18 Août

Deux randonneurs britanniques secourus après 5 jours d’errance sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. De Saint-Jean Pied de Port à Roncevaux. ©MaxPPP

Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. De Saint-Jean Pied de Port à Roncevaux.
©MaxPPP

Deux randonneurs britanniques engagés sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ont été retrouvés par les secouristes espagnols après avoir perdu leur chemin. Après 5 jours d’errance, ils étaient affamés et déshydratés.

Deux randonneurs britanniques ont été sauvés par les secouristes espagnols alors qu’ils étaient perdus depuis 5 jours sur le célèbre chemin de Saint-Jacques de Compostelle dans les Pyrénées. Ils étaient déshydratés et affamés. Ils ont survécu en buvant l’eau potable dans des auges des animaux qu’ils ont trouvé sur le parcours, rapporte le site d’information Dailymail.

Les sauveteurs les ont repéré lors d’un survol de la zone en hélicoptère. Ils ont aperçu une croix qu’ils avaient faite avec des vêtements de couleurs vives sur le flanc de la montagne sur le côté français de la frontière près de Valcarlos, Espagne, autour de 18 heures mardi 16 août. En raison du terrain escarpé, c’est un véhicule 4×4 qui s’est finalement rendu sur les lieux pour les évacuer.

Les deux Anglais avaient quitté la ville frontalière française de Saint Jean Pied de Port, le vendredi après-midi. Ils comptaient rallier Roncevaux en Espagne soit environ 20km de sentier puis se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice par le chemin emprunté chaque année par des milliers de pèlerins.

21 Juil

Troumouse et Estaubé : deux cirques glaciaires faciles d’accès

Cirque de Troumouse, Hautes-Pyrénées. le plus grand cirque des Pyrénées ©MaxPPP

Cirque de Troumouse, Hautes-Pyrénées. le plus grand cirque des Pyrénées
©MaxPPP

A quelques kilomètres du cirque de Gavanie, se trouvent deux autres cirques glaciaires, tout aussi impressionnants et beaux. Le cirque de Troumouse est le plus grand des Pyrénées et d’Europe. Le cirque d’Estaubé, plus petit, est reconnu pour son activité pastorale dans les Hautes-Pyrénées.

Troumouse et Estaubé sont moins connus du grand public que le cirque de Gavarnie. Pourtant, ils n’en sont pas moins intéressants pour les randonneurs : une approche facile et moins de touristes. Troumouse impressionne par sa taille. Ses barres rocheuses entourent le cirque de 4km de diamètre. Il est dominé par l’un des plus hauts sommets des Pyrénées : le pic de la Munia (3133m d’altitude). Le cirque d’Estaubé est le plus petit des trois cirques, mais c’est incontestablement le  plus sauvage. On y trouve notamment des traces anciennes laissées par les bergers et des edelweiss à foison.

Visites à 1800m en compagnie du journaliste Patrice Teisseire-Dufour. Un reportage de Marc Raturat et Olivier Denoun.


Promenade dans les cirques de Troumouse et d’Estaubé

12 Juil

Les 14 commandements pour réussir sa randonnée dans les Pyrénées

©manuel | MC

©manuel | MC

C’est le moment de sortir le sac à dos et les chaussures de montagne du placard. La saison de la randonnée est ouverte. Afin de bien se préparer, le site internet reussirmarandonnee.fr, recense point par point  tout ce qu’il faut anticiper en terme de matériel et les comportements à adopter pour une balade en toute sécurité. Ce sont 14 commandements dont voici l’essentiel.

On ne part pas en montagne sans un minimum de préparation même la « montagne à vache », l’appellation commune des parcours peu sportifs réservés aux familles.

1- La météo, tu surveilleras

Essentiel. Toute randonnée n’est envisageable que si le temps est adapté. En été, les phénomènes à observer sont les orages. Ils sont fréquents et se développent vite en altitude. La foudre est un réel danger pour les promeneurs. Le vent pose aussi un problème lorsqu’il est violent, ce qui est assez commun lorsque l’on approche des crêtes. Et enfin, la neige. Car oui, il y en a encore en montagne. Les névés sont des sources fréquentes de chutes qui ne se terminent pas toujours très bien. Cette année particulièrement, les plaques de neige sont nombreuses en début de saison estivale.

