28 Avr

Présidentielle 2017 : « tester » les candidats du 2e tour avec la plate-forme toulousaine Demooz

Spécialiste de la recommandation sociale sur les produis high-tech, la start-up toulousaine Demooz décline son service pour aider les indécis du second tour de l’élection présidentielle 2017. La plate-forme propose de mettre en relation des électeurs avec des militants de Marine Le Pen ou Emmanuel Macron.

« Présidentielle 2017 : testez-les avant de voter » annonce sur internet, l’équipe toulousaine de Demooz , qui propose de cliquer sur l’un deux candidats du second tour : Marine Le Pen (FN) et Emmanuel Macron (En Marche !). 

Si l’internaute est un électeur indécis ou peu convaincu, il lui suffit de cliquer « Je veux le tester ». La plate-forme va alors le mettre en relation avec un « démonstrateur » qui va pouvoir répondre à ses questions.

« Il s’agit principalement de militants des deux partis politiques » précise Geoffrey Vidal, CEO de Domooz. Le service est gratuit et non commercial. L’objectif est d’aider les électeurs à faire un « choix en connaissance de cause ».

A l’inverse, l’électeur 2.0 peut choisir de cliquer sur « Je l’ai » et devenir un démonstrateur qui tentera de convaincre les autres.

Le service , totalement gratuit, a été lancé ce mercredi 26 avril. « Plus de 4000 électeurs ont déjà échangé entre eux » assure la start-up.

Habituellement, Demooz propose de tester un produit high-tech. La start-up met en relation de potentiels acheteurs avec des particuliers qui possèdent déjà le produit convoité pour leur permettre de le tester réellement. Née en 2013, la jeune pousse rencontre de plus en plus de succès. Elle compte aujourd’hui 15 salariés et des bureaux à Paris et Bordeaux.

L’initiative présidentielle de Demooz est une belle façon de se faire connaître. Mais cela « nous permet également de tester notre plate-forme à des services » détaille Geoffrey Vidal. L’idée est d’offrir prochainement de nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs. 

>> Pour tester les candidats du 2e tour de la Présidentielle 2017cliquez ici.

Julien Leroy

16 Avr

A Toulouse, la web-TV « La Brèche » décrypte et débat sur la présidentielle 2017

La Brèche est une émission de Web TV pour décrypter les programmes des candidats à la présidentielle 2017 et organiser des débats politiques non partisans. Créée par un collectif de citoyens de Toulouse, elle diffuse tous les 15 jours sur YouTube et prépare une grande soirée pour le 1er tour.

© Breche-TV

© Breche-TV

Née en janvier 2017 dans le quartier de Bagatelle à Toulouse, La Brèche est une émission de Web-TV sur la campagne présidentielle 2017. Elle diffuse en direct, un mardi sur deux, sur YouTube. 

« L’objectif de La Brèche TV est de suivre l’élection présidentielle, d’organiser des débats politiques non partisans et de décrypter les programmes des candidats » m’explique Pauline Antipot, une des membres de l’équipe.

Sur le plateau, un animateur reçoit des représentants des candidats officiels, des militants et des personnalités de la société civile (DAL 31, ATTAC, Amnesty International,…).

Sous forme de débat, de face à face ou de chronique, La Brèche aborde des questions liées « à la démocratie, l’écologie, la justice  sociale, la répartition des richesses et les discriminations ».  « Nous abordons des thèmes que l’on ne parle pas dans la campagne officielle » précise Pauline Antipot.

L’émission s’adresse au grand public et se veut accessible à tous. Chaque diffusion est traduite aux sourds et mal-entendants avec la présence d’un intérprete.

Au total, 8 émissions ont été réalisées depuis le début de l’année, totalisant plus de 10.000 vues.

La Breche TV organisera des soirées electorales aux deux tours du scrutin, les 23 avril et 7 mai à partir de 19h30.

Créée par un collectif de citoyens toulousains

La Brèche TV est animée par un collectif de citoyens issus de divers horizons. L’idée est partie des bénévoles de TV Bruits (une web télévision toulousaine indépendante) et de ceux des Vidéophages, une association qui diffuse des courts-metrages.

Une équipe de bénévoles s’est alors créée avec des professionnels de l’audiovisuel, des étudiants, quelques journalistes et une pédiatre. Chacun amène ses compétences, son matériel et son énergie. « Nous sommes animés par le désir d’organiser des débats politiques non partisans, enrichissants et attrayants » précise le collectif.

