28 Fév

En France, 28% des conseillers municipaux FN ont démissionné; en Franche-Comté c’est 150%

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

En Franche-Comté, le Front national a décroché six sièges aux élections municipales de 2014: 2 à Besançon, 2 à Belfort, 2 à Montbéliard. Trois ans plus tard, le Front national n’en a plus que cinq, suite au départ de Marc Archambault, tête de liste à Belfort, qui a quitté le FN fin 2015. Mais surtout, au total, le Front national a enregistré pas moins de 9 défections sur ces trois villes. Neuf élus potentiels qui n’ont jamais siégé ou ne siègent plus. Continuer la lecture

23 Fév

L’alliance Macron-Bayrou chamboule aussi le paysage politique local

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou, ex-ministre de gouvernements de droite, a donc annoncé ce mercredi son alliance avec Emmanuel Macron, ex-ministre d’un gouvernement de gauche. Ce rassemblement en vue de l’élection présidentielle crée d’incongrues situations au niveau local, où des opposants d’hier pourraient s’allier rapidement autour d’une cause commune nationale. En voici deux exemples dans les deux principales villes de Franche-Comté, Besançon et Belfort. Continuer la lecture

13 Jan

Jean-Louis Fousseret, soutien d’Emmanuel Macron: « Ce n’est pas à moi de partir du PS »

Jean-Louis Fousseret, maire et président de l'agglomération de Besançon (©f3fc)

Jean-Louis Fousseret, maire et président de l’agglomération de Besançon (©f3fc)

Le premier débat télévisé de la primaire organisé par le parti socialiste, son parti, ne l’a pas fait changé d’avis. Jean-Louis Fousseret roule toujours pour Emmanuel Macron, dont il a (à nouveau) chanter les louanges devant la presse ce vendredi. « Je ne vais pas aller voter à la primaire, c’est une question d’honnêteté », annonce le maire et président de l’agglomération de Besançon, qui n’envisage en revanche pas, par honnêteté, de quitter le Parti socialiste. « Ce n’est pas à moi de partir », lance-t-il.  Continuer la lecture

12 Déc

Benoît Hamon fixe un objectif de « 20 élèves par classe en moyenne du CP au CE2 »

Benoit Hamon (©f3fc)

Benoit Hamon (f3fc)

En campagne dans le département du Doubs à l’invitation de la députée PS Barbara Romagnan, Benoît Hamon est allé à la rencontre  de plusieurs associations qui, à Besançon, viennent en aide aux personnes les plus fragiles (Maison verte, Nous aussi, Floréal, Pari…). Avant une réunion publique ce soir à Boussières, il a répondu à nos questions sur le plateau de France 3 Franche-Comté. Voici son interview: Continuer la lecture

20 Nov

A Besançon, une adjointe de gauche vote à la primaire de la droite et s’attire les foudres de ses camarades

Catherine Thiebaut (ex-EELV) est adjointe au maire de Besançon (©f3fc) en charge des bâtiments municipaux, du patrimoine immobilier, du parc Automobile et de la lgistique

Catherine Thiebaut (ex-EELV) est adjointe au maire de Besançon en charge des bâtiments municipaux, du patrimoine immobilier, du parc Automobile et de la logistique (©f3fc)

Adjointe au maire PS de Besançon, l’écologiste Catherine Thiébaut a voté à la primaire de la droite et du centre. L’élue (ex-EELV) ne l’a pas caché sur les réseaux sociaux, suscitant de vives critiques de la part de ses camarades de gauche. « Je n’ai pas viré à droite, mais j’ai voté pour le moins pire, nous explique-t-elle après avoir glissé un bulletin Juppé dans l’urne. Je suis toujours de gauche, toujours écologiste, mais j’ai peur qu’au 2e tour de la présidentielle nous n’ayons le choix qu’entre un Républicain et Marine Le Pen »Continuer la lecture

09 Nov

Ville sans migrants: Jean-Louis Fousseret « fantasme une droite raciste » selon Jacques Grosperrin et Philippe Gonon

