24 Avr

Une coalition entre Sylvie Pinel et Emmanuel Macron est-elle possible ?

La présidente du PRG, Sylvia Pinel, propose à Emmanuel Macron de former une coalition de gouvernement. Vague idée ou vraie hypothèse ?

Sylvia Pinel et Emmanuel Macron (Photo : Christophe Morin / MaxPPP)

Sylvia Pinel et Emmanuel Macron (Photo : Christophe Morin / MaxPPP)

La proposition intervient 24 heures après les résultats du 1er tour et 15 jours avant la finale. Le PRG et sa présidente, Sylvia Pinel, proposent une coalition de gouvernement à Emmanuel Macron. Cette idée est issue d’une réunion du bureau national du PRG. Un bureau qui s’est déroulé ce lundi 24 avril en présence d’une trentaine de membres et de Jean-Michel Baylet.

Selon nos informations, l’ambiance était morose et même sinistre. Lors d’un discours, Sylvia Pinel a insisté sur la qualification pour le second tour de Marine Le Pen. La présidente du PRG a affirmé que (à la différence d’autres personnalités politiques) elle ne pourra jamais s’habituer au résultat du Front National. De son côté Jean-Michel Baylet a plaidé la cause de son parti auprès du représentant d’Emmanuel Macron au sein des radicaux de gauche. Le futur ex-ministre de François Hollande (dont les fonctions s’arrêteront après la démission du gouvernement le 8 mai prochain) a insisté pour que le sénateur Jacques Mézard protègent les intérêts des députés sortants du PRG.

Le PRG a signé un accord pour les législatives avec le PS. Mais le mauvais score de Benoît Hamon (6,2%) annonce des législatives difficiles.

Les candidats du PRG risquent d’être tirés vers le fond par une débâcle du parti socialiste. Cette sombre hypothèse explique la diplomatie active de Jean-Michel Baylet.

Une déclaration publique va plus loin que les attentions de Jean-Michel Baylet envers le « macroniste » Mézard. Le PRG propose à Emmanuel Macron de former une coalition avec les radicaux de gauche. Contacté par France 3 Occitanie, un parlementaire « macroniste » déclare :

A part un signe de désespoir, je ne vois même pas ce que veut dire former une coalition. D’après moi, c’est juste pour éviter qu’En Marche ! mettent des candidats en face des candidats PRG pour les législatives

Simple pacte de non-concurrence pour les législatives ou pas, une coalition Pinel-Macron reste virtuelle. Selon plusieurs membres du mouvement d’Emmanuel Macron, il n’existe pas de contact et encore moins de négociation. Un représentant d’En Marche ! est encore plus catégorique :

Une coalition, c’est impossible. Emmanuel Macron n’en veut pas. Le PRG réagit avec les vieux schémas et les vieilles logiques d’appareil qu’Emmanuel Macron veut dépasser.

Un « macronien » du PRG estime que l’idée d’une coalition ne se heurte pas seulement au « logiciel » d’Emmanuel Macron. Une éventuelle coalition n’a (tout simplement) pas de sens.

Des membres du PRG ont déposé des candidatures pour les législatives. La place du radicalisme de gauche est assuré sans avoir besoin de partir sur des accords d’appareil.

Un parlementaire membre d’En Marche ! est toutefois moins catégorique :

Je serai très étonné que cela puisse aboutir. Pourquoi aller jusqu’à une coalition alors que Macron a déjà les députés et les sénateurs PRG. Mais bon !

Le 13 avril dernier, Emmanuel Macron a rendu une visite à la rédaction du journal appartenant à Jean-Michel Baylet à Toulouse. A cette occasion, le présidentiable a eu un aparté (d’une vingtaine de minutes) avec la dirigeante du groupe de presse de l’ancien président du PRG. Rien n’a filtré de ce tête-à-tête dans le bureau de Marie-France Marchand-Baylet. Mais l’épisode circule dans le microcosme politique et alimente toutes les spéculations.

La porosité entre les intérêts politiques du ministre PRG et son groupe de presse sont de notoriété publique. Pour des élus d’Occitanie, le bureau (directorial) du quotidien régional aurait pu servir de terrain d’approche pour un rapprochement politique.

