09 Nov

Une motion de défiance votée par les journalistes de La Dépêche du Midi

FRANCE-MEDIAS-PRESS-LA DEPECHE

Réunis en assemblée générale à Toulouse samedi 7 novembre, les journalistes des quotidiens de La Dépêche du Midi ont voté trois motions dont une motion de défiance concernant Bernard Maffre, le directeur général du groupe qui est aussi Pdg de Midi Libre depuis le rachat des Journaux du Midi par La Dépêche.

Un audit sur l’emploi

Au-delà de la défiance envers la direction, la rédaction, en plein questionnement après l’annonce de 350 suppressions de postes dans les titres du groupe, s’interroge aussi sur la situation de l’entreprise et sur la stratégie menée par La Dépêche. Ainsi, les journalistes demandent-ils qu’un audit, mené par un organisme extérieur et indépendant, sur la rédaction puisse faire le point de la situation de l’emploi. « La situation est alarmante, explique un délégué syndical. Chaque mois, un à deux journalistes quittent l’entreprise sans être remplacé. Nous estimons à 45 le nombre de postes perdus ainsi depuis 2010. Nous réclamons donc rapidement un audit, avec un moratoire sur l’emploi durant cette période d’analyse ». 

Nous estimons à 45 le nombre de postes perdus depuis 2010″ Un délégué syndical

L’ouverture de négociations ?

Les journalistes demandent aussi une concertation sur les projets multimédia, le rattachement du site internet La Dépêche.fr à la rédaction, celui aussi des journalistes qui travaillent sur le flash vidéo, etc. L’ouverture enfin de négociations sur la réalisation de vidéos par les reporters sur le terrain.

La mutualisation et les droits d’auteurs en question

En filigrane de toutes ses questions, c’est la manière dont La Dépêche va s’organiser dans son nouveau périmètre après le rachat des Journaux du Midi. Bernard Maffre, dans une récente interview à La Lettre M, expliquait : « On réfléchit à une organisation intelligente qui permette de maintenir la diversité de l’information dans l’ADN de chacun des titres. Mais pour la diffusion, on va fusionner tout ça. Je n’ai pas besoin de deux chefs des ventes, de deux logisticiens, de deux responsables de la promotion. On va donc faire de l’optimisation, dans les zones de concurrence, des moyens logistiques, tout en maintenant une organisation qui permette de maintenir une identité et une initiative rédactionnelle »

On va faire de l’optimisation » Bernard Maffre (in La Lettre M)

Mais les journalistes s’inquiètent pour le maintien de cette « identité » par titre, notamment dans les départements où plusieurs titres du groupe sont en concurrence (Aveyron et Aude) mais pas seulement.

Les droits d’auteurs des journalistes face aux bénéfices de la holding familiale

Lors de l’opération de « groupe » sur la dénomination de la future région, les contenus éditoriaux ont été repris par les différents titres. Dans un tract du 13 octobre, l’intersyndicale expliquait alors que la direction s’était assise sur les droits d’auteurs des journalistes et rapportait les propos de Jean-Nicolas Baylet, le directeur général délégué du groupe, qui aurait indiqué devant le CE que cette question était « scandaleuse ». Opportunément, dans ce tract dont nous avons eu connaissance, les syndicats rappelaient les règles en matière de droits d’auteurs et fustigeait l’attitude de la direction : « Pour ramasser le maximum à son seul profit et sans rien payer, écrivaient-ils, elle tente de culpabiliser les journalistes pour les pousser à renoncer à leurs droits. Pourtant, la direction, elle, ne se prive pas : sans se soucier du déficit de 2014 (NDLR : 1,9 million d’euros) les dirigeants familiaux de la holding financière ont augmenté leurs salaires de 400.000 euros. On peut juger que c’est scandaleux, mais c’est leur droit. Comme c’est le droit des journalistes de se faire payer la reprise (NDLR : par d’autres titres du groupe) de leur travail ».

Jean-Michel Baylet interpellé par les journalistes ?

La rédaction n’est pas la seule à vivre une période de tension. Une grève a eu lieu récemment à la comptabilité où les salariés ont obtenu l’ouverture de négociations sur l’emploi. Les services expédition, abonnements ou même la régie publicitaire sont également sous pression actuellement.  Les représentants du personnel ont obtenu de la rédaction lors de l’assemblée générale, à laquelle assistaient également des délégués de Centre Presse Aveyron, de Midi Libre et de L’Indépendant, qu’ils saisissent le plus vite possible la direction. Samedi 14 novembre, à 11 heures, Jean-Michel Baylet, le Pdg du groupe, doit réunir tous les personnels pour expliquer sa stratégie. Une réunion au cours de laquelle les syndicats de journalistes ont prévu de l’interpeller sur la situation de l’entreprise.

FV

12 Juin

La Dépêche du Midi recule au 19ème rang des « 200 titres de presse les plus aidés par l’Etat »

FRANCE-MEDIAS-PRESS-LA DEPECHE

Le quotidien régional a reculé à la 19ème place du classement des 200 titres de presse les plus aidés par l’Etat en 2014, publié ce vendredi par le Ministère de la Culture. Avec 3 403 194 d’euros d’aides (dont 895 485 euros d’aides directes et 1 846 567 d’euros de compensations au tarif postal), La Dépêche du Midi a perçu près d’un million d’euros d’aides en moins par rapport à 2013 (4 399 649 euros, au 16ème rang). Tendance en baisse qui se confirme : en 2012, La Dépêche avait touché 4 641 261 euros (17ème rang). La baisse des aides est liée à la baisse de la diffusion du journal.

