26 Juin

Trade School Toulouse, la start-up qui favorise le… troc des connaissances

Organiser des ateliers de transmission de connaissances sous forme de troc. C’est le créneau de Trade School. Né à New-York, le concept débarque à Toulouse.

© Trade School Toulouse

© Trade School Toulouse

« Le principe est simple : une personne transmet ses connaissances et en échange les participants s’engagent à aider l’animateur à répondre à un de ses besoins » explique Mundhi-Ling Gunawan, co-fondatrice de Trade School Toulouse.

« Pour cela, nous mettons en place des ateliers de transmission de connaissances et d’entraide au sein du grand public et également auprès des entreprises » poursuit-elle. « Il n’y a pas d’échange monétaire ! Pas de hiérarchie de savoirs ! Tout le monde peut être un jour animateur et un autre jour participant ».

Ce concept est né à New-York en 2010. Depuis, cette « école des échanges » se répand dans le monde entier et depuis peu en France. Une antenne a vu le jour à Paris mais c’est à Toulouse que le Trade School prend son essor.

Mundhi-Ling Gunawan et Amel Miaoulis ont ainsi créée la première start-tup française de trade school il y a quelques mois dans la ville rose. Accompagnées par l’accélérateur de start-up Momentum, elles ont déjà organisé plus de 60 ateliers. « Trade School Toulouse est une start-up en innovation sociale ayant pour mission d’améliorer la qualité de vie en créant des liens plus humains pour une société plus solidaire » précisent-elles

Aujourd’hui, la jeune pousse passe à la vitesse supérieure. Des partenariats avec des entreprises sont en cours de finalisation. Et une plateforme web verra le jour d’ici la fin de l’année. Pour y parvenir, une campagne de crowdfunding est ouverte jusqu’au 30 juin 2017. « Nous cherchons 5000 euros pour financer ce projet. Nous en sommes actuellement à 70% » détaille Mundhi-Ling Gunawan.

>> Plus d’info sur www.tradeschooltoulouse.fr

Julien Leroy

24 Juin

Les reprises musicales de 3 sœurs toulousaines font craquer les internautes

Léana, Jade et Lynn sont 3 jeunes sœurs toulousaines passionnées de musique. Leurs covers de tubes cartonnent actuellement sur le web.

© Aöme

© Aöme

A Toulouse, Léana (19 ans), Jade et Lynn (15 ans) sont trois sœurs passionnées par la musique et la chanson. Elles forment le trio « Aöme » et s’amusent à réaliser des reprises musicales telles que Shape of You d’Ed Sheeran ou encore de The Greatest de Sia. 

« Cela est venu très naturellement. On chantait déjà toutes les trois à la maison depuis notre enfance. La musique a toujours eu une place importante dans notre vie. On a eu envie de poster des vidéos afin de partager notre passion. On n’attendait pas grand chose. » expliquent-elles

Pourtant leurs 4 premiers clips cartonnent sur la toile depuis le mois de mars. Le cover d’Ed Sheeran dépasse la barre du million de vues sur YouTube. Un succès qui s’explique surtout par la (très) belle voix des Toulousaines.

« La principale particularité du groupe réside dans le fait que l’on soit sœurs. Ce lien fraternel est une véritable force pour nous, on peut toujours compter l’une sur l’autre. (..) Nos trois voix sont aussi très singulières, mais elles s’allient toujours. C’est un peu la prolongation de nous-même« .

Prochainement en concert

Face à l’engouement, Léana, Jade et Lynn vont continuer à poster quelques reprises. Mais l’objectif est d’écrire leurs propres compositions. « On va passer beaucoup de temps en studio cet été pour commencer tout le travail de composition et d’écriture de nos futures chansons afin de les partager avec notre public » précisent les 3 jeunes femmes. 

Parallèlement, un concert est en projet. « On a aussi envie de rencontrer toutes ces personnes qui nous soutiennent virtuellement en faisant des concerts dans un futur proche« .

Vers le même succès que le duo toulousain « In The Stairs »

Entre 2014 et 2015, un groupe similaire avait également fait le buzz. Le duo Toulousain « In the Stairs » était composé de Samuel et sa sœur Lucille. Leurs reprises reprises postées sur YouTube avaient retenti jusqu’aux oreilles de Lady Gaga.

