02 Déc

Brigitte Barèges prend la défense des radios libres

Brigitte Barèges, maire UMP de Montauban, vient d’écrire au ministre de l’économie Emmanuel Macron en « soutien aux radios libres ». Dans cette lettre ouverte envoyée aux médias, elle s’insurge contre le gel du fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER).

bareges

 

Brigitte Barèges indique que le nombre de radios libres éligibles est en hausse cette année. D’après le Syndicat National des Radios Libres (SNRL), le nombre de dossiers reçus par le FSER en 2014 (578 au niveau national) est supérieur de 6 % à celui de 2013, avec une enveloppe globale en baisse de 200.000 euros.

Le FNSR distribue des subventions annuelles aux radios libres pouvant aller selon le barème 2014 de 3 900 à 42 000 euros.

25 Nov

3 mois de sursis supplémentaires pour TLT

téléchargement

Le tribunal de commerce de Toulouse, qui avait convoqué la direction de TLT (Télé Toulouse) dans le cadre du suivi du plan de continuation, a accordé un délai de 3 mois supplémentaire à son PDG Emmanuel Schwarzenberg pour tenter d’équilibrer les comptes.

TLT fait face à une dette abyssale et ne serait pas en mesure de payer ses fournisseurs. La direction a donc jusqu’à fin février 2015 pour trouver des solutions.

La chaîne locale a pour actionnaire majoritaire la mairie de Toulouse avec laquelle elle a signé au début de l’été un contrat d’objectifs et de moyens (COM) qui prévoit le versement de 1,5 millions d’euros sur 3 ans. Mais cela ne suffira certainement pas et la chaîne locale doit trouver de nouveaux partenaires.

Au Capitole, c’est le directeur de cabinet de Jean-Luc Moudenc, Antoine Grézaud, qui fut le plus proche collaborateur de Dominique Baudis au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et qui connaît parfaitement ce type de dossier qui suit « en direct » le cas TLT, en collaboration avec l’adjoint aux finances Sacha Briand.

En cas de nouvelle défaillance de la société, des repreneurs seraient déjà sur les rangs, trois selon nos confrères de La Voix du Midi.

Selon nos informations, le groupe Fiducial, qui a récemment racheté Sud Radio, ferait partie des intéressés.

22 Nov

Le correspondant de BFM à Toulouse cible d’un projectile en direct pendant la manifestation anti-Sivens

Lors de la manifestation anti-sivens et contre les violences policières à Toulouse, le journaliste Jean-Wilfried Forquès, correspondant sur place de la chaîne d’info en continu BFM, a reçu en direct un projectile sans toutefois être blessé.

Le journaliste que nous avons contacté a indiqué ne pas avoir été blessé par le projectile dont il ignore la nature. En revanche, peu avant ce direct, vers 17h35, il a « esquivé » un autre projectile.

Au cours des différentes manifestations qui se sont déroulées à Toulouse depuis le décès de Rémi Fraisse sur le site de Sivens le 26 octobre, plusieurs journalistes ont été pris à partie ou cible de projectiles lancés par des manifestants. Parallèlement, certains journalistes sont parfois bousculés ou même molestés par les forces de l’ordre alors qu’ils font simplement leur travail.

20 Nov

ToulEco rachète le magazine culturel régional Ramdam

Martin Venzal, le fondateur de ToulEco à Toulouse a annoncé le rachat par la société éditrice DS Media du magazine culturel Ramdam, fondé en 1996 par Pierre Combes et de sa société Ligne Sud.

Ramdam est un bimestriel gratuit diffusé à 20.000 exemplaires, qui emploie 6 collaborateurs et revendique 80.000 lecteurs sur trois régions (Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées).

Capture

L’un parlant culture, l’autre économie, ces deux titres n’ont a priori pas grand-chose en commun mais Martin Venzal affirme que ce rapprochement va permettre « une synergie commune, tout en renforçant leur ligne éditoriale » différente.

Le fondateur de Ramdam, Pierre Combes, s’est dit « confiant » pour l’avenir du magazine.

ToulEco a été lancé sur le net en 2008 et a fait depuis des petits : ToulEmploi, ToulÉco Green, ToulÉco Tarn et ToulÉco TV . Selon Martin Venzal, tous ces sites sont actuellement en croissance, avec une audience cumulée de 540.000 visiteurs uniques par semestre.

