03 Fév

VIDEO – Incident au Conseil régional entre Carole Delga et le Front National

C’est une scène inédite que l’on a vécu ce vendredi au Conseil régional d’Occitanie : la présidente a physiquement tenté de retirer le micro à un élu du Front National qui invectivait la gauche.

C3uuqP0WYAAKYKk

La scène filmée par les caméras de la Région pendant l’assemblée plénière à Montpellier est assez incroyable : on y voit la présidente PS du Conseil Régional Carole Delga s’opposer physiquement aux propos tenus par un élu du Front National.

A ce moment, la présidente était sortie de la salle de réunion pour raisons personnelles. La séance était alors présidée par la première vice-présidente Sylvia Pinel. Les échanges sont alors houleux entre la gauche et la droite. A son retour dans la salle, la présidente Delga entend un élu FN, Emmanuel Crenne, dire que les socialistes qui « ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 », n’ont pas de leçon de démocratie à donner aux élus FN. Elle passe près de lui, puis revient sur ses pas et tente de lui arracher son micro.

Moment de tension. La présidente reprend alors sa place à la tribune et rappelle qu’elle ne laissera jamais passer de tels propos. La séance a ensuite été suspendue et une réunion d’urgence organisée avec les présidents de groupe.

Depuis son élection à la présidence de la région Occitanie, Carole Delga, qui doit faire face à un groupe de 40 élus du Front National, principal groupe d’opposition, s’est positionnée à plusieurs reprises en « rempart » face à l’extrême-droite.

De retour en séance, elle a réaffirmé sa volonté d’éviter tout débordement dans les prises de paroles et fustigé les élus « qui veulent faire le buzz » :

Dans cette intervention, Carole Delga fait référence à l’article 23 du règlement intérieur de l’assemblée régionale. Cet article s’intitule : « Respect de l’ordre en assemblée plénière ». Il y est notamment écrit :

La présidente a la seule police de l’assemblée. Elle peut faire expulser de l’auditoire ou arrêter tout individu qui trouble l’ordre (…)

Après cet incident, des élus de droite, comme Elisabeth Pouchelon (LR/Haute-Garonne) regrettait « qu’une nouvelle fois, Carole Delga ne tient pas ses troupes ». Le groupe Front National lui a protesté contre une « agression » de la présidente contre l’un de ses élus.

FV (@fabvalery) avec LD (@laurentdub)

  • <span class="author">fboizard</span>

    On constate une fois de plus que les socialistes sont de grands démocrates et qu’ils sont plus dérangés par la vérité que par le mensonge.

    Oui, tout homme un peu cultivé sait que la chambre du Front Populaire (moins les communistes, exclus depuis 1939, et les parlementaires retenus par les événements) a voté les pleins pouvoirs à Pétain.

    On a un récit de la chose de première main par un socialiste, pas n’importe lequel : Léon Blum.

  • <span class="author">corto31</span>

    Les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 ont été votés en temps de guerre, pour tenter d’arrêter le massacre. Ce n’est pas exactement le même contexte.

    • <span class="author">fboizard</span>

      C’est faux : l’armistice était déjà signé à cette date.

      Mais, de toute façon, Mme Delga n’a pas argumenté, elle a tenté d’arracher le micro.

      • <span class="author">corto31</span>

        Soit ! Mais le contexte était autrement plus tendu…
        Soit ! 90 socialistes contre 36 ont voté, comme les autres, comme les partis du centre et de
        droite, les pleins pouvoirs à Pétain. Cet acte du centre-gauche est véhiculé depuis longtemps par l’extrême-droite. Combien, parmi les 80 parlementaires ayant voté contre, étaient issus de la droite ou de l’extrême-droite ? Aucun.
        Plus de 75 ans après cela, est-il encore utile d’argumenter face à une provocation d’une telle médiocrité, et tellement hors-contexte dans une assemblée régionale ? Je ne crois pas.
        Et je ne suis pas socialiste…

        • <span class="author">bozomaispastrop</span>

          le XVIème législature de l’assemblé nationale de la troisième république a débuté le 1 er juin 1936 et s’est terminé le 31 mai 1942. Son président était Edouard Herriot , radical socialiste.

          Elle était composé de 387 députés de gauche et apparentés et de 224 députés de droite et apparentés et… d’aucun député ni de sénateurs d’extrême droite d’ailleurs, ils ne pouvaient donc pas voter !!!!

          Le mercredi 10 juillet 1940 a lieu une réunion de la
          Chambre des députés et du Sénat pour le vote d’une proposition de révision de la Constitution permettant d’attribuer les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain, président du Conseil.

          Sur 649 suffrages exprimés, 80 parlementaires (57 députés et 23 sénateurs) votent « non » ; 569 approuvent (357 députés et 212 sénateurs) (soit 87,67 % des suffrages exprimés) ; 20 autres parlementaires s’abstiennent (12 députés et 8 sénateurs dont 3 après une demande de rectification de leur vote).

          Les 649 suffrages exprimés représentent 71,55 % des 907 parlementaires que comptaient les deux Chambres au début de 1940 et les voix « pour » représentent 62,73 %.

          Des 569 votants en faveur des pleins pouvoirs, 286 parlementaires ont une étiquette de gauche ou de centre-gauche et 237 ont une étiquette de droite ou de centre-droit et 46 sont sans étiquette .

          Des 80 votants contre, 73 ont une étiquette de gauche ou de centre-gauche et 7 ont une étiquette de droite ou de centre-droit.

          A l’époque l’extrême droite politique s’appelait « l’action Française » et était purement « royaliste », le reste n’était que groupuscules sans incidence réelle.
          L’histoire est l’histoire, nous devons la connaître « avec froideur », et nous n’avons pas le droit de juger les hommes et les femmes d’une époque dont il nous est impossible de saisir la sensiblité, qu’aurions nous fait à leur place ??????
          . Torturer les faits ne sert jamais à grandir .

  • <span class="author">bozomaispastrop</span>

    Parce que eux , débattent à la régulière. Je n’ai fait qu’un post que j’ai ensuite amélioré avec une chronologie historique, quel est dont ce 1er post dont vous parlez??????. Socialistes et Communistes et tous les parti mainstream ne se gênent pas pour jeter l’opprobre sur le FN en l’accusant à tout propos de crimes qu’il n’a pas connu, afin de s’exempter d’un passé, qu’ils ne souhaitent pas que les Français découvrent. Cette période noire, du fait que la France se trouvait sous domination nazie, et les perdants n’avaient pas grand choix, cette page difficile de notre histoire ne mérite pas qu’on la manipule, qu’on la triture, qu’on la caricature, qu’on l’invente, qu’on l’utilise afin de jeter l’opprobre sur les uns pour blanchir d’autres « innocents les mains pleines » !!!!!. Des hommes de toutes les mouvances politiques se sont trouvés pris dans cette tourmente, certains ont choisi de lever la tête et de se battre, et d’autres de se résigner et de rentrer dans le rang et ils étaient de tous les bords. je vous conseille le lecture du livre de Simon Epstein un paradoxe français (la page wiki du livre en donne un bon aperçu) . puis, sur you yube, en tapant Simon Epstein sur le bandeau de recherche, vos aurez accès à un certain nombre de ses interventions dont,

    « Conférence du Dr Sim’ha Epstein sur la Rafle du Vél d’Hiv
     » (après les 2 minutes de présentation la conférence est en Français) qui vous donnera une bonne idée des choix offerts au vaincus.