01 Mar

François Fillon bientôt mis en examen ? La droite divisée sur le maintien de sa candidature

François Fillon le mercredi 1er mars (©ftvinfo)

L’annonce de la future mise en examen de François Fillon par l’intéressé lui-même à la mi-journée fait à nouveau entrer la droite dans une zone de turbulences, à sept semaines seulement du premier tour de la présidentielle. Faut-il toujours soutenir le candidat désigné par la primaire ou l’abandonner en rase campagne? Beaucoup de nos élus se posent la question. En Franche-Comté, certains ont décidé de prendre leur distance avec l’ancien premier ministre. Continuer la lecture

28 Fév

En France, 28% des conseillers municipaux FN ont démissionné; en Franche-Comté c’est 150%

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

En Franche-Comté, le Front national a décroché six sièges aux élections municipales de 2014: 2 à Besançon, 2 à Belfort, 2 à Montbéliard. Trois ans plus tard, le Front national n’en a plus que cinq, suite au départ de Marc Archambault, tête de liste à Belfort, qui a quitté le FN fin 2015. Mais surtout, au total, le Front national a enregistré pas moins de 9 défections sur ces trois villes. Neuf élus potentiels qui n’ont jamais siégé ou ne siègent plus. Continuer la lecture

27 Fév

Pour Damien Meslot, les défections de Christine Bouquin et Jean-François Longeot sont « des clapotis dans un verre d’eau »

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

L’un, parlementaire UDI, ne fera pas la campagne de François Fillon, « pour des raisons d’éthique personnelle ». L’autre, qui souhaitait le devenir (parlementaire), retire sa candidature LR sur la 3e circonscription du Doubs, car « ça ne correspond plus à [son] éthique politique ». Mais pour Damien Meslot, député LR et maire de Belfort, les défections du sénateur Jean-François Longeot et de la présidente du Département du Doubs Christine Bouquin ne sont que « des clapotis dans un verre d’eau ». Continuer la lecture

23 Fév

L’alliance Macron-Bayrou chamboule aussi le paysage politique local

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou, ex-ministre de gouvernements de droite, a donc annoncé ce mercredi son alliance avec Emmanuel Macron, ex-ministre d’un gouvernement de gauche. Ce rassemblement en vue de l’élection présidentielle crée d’incongrues situations au niveau local, où des opposants d’hier pourraient s’allier rapidement autour d’une cause commune nationale. En voici deux exemples dans les deux principales villes de Franche-Comté, Besançon et Belfort. Continuer la lecture

22 Fév

François Hollande à Alstom Belfort: une visite pour rien ?

François Hollande le 22 février à Alstom Belfort (©f3fc)

François Hollande le 22 février à Alstom Belfort (©f3fc)

Le président de la République était très attendu ce mercredi matin à Belfort. Une visite éclair des ateliers de General Electric et d’Alstom, conclue par un discours d’un quart d’heure au cours duquel François Hollande a confirmé qu’il restait encore beaucoup à faire pour conclure les marchés promis par l’Etat à l’automne dernier afin d’éviter la fermeture du site historique de production des motrices TGV. Continuer la lecture

21 Fév

Les élus de droite demandent des garanties à François Hollande avant sa venue à Alstom Belfort

Près de 400 salariés fabriquent des trains à l'usine Alstom de Belfort (©Maxppp)

Près de 400 salariés fabriquent des trains à l’usine Alstom de Belfort (©Maxppp)

Les trois parlementaires du Territoire de Belfort et le président du conseil départemental, tous de droite, adressent ce mardi une lettre ouverte à François Hollande, à la veille du déplacement du chef de l’Etat à Belfort. Les députés Damien Meslot (LR, également maire de Belfort) et Michel Zumkeller (UDI), le sénateur Cédric Perrin (LR) et le président du Département Florian Bouquet (LR) demandent au président de la République « d’user de toute votre influence pour déclencher ces commandes, qui seules, permettront de rassurer tous les Belfortains sur l’avenir du site ». Les élus locaux rappellent qu’une partie du plan de sauvetage du site d’Alstom à Belfort n’est toujours pas actée, en particulier « la commande de 6 rames de TGV pour l’Italie et de 20 locomotives de manoeuvre ». Continuer la lecture