0,06 € par exemplaire

A noter que chaque exemplaire de La Dépêche est aidé à hauteur de 0,06 €. A comparer avec les 0,26 € pour Le Parisien/Aujourd’hui en France ou 0,15 € par exemplaire pour Le Figaro, le journal le plus aidé en 2014.

D’autres titres de la région sont aidés

Centre-Presse Aveyron (groupe Journaux du Midi, bientôt racheté par La Dépêche) figure au 50ème rang de ce classement avec 1 068 646 euros reçus en 2014. La Voix du Midi (rachetée récemment par le groupe Ouest-France) au 193ème avec 113 008 euros.

Une réforme en 2015

Ce bilan 2014 s’accompagne de l’annonce d’une réforme des aides à la presse par la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin. Trois chantiers dont les deux premiers seront mis en place dès cette année 2015 :

  • les aides directes au pluralisme qui étaient réservées jusque-là aux quotidiens dit d’information politique et générale (IPG), sont étendues aux périodiques (hebdos, mensuels, trimestriels) « qui contribuent eux aussi à la qualité de notre conversation nationale »
  • les aides postales sont étendues à  la nouvelle catégorie de presse de la « connaissance et du savoir « . En revanche la presse de « loisirs et de divertissements » ne rentre plus dans les objectifs définis au titre des aides de l’État à la presse.
  • enfin la ministre veut engager une réforme pour encourager « l’émergence et à l’innovation. A la lumière du rapport sur le nouvel écosystème de la presse que m’a remis Jean-Marie Charon, je veux être aux côtés de la presse qui tente, qui expérimente et qui invente ».

 

DOCUMENT : la liste des 200 titres de presse les plus aidés par l’Etat en 2014 :

03 Mar

Après l’agression d’un journaliste, le coach du club de foot de Rodez est « éloigné des terrains »

Le Rodez Aveyron Football (RAF) a indiqué ce mardi dans un communiqué que l’entraîneur de son équipe première,  Franck Plenecassagne, sera « éloigné des terrains pour une durée indéterminée. C’est Grégory Ursule, manager général du club, qui sera en charge de l’équipe fanion », en CFA.  Le club indique que l’entraîneur est « affecté par l’actualité du moment ».

Franck Plenecassagne (Copyright Forum foot Mediterranéen)

Franck Plenecassagne (Copyright Forum Foot Méditerranéen)

Samedi 28 février, à l’issue du match nul entre son équipe et Hyères, Franck Plenecassagne s’en est violemment pris à un journaliste de Centre-Presse Aveyron, lui reprochant des articles parus dans les jours précédents. L’entraîneur du RAF s’en était d’abord pris verbalement au journaliste du quotidien de l’Aveyron en proférant des menaces à son encontre, avant de s’en prendre à lui physiquement. Des personnes étaient intervenues pour le retenir. 

Le journaliste, qui a reçu le soutien de sa rédaction et de sa direction. Il a porté plainte. Le club ruthénois, lui, a déjà tranché en « éloignant » l’entraîneur des terrains… et de la presse !

FV

18 Fév

2014, nouvelle année de baisse des ventes pour la presse régionale

Magazine display in a bookstore.  Présentoir de revues dans une librairie.

Midi-Pyrénées n’échappe pas à la règle nationale : comme partout en France, l’année 2014 a encore été marquée par une forte baisse des ventes de la presse régionale, qu’elle soit quotidienne (PQR) ou hebdomadaire (PHR), selon les chiffres communiqués par l’OJD.

L’érosion continue de La Dépêche

Parmi les quotidiens régionaux, La Dépêche du Midi fait partie des titres ayant le plus subi la baisse des ventes en France durant l’année (avec notamment Le Parisien, Nice Matin, Paris Normandie ou encore L’Alsace. Le quotidien régional a vu sa diffusion (ventes en France + ventes à l’étranger + diffusion gratuite) baisser de 5,29 % en 2014. C’est moins bien qu’en 2013 où les ventes de La Dépêche avaient aussi reculé, mais seulement de 3,6 %. Continuer la lecture

08 Jan

Les médias régionaux aux couleurs de Charlie

Après l’attentat de Charlie-Hebdo, les médias régionaux portent sur leur une ou sur les réseaux sociaux la marque de leur solidarité avec les victimes et de leur attachement à la liberté de la presse. C’est le cas, par exemple, du quotidien régional. Le titre de La Dépêche du Midi est ce jeudi 8 janvier barré d’un bandeau noir.

B6xtaFVCQAAwetI

La rédaction de Centre Presse Le Journal de l’Aveyron a décidé de mettre du noir et blanc sur la totalité de sa une. Les couleurs vives du logo ont disparu : effet sinistre à la hauteur de l’événement :

10411079_693352307453096_6416357275149517197_n

Midi-Libre (diffusé dans notre région principalement dans l’Aveyron), a fait le choix d’un cahier spécial de 8 pages dont voici la une :

10906513_10152914278377559_6251684030310130504_n

France 3 Midi-Pyrénées pour sa part a modifié dès mercredi ses avatars sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook, avec un bandeau « je suis Charlie » qui barre le logo de la chaîne.

Capture

Idem pour l’éditeur jeunesse toulousain Milan Presse :

wx5PpNnV

La radio RTM31 (Radio Toulouse Métropole) annonce sur Twitter couper son antenne durant deux heures ce jeudi en hommage aux victimes :