27 Juil

Des Toulousains inventent Watch Eat, le « Airbnb » des soirées foot

L’application toulousaine Watch Eat propose de mettre en relation des fans de sport pour regarder un match à la TV chez un particulier. Un « Airnb » des amateurs de sport qui sera disponible le 5 août prochain sur smartphone.

© Jean Francois Frey / MaxPPP

© Jean Francois Frey / MaxPPP

La plateforme Watch Eat propose à des particuliers possédant une TV et un abonnement à l’une des chaînes sportives, de recevoir des invités le temps d’un match. Voici le concept de la nouvelle application née à Toulouse.

« Par exemple, ce soir pour la finale de Ligue des Champions, je peux accueillir 3 supporters du Real Madrid chez moi (..). Ainsi nous mangerons ensemble devant le match et partagerons nos émotions entre supporters du Real Madrid » précise Karim Cherifi, co-fondateurs de Watch Eat.

L’application s’adresse à la fois aux supporters et aux amateurs de sport qui ne regardent que quelques événements durant l’année. Le but étant « de partager un moment convivial » complètent les deux fondateurs. Reste à savoir si le concept d’inviter des inconnus chez moi, séduira les passionnés.

Une formule apéro en option

En attendant de savoir, le fonctionnement est très simple. Soit vous vous inscrivez comme un hôte disposant d’un abonnement à l’une des chaînes sportives payantes. Soit comme un visiteur prêt à se déplacer. L’ensemble des annonces s’affichent en fonction de sa localisation.

« Vous découvrirez le salon de votre hôte ainsi que la TV dont il dispose, afin d’avoir une idée exacte du lieu d’accueil. À la manière d’un Airbnb, vous trouverez votre bonheur en quelques clics » détaille Karim Cherifi. 

Et comme sur un site de revente, le visiteur pourra évaluer son hôte avec des points fair-play”. 

Parallèlement, Watch Eat propose deux formules d’accueil. « La première consistera à recevoir un invité gratuitement. La seconde formule comportera un repas » explique les concepteurs. L’Hôte propose alors un apéritif ou un repas en précisant auparavant le prix.

Inventée par un fan du PSG et un supporter de l’OM

Watch Eat est née dans la tête de deux amis Toulousains. Karim Cherifi, 24 ans, est un supporter de l’OM qui vient d’obtenir un diplôme MBA à New York. Et Enzo Trupiano étudie la stratégie digitale tout en suivant à 21 ans, les matchs de son équipe préférée, le PSG.

Lancement le 5 août

Le lancement officiel de Watch Eat est prévu pour l’ouverture de la saison de ligue 1 de football, le 5 Août 2017. L’application sera disponible gratuitement sur Androïd et Apple. 

A terme, les concepteurs veulent étendre la plateforme à tous les sports diffusés à la TV : rugby, basket, tennis,…

>>> Plus d’info sur www.watcheat.fr

Julien Leroy

24 Juil

Deux Toulousains inventent « Emprunte mon toutou », LeBonCoin pour prêter (et faire garder) son chien

Garder un chien gratuitement, uniquement pour le plaisir. C’est le concept lancé par deux Toulousains avec leur plateforme nationale  « Emprunte mon toutou ». Un service destiné à la fois à ceux qui ne peuvent pas avoir un animal à plein temps et aux propriétaires qui veulent partir le temps d’un week-end ou en vacances.

© Emprunte Mon Toutou

© Emprunte Mon Toutou

« Il s’agit une d’une plateforme qui met en relation des personnes qui souhaitent faire garder leur chien avec des personnes qui souhaiteraient garder des chiens » résument les concepteurs Toulousains de la plateforme « Emprunte mon toutou »

Une version du « dog-sitter » mais entièrement gratuite. « Les emprunteurs ne sont pas rémunérés, c’est pour le plaisir de garder un chien, pour ceux qui n’en ont pas ».