2- Le parcours, tu étudieras sur la carte

Une carte tu prendras et tu t’entraîneras à lire. Chaque couleur a un sens. Une carte IGN place toujours le nord en haut de la carte. Bref, un petit apprentissage à réaliser avant de prendre le départ. Quand on est perdu, même si on a une carte, c’est trop tard.

3- Du niveau des membres du groupe, tu tiendras compte

Il est primordial d’adapter son choix de promenade à son niveau d’entraînement. Pour la première sortie de l’année éviter de faire l’un des 212 3000 que comptent les Pyrénées. Si vous partez à plusieurs. Il faut s’adapter au niveau du membre le plus faible. Outre la distance, s’est surtout le dénivelé qu’il faut regarder. Au delà de 1000m dans la journée, il faut déjà avoir un certain entraînement.
4 catégories sont décrites, elles te permettront d’évaluer les marcheurs.

4- Le fond du sac, tu vérifieras

S’il est important de ne pas trop se charger, il reste indispensable de prendre l’indispensable. C’est ce que l’on appelle le fond de sac. Composé pour l’essentiel de la trousse de secours, du téléphone portable chargé, de la couverture de survie, des cartes ou topos correspondant à votre randonnée, d’une casquette ou d’un bob, de lunettes de soleil, de crème solaire, d’un sifflet : utile pour alerter les secours; d’eau et de  nourriture en quantité suffisante mais pas trop. Et aussi d’un vêtement pour la pluie, de gants et d’un bonnet, même en été les températures peuvent brutalement chuter, d’un sac poubelle pour ramener les déchets qui sera utile pour garder les affaires au sec en cas de pluie. Plus un sac est grand plus on tendance à la charger…

5- Jamais seul, tu ne partiras

Faire de la randonnée n’est pas sans danger. La moindre chute se transformer en drame. Un coéquipier est donc indispensable. Et même accompagné, il est important de prévenir votre entourage de votre destination. Ils seront à même de contacter les secours si vous ne rentrez pas dans les temps.

6- Aux enfants, tu t’adapteras

Partir en montagne avec des enfants se prépare. En plus d’un itinéraire adapté à leur niveau et à leur âge, on est vigilent sur leurs chaussures qui doivent être de vraies chaussures de randonnée. Les tout petits seront portés. Là encore, il faudra être attentif à leur installation et aux protections contre le soleil et le froid.

7- L’alerte, tu sauras donner en cas d’accident

Un seul numéro à retenir : le 112. En montagne le réseau n’est pas égal, donc il n’est pas toujours facile de téléphoner. Si un refuge est à proximité, ne pas hésiter à s’y rendre. Quand l’hélicoptère approche le signe conventionnel pour demander de l’aide est le Y fait avec les bras en l’air. En attendant leur arrivée, il faut protéger les randonneurs à commencer par soi-même et donner les premiers secours. Se faire aider si vous n’êtes pas seul.

8- Partir tôt, tu t’obligeras

Plus on donne le top départ de la balade tardivement plus on voit les risques de changement de la météo augmenter. En effet, pendant la période estivale, les risque d’orages est non négligeable. La plupart du temps, ils éclatent dans l’après-midi et en soirée. Cela permet aussi, de partir « à la fraîche », de se laisser de la marge en cas de prolongation forcée de la randonnée..

9- Le chemin, tu suivras

Plusieurs raisons à signaler pour ce commandement essentiel. Votre sécurité bien sûr. Le chemin est toujours l’itinéraire le plus sûr. Son parcours est adapté graduellement à l’effort physique. Et puis, c’est respecter la biodiversité de la nature en ne la dégradant pas en marchant hors sentier.