Encore une fois, il s’agit d’une simple spéculation. En revanche, ce mardi 25 avril, un comité directeur du mouvement En Marche ! est programmé.

Le sujet d’une hypothétique coalition Pinel-Macron sera (peut-être) mise sur la table.

A suivre.

Laurent Dubois (@laurentdub)

23 Avr

Les « mélenchonistes » d’Occitanie se projettent déjà vers les législatives

Jean-Luc Mélenchon n’est pas qualifié pour le 2nd tour. Mais il obtient un bon score au niveau national (entre 19 et 20%) et finit en tête dans les deux principales villes d’Occitanie : Toulouse et Montpellier.

Jean-Luc Mélenchon photo MaxPPP

Jean-Luc Mélenchon photo MaxPPP

Une vraie déception et un nouvel élan. Jean-Luc Mélenchon a perdu son pari. Celui d’être qualifié pour le second tour de la présidentielle. Mais sa défaite repose sur son meilleur résultat pour sa seconde candidature à une élection présidentielle : autour du 20% des suffrages exprimés. Le leader de la France Insoumise double quasiment son score de 2012.

Pour son mouvement, le vote du dimanche 23 avril ne marque pas la fin de l’histoire. Au contraire. A peine la présidentielle « pliée », les Insoumis se projettent vers la prochaine échéance électorale : les législatives. Jean-Luc Mélenchon arrive en tête en Ariège et dans les deux métropoles d’Occitanie, Toulouse et Montpellier. La carte des résultats n’a pas échappé au représentant de Jean-Luc Mélenchon en Occitanie.

Liêm Hoang-Ngoc déclare :

On a fait 20% à la présidentielle. Le parti socialiste d’Epinay est mort. Il faut que l’on soit visible à l’Assemblée. Nous aurons des candidats dans toutes les circonscriptions en France et en Occitanie, bien sur. En haute-Garonne, il y a des enjeux sur 3 circonscriptions : la 4, la 1 et la 9

Liêm Hoang-Ngoc reconnaît qu’il existe une inconnue. La France Insoumise va devoir perpétuer et prolonger la mobilisation de la présidentielle. Les législatives ne sont pas une simple étape. La transformation de la dynamique de la présidentielle en poussée aux législatives est un véritable cap à franchir.

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

Marine Le Pen en tête dans le fief de Jean-Michel Baylet à Valence d’Agen

C’est un résultat symbolique. Marine Le Pen est en tête dans le fiel historique de la famille Baylet.

Jean-Michel Baylet (Photo : MaxPPP)

Jean-Michel Baylet (Photo : MaxPPP)

Valence d’Agen n’est pas une simple commune du Tarn-et -Garonne. C’est le berceau politique d’une véritable dynastie politique. Jean Baylet a été le maire de la ville pendant 29 ans. Evelyne-Jean Baylet a ensuite assumer la succession durant (quasiment) trois décennies. Le fils, Jean-Michel Baylet, a ensuite pris le relais entre 1977 et 2011.

Un proche de Jean-Michel Baylet précise :

Valence c’est son havre. C’est là qu’il a été élevé. C’est comme Mitterrand et le Vieux Morvan. C’est l’endroit ou Jean-Michel Baylet a les vrais copains ou il se replie quand il subit un revers. Marine Le Pen qui arrive en tête sur Valence, ce serait terrible et symbolique.

C’est pourtant ce qui vient de se produire. Lors des régionales de 2015, le Front National a fait jeu égal avec le parti socialiste. Mais les chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur sont beaucoup plus tranchants et tranchés s’agissant de la présidentielle de 2017. Marine Le Pen finit sur la première marche du podium : 26,64% des suffrages exprimés. L’allié socialiste du PRG, Benoît Hamon, obtient (seulement) 5,82% des voix.

A 29 kilomètres de Valence, Castelsarrasin offre également son meilleur score à Marine Le Pen : 31,85% des suffrages exprimés. La candidate du FN est largement devant Benoît Hamon (4,82%).

Jean-Michel Baylet a installé dans la sous-préfecture du Tarn-et-Garonne son héritière politique : Sylvia Pinel. L’actuelle présidente du PRG soutenait d’ailleurs le candidat socialiste.

Il existe toutefois une source de consolation pour Jean-Michel Baylet.

