18 Mai

Haute-Garonne : le retour détonant de Pierre Castéras dans le sillage d’En Marche !

En charge de la mobilisation et directeur de campagne d’un candidat, Pierre Castéras est un pivot d’En Marche ! en Haute-Garonne. Le passé et le passif du personnage détonnent par rapport aux exigences de transparence et d’éthique affichées par le mouvement d’Emmanuel Macron.

Photo : MaxPPP

Photo : MaxPPP

Emmanuel Macron ne transige pas avec les exigences de la moralité publique. Avant de nommer son premier gouvernement, le nouveau président a décidé de passer au scanner la situation fiscale et patrimoniale de ses ministres. Parmi les premières mesures, le locataire de l’Elysée veut renforcer les règles de la vie publique en interdisant, notamment, les emplois familiaux des parlementaires.

Emmanuel Macron met la barre très haut. Mais cette exigence a un coût : un abaissement du seuil de « tolérance ». C’est la rançon d’une exemplarité affichée.

La moindre faille, le moindre décalage entre le discours d’Emmanuel Macron et les actes de son mouvement alimente les commentaires. C’est exactement ce qui se passe en Haute-Garonne. Depuis plusieurs semaines, le retour sur scène d’un ancien élu socialiste ne passe pas inaperçu.

Pierre Castéras n’est pas connu du grand public. Ancienne étoile montante du PS 31, Pierre Castéras n’est pas sous les feux de la rampe. Mais il joue un rôle stratégique dans En Marche ! de Haute-Garonne. Proche du référent départemental d’Emmanuel Macron, Pierre Castéras est en charge de la mobilisation. Mais il est également le directeur de campagne du candidat sur la 4ème circonscription, Michaël Nogal.

Avant de s »investir dans le mouvement d’Emmanuel Macron, Pierre Castéras a eu une vie. Et même une vie (professionnelle) agitée qui s’est étalée dans la presse.

Pierre Castéras est un ancien conseil régional. A ce titre, il a présidé un satellite de l’Hôtel de Région : la Confédération Pyrénéenne du Tourisme (CTP). Son bilan se résume à un chiffre : 1,3 million d’euros. Avant l’arrivée de Pierre Castéras, la confédération disposait de plus de 800 000 euros de trésorerie. Après 5 ans de gestion, Pierre Castéras laisse des factures impayées et un déficit abyssal.

Tous ces faits sont connus et publics. Mais une nouvelle pièce alourdit le dossier.

France 3 Occitanie s’est procuré l’audit mené par leCconseil régional et signé de la main de l’ancien président de Région, Martin Malvy.

Le document de 6 pages est accablant. L’autorité de tutelle (et principal financeur) de la Confédération Pyrénéenne du Tourisme pointe ouvertement une violation du code des Marchés Publics  :

Peu d’achats ont fait l’objet d’une mise en concurrence; Si l’association dispose bien d’une commission des marchés qui se réunit 2 à 3 fois par an, il reste que la mise en concurrence et la publicité requises sont généralement ignorées.

Le conseil régional ne se contente pas de dresser un constat. Les contrôleurs pointent des exemples et qualifient les sommes en jeu de significatives :

Une prestation de lobbying de 125 000 euros TTC, une étude complémentaire pour 30 378 euros, une proposition de mise en place d’une team de sportifs pour 107 162 euros.

Le diagnostic des contrôleurs régionaux pouvait justifier une saisine de la justice. En vertu de l’article 40 du code de procédure pénale, le Conseil régional pouvait (et même devait) saisir le parquet. Selon nos informations, une solution politique a été privilégiée. Pierre Castéras a été poussé vers la sortie par Martin Malvy.

Pour les salariés de la Confédération, l’histoire ne s’est pas terminée avec le départ (forcé) de leur ancien président. Un départ qui s’est d’ailleurs soldé par un « parachutage » dans une collectivité gérée par le PS.

Mais, s’agissant des anciens salariés de Pierre Castéras, la bataille s’est déplacée sur le terrain judiciaire.

Les prestataires de service de la Confédération sont allés devant les tribunaux pour obtenir le paiement des factures impayées. Cette longue séquence s’est terminée (seulement) en 2016. Mais une autre phase est toujours en cours. Les ex-salariés attaquent en justice l’ancien directeur de la Confédération, recruté dans des conditions rocambolesques par Pierre Castéras.

Hasard du calendrier judiciaire, le prochain épisode se déroulera le 22 juin, 4 jours après le second tour des législatives.

Laurent Dubois (@laurentdub)

  • <span class="author">Jean-marc Pellet</span>

    Bonjour, pour information Jérôme PIQUES sera le candidat du Parti de la Nation Occitane sur la 8ème circonscription de Haute-Garonne.
    Sa suppléante est Dominique Darrozes.
    Pour plus d’informations :
    http://occitan-touareg.over-blog.com/2017/05/occitanie-legislatives-2017-haute-garonne-avec-jerome-piques.html
    Cordialement

  • <span class="author">Philippe Bapt</span>

    Laurent svp, est-ce Pierre Castéras qui se présente? Est-ce que Pierre Castéras a été condamné? Pourquoi jeter le discrédit sur Mickael Nogal au travers de son directeur de campagne? Est-ce du journalisme trash? Cette « longue »séquence comme il est écrit n’est pas plus longue que celles de la justice pour tout citoyen entre 4 et 6 ans.
    Jeter le discredit sur un mouvement à travers une histoire montée en épingle, non par des opposants, mais par un journaliste, ça fait drôle!
    Philippe

    • <span class="author">Patrice Vignères</span>

      Philippe svp, est-ce Pénélope Fillon qui se présente? Est-ce que François Fillon a été condamné? Pourquoi jeter le discrédit sur François Fillon au travers de sa femme? Est-ce du journalisme trash?
      Cette « longue »séquence comme il est écrit n’est pas plus longue que
      celles de la justice pour tout citoyen entre 4 et 6 ans.
      Jeter le discrédit sur un mouvement à travers une histoire montée en épingle, non par des opposants, mais par un journaliste, ça fait drôle!

  • <span class="author">Jérôme Hotta</span>

    Pour ceux qui ne connaissent pas le côté obscur de ce personnage dans le Comminges, dont il a été le maire d’une commune et attaché parlementaire d’un des plus sinistres députés socialistes, prière de lire (et de faire tourner) ce que la seule presse suisse a osé publier en 2006, ainsi qu’un ouvrage paru en 2008 aux éditions Jacob-Duvernet, « La tentation d’une île », de Philippe Bartherotte, dont le chapitre central s’intitule « Télémisère à Mazères »….

    http://www.hebdo.ch/archives/les_sansemploi_nouveaux_pigeons_de_la_teacuteleacutereacutealiteacute_22645_.php