10- La nature, tu respecteras

Rester propre et discret. Propre en ramenant vos déchets et en ne laissant rien sur place, même de la nourriture pour les animaux. Respectueux des animaux et des plantes. On ne cueille pas, on ne s’approche pas des animaux, on les dérange le moins possible…

11- De l’eau, tu boiras

Avant et tout au long de l’effort tu penseras à t’hydrater et à manger. Les règles de nutrition restent les mêmes que celles des autres sports d’endurance. Privilégiez la veille au soir un repas à base de sucres lents, ne pas boire d’alcool. Puis pendant, la promenade manger et boire régulièrement en petite quantité.

12- Tes déchets, tu ramèneras

Tu n’aimes pas voir les détritus des autres randonneurs, donc tu ne fais pas la même chose. La montagne est un espace de liberté sauvage qu’il faut respecter pour qu’il reste une destination nature propre. Donc, ton passage doit être invisible. A commencer par les restes de tes encas.

13- Les animaux, tu ne nourriras pas

Ils n’ont pas besoin de toi. Toute l’année, ils se débrouillent tout seul. Par ailleurs, ce que tu pourrais leur laisser risque d’être inadapté à leur besoin, tu pourrais donc les mettre en danger.

14- Le balisage, tu suivras

Il existe différents types de balisages. Ceux-ci te permettent de savoir où te te situe, comme ceux spécifiques du Parc National, d’autres de repérer ton chemin. Le plus connu d’entre eux est celui du GR10, le sentier qui traverse les Pyrénées de part en part. Il est constitué de deux barres de peinture une rouge et une blanche.

 

01 Juil

Randonneurs, soyez prudents pour traverser les névés

Partie sommitale du pic du Rhule ©Facebook refuge du Rhule

Partie sommitale du pic du Rhule
©Facebook refuge du Rhule

L’activité randonnée est en plein essor. Principalement en été où les marcheurs sont plus nombreux à arpenter les sentiers des Pyrénées. Mais cette année les conditions en montagne affichent un bon mois de retard, et donc la présence de névés plus conséquents à franchir. Adoptez-donc la bonne attitude pour limiter les risques de glissades et leurs conséquences.

Les été se suivent et ne se ressemblent pas surtout en montagne, où les conditions climatiques influent sur la faisabilité et la technicité d’une randonnée. Passer un névé, n’est pas forcément chose aisée et sans risque. Le matin, la neige est souvent gelée et le risque de chute non négligeable. Le franchissement de névés requiert quelques précautions. Certains d’entre eux peuvent se révéler infranchissables sans une connaissance technique suffisante et un matériel adapté. Si vous n’êtes pas sûr de vous, renoncez ou changez d’itinéraire.

Pour les plus courants, ceux que vous rencontrerez sur les sentiers à flanc de pente ou coincés dans des cheminées encaissées, ne vous y engagez pas si vous n’êtes pas équipés de chaussures de randonnée suffisamment rigides pour prendre appui avec l’ensemble de la semelle. Munissez vous de bâtons qui vous permettront de mieux vous équilibrer et enfin couvrez-vous. En effet, tomber et glisser sur la neige peut entraîner de graves brûlures.

Voici un aperçu des conditions d’enneigement avec les photos du refuge de la Brèche de Roland

Les crampons et le piolet peuvent être nécessaires pour franchir les derniers mètres des plus hauts sommets des Pyrénées au-dessus de 2700m, comme ci-dessous au Mont Perdu.

Mont Perdu, espagne ©Refuge de Goriz

Mont Perdu, espagne
©Refuge de Goriz

Enfin, les lacs d’altitude sont partiellement dégelés. Il est particulièrement imprudent de mettre un pied sur les plaques qui recouvrent leur surface. Elles sont fragilisées par les chaleurs estivales, peuvent céder à tout moment. Les lacs en plein dégel magnifient le paysage, contentez-vous de les admirer depuis la berge.

lac de Barroude au mois de juin ©Facebook Marie Ger

lac de Barroude au mois de juin
©Facebook Marie Ger

28 Juin

Les 4 maux du randonneur

©MaxPPP

©MaxPPP

Quelle est belle la montagne ! Certes mais pour en profiter en toute sérénité, voici quelques clés, souvent ignorées des listes de conseils publiées dans les guides de randonnée mais qui pourtant vous garantissent une promenade agréable.