Contrairement à son parti, le ministre de François Hollande (qui quittera ses fonctions dans quelques jours) s’est rallié à Emmanuel Macron. A Valence comme à Castelsarrasin, le candidat En Marche ! arrive en deuxième position.

Laurent Dubois (@laurentdub)

21 Avr

Le PRG de Sylvia Pinel joue sa « peau » avec la présidentielle

Jean-Michel Baylet soutient Emmanuel Macron. La présidente du PRG, Sylvia Pinel, est derrière Benoît Hamon. La présidentielle bouscule les radicaux de gauche. Et ce n’est pas fini. Le résultat du scrutin risque de redessiner le visage du plus vieux parti de France.

Sylvia Pinel et Jean-Michel Baylet. Photo AFP/XLeoty

Sylvia Pinel et Jean-Michel Baylet. Photo AFP/XLeoty

La campagne présidentielle de 2017 ne ressemble à aucune autre. Mais l’élection elle même est hors norme. Son résultat va durablement impacter la droite et la gauche françaises. C’est une évidence. Mais on songe essentiellement à une explosion du PS en cas de victoire d’Emmanuel Macron et à une recomposition de la droite dans l’hypothèse d’une défaite de François Fillon. Un autre parti est également directement concerné par le verdict des urnes : le PRG.

Avant que débute le dépouillement, le plus vieux parti de France est dans la lessiveuse. Jean-Michel Baylet soutient Emmanuel Macron. La présidente du parti, Sylvia Pinel, est aux côtés de Benoît Hamon. Ce grand écart suscite de vives tensions au sein du PRG.

Sur le réseau intranet du parti, le dernier mail au sujet d’un candidat à la présidentielle remonte à 17 jours. Le message le plus récent date du jeudi 20 avril et il porte sur un sondage réalisé par une Chaîne Parlementaire. Pour trouver une trace de friction entre « hamonistes » et « macronistes », il faut remonter au 4 avril. Le message en question visait, d’ailleurs, Benoît Hamon.

Mais ce calme est relatif.

En coulisse, les « macronistes » attendent avec impatience les résultats de la présidentielle. Une élimination brutale de Benoît Hamon au 1er tour (sous la barre des 8%) sonnerait l’hallali.

Selon un cadre PRG, les « hamonistes » représentent entre 25 et 30% du parti. Mais, en revanche, ils sont largement majoritaires au sein du bureau national. C’est une majorité de circonstance, liée au soutien de Sylvia Pinel envers le candidat du PS. Un membre du PRG parle d’un soutien « par la signature d’un papier » à savoir un accord électoral pour les législatives. Mais, pour les « macronistes », peu importe. Pour les « macronistes » a misé sur le mauvais cheval. Peu importe que ce soit pour la bonne cause : sauver les meubles aux législatives.

Un échec cinglant de Benoît Hamon donnera lieu à un « ajustement-remaniement ». Des « macronistes » estiment que la présidence du PRG devra changer en cas de défaite de Benoît Hamon.

Autrement dit, Benoît Hamon doit entraîner dans sa chute Sylvia Pinel.

Ce scénario reste de la politique fiction. Le  PRG est un micro-parti. Il est totalement verrouillé par Sylvia Pinel. Les règles statutaires sont malléables et manipulables.

Mais l’intention est réelle. Les « macronistes » font leur compte et s’organisent.

Le ralliement de Jean-Michel Baylet à Emmanuel Macron ne change rien. Pour un « macroniste » du PRG, c’est un « sans aucun intérêt, tardif et un peu pathétique« .

Pour appuyer ce jugement sans appel, un « macroniste » de la première heure précise :

Emmanuel Macron n’a pas réagi publiquement, pas la moindre petite phrase ou le moindre geste, c’est dire que pour Emmanuel Macron, le ralliement de Baylet c’est un non événement

Au-delà des questions de personnes et du destin de Sylvia Pinel, c’est l’avenir du PRG qui est en jeu.

Avant le verdict des urnes, c’est simplement le début du commencement. Avec, d’ailleurs, des retrouvailles historiques (lors d’un repas) entre les radicaux de gauche et les radicaux « Valoisiens ».

Le soir du 1er tour débuteront les vraies manœuvres.

