07 Sep

Le ras-le-bol des startupeuses de Montpellier

Après Paris, Nantes, Laval,… près de 30 dirigeantes de start-up, se sont rassemblées ce midi à Montpellier. Elles dénoncent l’image du chef d’entreprise uniquement masculin et parisien véhiculée par certains médias.

© Maryam BINI

© Maryam BINI

Depuis le 29 août, la photo d’un article de Capital sur des star-up, enflamme l’écosystème des entrepreneurs. L’illustration montre 11 dirigeants d’entreprises uniquement masculins. De quoi agacer les entrepreneuses.

En quelques jours, la mobilisation s’organise. Des dirigeantes de start-up parisiennes répondent dans le magazine Challenge avec une photo 100 % féminine. Parallèlement, un rassemblement de 80 chefs d’entreprise était organisée à Paris ce lundi 5 septembre, suivi par Nantes et Laval.

En Occitanie, un groupe de femmes startupeuses de Montpellier a décidé également de se mobiliser, ce jeudi 7 septembre à 13h00. 

« Pour notre écosystème, le business n’est pas une affaire de genres mais bel et bien une affaire d’entrepreneurs » explique Géraldine Auret, une des participantes et fondatrice de la start-up montpelliéraine Numevent (agence événementielle numérique). 

« Nous pensons qu’être dirigeant d’une start-up ce n’est pas d’avoir moins de 35 ans, être un homme ou une femme mais bien être dirigeant d’une entreprise dont le modèle est différent des entreprises traditionnelles. La French Tech et être startupeur ce n’est pas une question de femme, d’homme ou d’un territoire limité à Paris ! » poursuit-elle.

D’ailleurs, le rassemblement d’aujourd’hui veut avant tout, prôner la mixité. « Nous souhaitons montrer (..) que les dirigeants de start-up ne soient pas cloisonnés dans un segment hommes/femmes/jeunes/vieux/étrangers…Paris et le reste de la France » conclue Géraldine Auret. 

Julien Leroy

06 Sep

Un Ariégois crée « Mobility Work », le premier réseau social de la maintenance et de la réparation

Un Ariégeois de 29 ans a crée Mobility Work, un « Facebook » de la maintenance. En l’espace d’un an, l’application recense 207.000 machines et elle présente dans 83 pays. A tel point que la star-up a levé un million d’euros.

© Mobility Work

© Mobility Work

A 29 ans, Marc-Antoine Talva a crée le premier réseau social de maintenance industrielle. Mobility Work cartonne. Depuis son lancement en avril 2016, l’application compte « 207 000 machines, 1,9 million heures d’interventions et elle présente dans 83 pays » liste le fondateur. 

Remplacer les logiciels de gestion de maintenance

Jusqu’à ici, les entreprises utilisent des logiciels GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur) pour assurer la maintenance de leur équipement et réparer les machines. Cependant, ces solutions informatiques « sont coûteuses et difficiles à mettre en place dans une entreprise » explique Marc-Antoine Talva, fondateur de Mobility Work. 

C’est ainsi que le jeune ariégeois a l’idée de les remplacer par un réseau social de la maintenance « sans installation de matériel informatique (..) et sans formation avec une interface simple, ergonomique et responsive« .

Moyennant un abonnement de 30 euros mensuels par technicien, les entreprises y trouvent toutes les ressources nécessaires pour subvenir à la moindre panne. « En moins d’une minute vous pouvez créer la fiche d’un de vos équipements grâce à l’interface mobile et aux catalogues d’équipements de la communauté » précise-t-il.

Mobility Work facilite ainsi le travail des techniciens au quotidien et permet « d’échanger avec des industriels partageant les mêmes problématiques de manière anonyme« . L’application offre également la possibilité d’analyser les interventions et gérer son parc d’équipement. 

Une success story ariégeoise

Avec 13 salariés, la start-up Mobility Work est basée à la fois à Paris et à Saint Paul de Jarrat, en Ariège.

Développé depuis 2013, ce « Facebook » de la maintenance compte aujourd’hui plus de 5000 utilisateurs et elle est disponible dans 83 pays. Un succès fulgurant après seulement 18 mois d’existence. Si bien que la jeune pousse ariégeois est parvenue à boucler une levée de fond d’un million d’euros en juin 2017. 

Aujourd’hui, Marc-Antoine Talva aimerait pousser localement. L’Ariège n’a paradoxalement pas encore client de l’application.

>>> Reportage de Laurent Winsback et Pascal Dussol (France 3 Foix) :


Mobility Work, une start-up ariégoise

Julien Leroy

29 Août

Pour les salariés de start-up, Toulouse est l’une des 50 villes les plus agréables du monde

Toulouse figure à la 50e place des paradis sur terre pour les employés de start-up, selon un palmarès établit par la plateforme Nestpick. Une attractivité de la ville rose qui est due à la qualité du système de santé, au bien-être des salariés et au coût de la vie jugé abordable.

© Patrice Nin / Ville de Toulouse

© Patrice Nin / Ville de Toulouse

La plateforme allemande Nestpick (spécialisée dans la location d’appartements meublés) vient d’établir un classement de l’attractivité des villes dynamiques auprès des employés de start-up. Un palmarès réalisé à partir de plusieurs critères : vitalité de l’écosystème des start-up, salaires, sécurité sociale, impôts, coût de la vie, qualité de vie,…

Singapour domine ce classement de l’attractivité pour les startuppeurs. Devant Helsinki, San Francisco, Berlin et Stockholm.

Toulouse figure à la 50e place. La ville rose est ainsi la quatrième métropole française à se classer, derrière Paris (17e), Lyon (26e) et Nantes (36e).

Les salariés aiment Toulouse pour la qualité de son système de santé (noté 5 sur 5), le coût de la vie jugé abordable (4,23 sur 5) et les jours de congés (4,75 sur 5). Le classement livre également les salaires moyens des professionnels du secteur.

Notons que la capitale d’Occitanie est devant Los Angeles. La ville Américaine se classe à la 53e place.

Julien Leroy