Philippe Gonon (UDI) et Jacques Grosperrin (LR) (©f3fc)

Philippe Gonon (UDI) et Jacques Grosperrin (LR) (©f3fc)

A l’issue d’un conseil municipal agité lundi, déserté avant son terme par le groupe LR et une partie du groupe UDI, le maire PS Jean-Louis Fousseret et les présidents des groupes de gauche (PS, EELV, PCF, société civile) avaient fustigé « cette droite bisontine qui a clairement choisi le refus du combat des idées du FN ». En partant précipitamment, les huit élus de droite incriminés n’avaient pas eu à se prononcer sur une motion présentée par le FN et demandant une « commune sans migrants » (lire ici). Dans un communiqué, Jacques Grosperrin (LR) et Philippe Gonon (UDI) répliquent: « Nous n’avons pas de leçons à recevoir d’un Maire qui ne sait plus où il habite, au sein d’une gauche en miettes et qui n’arrive à se rassembler qu’autour d’un communiqué de presse ridicule fantasmant une droite raciste ». Continuer la lecture

08 Nov

Besançon « ville sans migrants »: la gauche dénonce « cette droite bisontine qui a clairement choisi le refus du combat des idées du FN »

Jean-Louis Fousseret lors du conseil municipal (capture d'écran)

Jean-Louis Fousseret lors du conseil municipal (capture d’écran)

Lundi soir, en fin de conseil municipal, le groupe Front national a proposé aux élus d’adopter un voeu pour « une ville sans migrants ». Plusieurs élus Les Républicains et UDI, dont le sénateur Jacques Grosperrin et les vice-présidents du Département du Doubs Ludovic Fagaut et Philippe Gonon ont alors quitté la salle, sans voter sur la motion frontiste. Une attitude dénoncée par les élus de gauche. « Un déni de démocratie et une fissure Républicaine inédite à Besançon » pour le maire PS Jean-Louis Fousseret et les présidents des groupes de gauche au conseil municipal; un comportement « pleutre, indigne et à l’opposé des principes républicains » pour le député EELV Eric Alauzet. Continuer la lecture

05 Août

Dijon métropole ? A Besançon, les communistes dénoncent le fétichisme de la taille

Thibaut Bize, conseiller municipal de Besançon (©f3fc)

Thibaut Bize, conseiller municipal PCF de Besançon (©f3fc)

Toujours plus gros, mais pour quoi faire ? Alors que Dijon entrevoit le statut de métropole (lire ici), les élus communistes de Besançon dénoncent une « course à la grande taille ». « Bien entendu, Besançon va vouloir suivre en se transformant en communauté urbaine, pour tenter de ne pas trop décrocher de la nouvelle capitale régionale. Derrière ces termes techniques, un même schéma : une réorganisation  des communautés de communes qui vide de leur substance les communes actuelles », dénoncent les élus communistes, membres de la majorité du maire PS Jean-Louis Fousseret. Continuer la lecture

31 Mai

Hôtel de Région à Besançon et réflexes identitaires: quand la fusion ravive les divisions

Marie-Guite Dufay veut implanter le siège de la Région Bourgogne Franche-Comté à Besançon (©f3fc)

Marie-Guite Dufay veut implanter le siège de la Région Bourgogne Franche-Comté à Besançon (©f3fc)

En annonçant qu’elle privilégierait l’équilibre entre Dijon et Besançon plutôt que la centralisation des institutions dans la capitale bourguignonne, Marie-Guite Dufay, la présidente PS du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, a ravivé les tensions entre les élus des deux ex-régions. A droite comme à gauche, les réactions à l’implantation du siège de la Région à Besançon ne se font pas en fonction d’une ligne politique, mais en fonction de sa terre d’élection. Comme si la Bourgogne Franche-Comté n’existait toujours pas réellement dans l’esprit de nos élus, pourtant censés montrer l’exemple. Continuer la lecture