16 Juin

La MC2 de Grenoble : la belle éclectique….

Jean-Paul Angot le directeur de la MC2: a présenté le programme de la prochaine saison.

La plus grande scène nationale de France cherche la reconnaissance du public le plus large.

 

« Vive la crise » pourrait dire Jean-Paul Angot : malgré les restrictions de moyens, malgré des restrictions de « la liberté de création par une normalisation de la pensée » comme il l’écrit dans son éditorial, le directeur de la MC2 peut afficher quatre créations et un large éventail d’artistes et de genres.

Les grands noms sont toujours présents : Jean-Claude Gallotta, et même les Musiciens du Louvre qui joueront un concert annulé cette saison pour cause de mauvaise humeur…, Serge papagalli, Renaud Capuçon, Rachid Ouramdane, Nicolas Chalvin… Pour la partie musicale, trois priorités sont affichées par Antoine Pecqueur le conseiller musique : la création musicale et de grandes premières sur la scène grenobloise, une série de concerts « musique et architecture » à l’occasion des dix ans de la MC2 et la musique chorale « qui manquait un peu ces dernières années ».

Coté théâtre, l’heure est à l’interrogation sur le monde du travail. Plusieurs spectacles proposés viendront directement interroger le quotidien du bureau, comme « Nobody » ou une version revisitée de « L’Avare » mettant en scène un patron tyrannique d’une entreprise de livraison d’aujourd’hui.

 

Les grands moments à ne pas manquer :

 

  • L’Orchestre français des jeunes donnera le coup d’envoi de la saison le 12 septembre avec un concert consacré à Prokofiev et Beethoven, c’est la première fois que cet orchestre composé de 80 musiciens âgés de 16 à 22 ans se produira à Grenoble
  • Un texte de Peter Handke et une mise-en-scène d’Alain Françon : succès garanti pour « Toujours la tempête » fin septembre
  • Jean-Claude Gallotta se plonge dans ses souvenirs de jeunesse et revisite « My Rock » du 29 septembre au 2 octobre
  • « Nobody » créé à Montpellier, une performance théâtrale et filmique qui permet de redécouvrir la vie de bureau, où le travailleur est successivement victime et bourreau, la pièce donne le ton de cette saison, du 6 au 9 octobre
  • Un évènement musical, la présence de Sabine Devieilhe, Victoire de la musique 2015, pour la première fois à la MC2 pour un récital Rossini
  • Des questions sur la dignité de l’homme, encore, avec « Chair Antigone » et « Tendre Achille » début novembre et début février, l’univers très particulier du chorégraphe François Veyrunes
  • L’évènement pop de l’année, la venue de « Kraftwerk » le 13 novembre, particularité on pourra voir le concert des allemands en 3D, à ne pas manquer, le groupe électro ne tourne que dans cinq villes en France
  • Le 17 novembre, « L’Avare » revisité par Ludovic Lagarde dans un univers de l’entreprise d’aujourd’hui, avec un pari : ne pas détourner la pièce malgré la transposition
  • Encore une première musicale à Grenoble, le concert du « Deutsche Kammerphilarmonie Bremen », un des plus grands orchestres de chambre, le meilleur en Europe parait-il, avec une énergie incroyable au service de Schubert, Mozart et Beethoven, le 18 novembre
  • La fibre écolo de Marc Minkowski se révèlera le 27 novembre dans « Tact et tempo » : les musiciens du Louvre-Grenoble montent un cabaret équestre sous chapiteau pour un spectacle touchant
  • Une curiosité qu’on a hâte de découvrir : « Le chagrin » à partir du 1er décembre, un texte écrit à partir d’improvisations sur le thème du chagrin et de la tristesse, une écriture très féminine nous dit-on mais la compagnie se nomme « Les hommes approximatifs »
  • Un retour mi-janvier, celui de l’artiste italien Romeo Castellucci, avec le spectacle créé il y a vingt ans « Orestea », un évènement pour une pièce choc, où les personnages hors-norme au premier sens du terme donnent un relief particulier au texte, il y a 20 ans la pièce avait créé un certain malaise…
  • « Dancing grandmothers » les 3 et 4 février, une chorégraphie d’une coréenne Eu-Me Ahn, très excentrique, elle a fait danser des grands-mères sur des airs qui ont marqué leurs vies, résultat un spectacle très énergique et intergénérationnel…
  • Serge Papagalli mis en scène par Gilles Arbona en avril-mai dans « Presque Falstaff et les autres »
  • Le premier concert en France de « l’Aurora Orchestra », la formation anglaise qui s’est mis en tête de jouer les œuvres sans jeter un œil sur la partition! Un pari un peu fou, pour créer une complicité hors du commun entre les musiciens. Le 26 mai ils joueront donc la cinquième symphonie de Beethoven par cœur….
  • Enfin si vous avez assez d’appétit, réservez vos soirées et votre samedi de janvier : la MC2 accueillera « La Princesse de Clèves » dans son adaptation au théâtre, durée approximative : 7 heures. La compagnie Le Solstice d’Hiver créera la pièce à Grenoble. Jean-Paul Angot y tenait, sa manière à lui de rendre hommage aux hommes politiques.

 IMG_1379

Jean-Paul Angot directeur de la MC2 avec Martine Maurice directrice-adjointe et Antoine Pécqueur le conseiller musique, ce mardi lors de la présentation de la saison 2015/2016

Toute la programmation est disponible sur le site internet de la MC2 www.mc2grenoble.fr. Les réservations sont possibles dès le samedi 20 juin par internet, par téléphone et sur place.

PS : contrairement aux idées reçues, toutes les places ne sont pas vendues dès l’ouverture de la réservation, les spectateurs ont le temps de faire leur choix et picorer les spectacles qui les intéressent…

 

  • <span class="author">MDLG</span>

    Bonjour
    Merci d’avoir cité les deux programmes que Les Musiciens du Louvre Grenoble donneront à la MC2 la saison prochaine. Par rapport à votre remarque sur le concert Mendelssohn : Marc Minkowski n’a pas si mauvais caractère qu’il doive annuler 7 concerts, y compris ceux qu’il ne dirige pas. Pour mémoire, ces concerts ont été déprogrammés suite à la suppression (le 5 décembre pour le 1 janvier) de la subvention de la ville car ils étaient fortement déficitaires, bien que pleins. L’Orchestre est ravi de pouvoir en jouer certains pour son public Grenoblois qui l’a tant soutenu.