Les ampoules

Aïe, aïe aïe. Impossible de prendre du plaisir avec les pieds en feu et l’envie pressante de se déchausser. Les ampoules, une véritable torture qu’il faut à tout prix éviter. Premier conseil de bon sens, ne jamais partir en longue randonnée avec des chaussures neuves. Elles ont besoin d’être « cassées » pour devenir votre meilleur allié. Pour ceux qui ont la peau délicate, acheter des chaussettes anti-ampoule, le résultat n’est pas garanti à 100% mais cela évite aux pieds de chauffer trop vite. Et munissez-vous de pansements spécifiques à poser avant le départ si vous savez où vont se situer les ampoules ou à la première sensation de brûlure. Sans ça vous n’irez pas loin.

Des chaussures inadaptées

Toujours, les pieds. Il faut dire qu’ils sont fortement mis à contribution. Ni trop grandes, ni trop petites, les chaussures sont LE matériel à choisir avec le plus d’attention. Faites confiance à vos sensations quand vous les achetez et prévoyez une demi pointure de plus pour les chaussettes, plus épaisses que celles des chaussures de ville. Pensez à l’espace nécessaire pour que vos petits orteils ne soient pas trop comprimés en descente. Ça fait très vite très mal. Inutile également de prendre trop grand. Vos appuis seront mauvais, inconfortables et le risque d’ampoules accru.

Un sac trop lourd

Quand vous le remplissez, une chose essentielle doit occuper votre esprit « vous allez devoir le porter ». Et là commence une autre histoire. On diminue de nombre de tee-shirt et une quantité trop importante de nourriture pour privilégier des vêtements fonctionnels respirants et légers. Des barres énergétiques adaptées, plutôt que le cake maison qui va arriver en miette. Bref on se renseigne et on met sur le dessus du sac ce dont on va se servir le plus souvent. En été, la casquette, la crème solaire et l’eau.
La bière on la boira une fois rentré. comme le dit l’adage « après l’effort, le réconfort ».

Le vêtement de pluie au fond du sac

En montagne, le temps change souvent parfois brutalement. Alors si vous avez le moindre doute sur la météo avant de partir, en cas de prévisions instables. L’habit pluie et vent doit se trouver à portée de main. Pas au fond du sac. Imaginez-vous sur une vire ou une pente glissante en train de déballer votre sac, pressé par la pluie d’orage. Vous risquez de perdre une partie du contenu de votre sac. Le mieux donc est d’anticiper.

Rassurez-vous, ces erreurs on les a toutes faîtes. Mais comme on aime partager, on préfère vous en faire part. Maintenant à vous de les prendre ou pas. Dans tous les cas, profitez bien des paysages somptueux et sauvages des Pyrénées. Et, on compte sur vous pour nous envoyer vos plus belles photos sur webtoulouse@francetv.fr.

 

17 Juin

Mi-juin, la neige s’invite sur les sommets pyrénéens

On avait tous remarqué la fraîcheur de ce jeudi 16 juin. A cinq jours de l’arrivée de l’été, c’est la neige qui est tombée sur les sommets pyrénéens. Quelques centimètres sont tombés dès 2200m. Images et vidéos de cet épisode météo toujours surprenant au regard du calendrier.

Ambiance fraîche et précipitations. En montagne, cela s’est traduit par quelques centimètres de neige sur les sommets pyrénéens.

La neige est tombée en Andorre

Ici au cirque de Gavarnie (Hautes-Pyrénées)

A Barèges (Hautes-Pyrénées)

Depuis Ax 3 Domaines en Ariège

Dans le Val d’Aran en Espagne

Dans la vallée d’Orlu en Ariège

24 Mai

Fin mai, la quantité de neige est encore importante au-dessus de 2300m

Brèche de Roland le 18 mai 2016 ©Facebook refuge brèche de Roland

Brèche de Roland le 18 mai 2016
©Facebook refuge brèche de Roland

Fin Mai, la saison des randonnées est ouverte. Mais attention, si les sentiers sont dégagés de toute neige en basse et moyenne altitude, ce n’est pas le cas au-dessus de 2300 m où le manteau neigeux est encore conséquent. Avis de prudence à tous ceux qui partent en montagne.

