07 Juin

Peine de mort, immigration, homosexualité: mais pourquoi diable la Bourgogne-Franche-Comté est-elle si réac ?

Manifestation de soutien aux homosexuels tchétchènes à Berlmin le 30 avril 2017 (©Paul Zinken/dpa/picture-alliance/MaxPPP)

Manifestation de soutien aux homosexuels tchétchènes à Berlin le 30 avril 2017 (©Paul Zinken/dpa/picture-alliance/MaxPPP)

On a failli tomber de notre chaise en consultant la 15e vague de l’Enquête électorale française menée par le CEVIPOF en partenariat avec le réseau régional de France 3 et Ipsos-Sopra-Stéria. En plus des intentions de vote (favorables aux candidats de La République en Marche), le sondeur a posé plusieurs questions sur les valeurs qui motivent le vote. Et bien on ne peut pas dire que les habitants de Bourgogne-Franche-Comté y apparaissent très progressistes. C’est même tout le contraire.

D’après cette enquête, c’est simple, la Bourgogne-Franche-Comté apparaît comme la région de France la plus favorable au rétablissement de la peine de mort et la plus critique vis-à-vis des immigrés ou des homosexuels.

A la proposition « Il faudrait rétablir la peine de mort », 40,4% des personnes interrogées en Bourgogne-Franche-Comté répondent qu’ils sont d’accord. La moyenne française est à 34,8%, BFC est donc en tête, loin, très loin devant les Pays de la Loire qui ferment la marche avec 28,4% de personnes favorables.

Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté se distinguent aussi sur la question: « Il y a trop d’immigrés en France ». 60,4% de personnes d’accord en BFC, première région de France, quand la moyenne française est à 53,4%. Avec 46,5%, la Bretagne est en queue de classement.

Seulement 65,4% des personnes interrogées en BFC sont d’accord avec l’affirmation: « L’homosexualité est une manière acceptable de vivre sa sexualité ». Là encore, notre région se distingue avec la première place (ou la dernière, selon le point de vue). La moyenne française est à 71,4%, les plus tolérants étant à nouveau les Bretons (77,9%).

La Bourgogne-Franche-Comté se distingue également sur l’affirmation: « La France devrait avoir à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections ». A nouveau, les habitants de BFC décrochent la première place, avec 44,9% « d’accord ». La moyenne française est à 42,1%.

Bref, notre région apparaît sur bien des points comme la moins tolérante et la plus réactionnaire de France.

 

Enquête réalisée du 27 au 30 mai 2017 auprès de 14 958 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

  • <span class="author">renée Touillier</span>

    Nous sommes peut etre plus honnêtes dans nos réponses… La Franche Comté à été occupée durant des siécles par les espagnols et ils nous appréciaient pour notre courage /

  • <span class="author">Kildon</span>

    Avant la Franche-Comté résistait à Louis 14, des habitants proposaient la fin de l’esclavage avant tout le monde, Besançon inventait le minima vital… une région ouverte et centrale en Europe depuis des siècles. Aujourd’hui, les Franc-Comtois regardent la TV et ont peur de tout : peur de la sexualité des autres, peur de réfugiés qu’ils ne croisent quasiment jamais, etc. Même si la dégradation du niveau de vie organisée par les libéraux (qui font pourtant de bons scores) justifie une colère, cette colère est redirigée de façon irréfléchie. Les gens, comme partout, hésitent entre les vrais problèmes qu’on a depuis 40 ans ; et les fausses solutions fascistes. Bref, on est passés de « Comtois tête de bois » à « Tête de com…tois ». C’est vraiment triste.

  • <span class="author">maurice.maurin</span>

    Il faut rétablir la peine de mort pour les barbus coupeurs de têtes,violeurs et assassins condamnés a perpète qui ne font jamais leur peine.