25 Juil

François Ruffin et Caroline Fiat à la maison de retraite de Foucherans: Danielle Brulebois dénonce « une politique spectacle »

Danielle Brulebois sur le plateau de France 3 Franche-Comté le 4 juin 2017 (©f3fc)

Danielle Brulebois sur le plateau de France 3 Franche-Comté le 4 juin 2017 (©f3fc)

Alors que deux députés La France Insoumise, Caroline Fiat (Meurthe-et-Moselle) et François Ruffin (Somme), viennent ce mardi à Foucherans, près de Dole, soutenir le personnel de la maison de retraite Les Opalines en grève depuis plus de trois mois, la députée LREM du Jura Danielle Brulebois estime dans un communiqué que « les revendications, souvent légitimes, des soignants pour leurs conditions de travail ne doivent être instrumentalisées à des fins politiciennes. Ces combats des professionnels de la gériatrie méritent mieux qu’une politique spectacle ».

La vice-présidente de l’Assemblée nationale assure que « le mouvement social actuellement en cours à l’EHPAD « Les Opalines » retient toute son attention », et rappelle qu’ « elle a reçu le Directeur général de l’ARS Bourgogne Franche-Comté pour faire un point précis sur la situation » le vendredi 21 juillet.

A la suite d’un article du Monde signé Florence Aubenas, le conflit à la maison de retraite de Foucherans a pris une envergure nationale. Aide-soignante, la députée FI Caroline Fiat avait fait un discours remarqué à l’Assemblée pour dénoncer la prise en charge des personnes âgées dans les établissements de santé.

A lire aussi;

Dans quelle commission siègent les douze députés de Franche-Comté ?

Le stupéfiant absentéisme des députés comtois lors du vote sur l’état d’urgence

Les 12 députés de Franche-Comté ont-ils voté la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe?

  • <span class="author">michel caton</span>

    Si Mme Brulebois avait fait son travail de députée pour résoudre ce conflit Mme Fiat et Mr Ruffin n’auraient pas pu faire de « une politique spectacle ».
    Ou était elle depuis 3 mois ? Avait elle mieux à faire ? La destruction du code du travail était elle plus urgente que le sort de nos anciens qui ont participé à sa création ? Le personnel soignant admirable n’est il pour elle que des « riens » comme le pense son gourou ?
    Ou était la députée En Marche qui avait promis de les accompagner pour se faire mousser ?