18 Avr

Une trentaine de youtubeurs donnent rendez-vous à leurs fans samedi 22 avril à Toulouse

Une trentaine de youtubeurs donnent rendez-vous à leurs fans, ce samedi 22 avril 2017 à Toulouse. C’est la première fois qu’une rencontre avec autant de stars du web, est organisée dans la ville rose. L’initiative est lancée par la foire internationale de Toulouse. Le blog #ToutCeQuiBuzz vous dévoile le programme.

Une rencontre de youtubeur à Angers - Janvier 2017 (© JOSSELIN CLAIR - MaxPPP)

Une rencontre de youtubeur à Angers – Janvier 2017 (© JOSSELIN CLAIR – MaxPPP)

Pour les fans de Revo, AdelineVidéos, Keyza, Romy, Kay, Léa Choue ou Wildasthelhair : le rendez-vous est immanquable !

Samedi 22 avril 2017, la foire internationale de Toulouse organise une rencontre entre une trentaine de youtubeurs et leurs fans. Le rendez-vous se déroulera au parc des expositions 11h00 et 19h00. 

« Rencontres spontanées, hangouts, scène, dédicaces,… les Youtubeurs seront accessibles et disponibles pour échanger et partager avec les visiteurs, membres de leur communauté ou novices au phénomène YouTube » précise les organisteurs.

Parmi les stars du web invités, les jeunes internautes retrouveront des youtubeurs de toute de la France et d’Occitanie :

C’est la première fois qu’une rencontre réunissant autant de youtubeurs, est organisée à Toulouse. Exceptée quelques opérations individuelles, il faut généralement monter à Paris pour espérer voir en chair et en os, son idole virtuel.

Pour les organisateurs de la foire internationale, c’est l’occasion de donner un coup de jeune à cette édition 2017. Une opération marketing inédite qui complète le nouvel espace Geek (jeux vidéos, mangas et culture asiatique). La foire se déroule jusqu’au 24 avril.

>>> Plus d’info sur le meet-up des Youtubeurs à la foire de Toulouse : lien Facebook 

Julien Leroy

24 Mar

Start-up : Privateaser, le « Airbnb » des bars et restaurants créé par un Montalbanais

Privateaser est une plateforme proposant de réserver et de privatiser, un café, une salle de location ou un restaurant pour une fête. Un « Airbnb » des bars qui connaît un beau succès à Paris et depuis peu à Bordeaux et Toulouse.

© Privateaser

© Privateaser

Vous devez organiser un repas entre collègues, un anniversaire ou une fête entre amis. Mais où trouver un lieu prêt à vous accueillir ?

C’est la question favorite de Privateaser. La plateforme propose de réserver et de privatiser, en quelques clics, un café, une brasserie, un restaurant ou une salle de locationA ce jour, 1200 établissements sont répertoriés à Paris, Bordeaux et Toulouse.

Le service (gratuit pour l’utilisateur) est destiné aux entreprises et aux particuliers.

Lancé en 2014 à Paris, Privateaser connaît un beau succès dans la capitale française. Et depuis novembre 2016, la start-up se décline à Bordeaux et à ToulouseUne partie de notre équipe est originaire du Sud-Ouest, donc pour nous Toulouse sonnait comme une évidence » expliquait Nicolas Furlani lors du lancement. D’autres villes sont prévues dont Lyon. 

Derrière ce « Airbnb » des bars, se trouve un jeune Montalbanais : Nicolas Furlani. Aprés des études à Montauban et Toulouse, il est diplômé de Centrale Paris. Avec deux camarades, Alexandre Paepegaey et Raphaël Kolme, ils montent la start-up.

Aujourd’hui, Privateaser a attiré 600.000 utilisateurs en seulement 3 ans d’existence. Avec un chiffre d’affaires (en 2015) de 6 millions d’euros, la jeune pousse a déjà bouclé deux levées de fonds : 300.000 euros en mars 2015 et 500.000 euros en février 2016. 

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – Mars 2017 :


Privateaser, le « Airbnb » des bars et restaurants crée par un Montalbanais

Occitanie, première région française des « Airbnb » professionnels ?

