20 Juil

Premiers pas des député(e)s : les bons et les mauvais élèves en Occitanie

Depuis début juillet, l’Assemblée Nationale siège. Cette première session estivale est marquée par des dossiers chauds : réforme du code du travail, hausse de la CSG, moralisation de la vie publique. Les député(e)s d’Occitanie sont-ils réellement au travail ?

©Julien Mattia / Le Pictorium/MAXPPP - Julien Mattia / Le Pictorium - 12/07/2017  -  France / Ile-de-France / Paris  -  Questions au gouvernement a l'assemblee Nationale. Julien Mattia / Le Pictorium -  National Assembly: Questions to Government -  12/07/2017  -  France / Ile-de-France (region) / Paris  -  Questions to the government at the National Assembly. (MaxPPP TagID: maxnewsworldfour326068.jpg) [Photo via MaxPPP]

©Julien Mattia /MAXPPP 

La XVème législature n’est pas une législature comme les autres. Elle est caractérisée par un fort renouvellement des député(e)s. De nouveaux visages et de nouveaux usages, c’est la promesse de campagne d’Emmanuel Macron. S’agissant de la nouveauté des visages, c’est indéniable. Les sortants ont été massivement sortis par les électeurs et les « entrants » sont majoritaires. Mais le chamboule-tout du personnel est-il synonyme d’une Assemblée plus active et travailleuse ?

Réponse par les chiffres. Des chiffres fournis par le site NosDéputés.Fr : Observatoire citoyen de l’activité parlementaire. Des chiffres actualisés deux fois par jour et qui reposent sur des critères purement matériels : présence en commission, intervention en commission, intervention longue et courte dans l’Hémicycle, amendements proposés, déposés et adoptés, questions écrites ou orales.

Par rapport à ce tableau de bord, l’Occitanie détient un record. Le député le plus absent de toute l’Assemblée Nationale est le représentant de l’Hérault, Patrick Vignal (LREM). Mais, à l’autre extrémité du classement, les données statistiques attribue la palme de la députée la plus active à une Tarn-et-Garonnaise, Valérie Rabault (PS). 

Patrick Vignal, député le plus absent et Valérie Rabault, députée la plus active

Aucune participation à une réunion en commission. Aucune intervention dans l’Hémicycle. Aucun amendement proposé, déposé ou adopté. Pour le député (LREM) de l’Hérault, Patrick Vignal, c’est un zéro pointé. Le parlementaire d’Occitanie est le moins actif des 577 député(e)s de la nouvelle Assemblée Nationale.

L’anti-Vignal est dans l’opposition et se situe également en Occitanie. La députée PS Valérie Rabault explose le compteur : 12 interventions en commission, 54 interventions dans l’Hémicycle, 4 amendements proposés, 54 amendements signés et 5 adoptés. C’est un des meilleurs score de la nouvelle Assemblée Nationale.

Des député(e)s LREM en dessous de la moyenne

Le groupe LREM est le principale formation de l’Assemblée. Il est composé de 314 député(e)s. En moyenne, les parlementaires de la nouvelle majorité participent à 5 réunions en commissions et interviennent une fois dans ce cadre. Ces mêmes député(e)s réalisent 8 interventions dans l’Hémicycle et proposent ou signent 5 amendements.

En Occitanie, les représentants LREM sont en dessous de cette moyenne. Le principal vivier LREM d’Occitanie est la Haute-Garonne. Sur les 9 député(e)s La République En Marche, 3 sont largement en dessous de la barre.

Jean-François Portarieu : 4 présences en commission. Aucune intervention dans l’Hémicycle. Aucune intervention en commission. Aucun amendement proposé, signé ou adopté.

Pierre Cabaré : 5 présences en commission. Aucune intervention dans l’Hémicycle ou en commission. Aucun amendement.

Sébastien Nadot : 4 présences en commission.