>> Cover « Shape of You » par Aöme : 

Julien Leroy

23 Juin

« L’Explorateur de la peur », succès d’un youtubeur urbex de Perpignan

Visiter et filmer des lieux abandonnés par l’homme, c’est la passion d’un jeune perpignanais amateur d’urbex. Sur YouTube, sa chaîne « L’Explorateur de la peur » fait un carton.

© L'explorateur Delapeur

© L’explorateur Delapeur

Les passionnés d’Urbex sont de plus en plus nombreux en Occitanie. Cette activité consiste à visiter des lieux construits par l’homme, abandonnés, interdits ou difficiles d’accès. Les explorations sont très souvent photographiées ou filmées.

C’est justement le cas du Perpignanais Gaëtan Phelippeau et sa chaîne YouTube : L’Explorateur de la peur.

A seulement 18 ans, il explore, caméra à la main, des bâtiments oubliés un peu partout en France. L’une de ses plus grandes découvertes reste « une immense clinique abandonnée ou il y avait encore tous les meubles, tous les lits » précise le youtubeur.

Gaëtan Phelippeau aime également s’offrir quelques sensations fortes en dormant dans les lieux qu’il visite. « J’aime me donner des petit frissons » avoue-t-il.

En deux ans, il est suivi par plus de 28.000 abonnés et ses productions totalisent 1,6 millions de vues.

A découvrir ci-dessous et sur YouTube.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – juin 2017  :


Tout ce Qui Buzz : le youtubeur urbex

Julien Leroy

21 Juin

Occitanie : Des Montpelliérains inventent MonChaperon, le « blablacar » du piéton

Après le covoiturage, voici le copiétonnage ! Une startup de Montpellier a eu l’idée de créer « Monchaperon », la première application française pour trouver des piétons qui partagent le même trajet que vous.

© Eric Audras / Maxppp

© Eric Audras / Maxppp

Née à Montpellier, « MonChaperon » est  la première application de copiétonnage. Le principe est de mettre en relation des piétons qui souhaitent partager le même trajet à pied. En un mot, Monchaperon est le « blablacar » du piéton

« Passé une certaine heure, être seul dans la rue n’est pas rassurant et ce même sur de petits trajets » explique l’équipe de Montpellier. « Faire son trajet accompagné rassure et rend ce moment beaucoup plus sympathique » poursuit-elle. L’application s’adresse également aux personnes qui cherchent un peu de convivialité.

Disponible sur Android et Apple Store, il suffit de s’inscrire gratuitement et de trouver des « chaperons » qui effectuent le même chemin que vous. Cela marche aussi avec les trajets en transport en commun.

Comme sur Uber, l’application permet également de devenir un marcheur privé qui propose d’accompagner les personnes seules. « Beaucoup de demandes portent sur des petits trajets (raccompagnement du restaurant au parking, de la boite de nuit au parking…), vous pourrez donc faire de nombreux chaperonnages en une soirée et ainsi générer un réel complément de revenus » précise sur son site la start-up.

Lancée depuis fin 2016, le service en ligne affiche à ce jour plus de 3000 utilisateurs.

A télécharger sur www.monchaperon.fr

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – juin 2017  :


MonChaperon, la première application de… copiétonnage née à Montpellier

Julien Leroy

19 Juin

Le 2e salon « Drones in Toulouse » aura lieu le 20 septembre à Toulouse Francazal

C’est le plus grand salon des acteurs des drones en Occitanie. La 2e édition de « Drones in Toulouse » revient le 20 septembre sur  la base aérienne de Toulouse – Francazal.

© Clement Mahoudeau / MaxPPP

© Clement Mahoudeau / MaxPPP

A vos agendas ! La 2e édition de « Drones in Toulouse » se déroulera le 20 septembre sur  la base aérienne de Toulouse – Francazal. 

Il s’agit du plus grand rendez-vous des acteurs du drone en Occitanie.