Une holding, Eclipse Presse, est créée pour gérer les deux entités, ToulÉco et Ramdam. Les dirigeants veulent dans un premier temps stabiliser les résultats des deux sociétés éditrices avant de tenter de les faire progresser en 2016. Martin Vinzal vise un chiffre d’affaires cumulé de 1 million d’euros à l’horizon 2018.

Première « synergie » : les équipes vont s’installer dans des locaux communs, dans les murs de Ramdam, rue des Paradoux à Toulouse.

12 Nov

Le nouveau « Journal Toulousain » de retour dans les kiosques

Ses 4 journalistes et deux associés (l’avocat Christophe Lèguevaques et l’entrepreneur Rémi Demersseman-Pradel) ont monté une SCOP (société coopérative) et le premier numéro de la nouvelle équipe sort ce 12 septembre.

Le « JT » avait cessé de paraître au début de l’année suite aux déboires de son patron, « Mike » Layani, suspecté d’escroquerie pyramidale dans l’affaire dite de « la crevette brésilienne ». Le tribunal de commerce de Toulouse a ensuite autorisé en juillet la reprise du journal par la SCOP.

L’hebdomadaire sera tiré à 5000 exemplaires et vendu 1 euros. Il a pour ambition de devenir le « journal citoyen d’opinions » à Toulouse. L’équipe alimente également en parallèle le site internet du « JT ».

Ce nouvel hebdomadaire, avec un nouveau projet, s’accompagne aussi d’une nouvelle identité visuelle :

FOCE_Mhz_400x400

07 Nov

Le groupe qui édite « Voix du Midi » racheté par Ouest-France

La filiale du groupe Sipa Ouest France, Publihebdos (premier groupe de presse hebdomadaire en France) a racheté 70% de la Société d’édition de Presse régionale, propriété de la famille Mulliez, et qui édite douze hebdomadaires locaux dont La Voix du Midi à Toulouse

« Le groupe Presse régionale et le groupe Publihebdos, filiale de Sipa Ouest-France, annoncent qu’ils viennent de conclure un accord au terme duquel Publihebdos prend une participation de 70 % du capital de la S.A. Presse Régionale aux côtés de l’association « Les amis de la presse régionale » qui conserve 30 %« , a indiqué Publihebdos dans un communiqué.

voix_du_midi

Le groupe Presse Régionale édite 12 journaux hebdomadaires, dont la Voix du Jura (basé à Lons-le-Saunier – 9 500 exemplaires), la Voix du Midi (basé à Toulouse – 13 000 exemplaires) et la Croix du Nord (basé à Lille – 12 000 exemplaires), selon la même source. Il emploie 67 salariés pour un chiffre d’affaires de 5,2 millions d’euros.

Publihebdos est le premier groupe de presse hebdomadaire régionale français avec 76 journaux implantés dans l’Ouest et en Ile-de-France et quelque 841.000 exemplaires à chaque parution. Il emploie 750 salariés pour un chiffre d’affaires de 78 millions d’euros en 2013.

Selon Voix du Midi (qui fêtera en 2015 ses 120 ans d’existence) ce regroupement devrait permettre de développer des projets notamment sur le numérique.

(avec AFP)

02 Nov

Toulouse Mag « tourne la page » et cesse sa parution

Sans surprise, le dernier numéro de Toulouse Mag est paru ce 30 octobre. La Dépêche du Midi a décidé de cesser d’éditer ce mensuel fondé par Jean-Christophe Tortora (actuel patron de La Tribune et d’Objectif News) en 2001 puis racheté par La Dépêche. Tous les salariés sont reclassés dans le groupe.

Dans son dernier édito, intitulé « Il faut tourner la page », la rédactrice en chef Joëlle Porcher écrit : « la diminution des recettes publicitaires et la crise générale de la presse nous conduit à suspendre la parution de ce magazine« . Elle rappelle que le 1er numéro est paru quelques jours « avant la catastrophe d’AZF« .

Avant de saluer celui à qui elle emprunte son titre : Claude Nougaro, dont Toulouse commémore cette année les 10 ans de la mort.

