01 Mar

François Fillon bientôt mis en examen ? La droite divisée sur le maintien de sa candidature

François Fillon le mercredi 1er mars (©ftvinfo)

L’annonce de la future mise en examen de François Fillon par l’intéressé lui-même à la mi-journée fait à nouveau entrer la droite dans une zone de turbulences, à sept semaines seulement du premier tour de la présidentielle. Faut-il toujours soutenir le candidat désigné par la primaire ou l’abandonner en rase campagne? Beaucoup de nos élus se posent la question. En Franche-Comté, certains ont décidé de prendre leur distance avec l’ancien premier ministre. Continuer la lecture

28 Fév

En France, 28% des conseillers municipaux FN ont démissionné; en Franche-Comté c’est 150%

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

En Franche-Comté, le Front national a décroché six sièges aux élections municipales de 2014: 2 à Besançon, 2 à Belfort, 2 à Montbéliard. Trois ans plus tard, le Front national n’en a plus que cinq, suite au départ de Marc Archambault, tête de liste à Belfort, qui a quitté le FN fin 2015. Mais surtout, au total, le Front national a enregistré pas moins de 9 défections sur ces trois villes. Neuf élus potentiels qui n’ont jamais siégé ou ne siègent plus. Continuer la lecture

27 Fév

Pour Damien Meslot, les défections de Christine Bouquin et Jean-François Longeot sont « des clapotis dans un verre d’eau »

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

L’un, parlementaire UDI, ne fera pas la campagne de François Fillon, « pour des raisons d’éthique personnelle ». L’autre, qui souhaitait le devenir (parlementaire), retire sa candidature LR sur la 3e circonscription du Doubs, car « ça ne correspond plus à [son] éthique politique ». Mais pour Damien Meslot, député LR et maire de Belfort, les défections du sénateur Jean-François Longeot et de la présidente du Département du Doubs Christine Bouquin ne sont que « des clapotis dans un verre d’eau ». Continuer la lecture

Pour Pierre Moscovici, le projet anti-européen de Marine Le Pen est un « crime politique »

Pierre Moscovici sur France Info (@JFAchilli)

Pierre Moscovici sur France Info (@JFAchilli)

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a qualifié vendredi dernier le projet anti-européen de la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen de « crime politique », mettant en garde les électeurs français contre une « euthanasie de l’Europe ». Continuer la lecture

26 Fév

Une Franc-Comtoise et quatre Bourguignons dans l’équipe de campagne de Benoît Hamon

Barbara Romagnan est députée PS du Doubs (©f3fc)

Barbara Romagnan est députée PS du Doubs (©f3fc)

Ce n’est pas vraiment une surprise. La députée PS du Doubs Barbara Romagnan intègre l’équipe de campagne du candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon. La parlementaire de Besançon, qui fut parmi les députés les plus frondeurs du quinquennat, aura en charge les questions de développement durable. Plusieurs élus de Bourgogne font également partie de l’organigramme.  Continuer la lecture

25 Fév

Derrière Jean-Luc Mélenchon, l’alliance compromise…

Jean-Luc Mélenchon (©f2)

Jean-Luc Mélenchon (©f2)

Ils soutiennent le même candidat à la présidentielle, mais n’en finissent pas de se déchirer. Entre la France Insoumise, le mouvement des pro-Mélenchon, et le Parti communiste, qui s’est lui aussi rangé derrière le député européen (après un vote de ses militants), rien en va plus. FI et le PCF présentent même des candidats concurrents pour les législatives de juin à Besançon. Continuer la lecture

24 Fév

Quand Jacques Grosperrin se souvient qu’il a embauché son épouse comme assistante parlementaire

Jacques Grosperrin (©f3fc)

Jacques Grosperrin (©f3fc)

Jacques Grosperrin certifiait qu’il n’avait jamais embauché son épouse comme assistante parlementaire. Mais le nom de Françoise Grosperrin apparaît sur la liste des collaborateurs rémunérés du Sénat. Il fait également travailler sa fille. Deux personnes de la même famille, c’est interdit. Les explications du sénateur du Doubs.

Continuer la lecture

23 Fév

L’alliance Macron-Bayrou chamboule aussi le paysage politique local

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou et Emmanuel Macron le 23 février (©ff3)

François Bayrou, ex-ministre de gouvernements de droite, a donc annoncé ce mercredi son alliance avec Emmanuel Macron, ex-ministre d’un gouvernement de gauche. Ce rassemblement en vue de l’élection présidentielle crée d’incongrues situations au niveau local, où des opposants d’hier pourraient s’allier rapidement autour d’une cause commune nationale. En voici deux exemples dans les deux principales villes de Franche-Comté, Besançon et Belfort. Continuer la lecture

21 Fév

Le sénateur UDI Jean-François Longeot refuse de faire campagne pour François Fillon

Jean-François Longeot sur France 3 Franche-Comté (©f3fc)

Jean-François Longeot sur France 3 Franche-Comté (©f3fc)

Après la défection de Christine Bouquin, présidente LR du conseil départemental, qui a retiré sa candidature sur la 3e circonscription du Doubs (lire ici), c’est au tour du sénateur UDI Jean-François Longeot de marquer sa différence. Dans un communiqué, l’ancien maire d’Ornans indique « qu’il n’a pas rejoint le comité de soutien de François Fillon et qu’il exclut toute adhésion à sa candidature ». « Pour des raisons d’éthique personnelle et très attaché aux principes qui doivent présider à la conduite de la politique nationale », Jean-François Longeot affirme clairement qu’il « ne s’engagera pas dans la campagne de soutien au candidat LR, François Fillon ». Continuer la lecture

20 Fév

Christine Bouquin (LR) ne sera pas candidate aux législatives: « Ça ne correspond plus à mon éthique politique »

Christine Bouquin, présidente LR du conseil départemental du Doubs (©f3fc)

Christine Bouquin, présidente LR du conseil départemental du Doubs (©f3fc)

Elle faisait figure de favorite dans la troisième circonscription du Doubs, détenue depuis 15 ans par Marcel Bonnot (UMP puis LR). La présidente du conseil départemental du Doubs Christine Bouquin renonce finalement à se présenter aux élections législatives. Un coup de tonnerre pour la droite franc-comtoise, en pleine affaire Penelope Fillon. « Je ne peux pas m’engager dans ces conditions-là, regrette Christine Bouquin, invitée du 19-20 ce lundi. Ça ne correspond plus à mon éthique politique ». Continuer la lecture