Pour retrouver les émissions et suivre les prochaines : direct.labreche.tv ou sur youtube.com/c/labrechetv

Julien Leroy

14 Avr

Rodez : saison 2 pour la web-série aveyronnaise « Mortus Corporatus »

La saison 2 de la web-série « Mortus Corporatus » débarque dans une quinzaine de jours. Une avant-première est prévue le 20 avril à Rodez. La production 100 % aveyronnaise a déjà remporté plusieurs prix internationaux.

© Mortus Corporatus

© Mortus Corporatus 

Après le succès de la saison 1, la web-série aveyronnaise « Mortus Corporatus » revient. Les 8 nouveaux épisodes seront diffusés en intégralité, le 1er mai sur la plate-forme My TF1-Xtra.  

Et si vous ne pouvez pas patienter, une nouvelle avant-première est organisée ce jeudi 20 avril à 18h30 à Cap’Cinéma de Rodez.

Mortus Corporatus raconte le « quotidien des faucheurs employés dans la plus grande entreprise mondiale fondée par La Grande faucheuse » .

La web-série suit en particulier « les aventures de Gaspard. Un faucheur qui n’a de cesse de louper ses missions, se faire pourrir par son patron et chambrer par ses collègues ». Son patron lui confie alors un apprenti pour l’aider. « Très vite Gaspard se rend compte que cet apprenti est doué pour ce travail et il va en profiter. Leur binôme va devenir le plus efficace du bureau ». 

Dans la saison 2, « tout se bouscule : un dossier caché qui compromet la carrière de M. Blandin refait surface, l’occasion rêvée pour Jason d’évincer son patron et lui prendre sa place. Parallèlement, La Mort Inc. doit faire face à la concurrence des faucheurs « privés » qui empiètent sur les plates bandes de Miss Poitou, récemment promue à la tête d’un nouveau bureau « Accident ». Cette dernière se rapproche de Cyprien, dont le talent se révèle au grand jour. L’amitié entre Gaspard et Cyprien est mise au défi. Cette confusion va conduire Gaspard à faire une découverte qui risque d’ébranler encore plus profondément l’entreprise… » résume le synopsis officiel.

Les nouvelles aventures devraient conserver tout l’humour qui a fait le succès des premiers épisodes.

Production 100% aveyronnaise

La web-série est réalisée par la socièté de production aveyronnaise AnderAnderA regroupant des amateurs et des professionnels du cinéma. Basée à Saint-Affrique, la production a gagné en moyens financiers et matériels au fur à mesure du succès. Aujourd’hui, la web-série est co-financée par TF1 et distribuée par RockZeLine. Elle a également remporté plusieurs prix à travers le monde

Toutes les scènes de Mortus Corporatus sont tournées dans l’Aveyron. France 3 Rodez avait pu suivre en septembre 2016, le tournage de la saison 2 : 


Mortus Corporatus

Les Aveyronnais Fred Saurel, Laurent Boudot, Thomas Pierren, Fabien Camaly et Virgil Vergues sont à l’origine de ce succès. Après des années d’écriture, ils ont diffusé la saison 1 en mars 2015. Il y a quelques semaines, ils racontaient la genèse de Mortus Corporatus à nos confrères de la Gazette du Geek.

En attendant de découvrir les premières images de la saison 2, vous pouvez suivre Gaspard et ses collégues sur YouTube et sur Facebook.

Julien Leroy

04 Avr

Les créations 3D du toulousain Visiolab au service de l’immobilier et de… l’événementiel

Modéliser en 3D la cérémonie d’ouverture de l’Euro 2016 pour n’oublier aucun détail ou créer un configurateur virtuel d’appartement. Ce sont les spécialités du studio toulousain Visiolab. Créée par deux Aveyronnais, la société est devenue l’un des experts nationaux des images de synthèse dans le secteur de l’immobilier et de l’événementiel.

© Visiolab /

© Visiolab /

Visiter virtuellement un futur logement, visionner en 3D un projet de résidence immobilière, configurer une cuisine ou modéliser un concert au Stade de France,… le studio Visiolab est spécialisé dans la création d’images de synthèse, fixes ou animées.

En 2002, deux amis aveyronnais, Julien Cabiac (de formation commerciale et vidéo) et Samuel Maffre (professionnel du multimédia), se lancent dans l’aventure de l’entreprenariat en créant Visiolab dans le centre-ville de Toulouse.