Ce concept d’uberiser les services chez les professionnels ou chez les particuliers (Airbnb) via le numérique, est en vogue depuis plusieurs mois en France. 

Un secteur qui compte plusieurs startups précurseurs en Occitanie. Sur ce blog, nous vous avons déjà parlé, en exclusivité, de la jeune pousse gersoise EcoCar’s qui comble les heures creuses chez les garagistes. Idem chez les restaurateurs grâce à la plateforme toulousaine FrenchWork. Ou encore le « airbnb » des coiffeurs toulousains avec la start-up « Le Ciseaux.fr ». Une niche qui pourrait se développer dans les prochaines années.

Julien Leroy

23 Mar

Nouvel épisode de la web-série « Toulousain ! » sur les… façons de reconnaître les Français à l’étranger

© Mélissa et Fred

© Mélissa et Fred

Nouvel épisode pour la web-série « Toulousain ! » réalisée par le duo de comédiens Fred&Melissa.

Pour ce douzième épisode, nos deux Toulousains partent au Mexique et livrent les 10 meilleurs façons de reconnaître des français à l’étranger. Une série de sketchs qui font sourire ou rire en fonction de nos souvenirs de voyage. 

Postée sur la page Facebook des deux humoristiques ce 23 mars, la vidéo devrait connaître à nouveau, le buzz sur les réseaux sociaux. A voir et à partager…

Julien Leroy

20 Fév

Le « village by CA », la nouvelle fabrique de start-up de Toulouse

L’un des plus gros incubateurs de start-up de Toulouse vient de voir le jour sur les allées Jules Guesde. Le Village by CA acceuille déjà 30 jeunes pousses innovantes. Reportage.

@ Village By CA Toulouse

@ Village By CA Toulouse

Toulouse est la deuxième ville française (après Paris) en terme de concentration de start-up. En conséquence, les structures d’accompagnement se multiplient dans la ville rose. Le dernier né est le « village by CA », sur les allées Jules Guesdes.

Inauguré le 30 janvier dernier, ce village d’entreprises accueille déjà une trentaine de jeunes pousses innovantes. C’est l’un des le plus gros incubateurs de Toulouse. 

Créée par la banque Crédit Agricole, la pépinière s’étend sur 2300 m² dans les anciens locaux de la Cour des comptes de Midi-Pyrénées.

Ici, tout est fait pour aider les entrepreneurs : bureaux, salles de sport, open space, espaces privatifs, salle de réunion, connexion internet, espaces de coworking,… Il y a même un happyness officer (un responsable du bonheur).

Chaque entreprise peut rester entre 1 et 3 ans. Elle bénéficie également de conseils et d’un carnet d’adresses.

Découvrez les coulisses du Vilage by CA Toulouse avec le reportage de Christophe Romain et Jack Levé (France 3) – Février 2017 :


Le village by CA de Start-up – Toulouse

>>> Plus d’info sur la page officielle : Village by CA Toulouse 31

Julien Leroy

Eviter les files d’attente avec l’application toulousaine « Ely »

Ely est un nouveau gestionnaire de file d’attente qui vous prévient lorsque c’est votre tour. Une application professionnelle lancée par deux Toulousains en début d’année. Elle est destinée à tous les secteurs (médecin, restaurateurs, administrations,…).

© MaxPPP

© MaxPPP

Si vous n’aimez pas la foule ou attendre votre tour chez un médecin, un coiffeur ou une administration, Ely va devenir votre meilleur compagnon !

« Ely est un gestionnaire de file d’attente » m’explique Tomy Spagnoletti, l’un des deux créateurs. 

« Le principe est simple : le client donne son numéro de portable au commerçant. Puis, ce dernier via Ely lui envoie un SMS dès que son tour est arrivé » poursuit-il. Le tout fonctionne gratuitement pour l’usager. Le coût du service est prise en charge par le professionnel. Plusieurs forfaits sont proposés à partir de 9,90 € par mois.

