29 Juin

Le journal Sud-Ouest dans le Gers, c’est fini !

Après 71 ans de présence sur le département du Gers, le journal Sud-Ouest tourne cette semaine une page de son histoire et de celle des médias dans notre région. L’édition gersoise du titre bordelais cesse de paraître. L’histoire avait commencé le 12 septembre 1944.

Chairman of the board of French regional newspaper group Sud-Ouest, Olivier Gerolami, poses with today's edition on November 6, 2012 in Bordeaux two days before announcing a restructuration plan. AFP PHOTO / JEAN PIERRE MULLER

Olivier Gérolami, le président du directoire du groupe Sud-Ouest

Le département du Gers était l’un des rares de notre région à bénéficier d’un pluralisme dans la presse quotidienne régionale (PQR) : le lecteur y avait le choix entre Sud-Ouest et La Dépêche du Midi (en Midi-Pyrénées, seul l’Aveyron avait ce statut mais le rachat de Midi-Libre par La Dépêche du Midi la semaine dernière regroupe désormais les anciens concurrents au sein du même groupe).

Sud-Ouest avait déjà réduit sa présence gersoise en 2013, dans le cadre de son plan d’économies, en recentrant sa rédaction sur Auch et en diminuant ses effectif. Et puis la décision de la fermeture de cette édition départementale a été prise. Les salariés ont été reclassés dans d’autres agences ou services du journal dans la région Aquitaine principalement.

Fac-similé de la une d'une édition gersoise de Sud Ouest

Fac-similé de la une d’une édition gersoise de Sud Ouest

Dans un éditorial paru le 27 juin, Laurent Cramaregeas, le directeur départemental de Sud-Ouest dans le Gers justifie de la manière suivante cette disparition :

Pour la direction de Sud-Ouest, le retrait du Gers était devenu malheureusement inéluctable, tant il était dicté par un contexte économique imposant le pragmatisme à toute autre disposition ».

Les lecteurs de l’ouest du département pourront toujours se tourner vers l’édition Armagnac-Adour des Landes, qui promet de rendre compte de la vie quotidienne de la région de l’Armagnac gersois. Le titre bordelais veut résolument se concentrer sur l’Aquitaine. 

La fermeture de l’édition gersoise de Sud-Ouest est donc un nouveau coup de canif au pluralisme. La fin d’un titre médias ou d’une édition locale ou départementale ne fait de toute façon jamais du bien, ni aux lecteurs ni à la démocratie.

FV

25 Juin

Rachat de Midi Libre par La Dépêche du Midi : c’est signé !

© AFP

© AFP

Le rachat du groupe Journaux du Midi (Midi Libre, l’Indépendant, etc) par La Dépêche du Midi a été signé ce jeudi 25 juin à 10 heures au siège de La Dépêche à Toulouse, selon nos informations.

Il s’agit donc de l’ultime étape de cette acquisition, le groupe toulousain dirigé par Jean-Michel Baylet achetant les Journaux du Midi au groupe Sud-Ouest.

Quelques heures après cette signature, Jean-Nicolas Baylet, directeur général du groupe et fils de Jean-Michel, a célébré cette acquisition sur son compte Twitter :

Fin août 2014, les deux groupes avaient indiqué être en négociations exclusives pour cette cession. Le projet a ensuite été confirmé par Jean-Michel Baylet au personnel de La Dépêche du Midi. La cession devait être finalisée fin juin. C’est fait !

Auparavant, La Dépêche avait présenté son projet de réorganisation des deux groupes devant les Comités centraux d’entreprises, qui avaient donné un avis (consultatif) négatif en raison de son impact sur l’emploi, 346 emplois devant être supprimés (191 aux Journaux du Midi et 155 à la Dépêche).

Dernièrement, l’autorité de la concurrence avait donné son feu vert à cette cession, Jean-Michel Baylet ayant donné des garanties par rapport à la nouvelle situation de monopole notamment dans l’Aude et dans l’Aveyron.

Avec cette acquisition, Jean-Michel Baylet réalise un vieux rêve : constituer un groupe de presse régionale de grande taille, qui plus est qui colle quasiment avec le territoire de la future région administrative issue de la fusion de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon.