La principale activité de la PME est la modélisation immobilière en 3D. Pionnier au début des années 2000, elle est ainsi devenue l’un des leaders régionaux. Visite en 360°C, images de synthèse de logement,… les créations de Visiolab permettent aux promoteurs immobiliers de visualiser et de présenter leur projet.

Pour rester compétitive, la société de 11 salariés innove. Pour le compte d’Urbis, elle vient de lancer le premier configurateur virtuel d’appartement. Le futur propriétaire « peut se déplacer librement de pièces en pièces, dans un univers 3D immersif à 360° » expliquent les fondateurs de Visiolab. L’outil digital permet ainsi de « modifier le motif ou la taille du carrelage au sol, sélectionner les coloris et les matériaux de la cuisine et de la salle de bain et choisir la couleur des poignées de portes« .

De l’immobilier à la fan Zone de l’Euro 2016

Si les images de synthèse de logement sont aujourd’hui omniprésents, la 3D peut également aider à l’organisation de grands événements. C’est pourquoi en 2006, Visiolab se lance dans ce marché de niche.

Concrètement, les infographistes toulousains proposent de reproduire en 3D un concert ou une cérémonie d’ouverture d’une grande compétition sportive, avec animation de la foule. Cela permet aux organisateurs de visualiser la mise en scène et les aspects techniques avant le jour J.

Visiolab est l’un des seuls à proposer ce type de service en France. La société a ainsi participé à l’organisation des fans zones de l’Euro 2016 à Toulouse et Lyon, au concert de David Guetta en juin 2016 ou à un gala organisé par Coca. Ce secteur de la modélisation de l’événementiel est en pleine expansion.

Parallèlement, la PME toulousaine étend ses créations virtuelles aux cuisinistes et plus, surprenant, au secteur de l’apprentissage. Début 2017, elle vient de créer une filière, avec le Toulousain Bizness, pour développer des outils digitaux destinés à des formations professionnelles.

Julien Leroy

24 Mar

Start-up : Privateaser, le « Airbnb » des bars et restaurants créé par un Montalbanais

Privateaser est une plateforme proposant de réserver et de privatiser, un café, une salle de location ou un restaurant pour une fête. Un « Airbnb » des bars qui connaît un beau succès à Paris et depuis peu à Bordeaux et Toulouse.

© Privateaser

© Privateaser

Vous devez organiser un repas entre collègues, un anniversaire ou une fête entre amis. Mais où trouver un lieu prêt à vous accueillir ?

C’est la question favorite de Privateaser. La plateforme propose de réserver et de privatiser, en quelques clics, un café, une brasserie, un restaurant ou une salle de locationA ce jour, 1200 établissements sont répertoriés à Paris, Bordeaux et Toulouse.

Le service (gratuit pour l’utilisateur) est destiné aux entreprises et aux particuliers.

Lancé en 2014 à Paris, Privateaser connaît un beau succès dans la capitale française. Et depuis novembre 2016, la start-up se décline à Bordeaux et à ToulouseUne partie de notre équipe est originaire du Sud-Ouest, donc pour nous Toulouse sonnait comme une évidence » expliquait Nicolas Furlani lors du lancement. D’autres villes sont prévues dont Lyon. 

Derrière ce « Airbnb » des bars, se trouve un jeune Montalbanais : Nicolas Furlani. Aprés des études à Montauban et Toulouse, il est diplômé de Centrale Paris. Avec deux camarades, Alexandre Paepegaey et Raphaël Kolme, ils montent la start-up.

Aujourd’hui, Privateaser a attiré 600.000 utilisateurs en seulement 3 ans d’existence. Avec un chiffre d’affaires (en 2015) de 6 millions d’euros, la jeune pousse a déjà bouclé deux levées de fonds : 300.000 euros en mars 2015 et 500.000 euros en février 2016. 

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – Mars 2017 :


Privateaser, le « Airbnb » des bars et restaurants crée par un Montalbanais

Occitanie, première région française des « Airbnb » professionnels ?

Ce concept d’uberiser les services chez les professionnels ou chez les particuliers (Airbnb) via le numérique, est en vogue depuis plusieurs mois en France. 

Un secteur qui compte plusieurs startups précurseurs en Occitanie. Sur ce blog, nous vous avons déjà parlé, en exclusivité, de la jeune pousse gersoise EcoCar’s qui comble les heures creuses chez les garagistes. Idem chez les restaurateurs grâce à la plateforme toulousaine FrenchWork. Ou encore le « airbnb » des coiffeurs toulousains avec la start-up « Le Ciseaux.fr ». Une niche qui pourrait se développer dans les prochaines années.