« Ely est né d’un constat simple, nous possédons tous un mobile, un smartphone qui nous accompagne tout au long de la journée. Pourquoi ne pas l’utiliser pour faciliter la communication de nos services et commerçants préférés » expliquent les deux fondateurs toulousains, Tomy Spagnoletti et Clément Barbaza

Le client donne son numéro de portable au commerçant. Puis, ce dernier via Ely lui envoie un SMS dès que son tour est arrivé

S’adapte à tous les professionnels

Si les plateformes de gestion de file d’attente fleurissent dans certains secteurs (médecin, magasin Ikea,…), Ely se présente comme une application généraliste qui s’adapte à tous les professionnels. D’ailleurs, Ely gère également les réservations et les programmes de fidélité.

Les deux Toulousains visent ainsi les médecins, les restaurants, les coiffeurs et les administrations. « Nous sommes en discussion avec la ville de Toulouse » annoncent-ils.

Tomy Spagnoletti n’est pas à sa première application. En mai 2016, il avait lancé « IK-Generator », une application qui permet de calculer ses indemnités kilométriques « en 2 clics »

Attendons qu’Ely rencontre le même succès…

>> Plus d’info sur le site d’Ely :www.ely-app.com

Julien Leroy

02 Fév

Un paradis pour les fans d’Apple ouvre à Toulouse

Le plus grand Apple Premium Reseller d’Europe ouvre ses portes, ce jeudi 2 février, en plein centre-ville de Toulouse. Lancée par la société iConcept (avec le feu vert de la marque américaine), la boutique permettra de combler l’absence d’un Apple Store.

@ MaxPPP

@ MaxPPP

Apple possède 19 boutiques officielles dans l’hexagone installées dans les grandes métropoles. Mais aucune à Toulouse, la quatrième ville française. Une situation qui suscite de nombreuses interrogations. Apple boude-t-elle la ville rose ? 

En fait, pas vraiment. A défaut d’un Apple Store officiel, les fans de la pomme peuvent trouver leur bonheur dans les boutiques iConcept. Cette société bordelaise est le revendeur officiel d’Apple dans le sud-Ouest. 

En 20 ans, le groupe fondé par Pascal Dutilleux, a ouvert 10 boutiques dédiées à la célèbre marque : de Bordeaux à Toulouse en passant par Pau, Bayonne ou Limoges. Mais, c’est dans la ville rose que iConcept est le plus implanté avec désormais 4 points de vente. Des implantions qui se font toujours avec l’accord d’Apple, selon nos informations. 

Et c’est le cas pour ce nouveau Apple Premium Reseller, qui ouvre ses portes ce jeudi 2 février en plein centre-ville de Toulouse. « Le plus grand Apple Premium Reseller d’Europe » assure iConcept. 

Située sur la rue Alsace-Lorraine, la boutique s’étend sur 450 m² et deux étages. Dans les rayons, le public trouvera « toute la gamme des produits Apple parmi lesquels le matériel informatique, les objets connectés, les outils d’impression et des produits d’occasion et de déstockage » précise le communiqué de presse.

Côté services, « le magasin propose la réparation des Mac, Iphone, Ipad… en atelier ou sur site. 80% des réparations seront faites sur place et la prise en charge est proposée sans rendez-vous » poursuit le service de communication.

3 millions d’euros et 4 mois de travaux ont été nécessaires pour ce magasin unique en Europe. iConcept espère ainsi atteindre 37 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et 40 millions en 2018. Une vertiable sucess-story du sud-ouest.

>>> Plus d’info : www.iconcept.fr

26 Jan

Instagram : Toulouse et Montpellier dans le TOP 10 des villes françaises les plus instagrammées

Toulouse est la 5e ville française la plus photographiée sur le réseau social Instagram. Montpellier est 9e. Au total, 2,7 millions de photos sont dédiées aux deux villes de l’Occitanie.

© Photo du compte Instagram @caumique

© Photo du compte Instagram @caumique

Toulouse et Montpellier se classent respectivement 5e et 9e des villes françaises les plus instagrammées, selon un palmarès établi par une start-up de Limoges, Iconosquare, spécialisée dans les solutions d’analyse sur Instagram.

