17 Avr

Mariage pour tous: les CRS empêchent quatre députés UMP francs-comtois de rejoindre l'Assemblée nationale

Damien Meslot face aux CRS (DR)

La vidéo a rapidement fait le tour du web, scandalisant les opposants au mariage pour tous. Hier soir, quatre députés UMP, tous de Franche-Comté, ont été bloqués par un barrage de CRS alors qu’ils rejoignaient leurs bureaux de l’Assemblée nationale. Damien Meslot, Marcel Bonnot, Alain Chrétien et Jean-Marie Sermier ont brandi leurs cartes de député, en vain. Il a fallu attendre plusieurs minutes pour qu’on leur libère le passage. Damien Meslot accuse même les CRS de « violences policières », affirmant avoir reçu « un coup de bouclier dans la figure ».

« Je n’en suis pas encore revenu ». Joint par téléphone à Paris ce matin, Damien Meslot renouvelle ses accusations formulées hier soir sur les réseaux sociaux. Il estime avoir été « victime de violences policières ».

Le député UMP du Territoire de Belfort sortait d’un restaurant où il avait dîné avec d’autres députés UMP de Franche-Comté « pour faire un point sur les cantonales et les municipales ». Il tente de revenir à son bureau avec trois autres élus quand sur le Quai d’Orsay, ils tombent sur un barrage de CRS (compagnies républicaines de sécurité). Il est un peu plus de 21h30. Des opposants manifestent pacifiquement leur opposition au projet de loi sur le mariage pour tous. Dans la vidéo, on les entend chanter la Marseillaise. Les forces de l’ordre sont déployées pour éviter tout dérapage. En début de semaine, près de 70 opposants avaient été interpellés devant l’Assemblée.

Un dispositif policier « surdimensionné »

« Il y avait au maximum une centaine de personnes, dont la moitié était assise. C’est vous dire si c’étaient pas des violents, témoigne le député du Jura Jean-Marie Sermier. En face on avait des cohortes de CRS. Je n’avais jamais vu cela. On avait l’impression que c’était un siège. »

« Le dispositif était surdimensionné par rapport au nombre de manifestants », abonde le député-maire de Vesoul (Haute-Saône) Alain Chrétien, également sur les lieux.

Des CRS « presque autistes », qui « cherchaient la provoc' »

Surtout, c’est le comportement des CRS qui choque les parlementaires. « Presque autistes » pour Alain Chrétien, « ils cherchaient la provoc’ » pour Damien Meslot, qui poursuit: « J’ai sorti ma carte de député pour qu’on nous laisse passer. J’ai reçu un coup de bouclier dans la figure ». Ce coup, on ne le voit pas dans la vidéo. « Vos collègues journalistes sont arrivés. Ils n’ont ont sauvé la mise, sinon on prenait un coup de gaz », explique Damien Meslot. Jean-Marie Sermier nuance: selon lui, son collègue a été « un peu poussé ». « Il a reçu un coup d’épaule avec le bouclier quand il a tenté de forcé un peu le passage » précise Alain Chrétien.

« Le pouvoir a peur »

Les parlementaires n’ont été bloqué que cinq minutes, mais ils restent choqués: « C’est scandaleux la manière dont des élus de la République ont été traités », s’offusque Jean-Marie Sermier, encore « outré », qui dénonce « un Etat policier. Le pouvoir a peur ».

« Scandaleux », c’est aussi le mot employé par Damien Meslot, qui précise que « le commandant ne s’est même pas excusé » et estime qu’ « on a donné des ordres ».

Sollicités ce matin, ni le ministère de l’Intérieur, ni la préfecture de police de Paris n’ont pour l’instant répondu à nos questions. (voir la version de la préfecture transmise ce jeudi matin ici)

Le député Damien Meslot interrogera sur ce sujet Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, cet après-midi lors des questions au gouvernement.

Rappelons que samedi matin, France 3 Franche-Comté avait dû appeler la police de Besançon pour permettre à Jean-Pierre Michel, rapporteur socialiste du projet de loi sur le mariage pour tous au Sénat, de pénétrer dans nos locaux. Des opposants au mariage gay avaient bloqué sa voiture devant nos studios.