16 Fév

Marine Le Pen entre 25% et 33% d’intentions de vote en Bourgogne-Franche-Comté

Marine Le Pen (©f3)

Marine Le Pen (©f3)

D’après l’enquête électorale de Cevipof-Ipsos, la Bourgogne-Franche-Comté est une des régions de France qui accorde les meilleurs scores pour Marine Le Pen. La candidate du Front national est créditée de 28 et 29% des suffrages selon la participation ou non de François Bayrou (MoDem) au scrutin. C’est trois points de plus qu’au niveau national. En tenant compte de la marge d’erreur, le résultat de Marine Le Pen oscille entre 25% et 33%. Par ailleurs, la Bourgogne-Franche-Comté amplifie le score de François Fillon (+2 points) et atténue celui d’Emmanuel Macron (-2,5 points). Continuer la lecture

14 Fév

Accusé de « se servir sur la bête » par le MoDem Christophe Grudler, Florian Bouquet (LR) révèle ce qu’il gagne

Florian Bouquet (LR) et Christophe Grudler (MoDem) (©f3fc)

Florian Bouquet (LR) et Christophe Grudler (MoDem) (©f3fc)

Comme nous vous le révélions ici même dès vendredi, Florian Bouquet (LR) est resté 11 mois assistant parlementaire de Damien Meslot après son élection à la présidence du conseil départemental du Territoire de Belfort. Une situation qui a fait sortir de ses gonds l’opposition, du MRC Bastien Faudot (lire ici) au MoDem Christophe Grudler. Ce week-end, ce dernier dénonce des « faits graves »: « Financièrement, n’y a-t-il « rien d’immoral » à « se servir sur la bête » en cumulant les indemnités publiques ? », demande l’élu centriste dans un communiqué. M. Bouquet « chercherait-il à prendre les gens pour des imbéciles en leur faisant croire que la fonction de Président du Conseil départemental du Territoire de Belfort est compatible avec un poste d’assistant parlementaire », poursuit l’ancien RPR. Continuer la lecture

12 Fév

L’union de la gauche, mission impossible ? Revoir le débat de Dimanche en politique

Quatre partisans francs-comtois de candidats à la présidentielle ont débattu sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

Quatre partisans francs-comtois de candidats à la présidentielle ont débattu sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

On connaît désormais le casting de l’élection présidentielle, mais à gauche, une redistribution des rôles est-elle envisageable ? Depuis la victoire de Benoît Hamon à la primaire, le PS est redevenu fréquentable pour les autres partis de gauche. Le socialiste a d’ailleurs tendu la main à Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France Insoumise et du PCF, et Yannick Jadot, le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts. Un rapprochement est-il possible, incluant ou excluant l’ancien ministre Emmanuel Macron? Dimanche en Politique recevait quatre partisans de ces candidats à la présidentielle: Jean-Sébastien Leuba, adjoint PS au maire de Besançon, Bruno Kern, référent d’En Marche dans le Territoire de Belfort, Brigitte Monnet, co-secrétaire régionale d’Europe Ecologie-Les Verts et Quentin Hafekost, secrétaire de section PCF d’Héricourt (Haute-Saône). Un débat à voir ou revoir ici: Continuer la lecture

10 Fév

Florian Bouquet a été président de Département et assistant parlementaire de Damien Meslot pendant près d’un an

Florian Bouquet (©f3fc)

Florian Bouquet (©f3fc)

Le lièvre a été soulevé en plein débat sur les orientations budgétaires au conseil départemental du Territoire de Belfort. Bastien Faudot, élu d’opposition (MRC) demande au président Florian Bouquet (LR) s’il a cumulé son mandat de patron du Département et son emploi d’assistant parlementaire auprès du député et maire de Belfort Damien Meslot. Si la réponse fut alambiquée lors de la séance publique, elle est claire aujourd’hui: « Ma démission a été effective au 1er mars 2016 », nous révèle le président Florian Bouquet, qui est donc resté 11 mois assistant parlementaire après son élection. Il s’en explique. Continuer la lecture