Julien Leroy

21 Mar

Jeux vidéo : Parier (gratuitement) sur des compétitions d’e-sport avec le site toulousain Betters’Rift

Betters’Rift propose aux fans d’eSport de parier (gratuitement) sur des compétitions de jeux vidéo. Née à Toulouse, la plateforme est unique en France.

© MaxPPP

© MaxPPP

League of Legend, Counter Strike, OverWatch… ces jeux vidéos restent (encore) méconnus pour le grand public. Pourtant, ils rassemblement des millions de joueurs à travers le monde (dont 4,5 millions en France). Il existe même des compétitions internationales qui réunissent des milliers de spectateurs.

Ce marché mondial du e-sport (sport électronique) est estimé à 1 milliard d’euros en 2017.

Un business du futur qui a donné l’idée à 3 Toulousains, Alexis Cassan, Philippe-Adrien Chaix et Manuel Godeux, de créer Betters’rift

Lancé en octobre 2016, Betters’rift propose des paris en ligne sur les matchs de jeux vidéo. Le tout est entièrement gratuit. « Pour parier, pas besoin de carte bleue » précise Philippe-Adrien Chaix, l’un des créateurs. « L’utilisateur se connecte et reçoit une somme virtuelle qu’il peut miser. S’il gagne suffisamment, il peut échanger ses gains contre des cadeaux chez nos boutiques partenaires ».

Nous avions été les premiers à vous présenter cette plateforme unique en France.

Depuis le début de l’année 2017, la stat-up est installée au sein de l’incubateur du Crédit Agricole à Toulouse. Une de nos équipes ont pu les rencontrer  :


Betters’Rift pour parier sur le e-sport

Julien Leroy

02 Fév

Fintech : la start-up toulousaine Morning reprise par la banque Edel

La banque Edel a pris le contrôle de la fintech Morning depuis le 1er février. La Maif reste actionnaire. Le fondateur, Éric Charpentier, est écarté du projet. Une reprise qui sonne probablement la fin de l’aventure de la néobanque ouverte au grand public.

@ Morning

La neobanque Morning, basée à Saint-Elix-le-Chateau au sud de Toulouse, a trouvé un repreneur, selon nos confrères La Tribune. Une information confirmée par nos sources.

La banque Edel, appartenant au groupe E.Leclerc, est le nouveau actionnaire majoritaire de la Fintech toulousaine. 

La Maif reste également au capital. L’ancien actionnaire principal avait sauvé la startup de la déroute en décembre 2016, en réapprovisionnant le compte de cautionnement déficitaire. Pour rappel, ce déficit avait amené le gendarme de la banque, l’ACPR, à suspendre les activités de Morning durant un mois.

Aujourd’hui, la trésorerie de Morning est (quasiment) à sec. Pour survivre, la fintech devait trouver un repreneur. Ils étaient 3 en lice (Treezor, Edel et Mutualize) et c’est Edel, basé à Labége, qui rafle la mise.

Et maintenant ?

Première conséquence : le départ du fondateur Éric Charpentier. Les nouveaux actionnaires souhaitent l’écarter. Les raisons exactes ne sont pas encore connues mais son limogeage n’est pas vraiment une surprise. En effet, de nombreux clients lui reprochent d’avoir prélevé sur le compte de cautionnement. Par ailleurs, Éric Charpentier avait vivement critiqué la Maif, en le déclarant responsable de la situation.

Sur Twitter, Eric Charpentier a commencé à s’exprimer en répondant à son avocat, Me Leguevaques.


Autre conséquence : les emplois. Cette reprise pourrait se traduire par une réduction des effectifs. Morning compte actuellement 49 salariés.

Par ailleurs, le projet de neobanque et d’agence collaborative ouverte au grand public, ne seraient plus la priorité du repreneur. Ce dernier aurait pour objectif de s’adresser essentiellement aux professionnels. Une stratégie b to b probablement plus viable.

Reste l’avenir du siège social de Morning à Saint-Elix-Le-Chateau (Haute-Garonne). Inauguré en juin 2016, le bâtiment a coûté un million d’euros.

A suivre…

Julien Leroy

Un paradis pour les fans d’Apple ouvre à Toulouse

Le plus grand Apple Premium Reseller d’Europe ouvre ses portes, ce jeudi 2 février, en plein centre-ville de Toulouse. Lancée par la société iConcept (avec le feu vert de la marque américaine), la boutique permettra de combler l’absence d’un Apple Store.

