cet été, quatre vélos à assistance électrique sont mis à la disposition du public afin qu’il découvre sans (trop) d’efforts les lacs d’Orédon, d’Aubert ou de Cap de Long, joyaux du massif granitique de la réserve naturelle du Néouvielle.

Il est désormais possible pour tout un chacun de parcourir les routes de la réserve du Néouvielle cheveux au vent, sans avoir une préparation physique exceptionnelle. En effet, le Parc National des Pyrénées, gestionnaire de la réserve met à la disposition du public, au niveau du parking d’Oredon les vélos en échange de papiers d’identité. Seule la circulation sur  les routes bitumées est autorisée.

C’est gratuit. Mais attention, il n’y a que quatre vélos pour l’été.

En dehors de la période estivale, il faudra réserver les vélos pour en disposer. Un numéro téléphonique est  en service pour la livraison à domicile (05 62 54 16 70) mais elle restera à la charge du bénéficiaire.