« Plus d’excuse pour abandonner son animal cet été »

« Trouver une personne de confiance pour s’occuper de son chien, le temps d’une promenade, pendant un week-end, ou lors de vacances, n’est pas toujours chose aisée »  poursuivent Thibaut Pfeiffer et Eleanor Stanton

Or, « D’un autre côté, des milliers de personnes adorent les chiens mais ne peuvent en avoir, pour diverses raisons ». C’est dans cette optique de mise en relation qu »Emprunte Mon Toutou a été créée. Il suffit de s’inscrire et de chercher des bénévoles à proximité. « Le chien est l’animal préféré de 51 % des Français… mais seulement 26% en possèdent » précisent les deux Toulousains.

Déploiement dans les grandes villes de France

« Emprunte Mon Toutou » est né dans la ville rose en mars 2017. « En moins d’un mois, 500 membres toulousains s’inscrivent » assurent le duo. Un engouement qui les incite à se déployer rapidement dans les grandes villes françaises. Paris, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Marseille, Rennes, Nice sont désormais connectés depuis juin 2017.

Aujourd’hui, la plateforme rassemble « 1911 membres, 647 chiens et 1264 emprunteurs« .

>>> Plus d’info sur : www.empruntemontoutou.com

>>> Reportage de Marie Martin et Juliette Meurin (France 3 Toulouse) – Juillet 2017 :

« Emprunte mon toutou », le site internet toulousain qui permet d’avoir un chien, de temps en temps

Julien Leroy

19 Juil

Les smartphones (incassables) du Toulousain Adar Télécom sont en redressement judiciaire

Adar Télécom est en redressement judiciaire. Cette société toulousaine est spécialisée dans les mobiles ou tablettes « durcis ». Depuis un an, elle connaissait une croissance fulgurante avec des appareils antichocs et étanches, vendus dans le monde entier.

© Adar Télécom

© Adar Télécom

Le pionnier mondial des téléphones durcis est placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Toulouse, depuis le 11 mai 2017. La période d’observation devait durer jusqu’à septembre ou octobre, selon nos informations. 

Depuis 2008, Adar Télécom développe des smartphones et des tablettes « antichocs, étanches et robustes« .

La société toulousaine s’est d’abord adressée aux professionnels et aux amateurs sports extérieurs, évoluant dans des environnements peu propices à la bonne santé d’un téléphone. C’est ainsi que la gamme MTT est née.

Très vite, l’entreprise toulousaine est devenue l’un des leaders mondiaux de ces appareils robustes. Si bien qu’en août 2016, Adar Télécom signe un contrat mondial avec le géant du bricolage, Staley Black & Decker. Depuis, les smartphones toulousains sont distribués dans 35 pays à travers le monde.

Profitant de cette croissance, Adar Télécom décide, en décembre 2016, d’ouvrir son catalogue au grand public avec la gamme « MTT #beyondlimits ». Des smartphones (quasiment) incassables au design épurés pour attirer les particuliers. Il « accompagne son utilisateur dans toutes les situations du quotidien, des plus banales (travail, sorties, loisirs, sport, quotidien avec des enfants en bas âge, …), aux plus extrêmes (travail en extérieur, sports extrêmes, etc) » précisait Christian Massoji, directeur marketing d’Adar, au moment du lancement. 

Aujourd’hui, l’entreprise et ses 15 salariés sont dans l’incertitude. La direction n’a pas encore répondu à nos sollicitations.

Julien Leroy

07 Juil

Des Toulousains trouvent la solution pour rendre les questionnaires clients… moins ennuyeux

La start-up toulousaine MyFeelBack transforme le tradtionnel questionnaire de satisfaction client en conversation par chat. Une solution marketing ludique. 

Les 3 fondateurs de MyFeelBack : Stéphane Contrepois, Aurore Beugniez et Julien Hourrègue / © MyFeelBack

Les 3 fondateurs de MyFeelBack : Stéphane Contrepois, Aurore Beugniez et Julien Hourrègue / © MyFeelBack

Lorsque vous achetez un article sur Internet ou passez chez votre garagiste, impossible d’échapper au traditionnel questionnaire de satisfaction client envoyé par e-mail. Et là, un sentiment de lassitude vous empare à la lecture des premières questions.