La saison de ski du randonnée a encore quelques semaines devant elle au regard des conditions d’enneigement actuelles. Ce qui n’est pas exactement vu du même œil par les randonneurs plus habitués à trouver des sentiers en herbe et en pierres. L‘enneigement est toujours excédentaire pour la saison sur la partie centrale des Pyrénées. Des plaques de neige apparaissent à partir de 1800m mais la neige ne recouvre majoritairement le sol qu’à partir de 2000m en versant nord et 2300m en versant sud.

On relève d’importantes quantités de neige  :

  • Au Refuge du Maupas à 2430 m la station nivôse indique 1m10
  • Au Port d’Aula à 2140m : 35 cm
  • A l’Hospitalet à 2290m : 90 cm

Au refuge de la Brèche de Roland les opérations de déneigement sont en cours avant de pouvoir entamer les travaux d’extension.

Le refuge de Baysselance a ouvert entouré d’un tapis blanc

Equipements nécessaires pour randonner en haute-montagne
La prudence est de mise. Marcher dans la neige représente un effort plus important, la progression est plus lente et le risque de glissade considérables. Les pentes exposées au nord peuvent être gelées même s’il s’agit de neige de printemps.
Il es recommandé aux randonneurs et également aux skieurs de partir équipés de crampons, piolet et d’une corde pour gravir les 3000.
Il faut également respecter les règles de prudence de base. Vérifier les conditions météo, ne pas partir seul, ne pas surestimer ses capacités, avertir son entourage de sa destination, emporter de l’eau et de la nourriture et prendre des vêtements pour le froid et pour le chaud. Les conditions météo au printemps sont instables.

Au sommet de la Munia (3133m) à la croisée des cirques de Baroude, Troumouse et Barrosa :

14 Déc

Neige dure et glacée, skier et randonner dans les Pyrénées nécessitent la plus grande prudence

CC : Mitch Barrie

CC : Mitch Barrie

Ce week-end à nouveau, les Pyrénées ont été endeuillées. Une randonneuse a fait une chute mortelle au dessus de la station de Gavarnie. L’occasion de rappeler que la montagne est dangereuse. Particulièrement en ce moment où la couche de neige fine est extrêmement glissante ce qui augmente considérablement le risque de chute.

Pour la deuxième fois depuis l’arrivée de la neige, des randonneurs ont perdu la vie après avoir glissés sur des pentes raides et fortement verglacées. Il y a une semaine ce sont deux randonneurs qui ont dévissé dans, le Couserans ariégeois. Pourtant expérimentés, ils auraient glissé sur une pente glacée du pic de l’Har.
Il y deux jours, c’est une randonneuse de 65 ans qui a fait une chute mortelle, dans des circonstances similaires. Equipée de crampons, elle faisait partie d’un groupe de retraités amateurs qui avait entrepris une randonnée au pic de la Pahule. Equipée de crampons, la cordée de 3 personnes était engagée sur une pente assez raide quand elle a dévissé sur environ 300 mètres.

Suite à ce dernier drame de la montagne et également aux accidents de ski en station où la neige est également très dure, la préfecture des Hautes-Pyrénées appelle les randonneurs et les skieurs à faire preuve de la plus grande prudence :

Attention aux randonnées en montagne ! La couche de neige est fine et glissante. De nombreux accidents ont été recensés ce week end, dont un mortel. La plus grande prudence est recommandée.

Posté par Préfet des Hautes-Pyrénées sur dimanche 13 décembre 2015

Les conditions sont mauvaises sur l’ensemble du massif :

MESSAGE DE PRUDENCE.En ce début de période hivernale, nous rappelons à tous que les conditions de neige actuellement…

Posté par PGHM Luchon sur vendredi 11 décembre 2015

Les mesures à prendre avant de partir en montagne

En ce qui concerne le ski hors piste et la randonnée en montagne :