FV

06 Mar

Rachat de Midi Libre : le CE de La Dépêche du Midi donne un avis négatif

FRANCE-MEDIAS-PRESS-LA DEPECHE DU MIDI

Deux jours après l’avis négatif du CCE des Journaux du Midi, le Comité d’entreprise (CE) de La Dépêche du Midi, en réunion extraordinaire ce vendredi à Toulouse, a donné lui aussi un avis négatif sur le projet de prise de contrôle par le groupe La Dépêche des Journaux du Midi (Midi Libre, L’Indépendant, etc) détenus jusqu’ici par Sud-Ouest. Cet avis n’est que consultatif.

20 % des emplois menacés

Dans un communiqué, les élus du CE indiquent que « l’essentiel des économies envisagées repose sur la réduction de la masse salariale ». Le projet présenté par la direction du groupe prévoit en effet 191 suppressions de postes aux Journaux du Midi et 155 à La Dépêche d’ici 2018, soit 20 % des effectifs.

Des doutes sur la capacité de financement

Les élus du personnel doutent également de la « capacité de La Dépêche à financer l’achat et l’ensemble des restructurations prévues » et s’interrogent sur « le nombre et l’identité des divers actionnaires, le pourcentage de le montant de la participation de chacun, le financement de l’opération ».

Enfin, les élus qui ont voté négativement à l’unanimité, demandent « l’engagement qu’aucun départ contraint ne sera opéré d’ici 2018″.

FV

18 Fév

2014, nouvelle année de baisse des ventes pour la presse régionale

Magazine display in a bookstore.  Présentoir de revues dans une librairie.

Midi-Pyrénées n’échappe pas à la règle nationale : comme partout en France, l’année 2014 a encore été marquée par une forte baisse des ventes de la presse régionale, qu’elle soit quotidienne (PQR) ou hebdomadaire (PHR), selon les chiffres communiqués par l’OJD.

L’érosion continue de La Dépêche

Parmi les quotidiens régionaux, La Dépêche du Midi fait partie des titres ayant le plus subi la baisse des ventes en France durant l’année (avec notamment Le Parisien, Nice Matin, Paris Normandie ou encore L’Alsace. Le quotidien régional a vu sa diffusion (ventes en France + ventes à l’étranger + diffusion gratuite) baisser de 5,29 % en 2014. C’est moins bien qu’en 2013 où les ventes de La Dépêche avaient aussi reculé, mais seulement de 3,6 %. Continuer la lecture

27 Jan

Rachat de Midi Libre par La Dépêche : ça se précise !

© AFP

© AFP

Le groupe La Dépêche du Midi a réalisé une percée dans ses « négociations exclusives » avec le Groupe Sud Ouest (GSO) pour devenir « l’actionnaire de référence » et « l’opérateur » du groupe Midi Libre, que GSO cèdera finalement en totalité, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Les comités d’entreprise de La Dépêche et du Pôle des Journaux du Midi, qui publie notamment Midi Libre, Centre Presse Aveyron et L’Indépendant de Perpignan, doivent être informés vendredi 30 janvier (14H30) de l’avancée des négociations. Annoncées le 28 août 2014, elles pourraient, après l’accord des banques et l’avis de l’Autorité de la Concurrence, être finalisées vers la mi-avril.

Si tel devait être le cas, ce serait la naissance d’un nouveau poids lourd dans la presse quotidienne régionale (PQR), le groupe Centre France (La Montagne) étant aussi partie prenante dans l’opération comme actionnaire minoritaire (95% pour la Dépêche et 5% pour Centre France). De plus, le nouveau groupe anticiperait la création de la future Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.

Le groupe La Dépêche du Midi, présidé par Jean-Michel Baylet, est associé dans ces négociations à Centre France et à des actionnaires minoritaires locaux de la région de Montpellier, siège de Midi Libre. Au sein du Pôle des Journaux du Midi, La Dépêche était déjà actionnaire minoritaire (moins de 30%) des Gazettes Associées qui publient les hebdomadaires La Gazette de Montpellier, la Gazette de Sète et la Gazette de Nîmes. Parmi ces actionnaires très minoritaire figurerait notamment Louis Nicollin.

Aucune information n’a pour le moment filtré sur le montant de l’opération. Les Journaux du Midi avaient été acquis par le Groupe Sud Ouest en 2007 pour 90 millions d’euros. Depuis, un plan de départs volontaires a entraîné la sortie d’un peu plus d’une centaine de salariés. Selon GSO, les trois principaux titres de journaux du Midi vendent au total près de 220.000 exemplaires par jour.

FV (avec AFP)