Depuis la création du réseau social dédié aux photos et aux vidéos, on y compte plus de 1,6 millions de publications publiées avec le hashtag #Toulouse. Et 1,1 million de photos dédié à Montpellier et sa place de la Comédie.

Top 10 des villes françaises sur Instagram : 
(Nombre de publications sur le hashtag dédié (en millions)

  1. Paris (57,24)
  2. Lyon (3,19)
  3. Marseille (2,77)
  4. Bordeaux (2,76)
  5. Toulouse (1,66)
  6. Lille (1,36)
  7. Strasbourg (1,17)
  8. Nantes (1,13)
  9. Montpellier (1,11)
  10. Rennes (0,59)

Record pour Toulouse ?

Lors d’un classement de 2015, Toulouse était à la 8e ville française la plus photographiée sur le réseau social Instagram. Une belle progression avec 3 places de gagnées. Reste à faire mieux pour 2018.

Julien Leroy

10 Jan

Toulouse : des internautes détournent (avec humour) les images des inondations du quartier Saint-Agne

Des requins qui nagent dans une station de métro ou une nouvelle extension de Toulouse plage,… Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes se sont amusés à détourner les images des inondations du quartier Saint-Agne, survenues ce lundi.

© Wesley.K / @DailyciousInfo

© Wesley.K / @DailyciousInfo

Lundi 9 janvier, la rupture d’une canalisation d’eau, dans le quartier de Saint-Agne à Toulouse, a semé la pagaille. Les rues et la station de métro ont été inondées provoquant l’arrêt de la circulation routière et de la ligne B. D’ailleurs, il faudra entre deux et trois semaines pour remettre en état la station de métro Saint-Agne

Sur Facebook ou Twitter, les images des inondations ont fait le buzz et ont inspiré quelques internautes.

Certains ont imaginé des requins dans la station de métro rebaptisée « Saint Agne en mer » ou sous le pont ferroviaire de l’avenue URSS. D’autres, on vu le quartier comme une extension de Venise ou comme la nouvelle édition de Toulouse Plage « qui va rendre jaloux les Parisiens« . 

Florilège des meilleurs détournements :

>>> Revoir tous ces tweets dans ma chronique (épisode n°41) dans l’émission « 9h50 le matin Occitanie  » du jeudi 12 janvier 2017 :


Tout ce Qui Buzz : inondations du quartier Saint-Agne à Toulouse

Julien Leroy

Success story du toulousain Santédiscount, le leader français de la parapharmacie en ligne

Le premier site internet français de parapharmacie est basé à L’Union, près de Toulouse. Santédiscount.com connait aujourd’hui une croissance record avec 30 millions d’euros de chiffre d’affaires et une présence dans plusieurs pays européens. Reportage sur cette success-story occitane. 

© France 3 Midi-Pyrénées / BOFFET Laurence

© France 3 Midi-Pyrénées / BOFFET Laurence

« On envoie plusieurs milliers de colis par jour aux quatre coins de la France » précise Julien Levavasseur, responsable logistique chez santediscount.com. 

Santediscount.com est la plus grande parapharmacie de France en ligne. La start-up toulousaine affiche 1 million de commandes et un catalogue de 25.000 références-produits issues de 500 laboratoires. Conformément à la loi française, seuls les produits d’hygiène et de soins sans prescription médicale, peuvent être vendus sur Internet. 

Crée par deux pharmaciens Toulousains, Raoul Chiche, et Jean-Gabriel Carrier, Santediscount.com est basé à L’Union et compte 70 salariés. Parmi eux, des pharmaciens et des cosméticiennes diplômés qui conseillent les patients, par téléphone ou par e-mail. « Les gens ont vraiment besoin d’être rassurés, même sur Internet » raconte Tiffany Nouaillant, l’une des pharmaciennes.

Success-story toulousaine

Aujourd’hui, santediscount.com connait une croissance record. Le site web a doublé son chiffre d’affaires, de 15 millions en 2015 à 30 millions en 2016. « Nous visons 100 millions d’euros d’ici 2 ans » détaille le directeur général, Loïc Lagarde. Un objectif à portée de main depuis le rachat, en décembre 2016, de son principal concurrent : Comptoir Santé au groupe Casino. 