La vidéo des députés bloqués par les CRS
La réaction de Damien Meslot sur Facebook

A lire aussi:
Damien Meslot, un coup de bouclier ou un coup de projecteur ?
Députés UMP contre CRS: la version de la préfecture de police de Paris
Jean-Pierre Michel empêché d’entrer à France 3 par des opposants au mariage pour tous
Jean-Pierre Michel face à Frigide Barjot au tribunal
Frigide Barjot attaque Jean-Pierre Michel en diffamation
Mariage pour tous: Jean-Pierre Michel refuse d’entendre Frigide Barjot et son collectif
Mariage pour tous: sans surprise, les députés de Franche-Comté votent contre
Annie Genevard se fait un nom à l’Assemblée… et sur twitter
La Franche-Comté enverra une vingtaine de bus à la manif pour tous
Qui sont les mille élus francs-comtois opposés au mariage pour tous?
  • <span class="author">BIETRY Arnaud</span>

    Encore un coup de pub et de tentative de manipulation des médias de notre député pour faire le buzz. Les CRS sécurisaient la zone pour éviter tout débordement alors que la manif n’était plus autorisée. C’était pourquoi, député ou pas, il ne devait pas y avoir d’intrusion dans le périmètre protégé. Sur les images il est visible que, sans raison valable, c’est le député qui va au contact et qui cherche l’affrontement après un bon repas entre députés UMP de notre région. Mr Meslot, qui aimerait être député-maire de Belfort en 2014, n’a que son opposition au « mariage pour tous » à proposer comme programme aux belfortains alors qu’il se fait voler la vedette sur la pertinence des dossiers municipaux par son vieux rival Christophe Grudler qui lui ne travaille que sur les questions d’intérêts locaux. En victimisant son rôle comme Mme Boutin il y a peu, Mr le député vient d’inventer le « martyre pour tous », en marge de l’opposition au projet de loi du gouvernement.

  • <span class="author">annie</span>

    Un sacré manipulateur ce MESLOT (c’est habituel) d’ailleurs son collègue n’a pas la même version que lui de ces soi disantes « violences policières »… La vérité c’est que ces députés UMP se croient tout permis, ils font tout pour faire imploser la République et je souhaite de tout coeur qu’ils n’y parviennent pas. PS: merci aux CRS de faire leur travail avec sang froid face à ce genre de zozos qui cherchent l’affrontement pour le « buzz »…

  • <span class="author">paulau</span>

    Mariage gay et violence.

    Finalement le mariage gay c’est le refus de constater la différenciation sexuelle, différenciation qui est à la base du mariage .

    Il existe une altérité sexuelle , fondement de la création de l’individu , de sa personnalité.

    Les humains ne sont pas semblables dans leur identité , leur histoire , leurs goûts , leur religion…. . En particulier ils sont marqués par leur appartenance à l’un des deux sexes.
    Tout cela structure leur personnalité.
    Le principe incontournable de la vie sociale, c’est précisément de faire vivre ensemble des gens qui ne sont pas identiques, de gérer les différences entre les individus sur un mode pacifique et non pas sur un mode de violence .

    Si l’on fait disparaître la différence dans les relations sociales, en particulier la différence sexuelle, qui s’exprime socialement et juridiquement par le mariage, cela veut dire que l’ on entraîne une frustration de l’expression de la personnalité, et que cette frustration débouchera un jour ou l’autre sur la violence afin de faire reconnaître son identité particulière contre l’uniformité sociale, contre le fait qu’être homme ou femme c’est crucial.
    Avec le mariage gay être homme ou femme se serait pareil pour la société , puisqu’ avec ce mariage l’on peut marier un homme avec une femme mais également deux hommes entre eux ou deux femmes entre elles.

    Il y a violence à vouloir confondre les sexes.

  • http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php <span class="author">Robert</span>

    Depuis aujourd’hui, le mariage offre (presque) les mêmes droits pour tout couple, sans distinction d’orientation sexuelle.

    Le code de la route s’impose à tout individu, quelles que soient ses caractéristiques. Vous trouvez aussi que c’est « une frustration de l’expression de la personnalité » tendant à « l’uniformité sociale » ?

    Si cette loi votée par moins de 350 citoyens (« élus » députés) pousse certains à débuter un questionnement sur la « violence » de notre prétendue « démocratie », alors, qu’on soit pour ou contre, elle aura été une très bonne chose.

    Les pauvres, chômeurs et précaires sont majoritairement conduits à cette inexorable réflexion citoyenne depuis 40 ans, dans l’indifférence confortable des autres (non encore concernés). C’est ça, la violence sociale.

    L’aristocratie, c’est élire le meilleur maître et lui donner le pouvoir de voter à notre place. La démocratie, c’est voter nous-mêmes nos lois à l’aide de serviteurs tirés au sort.