  • S’assurer que l’on a le bon niveau technique et la condition physique pour réaliser la sortie choisie.  Partir avec carte, boussole, GPS, ARVA
  • Se renseigner : sur les conditions nivologiques et météorologiques dans les Hautes Pyrénées : Météo France propose un service enneigement et avalanche. Les PHGM et les CRS peuvent être sollicités pour connaître les conditions localement.
  • S’équiper avec le matériel adapté : ARVA avec pelle et  sonde. Des équipements indissociables et indispensables dès que l’on s’éloigne du domaine balisé et sécurisé des stations. L’utilisation de ces appareils nécessite un apprentissage.  Et aussi le casque et une protection dorsale.
  • Pour les débutants, l’accompagnement par un professionnel en montagne s’impose. Notamment quand les conditions sont difficiles. Se renseigner auprès des bureaux des guides et de la fédération des accompagnateurs en montagne.

Dans les stations de ski, quelques règles doivent également être respectées pour sa propre sécurité et celles des autres :

  • Respecter le baslisage et la signalisation des pistes
  • Adapter sa vitesse à son niveau, la fréquentation et la difficulté de la piste
  • Porter un casque

07 Déc

Un début de saison hivernale endeuillé dans les Pyrénées

Ski de randonnée ©MaxPPP

Ski de randonnée
©MaxPPP

La saison hivernale démarre tout juste et déjà quatre victimes sont à déplorer dans des accidents sur le massif pyrénéen. Deux skieurs et deux randonneurs ont perdu la vie de façon accidentelle en une semaine. Rappel sur les règles de prudence à respecter.

La montagne a fait ses premières victimes de la saison. Près de Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées, lors d’une sortie à ski hors piste dans le secteur de Touyarolles, c’est un jeune homme de 19 ans qui a péri à la suite d’une chute. Il se serait mal réceptionné après avoir sauté une première barre rocheuse et aurait été entraîné au-dessus d’autres barres rocheuses.Dans les Pyrénées-Atlantiques, un jeune snowboarder espagnol a chuté mortellement à La Pierre Saint-Martin. Sa tête a cogné contre une pierre. Dans, le Couserans ariégeois, ceux sont deux randonneurs qui ont trouvé la mort dans un accident. Pourtant expérimentés, ils auraient glissé sur une pente glacée du pic de l’Har. Les deux victimes, un homme et une femme d’une quarantaine d’années, se trouvaient dans un groupe de sept randonneurs associatifs de Montauban, tous équipés de crampons, lorsque, pendant une pause sur la neige gelée, une personne a fait un faux mouvement provoquant un début de glissade.

Ski hors piste et randonnées hivernales : deux pratiques sportives pour lesquelles il faut être préparé, équipé et encadré

La pratique du ski hors des pistes et de la randonnée font chaque année leur lot de victimes dans les Pyrénées. Certains de ces accidents pourraient être évités à condition de prendre quelques précautions indispensables. Avant d’envisager une sortie, il est important d’avoir une bonne connaissance de la montagne et de ces dangers.

  • se renseigner sur les conditions météo et d’enneigement, notamment le risque d’avalanche. Météo France met à disposition des bulletins quotidiens consultables en libre accès sur le site internet.
  • se préparer physiquement. Marcher en hiver avec des raquettes ou avec des crampons sur des pentes raides, de même que pratiquer du ski free ride ou du ski de randonnée représente un effort intense, supérieur à la randonnée estivale. S’entraîner régulièrement à soutenir un effort est indispensable. Il faut partir en forme, et jamais seul.
  • s’assurer d’avoir le matériel adéquat et en bonne état. Avant toute reprise, il faut contrôler son matériel ski, peau, vêtement GoreTex, arva… Ces équipements sont spécifiques pour la pratique d’activités en hiver. En hiver, le temps peut changer rapidement. Vent et froid peuvent arriver très vite, d’où la nécessité de prévoir une tenue adaptée avec gants et bonnets et vestes et pantalons techniques.
  • faire appel à des professionnels du ski et de la montagne. En station, les moniteurs peuvent vous faire découvrir des secteurs hors pistes. Les guides de haute-montagne vous accompagneront en randonnée à ski ou en raquettes.

En 10 ans le nombre de pratiquants en ski de rando et raquettes à neige a doublé. Des formations sont proposées par ANENA ; Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches pour mieux appréhender les risques.