@ MaxPPP

@ MaxPPP

Apple possède 19 boutiques officielles dans l’hexagone installées dans les grandes métropoles. Mais aucune à Toulouse, la quatrième ville française. Une situation qui suscite de nombreuses interrogations. Apple boude-t-elle la ville rose ? 

En fait, pas vraiment. A défaut d’un Apple Store officiel, les fans de la pomme peuvent trouver leur bonheur dans les boutiques iConcept. Cette société bordelaise est le revendeur officiel d’Apple dans le sud-Ouest. 

En 20 ans, le groupe fondé par Pascal Dutilleux, a ouvert 10 boutiques dédiées à la célèbre marque : de Bordeaux à Toulouse en passant par Pau, Bayonne ou Limoges. Mais, c’est dans la ville rose que iConcept est le plus implanté avec désormais 4 points de vente. Des implantions qui se font toujours avec l’accord d’Apple, selon nos informations. 

Et c’est le cas pour ce nouveau Apple Premium Reseller, qui ouvre ses portes ce jeudi 2 février en plein centre-ville de Toulouse. « Le plus grand Apple Premium Reseller d’Europe » assure iConcept. 

Située sur la rue Alsace-Lorraine, la boutique s’étend sur 450 m² et deux étages. Dans les rayons, le public trouvera « toute la gamme des produits Apple parmi lesquels le matériel informatique, les objets connectés, les outils d’impression et des produits d’occasion et de déstockage » précise le communiqué de presse.

Côté services, « le magasin propose la réparation des Mac, Iphone, Ipad… en atelier ou sur site. 80% des réparations seront faites sur place et la prise en charge est proposée sans rendez-vous » poursuit le service de communication.

3 millions d’euros et 4 mois de travaux ont été nécessaires pour ce magasin unique en Europe. iConcept espère ainsi atteindre 37 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et 40 millions en 2018. Une vertiable sucess-story du sud-ouest.

>>> Plus d’info : www.iconcept.fr

01 Fév

Toulouse : les premières start-up dédiées à l’innovation positive s’installent au Momentum

Exclusivité.  Soutenir et aider les innovations dédiées à l’économie positive. C’est le créneau de « Momentum », un nouveau accélérateur de start-up qui vient d’ouvrir ses portes à Toulouse. La première promotion compte 5 jeunes pousses. Présentation de ces nouvelles pépites du numérique.

@ Momentum

@ Momentum

Comme annoncé au mois de novembre 2016 sur ce blog, l’incubateur « Momentum » ouvre officiellement ses portes cette semaine à Toulouse. Cet accélérateur est dédié à l’innovation sociale, sociétale et environnementale.

On appelle cela l’économie positive. « Une économie qui fait du bien à la planète et à l’Humain. Elle est constituée d’entreprises qui pensent à l’optimisation de leurs pratiques sociales, environnementales et sociétales pour minimiser l’impact de leurs activités sur les ressources naturelles et humaines » précise Boris Mounet, le responsable de Momentum.

Par exemple : « Ceux permettant la lutte contre le gaspillage alimentaire, favorisant l’émergence d’une agriculture saine et respectueuse de l’environnement, le développement d’applications mobiles permettant l’accès à l’éducation pour tous,… » poursuit-il.

Les 5 premières startups sélectionnées

La première promotion vient d’être dévoilée. Sur les 44 candidatures reçues depuis le mois de novembre 2016, 5 projets ont été retenus.

  • Jokosun est une entreprise sociale et solidaire qui vise à démocratiser l’accès à l’énergie en Afrique rurale et périurbaine, à commencer par le Sénégal (7 millions de personnes concernées ; 150 millions en Afrique de l’ouest). La startup propose ainsi des kits solaires couplés à la technologie du paiement mobile.
  • Politizr  est une plateforme web indépendante et neutre permettant aux élu-e-s (et ancien-ne-s élu-e-s) de toute la France de débattre publiquement des sujets proposés par leurs concitoyen-ne-s. Tout en favorisant l’horizontalité et la participation active des citoyen-ne-s, Politizr offre aux élu-e-s un espace inédit de co-élaboration des idées et d’explication des décisions ?
  • Trade School Toulouse est un réseau de mise en relation entre des espaces, des animateurs et des participants dans le but d’organiser des ateliers de transmission de tous types de connaissances. Ces ateliers sont basés sur un système de troc entre l’animateur et les participants.
  • Natur’concept est spécialisée dans le sourcing de solutions éco-responsables, dans la protection et le développement des innovations.
  • Applicolis est une plateforme de livraison urbaine, écologique et socialement responsable, mettant en relation des commerçants locaux avec les transporteurs présents dans leur ville.