« Drone in Toulouse est un événement professionnel réunissant les industriels et les chercheurs du secteur du Drone afin d’apporter à ses visiteurs professionnels la connaissance de l’existant et des évolutions en cours sur ce secteur » précise le communiqué de presse.

Un salon professionnel qui permet de découvrir les multiples applications dans les secteurs de l’agriculture, BTP, armée, industrie, médical, sécurité, logistique, transport, immobilier,..

Drones in Toulouse accueillera également la compétition de vols outdoor de l’événement IMAV 2017, qui regroupe plus de 300 chercheurs du monde entier. Plus de 35 équipes devront réaliser avec des drones, « des challenges tels que retrouver un objet enterré, identifier des cibles ouréaliser le plus grand nombre de tours sur une période donnés« .

L’événement est organisé par Robotics Place. Ce cluster regroupe des entreprises, des laboratoires de recherche et des écoles d’ingénieurs d’Occitanie autour de la robotique et des drones.

Plus d’info sur www.dronesintoulouse.com

Julien Leroy

Fintech : la néobanque toulousaine Morning se reveille

5 mois après la reprise par Edel (groupe E.Leclerc), la néobanque Morning basée près de Toulouse, a présenté, ce vendredi 16 juin, sa nouvelle stratégie. Tous les services qui ont fait le succès de la fintech, sont conservés. Mais le modèle économique est revu.

© J. Leroy / France 3 Midi-Pyrénées

© J. Leroy / France 3 Midi-Pyrénées

La néobanque Morning tente un nouveau réveil après la période trouble survenue fin 2016.

En décembre dernier, une trésorerie à sec, une sanction de l’ACPR (le gendarme du secteur bancaire) et une mésentente avec le principal actionnaire de l’époque (la Maif), entraînent la start-up toulousaine et ses 49 salariés au bord du dépôt de bilan.

La jeune pousse est alors racheté par la banque Edel du groupe E.Leclerc. Le repreneur devient progressivement l’actionnaire majoritaire avec 79% du capital. Le fondateur de Morning, Éric Charpentier, est congédié.

5 mois après, l’unique start-up numérique du Volvestre, basée à Saint-Elix-le-Château au sud de Toulouse, veut se relancer. Le nouveau CEO, Frédéric Senan, a présenté, ce vendredi 16 juin, sa nouvelle stratégie.

L’ADN de Morning conservée

Contrairement aux rumeurs au moment de la reprise, les services qui ont fait le succès de la néobanque, sont conservés. « Eric Charpentier voulait réinventer la banque et il avait de bonnes idées » explique Frédéric Senan, le nouveau directeur de Morning.

L’objectif est de « garder l’esprit du projet cobanking » poursuit-il. Ce terme crée par l’ancienne équipe, désigne « de nouveaux usages bancaires, collaboratifs et digitaux qui répondent aux attentes du consommateur d’aujourd’hui« .

La cagnotte en ligne est ainsi maintenue. Cette offre gratuite d’échange d’argent entre particuliers est la vitrine historique de la marque depuis les débuts en 2013. L’attachement des internautes à ce service a convaincu le repreneur.

De nouvelles offres à partir du 3 juillet

La chute de Morning fin 2016 a été provoquée (principalement) par un modèle économique eroné. C’est pourquoi, Edel veut relancer Morning en étoffant les offres et les fonctionnalités payantes.

« La start-up proposait jusqu’ici à ses clients de bénéficier d’un service d’envoi et de réception d’argent (..) Désormais, elle met également à leur disposition (..) un compte de paiement digital et ibanisé (..) pour gérer leur argent et suivre leurs dépenses quotidiennes en temps réel » explique la direction.

La fintech toulousaine va ainsi attaquer le marché bancaire BtoC en lançant, le 3 juillet prochain, plusieurs offres : Morning Play (pour collecter, partager et gérer son argent avec différents groupes d’ami), Morning Protect (pour les personnes sous tutelles) et Morning Jump (pour gérer l’argent de poche de ses enfants).

Chaque service comprend une carte de paiement Master Card et un numéro IBAN.

Une quatrième offre, Morning Welcome, verra le jour début septembre. Il s’agit d’un compte bancaire pour les étudiants étrangers vivants en France.