C’est sur ce constat que la start-up toulousaine MyFeelBack, a eu l’idée de transformer les questionnaires clients en conversation par Chat.

Baptisé « ChatSurvey », le robot interroge et échange avec le client. Une conversation en ligne « à la fois fluide et intuitive, ce qui favorise un taux de réponse au questionnaire en moyenne 2 fois plus important que sur un questionnaire classique » précise Aurore Beugniez, la cofondatrice de MyFeelBack. 

ChatSurvey permet également de proposer des services ou de nouveaux produits en fonction des réponses du client. En résumé, le marketing conversationnel change dans la forme mais pas sur le fond. « ChatSurvey répond à un objectif simple : augmenter le nombre de réponses collectées par les entreprises, leur permettant ainsi d’alimenter
les prises de décisions et d’enrichir leurs bases clients« . 

Révolutionner les questionnaires de satisfaction

Commercialisé depuis début juin 2017, « ChatSurvey va rapidement s’imposer comme un nouveau standard au sein des grandes entreprises » assure Stéphane Contrepois, CEO de MyFeelBack. Plusieurs grands groupes se sont montrès interessés.

Créée en décembre 2011 à Toulouse, par Stéphane Contrepois, Aurore Beugniez et Julien Hourrègue, MyFeelBack est spécialisée dans l’enrichissement de la connaissance client. Aujourd’hui, l’un des pionniers du secteur compte 19 salariés et plus de 80 clients dont Oréal ou la FNAC.

Julien Leroy

01 Juil

Jouer au paintball en réalité virtuelle avec le (nouveau) jeu vidéo toulousain Xfield Paintball

En projet depuis 2 ans, la start-up toulousaine, Xfield Paintball, vient de sortir, fin mai, son jeu vidéo sur le paintball avec casque de réalité virtuelle. Une innovation parrainée par Microsoft.

© xfield-paintball

© xfield-paintball

Ça y est ! le jeu vidéo toulousain « Xfield Paintball » est (enfin) disponible sur PC et console depuis le 30 mai. En septembre 2016, nous avions parlé de ce projet.

Xfield Paintball est un jeu vidéo multijoueur sur le paintball, adapté à l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle. 

Des développeurs, des designers et des testeurs ont travaillé pendant deux ans pour aboutir à ce résultat. L’innovation est unique dans le monde. C’est pourquoi, Microsoft est le parrain de cette jeune pousse hébergée par l’IOT Valley de Labège, près de Toulouse. Le géant américain lui offre un réseau mondial de serveurs informatiques.

Xfield Paintball avait déjà sortie une première version du jeu sur téléphone mobile en 2013. L’application avait été téléchargée à plus de 6 millions d’exemplaires. Un vrai succès.

Aujourd’hui les fondateurs Toulousains, Fabrice Tron et Sébastien Munier, espèrent séduire les gamers. D’ailleurs, ils lancent ce vendredi 30 mai, une offre promotionnelle sur Steam, l’une des importantes plateformes virtuelles de jeux.

Julien Leroy

30 Juin

Nowave, le « Netflix » toulousain du cinéma d’auteur

Nowave est un site de vidéo à la demande (SVOD) dédié aux films d’auteurs. Une plateforme imaginée par la toulousaine Bérengère Dastarac, ancienne productrice et passionnée de cinéma. Elle vient de lancer une campagne crowdfunding pour poursuivre son développement.

© Nowave (capture écran)

© Nowave (capture écran)

Nowave est le « Netflix » toulousain des films d’auteurs et indépendants. Pour 8 euros par mois, la plateforme de vidéo à la demande (SVOD) propose une sélections de films rares ou atypiques par thématique ou par personnalités (Bela Lugosi, Shakespeare, révolution ou le cinéma de mauvais genre,…)

« On propose des films rares, de festivals, ou de genre, 100 % made in France, et 100 % équitable » précise la start-up toulousaine qui veut ainsi soutenir le cinéma d’auteur, la diversité et lutter contre « l’uniformisation des plateformes de streaming venues des US« .