Durant 6 mois, le programme d’accélération va « se déployer dans un esprit start-up avec une alternance de Workshops (ateliers collectifs axés sur la mise en situation), d’Office Hours (contact régulier et privilégié par un mentor/entrepreneur pour faire le point sur l’avancement des projets), de conférences (meetup) ou encore de networking (identification de réseaux pertinents, de ressources et/ou compétences) » détaille Boris Mounet. 

Les locaux de Momentum sont situés dans les bureaux du Lab’Oïkos, au cœur du quartier Saint-Aubin à Toulouse. Crée en 2016 par Remi Demersseman-Pradel, cet espace de coworking toulousain fait parti du réseau Oïkosystème.

Un concept qui intéresse Benoit Hamon

En attendant les premières innovations d’ici juin 2017, le concept de Momentum intéresse le candidat PS à l’élection présidentielle de 2017. Benoit Hamon est venu leur rendre visite, le 20 janvier dernier, lors de sa campagne pour la primaire. 

>> Site officiel de Momentum :www.joinmomentum.co

Julien Leroy

29 Jan

CES 2017 : Quelles retombées économiques pour les start-up de Toulouse et Montpellier ?

Malgré un déplacement coûteux, de nombreuses jeunes pousses de Toulouse et de Montpellier, ne regrettent pas le voyage au CES de Las Vegas. Leurs innovations ont cartonné, décrochant des contacts avec de grandes groupes mondiaux. Témoignages.

@ Catspad

@ Catspad

37 startup de Toulouse, Montpellier et de l’Occitanie étaient présentes au Consumer Electronics Show (CES) 2017, du 5 au 8 janvier à Las Vegas. Il s’agit du plus grand salon mondial consacré au high-tech et au numérique.

Une vitrine mondiale qui permet à nos jeunes pousses régionales soit de se faire connaître, soit de « dénicher les nouvelles idées et les tendances » explique le Toulousain, Julien Cabiac de Visiolab. Sa société est spécialisée dans la modélisation 3D pour l’immobilier et l’évènementiel. Pour son premier voyage au CES, le jeune entrepreneur est ravi. Il a pu tester de nombreuses innovations qu’il pourra appliquer dans ses produits.

Chez Revinax, même son de cloche. Cette start-up de Montpellier propose des formations de réalité virtuelle à destination des chirurgiens. « Nous avons rencontré des partenaires que nous n’aurions jamais vu en France » raconte Jean Vincent Trives, le co-fondateur de Revinax. « Le CES permet de réunir tous les acteurs en un même lieu » complète Julien Cabiac. 

C’était le responsable achat produits animaliers d’Amazon – Brice Cavelier, co-fondateur de la start-up toulousaine Catspad

« On ramène des piles de cartes de visite mais pas seulement. (..), en fait, on ramène des lettres d’intention (..) Ces gens là nous rappellent pour des seconds rendez-vous » explique Cédric Rosemont, directeur général d’Axible. Cette jeune pousse de Labège a présenté son cube connecté « So’cube » relié au réseau Sigfox. Chaque face permet de commander un service associé (taxi, nettoyage signaler une panne informatique,…)

Du côté de Catspad, son distributeur connecté de croquettes pour chat a fait sensation au CES de Las Vegas. La startup toulousaine a ainsi décroché un trophée de l’innovation. Mais également plusieurs contacts. Comme cette personne venue spécialement à leur stand. « C’était le responsable achat produits animaliers de chez Amazon (..) une société mondiale qui pèse quelques milliards. Il y a qu’au CES qu’on peut le voir » raconte Brice Cavelier, co-fondateur de Catspad.

« Cela nous a quand même coûté 15.000 euros d’être présent sur place » souligne Julie Leleu, co-fondatrice de Catspad. « Mais le retour sur investissement est plus qu’important (..) Ca nous a permis de gagner presqu’un an à la fois, en visibilité commerciale et industrielle« .

>> Reportage sur le retour du CES 2017 / Denis Tanchereau & Olivier Denoun – France 3 MidiPyrénées – Janvier 2017  :
 
Innov’action : retour du CES Las Vegas
Julien Leroy