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

 

 

Ça grogne au PS du Tarn autour de l’investiture de la députée Linda Gourjade

Carte déchirée et grogne dans les rangs. L’investiture, contre le vote des militants, de la députée sortante Linda Gourjade soulève une vague de contestation.

Linda Gourjade, députée du Tarn. Photo : Max PPP

Linda Gourjade, députée du Tarn. Photo : Max PPP

D’un point de vue statutaire, le vote de militants est (simplement) consultatif et les député(e)s sortant(e)s sont prioritaires. L’investiture de Linda Gourjade et la mise à la trappe de sa concurrente, Lysiane Louis, était un scénario prévisible. L’issue de la compétition était connue d’avance. Mais des militants refusent de plier. Plusieurs sections (Dourgne, Labruguière) expriment leur mécontentement. Un militant a même déchiré sa carte. Les instances départementales du PS 81 reconnaissent « des réactions mitigées« .

Deux griefs font monter la colère. Des militants mettent en cause le profil de Linda Gourjade. Frondeuse assumée et affirmée, la députée (sortante) a ouvertement contesté la ligne de François Hollande et de Manuel Valls. Des militants de la 3ème circonscription estiment que Linda Gourjade n’est pas légitime pour porter les couleurs du PS.

L’autre « braise » qui met le feu concerne les conditions de l’investiture de la députée sortante. Linda Gourjade a refusé (contrairement aux règles statutaires du PS) de se présenter devant les militants. Un vote interne s’est porté sur une autre candidate, Lysiane Louis. Un vote désavoué par les instances nationales du parti.

Les investitures aux législatives sont souvent problématiques et même polémiques. En 2012, le « parachutage » du numéro 3 du PS, Christophe Borgel, sur une circonscription haute-garonnaise préalablement réservée à… une femme, a (également) soulevé une tempête. En revanche, toutes les frondes ne débouchent pas sur des sécessions. C’est le cas dans le Tarn. L’ex-candidate PS (désignée par les militants) maintient sa candidature. Cette dissidence n’est pas la première. En 2012, Linda Gourjade a déjà affronté un candidat divers gauche, Didier Houlès. Cette aventure s’est soldée par un 13,87% dans les urnes.

Le conseiller parlementaire de Linda Gourjade, Marc Gauché, ne fait aucun commentaire. En revanche, un socialiste déclare :

Didier Houlès était connu dans le sud du département. Lysiane Louis personne ne la connaît. Elle va se planter. Mais ce sera autant de voix en moins pour Linda Gourjade. C’est faire le jeu de Bernard Carayon.

Contacté par France 3 Occitanie, l’adversaire de Linda Gourjade, Bernard Carayon ne fait lui non plus aucun commentaire. Un silence éloquent.

Laurent Dubois (@laurentdub)

20 Avr

Carole Delga excusée pour la dernière visite de François Hollande en Occitanie

Ce jeudi 20 avril, trois jours avant le 1er tour, François Hollande est en Occitanie. La présidente de Région a « squeezé » cette ultime visite présidentielle dans le Lot. Problème d’agenda.

François Hollande et Carole Delga, AFP/R Gabalda

François Hollande et Carole Delga, AFP/R Gabalda

François Hollande continue sa tournée d’adieu. Après Aubervilliers et avant Guingamp, le président sortant a réservé une de ses dernières sorties pour le Lot. Cette visite n’a rien de particulier. Visite d’usine et inauguration d’un groupe scolaire. Mais, en marge de l’agenda officiel, une étape gastronomique revêt une dimension (quasiment) politique.

François Hollande n’a pas seulement salué la réussite économique d’un fleuron lotois, l’entreprise Andros. Avant de filer vers Luzech pour couper un ruban, le chef de l’Etat a pu profiter d’un déjeuner organisé par le sénateur lotois, Gérard Miquel. L’ancien président de Région, Martin Malvy, était autour de la table. Une table dressée au domicile de Gérard Miquel, à Laburgade.

Une bonne assiette dans le Lot n’a rien de particulièrement « appétissant ». Sauf quand un chef de l’Etat (socialiste) passe à table et (cerise sur le gâteau) que l’hôte soutient l’adversaire du candidat investi par…le PS. La scène aiguise les papilles. François Hollande invité par un macroniste notoire, ça aiguise forcement les commentaires.