J’ai réalisé que beaucoup de films de festivals n’étaient peu ou pas diffusés alors qu’ils étaient d’excellente qualité – Bérengère Dastarac, fondatrice de Nowave

D’ailleurs, la moitié des revenus est reversée aux réalisateurs et ayants-droits. Ce qui permet d’assurer un financement « aux films qui n’ont pas eu la chance de sortir à salle d’être vus » explique Bérengère Dastarac, la fondatrice de Nowave. 

L’idée de cette SVOD est née dans la tête de Bérengère Dastarac, ancienne productrice et passionnée de cinéma. En 2011, elle réalise une fiction sur la révolution égyptienne. « Winter of Discontent” est sélectionné en compétition officielle à La Mostra de Venise en 2012. C’est alors que « j’ai réalisé que beaucoup de films de festivals n’étaient peu ou pas diffusés alors qu’ils étaient d’excellente qualité » raconte-t-elle. « L’idée a émerger de proposer un espace de diffusion en ligne pour ce type de films« . 

Des dizaines de films en projet

Après deux ans de développement, la plateforme ouvre au public en janvier 2017, en France et en Angleterre. En raison de deux thématiques par mois, le catalogue propose à ce jour, une soixantaine de longs métrage. 70 films supplémentaires seront prochainement mises en ligne.

Hébergé chez Ekito à Toulouse, Nowave cherche aujourd’hui à franchir un nouveau cap, en étoffant son service et couvrir d’autres pays d’ici fin 2017. Pour cela, Bérengère Dastarac vient de lancer une campagne de crowdfunding sur Kisskissbankbank. L’objectif est de récolter 8000 euros avant le 16 juillet prochain.

>>> Pour découvrir Nowave : www.nowave.io

Julien Leroy

21 Juin

Occitanie : Des Montpelliérains inventent MonChaperon, le « blablacar » du piéton

Après le covoiturage, voici le copiétonnage ! Une startup de Montpellier a eu l’idée de créer « Monchaperon », la première application française pour trouver des piétons qui partagent le même trajet que vous.

© Eric Audras / Maxppp

© Eric Audras / Maxppp

Née à Montpellier, « MonChaperon » est  la première application de copiétonnage. Le principe est de mettre en relation des piétons qui souhaitent partager le même trajet à pied. En un mot, Monchaperon est le « blablacar » du piéton

« Passé une certaine heure, être seul dans la rue n’est pas rassurant et ce même sur de petits trajets » explique l’équipe de Montpellier. « Faire son trajet accompagné rassure et rend ce moment beaucoup plus sympathique » poursuit-elle. L’application s’adresse également aux personnes qui cherchent un peu de convivialité.

Disponible sur Android et Apple Store, il suffit de s’inscrire gratuitement et de trouver des « chaperons » qui effectuent le même chemin que vous. Cela marche aussi avec les trajets en transport en commun.

Comme sur Uber, l’application permet également de devenir un marcheur privé qui propose d’accompagner les personnes seules. « Beaucoup de demandes portent sur des petits trajets (raccompagnement du restaurant au parking, de la boite de nuit au parking…), vous pourrez donc faire de nombreux chaperonnages en une soirée et ainsi générer un réel complément de revenus » précise sur son site la start-up.

Lancée depuis fin 2016, le service en ligne affiche à ce jour plus de 3000 utilisateurs.

A télécharger sur www.monchaperon.fr

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – juin 2017  :


MonChaperon, la première application de… copiétonnage née à Montpellier

Julien Leroy

19 Juin

Fintech : la néobanque toulousaine Morning se reveille

5 mois après la reprise par Edel (groupe E.Leclerc), la néobanque Morning basée près de Toulouse, a présenté, ce vendredi 16 juin, sa nouvelle stratégie. Tous les services qui ont fait le succès de la fintech, sont conservés. Mais le modèle économique est revu.

