09 Fév

Menaces et insultes envers Carole Delga : les manifestations de soutien se multiplient

Mercredi 8 février, Carole Delga a saisi la justice suite à des menaces et des insultes. Depuis la divulguation de l’information, les manifestations de soutien se multiplient. Elles dépassent largement le cadre de la famille politique de la présidente PS d’Occitanie. Dans le Tarn-et-Garonne, une communauté de communes a voté, à l’unanimité, une motion pour exprimer sa solidarité.

carole Delga, président de la Région Photo MaxPPP

Carole Delga, président de la Région Photo MaxPPP

Gérard Onesta, président du bureau de l’assemblée régionale a été le premier, via Twitter, a exprimé son soutien

C’est un autre écologiste du conseil régional, Guillaume Cros qui a également, quasi instantanément, posté un message. Mais, à la différence de son collègue Gérard Onesta, l’élu EELV a ouvertement associer le FN aux menaces reçues par Carole Delga.

Le maire (LR) de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a très rapidement rendu public un message de soutien.

La représentante d’Emmanuel Macron en Haute-Garonne, Monique Iborra, a réagit. Une opposition, pour ne pas dire une franche inimitié, existe entre Carole Delga et la députée de la Haute-Garonne. La présidente de Région n’est pas étrangère à l’exclusion du PS de Monique Iborra. Mais un réflexe républicain a pris le dessus.

Evidemment, le PS a également exprimé son soutien. Qu’il s’agisse d’élus, comme la vice-présidente du Conseil Régional, Nadia Pellefigue ou de militants à l’image de François Carbonnel.

La gauche et une personnalité de droite ne sont pas les seules à avoir réagi. Le Front National a condamné les menaces proférées contre Carole Delga. L’auteur des insultes et des menaces invoque, pour se « justifier » un incident entre la présidente d’Occitanie et un conseiller régional FN du Lot. L’élu lotois a exprimé son soutien envers Carole Delga et souhaite la plus grande fermeté dans le traitement judiciaire de l’affaire.

Le numéro 2 du FN, Louis Aliot, ainsi que le groupe Front National au conseil régional ont également se sont également exprimés.

Le mercredi 9 février, les 52 élus de la communauté de communes Terre de Confluence, dans le Tarn-et-Garonne, a voté à l’unanimité une motion :

 Suite aux menaces de mort dont a fait l’objet la Présidente de la région Occitanie, le Conseil Communautaire « Terres des Confluences » entend manifester sa profonde émotion.    De tels comportements sont intolérables en démocratie. Les élus assurent Carole Delga de leur entière solidarité. 

 

Laurent Dubois (@laurentdub)

  • <span class="author">Nick Martin</span>

    Il parait aussi naturel de la soutenir contre les insultes que de la critiquer pour son acte antidémocratique. C’est ça aussi la République et l’état de droit.