Mais, dans le Lot, ce ne sont pas les éventuelles confidences entre la poire et le fromage qui font jazzer. C’est l’absence (remarquée) de la présidente de Région qui alimente les conversations.

Plusieurs sources locales prétendent que Carole Delga n’a pas fait le déplacement pour éviter de se retrouver en terre « macroniste ».

L’hôte de François Hollande, le sénateur Miquel, est un soutien d’Emmanuel Macron. C’est certain. Plusieurs autres personnalités lotoises (de premier plan) sont également en marche aux côtés de l’ancien ministre de l’Economie, c’est évident. Du côté de l’ancienne ministre de François Hollande, c’est tout aussi évident qu’après avoir fortement soutenu Manuel Valls, Carole Delga s’est engagée fermement derrière Benoît Hamon.

Une « hamoniste » au milieu de « macronistes », le menu peut coincer.

Malgré cela, il est impossible de vérifier la thèse d’un boycott de la part de Carole Delga.

Contacté par France 3 Occitanie, l’hôtel de Région confirme l’invitation lancée à la présidente de Région. Le contraire aurait été surprenant. C’est une simple question de protocole.

Mais, le cabinet de Carole Delga, précise un point essentiel. La visite de François Hollande coïncide avec un rendez-vous important : le Parlement de la Mer.

Un parlement qui se tient à 300 kilomètres du Lot, à la Grande-Motte, dans l’Hérault. 350 personnes sont invitées et les invitations sont lancées depuis 1 mois.

A moins d’utiliser un hélicoptère, Carole Delga pouvait difficilement faire un « touch and go » uniquement pour un déjeuner.

L’indisponibilité de la présidente de Région est parfaitement justifiable.

Cela étant, une vraie excuse peut être également une excuse opportune.

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

 

 

Législatives : Debout La France veut des candidats partout

« Un petit exploit ». Ainsi Damien Lempereur, l’un des trois porte-parole nationaux de Nicolas Dupont-Aignan qualifie la présence annoncée de DLF dans les 577 circonscriptions françaises pour les prochaines élections Législatives.

Nicolas Dupont-Aignan Photo AFP Thomas Samson

Nicolas Dupont-Aignan Photo AFP Thomas Samson

Le parti avait déjà présenté des listes dans toutes les Régions de France en décembre 2015. Dans la foulée de la Présidentielle, les partisans de Nicolas Dupont-Aignan ne veulent donc pas laisser le terrain aux candidats Les Républicains. « Ils ne pourront plus se débarrasser de nous » ironise Damien Lempereur. Quitte à faire perdre la droite en cas de résultats serrés ?

Et Les Républicains ?

« Il y a eu des tentatives de discussions, mais aussi d’intimidation »  confie celui qui dit désormais représenter « le 6ème parti de France ».  Dans notre dernière enquête France3-Cévipof-Ipsos Stéria réalisée auprès de plus de 1200 personnes, Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 5% d’intentions de vote au 1er tour de la Présidentielle en Occitanie.

Lors des dernières Régionales, le haut-pyrénéen Damien Lempereur avait recueilli près de 4% des voix, deux fois plus que son leader national à la Présidentielle de 2012 (1,79%). « Nos résultats dans la Région ne sont pas si mauvais que ça. Mais sur les Législatives, le mode de scrutin est très compliqué pour nous ».

350 candidats d’ores et déjà investis

DLF espère toutefois réussir à constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale, et ce même sans proportionnelle. La parité sera évidemment à l’ordre du jour : « En 2012, nous n’étions pas présents partout mais nous avions été condamnés… pour avoir eu trop de candidates ». Pour l’heure 350 candidats sont d’ores et déjà investis sur 577 circonscriptions à pourvoir.

Patrick Noviello (@patnoviello)

19 Avr

Présidentielle : Baylet rejoint Macron

Jean-Michel Baylet et Emmanuel Macron (Photo MaxPPP)

Jean-Michel Baylet et Emmanuel Macron (Photo MaxPPP)

C’est au « Parisien-Aujourd’hui en France » qu’il l’a annoncé et non pas à son journal « La Dépêche du Midi »… Le Ministre de l’Aménagement du Territoire, ancien patron du PRG rallie Emmanuel Macron.