© J. Leroy / France 3 Midi-Pyrénées

© J. Leroy / France 3 Midi-Pyrénées

La néobanque Morning tente un nouveau réveil après la période trouble survenue fin 2016.

En décembre dernier, une trésorerie à sec, une sanction de l’ACPR (le gendarme du secteur bancaire) et une mésentente avec le principal actionnaire de l’époque (la Maif), entraînent la start-up toulousaine et ses 49 salariés au bord du dépôt de bilan.

La jeune pousse est alors racheté par la banque Edel du groupe E.Leclerc. Le repreneur devient progressivement l’actionnaire majoritaire avec 79% du capital. Le fondateur de Morning, Éric Charpentier, est congédié.

5 mois après, l’unique start-up numérique du Volvestre, basée à Saint-Elix-le-Château au sud de Toulouse, veut se relancer. Le nouveau CEO, Frédéric Senan, a présenté, ce vendredi 16 juin, sa nouvelle stratégie.

L’ADN de Morning conservée

Contrairement aux rumeurs au moment de la reprise, les services qui ont fait le succès de la néobanque, sont conservés. « Eric Charpentier voulait réinventer la banque et il avait de bonnes idées » explique Frédéric Senan, le nouveau directeur de Morning.

L’objectif est de « garder l’esprit du projet cobanking » poursuit-il. Ce terme crée par l’ancienne équipe, désigne « de nouveaux usages bancaires, collaboratifs et digitaux qui répondent aux attentes du consommateur d’aujourd’hui« .

La cagnotte en ligne est ainsi maintenue. Cette offre gratuite d’échange d’argent entre particuliers est la vitrine historique de la marque depuis les débuts en 2013. L’attachement des internautes à ce service a convaincu le repreneur.

De nouvelles offres à partir du 3 juillet

La chute de Morning fin 2016 a été provoquée (principalement) par un modèle économique eroné. C’est pourquoi, Edel veut relancer Morning en étoffant les offres et les fonctionnalités payantes.

« La start-up proposait jusqu’ici à ses clients de bénéficier d’un service d’envoi et de réception d’argent (..) Désormais, elle met également à leur disposition (..) un compte de paiement digital et ibanisé (..) pour gérer leur argent et suivre leurs dépenses quotidiennes en temps réel » explique la direction.

La fintech toulousaine va ainsi attaquer le marché bancaire BtoC en lançant, le 3 juillet prochain, plusieurs offres : Morning Play (pour collecter, partager et gérer son argent avec différents groupes d’ami), Morning Protect (pour les personnes sous tutelles) et Morning Jump (pour gérer l’argent de poche de ses enfants).

Chaque service comprend une carte de paiement Master Card et un numéro IBAN.

Une quatrième offre, Morning Welcome, verra le jour début septembre. Il s’agit d’un compte bancaire pour les étudiants étrangers vivants en France.

Parallèlement, la néobanque s’apprête à conquérir les professionnels avec des services adaptés. Des offres BtoBtoC est également en projet. L’ensemble sera dévoilé à la rentrée prochaine.

L’objectif est de « compiler la totalité des services de la Fintech » précise Frédéric Senan afin de concurrencer Nickel, C-zam, Lydia,…

Côté salariés

Sur les 49 salariés au moment du rachat, « 13 sont partis volontairement » affirme la nouvelle direction. Des recrutements sont en cours pour combler les départs. L’objectif est d’être « 41 d’ici la fin de l’été 2017″.

Et maintenant ?

L’équipe et la tactique sont en place. Reste à transformer l’essai. En cas de succès, Morning deviendra rentable. « 2017 sera une année blanche après 6 mois d’inactivité. En 2018, on espére couvrir les charges et devenir rentable en 2019 » précise Frédéric Senan. C’est tout le mal que l’on souhaite à cette start-up emblématique de l’écosystème numérique d’Occitanie et de la Fintech française.