Parallèlement, la néobanque s’apprête à conquérir les professionnels avec des services adaptés. Des offres BtoBtoC est également en projet. L’ensemble sera dévoilé à la rentrée prochaine.

L’objectif est de « compiler la totalité des services de la Fintech » précise Frédéric Senan afin de concurrencer Nickel, C-zam, Lydia,…

Côté salariés

Sur les 49 salariés au moment du rachat, « 13 sont partis volontairement » affirme la nouvelle direction. Des recrutements sont en cours pour combler les départs. L’objectif est d’être « 41 d’ici la fin de l’été 2017″.

Et maintenant ?

L’équipe et la tactique sont en place. Reste à transformer l’essai. En cas de succès, Morning deviendra rentable. « 2017 sera une année blanche après 6 mois d’inactivité. En 2018, on espére couvrir les charges et devenir rentable en 2019 » précise Frédéric Senan. C’est tout le mal que l’on souhaite à cette start-up emblématique de l’écosystème numérique d’Occitanie et de la Fintech française.

Julien Leroy

17 Juin

Insolite : l’équipe de Baseball de Toulouse se parodie dans… un documentaire animalier

Connaissez-vous les Tigers du Stade Toulousain ? Il s’agit de l’équipe de baseball de la ville rose. Méconnue du grand public, elle a voulu se présenter sous forme d’un documentaire animalier. Une vidéo à la fois originale et drôle.

© Stade Toulousain Baseball & Softball

© Stade Toulousain Baseball & Softball

Comment se faire connaître du grand public ? Les Tigers du Stade Toulousain Baseball ont trouvé une belle manière de le faire : se parodier dans un documentaire animalier. Il fallait y penser et le résultat est drôle.

Dans les vastes contrées d’Occitanie, subsiste un rare spécimen d’irréductibles et dangereux toulousains. Non non, nous ne parlons pas des fervents défenseurs de la chocolatine mais des TIGERS du Stade Toulousain Baseball !

Une voix off présente ainsi ces « tigres toulousains » qui subsistent dans les « dans les vastes contrées d’Occitanie« . « Ils sont menaçants, dangereux et poilus« , se déplaçant « en meute en suivant l’ordre du mâle dominant« .

« Nous avons tenté de représenter au mieux l’esprit d’équipe et les valeurs du club, en y ajoutant une pointe d’humour » précisent les 6 étudiantes réalisatrices. Actuellement en Master 2 Communication digitale à l’ECS de Toulouse, Chloé, Eleonore, Gwenaelle, Laura, Léa et Clémentine ont été appelées par le club pour revoir leur plan de communication.

Postée sur Youtube ce 15 juin, la vidéo devrait connaître le buzz dans les prochains jours.

En attendant, la voici :

Julien Leroy

08 Juin

Occitanie : Des Montpelliérains inventent l’application Sportihome, le « airbnb » des sportifs

Si vous êtes un passionné de kitesurf, d’équitation, de VTT, de randonnée, d’escalade ou encore de parapente, la nouvelle application Sportihome est faite pour vous. Inventée à Montpellier, elle est à la fois un Google Maps des meilleurs spots de sports d’aventure et un airbnb des sportifs.

© Sportihome

© Sportihome

Sportihome s’adresse à tous les passionnés de sport extrêmes : kitesurf, VTT, surf, randonnée, escalade, parapente,…

Créée à Montpellier, l’application est à la fois un « Google Maps » des meilleurs spots de sports d’aventure et un « airbnb » des voyageurs sportifs.

Un service unique en France

Sa première fonctionnalité est de proposer « un guide de spots renseignés et évalués par la communauté sportive » explique Sylvain Morel, l’un des deux fondateurs de Sportihome. « Vous avez la possibilité de rechercher des destinations par sport (kitesurf, vtt, randonnée, trail, golf, SUP, parapente, etc) et par ville bien évidement« . A ce jour, 260 spots sont recensés sur l’appli.

Mais l’innovation provient surtout de la deuxième fonctionnalité. En quelques clics, vous pouvez également « trouver (..) les logements à proximité évalués par d’autres sportifs« .