La une du dernier Toulouse-Mag :

10509624_828034733913360_7136412937815465185_n

22 Sep

« Objectif News » va devenir « La Tribune Objectif News »

Pour se développer en régions, le patron de La Tribune, le Toulousain Jean-Christophe Tortora, a indiqué qu’il allait faire passer la rédaction de 21 journalistes à une quarantaine de personnes. Les premières éditions locales, celles de Toulouse, Bordeaux et Lyon, seront lancées avant la fin 2014. Les autres métropoles (Grand Paris, Montpellier, Marseille, Nice, Strasbourg, Lille et Nantes) suivront jusqu’en septembre 2015.

Pour Toulouse, Jean-Christophe Tortora pourra s’appuyer sur la rédaction d’Objectif News un magazine économique et un site internet spécialisé qu’il a lancés à Toulouse et dont il est également le directeur de la publication. Les équipes y travaillent depuis plusieurs mois : La Tribune Objectif News doit voir le jour en novembre prochain.

© ObjectifNews

© ObjectifNews

« 2014 est la première année d’un exercice réussi. Ça n’était pas arrivé depuis 15 ans« , a déclaré Jean-Christophe Tortora, dirigeant du groupe de presse France Economie Régions, qui avait repris La Tribune en février 2012. Depuis, La Tribune a abandonné la version papier pour une version quotidienne numérique et une version papier hebdomadaire a été lancée.

Fort actuellement de 11.000 abonnés, dont 60 % en régions et 40 % en Ile-de-France, le titre vise 15.000 abonnés dans un an et 20.000 en 2016.
Le chiffre d’affaires de La Tribune est passé de 4,6 millions d’euros en 2012, à 6,6 millions en 2013 puis à 7,7 millions prévus en 2014, tandis que son résultat, négatif en 2012 (-3,1 millions d’euros) et 2013 (-0,8 million d’euros), devrait être à l’équilibre en 2014. Ce chiffre d’affaires est composé à 30% de la vente d’information (abonnements) et à 40 % de la publicité (21% sur le papier et 19% sur le web).

La Tribune mise également sur l’organisation de forums (26% du chiffre d’affaires), dont plus de 80 seront organisés en 2014 et plus d’une centaine en 2015. « Aujourd’hui, il y a une nécessité de renouveler les revenus. Le +live média+, c’est le prolongement du travail de la rédaction », a déclaré Jean-Christophe Tortora.

(avec AFP)

18 Sep

Peut-on raisonnablement demander au Président de la République pourquoi il n’a pas pris de parapluie à l’île de Sein ? [Ah, les journalistes !]

Je ne sais pas vous mais moi j’ai eu un peu honte à ma carte de presse lorsqu’une journaliste d’iTélé a demandé à François Hollande lors de sa conférence de presse pourquoi il n’avait pas pris de parapluie lors de son voyage sur l’ile de Sein.

Alors donc, voilà, dans un pays en crise (économique et politique), une journaliste qui se définit elle-même « journaliste politique » sur son compte Twitter, n’a rien trouvé d’autre à demander ce 18 septembre ?

Ah, en voilà un bel exemple pour les étudiants en journalisme !

Une belle image aussi des journalistes pour tous ceux qui regardaient l’exercice présidentiel à la télé ! 

Non mais sans blague, on fait des études, on débute en piges dans plusieurs médias, on décroche son premier contrat, on enfile des centaines de reportages, on fait des milliers de kilomètres, on passe des heures au téléphone, on fait des tonnes de direct à la télé, on écrit des millions de mots pour finir par… demander au Président de la République s’il n’a pas dégradé la fonction présidentielle en refusant un parapluie sous les trombes bretonnes ?

Les bras, le stylo, la caméra et tout le reste m’en tombent !

Chère Camille Langlade, puisqu’il s’agit de vous, ça sent le dossier bossé à fond, car quelques minutes plus tôt vous aviez déjà publié ça sur Twitter :

Capturlkkle

Qui, respectant à la lettre la probité et les règles professionnelles, peut écrire ou dire que « le Président de la République attire la pluie », et se réclamer encore journaliste ? Et qui « dégrade la fonction », dans ce cas ? Hein ? Je pose la question. La réponse est induite.

Arrêtons « nos » conneries, s’il vous plait !

Enfin, cette question absurde, aura au moins eu un avantage : beaucoup de journalistes, comme Vanessa Descouraux de France-Inter, ont réagi devant cette misère intellectuelle :

Capture

Et ça, c’est tant mieux !

FV

RSS