Julien Leroy

08 Juin

Occitanie : Des Montpelliérains inventent l’application Sportihome, le « airbnb » des sportifs

Si vous êtes un passionné de kitesurf, d’équitation, de VTT, de randonnée, d’escalade ou encore de parapente, la nouvelle application Sportihome est faite pour vous. Inventée à Montpellier, elle est à la fois un Google Maps des meilleurs spots de sports d’aventure et un airbnb des sportifs.

© Sportihome

© Sportihome

Sportihome s’adresse à tous les passionnés de sport extrêmes : kitesurf, VTT, surf, randonnée, escalade, parapente,…

Créée à Montpellier, l’application est à la fois un « Google Maps » des meilleurs spots de sports d’aventure et un « airbnb » des voyageurs sportifs.

Un service unique en France

Sa première fonctionnalité est de proposer « un guide de spots renseignés et évalués par la communauté sportive » explique Sylvain Morel, l’un des deux fondateurs de Sportihome. « Vous avez la possibilité de rechercher des destinations par sport (kitesurf, vtt, randonnée, trail, golf, SUP, parapente, etc) et par ville bien évidement« . A ce jour, 260 spots sont recensés sur l’appli.

Mais l’innovation provient surtout de la deuxième fonctionnalité. En quelques clics, vous pouvez également « trouver (..) les logements à proximité évalués par d’autres sportifs« .

Pour chaque spot, l’application propose des hébergement chez un particulier qui partage la même passion. Bref, un « airbnb » pour les voyageurs sportifs. Votre hôte peut d’ailleurs venir avec vous et partager le plaisir sportif.

Lancé en janvier 2017, Sportihome compte « 3200 membres et plus de 220 logements » assurent les deux fondateurs : Sylvain Morel et Fred Diaw. Ces passionnés de kitesurf surfent déjà sur le succès. Leur start-up basée à Montpellier a déjà recruté 4 personnes. 

>>> Pour télécharger : https://sportihome.com/

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mai 2017 (à la 38e minute) :


9H50 le matin en Occitanie

Julien Leroy

31 Mai

E-santé : Avec l’application NotreSanté, des Toulousains inventent le « couteau suisse » du patient

Réunir sur votre smartphonne vos rendez-vous médicaux, les rappels de vaccins de vos enfants, vos remboursements de la Sécu et vos prescriptions… c’est désormais possible grâce une nouvelle application toulousaine : NotreSanté.

© notresante

© notresante

NotreSanté est « une application mobile à destination du grand public qui aide les familles dans la gestion de leur santé au quotidien » explique les 3 fondateurs toulousains.

Leur objectif est d’aider les familles à jongler entre les rendez-vous médicaux, les ordonnances, les traitements, la gestion des dépenses, les remboursements de la sécurité sociale.

Disponible sur Android et iOS, l’application permet ainsi de créer un dossier pour chaque membre de la famille (parents, enfants, grands-parents).

Pour chaque répertoire, il est possible de noter les rendez-vous médicaux, suivre les dépenses médicales et les remboursements, archiver et transférer les documents de santé vers les mutuelles, complémentaires santé et pharmacies. NotreSanté propose aussi des rappels de vaccins et de suivre les posologies des prescriptions médicales. Bref, une application « couteau suisse » du patient. 

Une version web est également disponible pour les professionnels de santé. Cela permet de dialoguer et de transmettre directement avec le patient.

A l’origine de cette innovation e-santé, se trouve une start-up toulousaine du même nom, créée en novembre 2016 par 3 amis. Benoît Vinceneux, Sébastien Tirvert ont travaillé notamment pour Pierre Fabre et Tony Marcello se charge du développement informatique.

Avec leur application révolutionnaire, ils espérèrent atteindre « 100 000 utilisateurs grand public et 10 000 professionnels de la santé » d’ici fin 2018. La communauté des Communes de Sor Agout dans le Tarn et le groupe d’expertise-comptables Soregor, figurent parmi leurs premiers clients.

>> Pour télécharger ou pour plus d’info : notresante.io

>>> Reportage de France 3 Midi-Pyrénées – Juin 2017 :

Application toulousaine NotreSanté

Julien Leroy