Pour chaque spot, l’application propose des hébergement chez un particulier qui partage la même passion. Bref, un « airbnb » pour les voyageurs sportifs. Votre hôte peut d’ailleurs venir avec vous et partager le plaisir sportif.

Lancé en janvier 2017, Sportihome compte « 3200 membres et plus de 220 logements » assurent les deux fondateurs : Sylvain Morel et Fred Diaw. Ces passionnés de kitesurf surfent déjà sur le succès. Leur start-up basée à Montpellier a déjà recruté 4 personnes. 

>>> Pour télécharger : https://sportihome.com/

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mai 2017 (à la 38e minute) :


9H50 le matin en Occitanie

Julien Leroy

06 Juin

Le salon de la Mêlée Numérique 2017 aura lieu du 18 au 24 septembre à Toulouse

A vos agendas ! La Mêlée numérique se déroulera du 18 au 24 septembre 2017 à Toulouse. L’un des plus grands salons dédiés au numérique en Occitanie fête, cette année, ses 20 ans.

Crédit : La Mêlée numérique

Crédit : La Mêlée numérique

La 20e édition du salon de la Mêlée numérique se déroulera du 18 au 24 septembre 2017 à Toulouse. Pour la deuxième année consécutive, l’une des plus grandes manifestations liées au numérique en Occitanie se déroulera au cœur de la ville rose, au quai des Savoirs et à Saint-Aubin.

« Pendant une semaine complète, (..) elle permettra à tous les publics d’assister à des centaines de conférences, ateliers, sessions de rencontres, démonstrations, tout en réservant son lot de nouveautés » précisent l’association La Mêlée, organisatrice de l’événement.

« Une vingtaine de thématiques d’innovation figureront à la programmation : Big data, robotique, international, start-ups, intelligence artificielle, systèmes d’information, emploi, réalité virtuelle et augmentée, entrepreneuriat,.. » précise le communiqué de presse.

Des professionnels du numérique venus du Québec et d’Espagne seront également invités.

Julien Leroy

31 Mai

E-santé : Avec l’application NotreSanté, des Toulousains inventent le « couteau suisse » du patient

Réunir sur votre smartphonne vos rendez-vous médicaux, les rappels de vaccins de vos enfants, vos remboursements de la Sécu et vos prescriptions… c’est désormais possible grâce une nouvelle application toulousaine : NotreSanté.

© notresante

© notresante

NotreSanté est « une application mobile à destination du grand public qui aide les familles dans la gestion de leur santé au quotidien » explique les 3 fondateurs toulousains.

Leur objectif est d’aider les familles à jongler entre les rendez-vous médicaux, les ordonnances, les traitements, la gestion des dépenses, les remboursements de la sécurité sociale.

Disponible sur Android et iOS, l’application permet ainsi de créer un dossier pour chaque membre de la famille (parents, enfants, grands-parents).

Pour chaque répertoire, il est possible de noter les rendez-vous médicaux, suivre les dépenses médicales et les remboursements, archiver et transférer les documents de santé vers les mutuelles, complémentaires santé et pharmacies. NotreSanté propose aussi des rappels de vaccins et de suivre les posologies des prescriptions médicales. Bref, une application « couteau suisse » du patient. 

Une version web est également disponible pour les professionnels de santé. Cela permet de dialoguer et de transmettre directement avec le patient.

A l’origine de cette innovation e-santé, se trouve une start-up toulousaine du même nom, créée en novembre 2016 par 3 amis. Benoît Vinceneux, Sébastien Tirvert ont travaillé notamment pour Pierre Fabre et Tony Marcello se charge du développement informatique.

Avec leur application révolutionnaire, ils espérèrent atteindre « 100 000 utilisateurs grand public et 10 000 professionnels de la santé » d’ici fin 2018. La communauté des Communes de Sor Agout dans le Tarn et le groupe d’expertise-comptables Soregor, figurent parmi leurs premiers clients.

>> Pour télécharger ou pour plus d’info : notresante.io

>>> Reportage de France 3 Midi-Pyrénées – Juin 2017 :

Application toulousaine NotreSanté

Julien Leroy