21 Oct

Metronews à Toulouse, c’est (vraiment) fini

Sans faire de bruit, dans la torpeur de l’été passé, la présence du quotidien gratuit Metronews à Toulouse (comme dans les autres villes de province où il était distribué) s’est brusquement arrêtée. Même sur le web. Plusieurs emplois de journalistes et de commerciaux ont été supprimés. 

IMG_4323

On vous avait dit ici que le quotidien gratuit (groupe TF1) avait prévu un plan social drastique (60 emplois supprimés sur 96) et surtout annoncé la fin du « print », l’édition papier distribuée chaque matin notamment près des bouches de métro. Le 3 juillet (le même jour que la fin de la télé locale TLT), le quotidien a disparu des présentoirs et des mains des distributeurs, principalement des étudiants qui ont perdu là un petit job.

Mais la volonté de TF1 de faire de Metronews un média uniquement sur le web, abandonnant la coûteuse édition papier, a aussi conduit à la suppression des postes dans les différentes « locales » dont ceux de Toulouse : un poste de journaliste titulaire, deux commerciaux et quatre pigistes.

L’aventure Métro (puis Metronews) à Toulouse est vraiment terminée. Les rares articles toulousains publiés sur le site internet sont désormais écrits… depuis Paris. Et le pluralisme local ne s’en porte pas mieux !

FV

03 Juil

C’est le dernier numéro de Metronews Toulouse

Voilà, c’est fini. Le dernier numéro papier de Metronews est paru ce vendredi 3 juillet, avec en couverture des unes du quotidien gratuit né en 2002 en France. « 2806 numéros depuis 2002… et demain, 100 % numérique », annonce ce numéro tristement collector du journal appartenant au groupe TF1.

IMG_4193

A Toulouse, comme dans les autres villes françaises, s’en est donc fini de la distribution matinale du quotidien gratuit. Les articles seront désormais uniquement en ligne sur le site internet du journal. L’équipe toulousaine (1 journaliste titulaire, 2 commerciaux et plusieurs pigistes) attend toujours de savoir quel est son avenir. Une soixantaine de postes doivent être supprimés en France.

Triste journée pour la presse toulousaine, avec la liquidation attendue dans l’après-midi pour la chaîne de télé locale TLT.

FV

19 Juin

Métronews et TLT : le 3 juillet, un « vendredi noir » pour la presse toulousaine ?

IMG_4130

Le vendredi 3 juillet 2015 pourrait bien être un « vendredi noir » pour la presse locale à Toulouse avec la parution du dernier numéro papier du quotidien gratuit Metronews et la probable liquidation de la chaîne TLT.

Selon plusieurs médias spécialisés, c’est en effet que le vendredi 3 juillet que le groupe TF1 cessera la parution papier de son quotidien Metronews, distribué à Paris et dans 5 villes de province dont Toulouse. Le journal ne sera plus, à partir de cette date, que consultable sur internet.

Inquiétude pour les salariés, une soixantaine de postes devant être supprimés en France. A Toulouse, Metronews emploie un journaliste titulaire, deux commerciaux et plusieurs pigistes. Leur avenir est toujours flou. Quant aux « jobs » de distribution du journal le matin dans les rues de la ville, occupés la plupart du temps par des étudiants, ils sont, par la force des choses, supprimés.

10473614_10153483428875774_3973566337620564965_n

C’est aussi le vendredi 3 juillet que la chaîne de télé locale TLT est convoquée devant le tribunal de commerce, pour être « probablement liquidée » pour reprendre les termes de l’avocat des salariés. Criblée de dettes, la chaîne locale pourrait ainsi disparaître corps et bien et une vingtaine de salariés vont se retrouver au chômage. Les salariés de la chaîne qui reprochent à Jean-Luc Moudenc de les avoir « lâchés », la ville de Toulouse étant l’actionnaire principal.

Si cette liquidation se confirme, ce vendredi de début d’été sera une sombre journée pour la presse toulousaine, le pluralisme et l’emploi.

FV

22 Mai

Metronews va cesser sa parution papier à Toulouse

IMG_4130

Metronews, le quotidien gratuit distribué par des étudiants tôt le matin aux entrées des bouches de métro à Toulouse, c’est bientôt terminé ! L’actionnaire majoritaire, le groupe TF1, a annoncé hier « une adaptation » du modèle économique du journal avec la suppression des éditions papier au profit de la seule existence du site internet.

C’est la baisse du marché publicitaire qui contraint TF1 à faire ce choix stratégique, d’après le groupe. Une soixantaine de postes sera supprimée dans toute la France (en plus de son édition parisienne, Metronews compte des éditions locales à Toulouse, Marseille, Lyon, Lille et Nice-Cannes.

CFivM18WgAAXIw4 (1)

A Toulouse, il est encore trop tôt pour savoir ce que va devenir l’équipe rédactionnelle : 1 journaliste titulaire et 4 pigistes qui assurent les permanences et la mise à jour du site internet de Metronews Toulouse. 

En revanche, l’avenir est désormais sombre pour la vingtaine de jeunes qui assurent la distribution des exemplaires papier le matin dans les rues de Toulouse. Des jobs d’étudiants pour la plupart qui vont forcément disparaître.

TF1 informera le Comité d’entreprise le 26 mai prochain. D’ici là, c’est l’inquiétude qui domine.

FV

23 Jan

Toulouse : ne cherchez pas le journal papier Metronews mardi

Pas de Metronews Toulouse pendant 5 jours au mois de janvier, en tout cas pas de version papier distribuée comme d’habitude notamment aux entrées et sorties du métro toulousain et dans des points de dépôts. Le journal ne paraîtra pas le mardi, a annoncé sa présidente cette semaine. Une version PDF sera toutefois téléchargeable sur le site internet du journal gratuit. Dès le mois de février, Metronews devrait recommencer à paraître 5 jours sur 7.

La une de Metronews Toulouse du 23 janvier

La une de Metronews Toulouse du 23 janvier

La direction de Metronews (qui appartient à TF1) indique que cette décision a été prise en raison de la faiblesse des entrées publicitaires. Le quotidien gratuit 20 minutes avait pour sa part annoncé en janvier la même décision sans préciser si le retour à 5 jours par semaine était prévu.

La presse gratuite fait face à un resserrement du marché publicitaire en France et cherche à y faire face en diminuant ses coûts de production.

FV