Démocratie en péril

Etant toujours membre du gouvernement, il ne voulait pas se positionner avant mais « face à une situation où la démocratie peut être en péril » il s’est résolu à le faire. L’ancien Président du département de Tarn et Garonne estime que Macron est « le mieux placé pour battre des candidats qu’il ne souhaite pas voir accéder à l’Elysée ».

Une position désormais officielle donc et dont nous vous parlions depuis un moment déjà. Mais une prise de position qui tombe assez mal alors que ce mardi soir encore au Zénith de Toulouse Benoît Hamon remerciait ses partenaires du PRG, dont la députée européenne Virginie Rozière, assise au premier rang. Rappelons que le PRG et sa présidente Sylvia Pinel se sont ralliés à Benoît Hamon mais laissent leurs adhérents libres de leur choix.

 

Où va le PRG ?

Le PRG a toujours été un partenaire pour le moins exigeant envers le PS, en termes de postes notamment, mais un partenaire tout autant sur le fil, menaçant sans cesse de claquer la porte. Là un pas de plus est franchi, si l’on considère que Jean-Michel Baylet reste le patron emblématique du parti. Mais les dissensions ont été fortes chez les Radicaux de Gauche et risquent de continuer à l’être. Officiellement le PRG soutient donc toujours Benoît Hamon, mais les départs vers Macron se multiplient.

Du côté d’ « En Marche », on n’a pas encore réagi à ce ralliement, à commencer par Emmanuel Macron lui-même. « Il ne devrait pas réagir car ce n’est pas un accord de Parti mais un ralliement individuel » explique Monique Iborra, la députée Divers Gauche qui a été une des premières à apporter son soutien à l’ancien Ministre de l’Economie.

Patrick Noviello (@patnoviello)

18 Avr

Présidentielle et sécurité des candidats : un cran au-dessus ?

Avant même l’interpellation à Marseille de deux hommes suspectés de préparer un attentat pendant la campagne, l’entourage des candidats avait senti que la sécurité autour de leurs chefs de file avait été renforcée. Alors qu’en est-il maintenant avec notamment deux meetings à Toulouse ce mardi soir ?

Jean-Luc Mélenchon, dimanche à la Prairie des Filtres à Toulouse. Photo Eric Cabanis AFP

Jean-Luc Mélenchon, dimanche à la Prairie des Filtres à Toulouse. Photo Eric Cabanis AFP

« Oui, on a bien senti que les mesures de sécurité se sont renforcées ces derniers jours » confie un représentant régional de Debout La France, également porte-parole national de la campagne de Nicolas Dupont Aignan. Là où les « petits » bénéficiaient souvent d’un seul agent de sécurité, ils sont désormais plusieurs. « De toute façon, la sécurité a été renforcée depuis le début de la campagne. Nous sommes en Etat d’urgence » rappelle Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

« Non, non, pas plus que ça, d’autant que  nous ne voulions pas de grand barnum ». Pour les organisateurs de la venue de Benoît Hamon dans le Gers ce lundi de Pâques, pas question d’en faire plus que d’habitude. D’autant que la visite du candidat socialiste doit se faire sans chichis. Au programme : courses landaises à Aignan et visite du château de D’Artagnan, en plein cœur du Gers.

Vigilance mais effectif normal

Mais pour ce mardi soir, et avec ce nouveau coup de filet antiterroriste, le ton a peut-être changé dans le staff socialiste. Retour dans une métropole pour un meeting, le tout dans un imposant Zénith. Côté police c’est « dispositif habituel, vigilance mais effectif normal, ni plus, ni moins ». De source policière, 35 hommes de la direction départementale de la sécurité publique sont entre autre sur le pont.

La salle est régulièrement sécurisée tout au long de l’année pour des concerts, elle l’a été encore la semaine dernière pour la venue de François Fillon, avec notamment la présence discrète que quelques policiers en civil, bref beaucoup plus simple à gérer qu’une grande place extérieure.

Dimanche Dernier, plusieurs dizaines de milliers de personnes s’étaient réunies Prairie des Filtres pour venir écouter Jean-Luc Mélenchon. Là encore ambiance décontractée pour les Insoumis, avec pique-nique sur site dès midi. Mais la zone est plus que fréquentée en ce week-end de Pâques. Deux autres évènements d’ampleur s’y déroulent : la Foire au Parc des Expos et à 17h un match du Stade Toulousain au Stadium.