La start-up de L’Union prévoit également de recruter 60 personnes dans les prochains mois et de poursuivre son déploiement en Europe. Le leader français veut décliner son concept à l’international. Déjà présent en Espagne, en Italie et en Grande-Bretagne sous la marque Sanareva, l’enseigne toulousaine vise le reste de l’Europe et la Russie. 

Le potentiel de développement est énorme. En France, le marché de la parapharmacie représente 4 milliards d’euros chaque année pour seulement 3% sur internet. 

Les coulisses de santediscount.com à L’Union, près de Toulouse (reportage France 3 Midi-Pyrénées de Denis Tanchereau & Laurence Boffet) :


Santédiscount, le premier site internet français de parapharmacie né à Toulouse

>> Site officiel : www.santediscount.com

Julien Leroy

29 Déc

Fintech : Levée des sanctions pour la start-up toulousaine Morning

Bonne nouvelle pour les 75.000 clients et les 48 salariés de la fintech Morning. Le gendarme de la banque, l’ACPR, vient de donner ce jeudi 29 décembre, son feu vert pour le redémarrage des services. La startup basée à Saint-Elix-le-Château, près de Toulouse, l’a annoncé elle-même, en début de soirée, sur sa page Facebook.

© France 3 Midi-Pyrénées / Eric Foissac

© France 3 Midi-Pyrénées / Eric Foissac

« Les interdictions faites à la SAS MORNNG de fournir des services de paiement et de débiter le compte de cantonnement sont levées » annonce la note de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Publiée ce jeudi 29 décembre, elle met un terme à 29 jours de sanction réglementaire. La startup toulousaine peut être soulagée.

Une bonne nouvelle qui était presque attendue. Depuis la réunion de médiation du 16 décembre 2016 à Toulouse, les actionnaires dont la Maif, avaient multiplié les signaux rassurants. Et ce jusqu’à l’audience devant le gendarme de la banque, le 20 décembre dernier.

Nous savons désormais que le compte de cautionnement et le déficit de trésorerie pour un total de 1 million d’euros, ont été comblés.

«  (..) La somme de 500 000 euros qui avait été prélevée sur le compte de cantonnement en septembre 2016 a été reversée le 22 décembre 2016 et qu’en outre des sommes de 538 494 euros et 21 416 euros destinées à combler l’insuffisance de cantonnement supplémentaire identifiée par le commissaire aux comptes ont été versées sur ce compte les 23 et 27 décembre 2016 ; qu’enfin un virement de 6 220 euros a été crédité sur le compte le 28 décembre 2016 » précise la note de l’ACPR.

Redémarrage des services

Cette levée des sanctions va permettre à Morning de redémarrer l’ensemble de ses activités. Les 75.000 clients vont pourvoir retrouver leur argent. Une retour à la normal qui se fera progressivement. La « néobanque » toulousaine l’a annoncé, ce jeudi en début de soirée sur sa page Facebook.

Et maintenant ?

Reste à savoir si Morming peut rebondir de cette crise. Plusieurs questions se posent.

La première concerne la confiance des 75.000 clients. Leurs comptes ont été bloqués durant quasiment 1 mois. Des sommes qui peuvent aller de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros. « 1200 euros de bloqué » me raconte Valentin Hardy, un récent client qui a crée une cagnotte pour le nouvel an.

Ils sont également nombreux a critiquer le manque de communication de Morning. « Certes c’est une petite entreprise, cependant ils se doivent d’informer ces clients » avoue notre client déçu ainsi que plusieurs particuliers joints sur les réseaux sociaux. Il est certain que plusieurs clients partiront. Reste à connaitre leur impact.

Deuxième question : comment assurer l’avenir financière de Morning ? Nous avions commencé à l’aborder dans notre article « Comment sauver Morning ?« . Au-de-là de la sanction réglementaire, quelle est la solidité des comptes de Morning ? La Maif va-t-elle rester actionnaire ? Quel rôle vont jouer les 3 nouveaux investisseurs potentiels présentés par nos confrères d’Actu Côté Toulouse ? Des questions qui trouveront réponses dans les prochains jours.

Julien Leroy