La députée LREM la plus active est, paradoxalement, une représentante de l’ancien « système ». Députée sortante et réélue, ex-PS et ancienne vice-présidente du conseil régional, Monique Iborra n’est pas vraiment dans les « canons » de La République En Marche. La députée de la 6ème circonscription, 72 ans, n’a pas le profil d’une nouvelle venue, issue de la société civile. Mais c’est probablement la vertu de l’expérience et d’une connaissance du milieu parlementaire, Monique Iborra surpasse ses collègues LREM de la Haute-Garonne. 9 réunions en commission et 2 interventions. 2 amendements signés dont 1 a été adopté.

S’agissant des amendements, Monique Iborra est surpassée par son collègue Jean-Luc Lagleize. On est très loin du record absolu du nombre d’amendements signés. Il est détenu par la députée ariégeoise (France Insoumise), Bénédicte Taurine : 267. Jean-Luc Lagleize se contente de 8 amendements signés dont 4 ont été adoptés. Mais, s’agissant des député(e)s LREM de la Haute-Garonne, c’est le meilleur résultat.

A noter que Corinne Vignon appartient au club très fermé des « amendeurs ». La députée a défrayé l’actualité, pendant la campagne des législatives, suite à l’ouverture d’une enquête préliminaire pour travail dissimulé. Mais, à la différence de l’ancien référent départemental et nouveau député, Michaël Nogal, Corinne Vignon a signé deux amendements dont 1 a été adopté.

La signature ou l’adoption d’un amendement est à relativiser. Il peut s’agir d’une simple formalité, gérée par le groupe auquel appartient le parlementaire et qui ne traduit pas un vrai investissement dans le travail législatif.

Louis Aliot et Gilbert Collard, les spécialistes de la question écrite

Certaines cases de l’activité parlementaire restent vides. C’est le cas des questions écrites. Elles sont adressées aux ministres et, à la différence des questions orales, elles n’ont pas droit à l’oeil des caméras. Pas de séance publique et télévisée pour des questions qui prennent la forme d’un courrier.

La socialiste Valérie Rabault a pris sa plume pour interpeller le ministre de l’Education Nationale. Sujet : la semaine de 4 jours à l’école. Mais, en dehors cette rare exception, plus de 90% des nouveaux représentants de la Nation n’ont pas posé de question écrite. Sauf au Front National ou cette pratique est une véritable spécialité. Non seulement Louis Aliot et Gilbert Collard ont utilisé le procédé. Mais les députés des Pyrénées-Orientales et du Gard ont utilisé cette « arme » de manière intensive.

Louis Aliot a rédigé 4 questions : 1 au ministre de la Défense sur la question des harkis, 1 au ministre de l’Agriculture sur la question de la Politique Agricole Commune, 1 toujours au ministre de l’Agriculture sur la situation de producteurs de pêche dans le Roussillon, 1 au ministre des Sports s’agissant de la Fédération Française de Karaté.

Gilbert Collard intervient plus souvent que Louis Aliot dans l’Hémicycle : 30 prises de parole contre 1 pour Louis Aliot. Mais le député du Gard est moins prolixe à l’écrit que le numéro 2 du Front National : 3 questions écrites. Une question porte sur le coût de la réunion du Congrès à Versailles et 2 autres portent sur la presse.

Laurent Dubois (@laurentdub)

  • <span class="author">Christine Roux</span>

    Et les députés FI ?…Racisme politique, France 3 ? Mmmh ?

  • <span class="author">Larrouy Pierre</span>

    De mémoire pour que ces classements signifient quelque chose il faut tenir compte des commissions auxquelles ces député(e)s participent. AInsi celle des affaires étrangères centrée sur des auditions de permet pas d’amender (pas de rapport) etc..Ce qui justifie que les mal classés en soient des membres.

  • <span class="author">jack34</span>

    Votre article ne reflète pas la présence médiatique des 17 députés de la FRANCE INSOUMISE.
    Où est l’objectivité dans tout cela? les chaines de FRANCE TELEVISION seraient elles devenus télévision d’Etat où la vraie opposition est mise sous l’éteignoir.Il reste ne reste plus qu’à s’abonner à twitter et Facebook