Des militants aussi mobilisés

« Nous ne sommes venus en appui que pour fluidifier certains points de circulation. Pour ce type d’évènement, c’est la Préfecture et la Police Nationale qui pilotent, pas nous » explique Olivier Arsac, adjoint au maire de Toulouse en charge de la sécurité.

Malgré tout un dispositif policier conséquent aux abords de la Garonne soit une quarantaine de policiers nationaux, une cinquantaine de CRS et près de 70 gendarmes. Un déploiement qualifié de « normal » nous dit-on.

Du côté de l’équipe de Jean-Luc Mélenchon, on est rôdé à l’exercice. Le candidat de « La France Insoumise » est un spécialiste des grands meetings en extérieur. Il y a 5 ans il était venu place du Capitole et en septembre dernier dans les jardins de  l’observatoire de Jolimont.  « Pour la Prairie des Filtres ce dimanche, nous avions deux-cents militants mobilisés pour la sécurité. Comme à chaque fois, nous établissons une relation très étroite avec les services de la Préfecture » explique Manuel Bompard, le toulousain directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

La sécurité, les équipes des candidats composent avec depuis longtemps. Mais une campagne restera toujours une arène avec un minimum d’ouverture sur le public, risque terroriste ou pas.

Patrick Noviello (@patnoviello)

14 Avr

Expulsés du meeting (toulousain) de François Fillon pour cause de… « manque d’enthousiasme »

Des participants au meeting de François Fillon ont été reconduits vers la sortie. Motif invoqué par le service de sécurité du candidat : « pas assez d’applaudissements ».

François Fillon au meeting de Toulouse; Photo : M.Labonne/MaxPPP

François Fillon au meeting de Toulouse; Photo : M.Labonne/MaxPPP

C’est vraiment une drôle de campagne. Jeudi 13 avril, François Fillon a tenu un meeting au Zénith de Toulouse. Quelques minutes après le début, un groupe de trois personnes quitte le bâtiment et traverse le parking. Sur leur route, ils croisent une équipe de France 3 Occitanie et racontent une histoire étonnante. Ils viennent d’être expulsés du Zénith. Selon leur témoignage, la sécurité leur a demandé de quitter les lieux. Pour les 3 « indésirables », c’est l’organisation du Zénith (sur ordre de l’équipe de François Fillon) qui a demandé leur expulsion.

Avant d’être raccompagnés vers la sortie, les 3 compagnons d’infortune ont demandé une explication. Elle a fini par tomber : « pas d’assez d’applaudissements« .

Les 3 expulsés reconnaissent eux-mêmes qu’ils ne débordaient pas d’enthousiasme. Simples curieux, ils souhaitaient simplement se faire un avis.  Au moment de leur « interpellation », la sécurité a demandé si les 3 « trublions » sont encartés chez Les Républicains. Ce n’est pas le cas. Il s’agit de 3 curieux, professions libérales dans la vie et à la ville. Ils souhaitaient juste « voir et écouter ».

Visiblement, ce n’est pas suffisant.

Le père de l’un des « refoulés » était présent dans la salle du meeting. Il confirme les faits et il ne cache pas sa colère.

Comme son fils, il n’a pas souhaité témoigner à visage découvert, face caméra.

Mais, quelques minutes après l’incident, le père a bombardé son entourage de sms rageurs.

Du côté de l’équipe toulousaine de François Fillon, la première réaction est : « c’est du délire« . La seconde est : « aucun écho de cette affaire. Faut voir avec l’équipe nationale« .

Contacté par France 3 Occitanie, l’entourage de François Fillon reconnait avoir procéder à l’exfiltration de 3 participants. L’attitude des expulsés et une question de sécurité sont invoquées :

Les 3 personnes se trouvaient dans un endroit dangereux pour la sécurité du candidat. Ils avaient effectivement une attitude de neutralité qui pouvaient les rendre suspects.

Les futurs participants aux meetings de François Fillon sont prévenus. Pour leur tranquillité, il est préférable d’applaudir et évidemment des deux mains.

Laurent Dubois (@laurentdub)