26 Sep

France 3 va cesser la diffusion de ses éditions locales

Les éditions locales (Tarn, Pays Catalan, Pays Gardois et Quercy-Rouergue pour ce qui concerne l’Occitanie) cesseront leur diffusion hertzienne en 2018. Les équipes sont maintenues sur place et l’info locale sera désormais disponible dans les éditions régionales et sur le site internet de France 3 Occitanie.

(Photo : Eric Piermont / AFP)

(Photo : Eric Piermont / AFP)

France 3 ne diffusera plus à compter de 2018 ses éditions locales. La confirmation de cette information par la direction de la chaîne publique est imminente. La vingtaine de « locales » réparties sur l’ensemble du territoire national cessera ses émissions courant premier semestre 2018.

En Occitanie, cela concerne les éditions de 7 minutes actuellement diffusées à 19h17 sur le Tarn, le Pays Catalan, le Pays Gardois et Quercy-Rouergue (Lot et Aveyron).

Concernant l’édition locale de Toulouse, elle avait déjà connu une grande évolution lorsqu’elle était passée il y a déjà plusieurs années d’une édition à part entière à une page métropole animée par le présentateur du 19/20 régional, dans la foulée de ce journal, et fabriquée par les équipes rédactionnelles et techniques régionales, basées à Toulouse.

« Un foyer sur deux ne les reçoit pas »

France 3 a compté jusqu’à plus d’une quarantaine de « locales » avant d’en fermer ou remanier certaines ces dernières années. La plupart étaient diffusées sur des bassins de population à forte identité ou sur des « pays », départements ou grandes villes. Avec l’arrivée des émetteurs de la TNT, la multiplication des « box » et des antennes satellites, les éditions locales ont perdu au fil des ans une grande partie de leur public.

Selon la direction de France 3, les éditions locales aujourd’hui ne touchent qu’entre 40 % au pire et 60 % au mieux de la population de leur bassin. Le personnel de ces éditions et les syndicats rétorquent que France 3 aurait pu faire l’effort financier de faire « monter » les locales sur box et satellite, comme le sont les 24 éditions régionales. Un choix coûteux qui n’a pas été opéré.

« La volonté nationale de France 3 aujourd’hui, explique Carlos Bélinchon, directeur régional de France 3 Occitanie, c’est de faire en sorte que le travail des équipes de ces implantations soit visible. Un foyer sur deux ne reçoit plus ces éditions locales ». 

L’info locale intégrée dans les éditions régionales

Tout n’est pas encore tranché concernant l’exposition des reportages effectués sur place mais pour le directeur de France 3 en Occitanie « on va réintégrer dans les éditions régionales le même volume d’infos ». Les reportages effectués par les équipes de ces implantations locales pourront être vus dans les journaux régionaux (12/13 et 19/20), dans les magazines de la chaîne, dans l’émission matinale « 9h50 le matin » ou encore sur le site internet de France 3.

« La proximité est dans notre ADN, explique Carlos Bélinchon. Nous réaffirmons notre attachement à l’ultra-proximité et on ne touche pas aux implantations, on ne touche pas à l’emploi ». En Occitanie, ces implantations locales emploient entre 10 et 15 personnes environ sur chaque site (journalistes, monteurs, assistantes).

Grève et pétitions

Les organisations syndicales ont vivement réagi à ces annonces. « Nous demandons à la direction de revenir sur sa décision, précise Chantal Frémy, déléguée syndicale CGT à Toulouse. La direction doit définir un projet pour les locales et le présenter aux instances représentatives avant toute prise de décision ». Pour la CGT, la fermeture des éditions locales est un premier pas vers des suppressions de postes à France Télévisions, visant l’Etat actionnaire qui a décidé de réduire de 50 millions d’euros ses dotations à France Télévisions en 2018. « Une saignée budgétaire », selon le syndicat.

De son côté, le Syndicat National des Journalistes (SNJ) dénonce aussi l’absence totale de projet pour les équipes locales. « On nous dit que l’info locale sera davantage visible sur le web, explique François Ollier, délégué syndical SNJ à Toulouse, qu’il y aura des tournages de sujets magazines, mais en fait on s’aperçoit qu’il n’y a pas le début d’un projet pour mobiliser les équipes sur une évolution du mode de traitement de l’info locale. Pourtant, sur place, les équipes sont prêtes à évoluer ».

Un préavis de grève a été déposé pour ce mercredi 27 septembre, jour du Comité Central d’Entreprise (CCE) qui doit notamment évoquer le sujet. Enfin, des pétitions ont été mises en ligne pour demander le maintien des éditions locales, notamment à Rodez ou Perpignan.

FV (@fabvalery)