21 Juin

TV Sud à Toulouse le 28 septembre en mode chaîne info régionale et avec un « gros » casting

EXCLUSIF – Prévu fin mai et reporté une première fois, le lancement de la télé locale de Toulouse n’aura lieu que fin septembre. Surtout, le modèle des 4 chaînes de Médias du Sud en Occitanie va changer. Et de grands noms sont annoncés sur l’antenne. Révélations et explications.

TELEVISION

C’est un peu reculer pour mieux sauter. Prévu le 31 mai, le lancement de la nouvelle chaîne locale de Toulouse reportée une première fois avant l’été (pour des raisons techniques) est finalement de nouveau repoussé, cette fois, selon nos informations, au 28 septembre. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) devrait valider la demande de report présentée par la chaîne. TV Sud aurait sans doute pu démarrer à Toulouse au coeur de l’été mais a préféré attendre la rentrée, d’autant que cet événement va servir de point d’ancrage à une révolution dans le mode de fonctionnement des 4 chaînes locale du groupe.

Une seule grille pour une chaîne d’info régionale

Comme nous vous l’avions expliqué à de nombreuses reprises sur ce blog, le rêve de Christophe Musset, patron de Médias du Sud, est de fédérer les chaînes locales en réseau sur le principe du « on est plus forts ensemble que chacun de son côté ». Ce rêve va d’abord se réaliser régionalement dès septembre : dès le 28 septembre, d’après nos informations, ce ne sont pas 4 grilles locales différentes (Nîmes, Montpellier, Perpignan et Toulouse) mais une seule grille de programmes avec un décrochage local d’une heure.

Et surtout c’est l’ADN de TV Sud qui va changer : désormais il s’agira d’une chaîne info régionale, avec des journaux récurrents tout au long de la journée et des « breaking news » en cas de forte actualité. Mais les dirigeants de TV Sud ne veulent pas de voir coller une étiquette « BFM TV » (même si BFM fait partie du capital de la future chaîne à Toulouse) : le modèle serait plutôt celui de la chaîne d’info publique FranceInfo (informer, expliquer, contextualiser).

Une chaîne régionale, qui informe sur les enjeux de l’Occitanie tout en faisant découvrir « la vie des gens au quotidien », comme le disent les dirigeants de TV Sud, cela ne petu pas déplaire à la présidente PS de la Région Carole Delga, qui a déjà apporté son soutien financier à Médias du Sud. 

Un casting en cours de constitution

Pour ce projet, TV Sud est en discussion avec plusieurs noms, selon nos infos : Rachid Arhab, ancien présentateur de France 2 et ancien membre du CSA, pourrait reprendre du service à la télé. TV Sud veut être très présente sur la culture, l’économie et le sport et dans ce dernier domaine les noms qui circulent sont ceux de Judith Soula (ex-Canal + et L’Equipe TV et actuellement sur Sud Radio, qui est en plein bouleversement) pour le rugby et du Toulousain Sébastien Dupuis (Canal +) pour le foot !

C’est Ludovic Brimboeuf (ex-M6) qui dirigera la partie toulousaine de la rédaction en tant que rédacteur en chef adjoint. Le documentariste toulousain Vincent Barthe a également été recruté pour s’occuper des documentaires et du spectacle vivant, car même en mode chaîne info, TV Sud doit respecter ses obligations de diffusion de documentaires de 52 minutes. A  noter que Vincent Barthe a été à la pointe, fin 2016, de la bataille livrée par les professionnels locaux de l’audiovisuel contre le projet que portait à l’époque BFM TV à Toulouse.

Les journalistes qui constitueront l’équipe de « city-reporters » à Toulouse sont en cours de recrutement.

Un projet beaucoup plus large avec… David Pujadas ?

Mais ce nouveau projet centré autour de la chaîne toulousaine n’est que le premier étage d’une fusée dont Christophe Musset espère lancer le second étage avec l’appui de son nouvel associé, le milliardaire Bruno Ledoux : un réseau de 25 chaînes de télévision locales qui pourrait voir le jour dès le mois de juin 2018.

D’après nos informations, TV Sud qui est tête de pont de ce projet national serait même en discussion avec David Pujadas, qui vient de quitter la présentation du 20 heures de France 2. Rien n’est encore fait mais c’est bien d’Occitanie que semble se jouer l’avenir des télés locales privées en France.

FV (@fabvalery)

  • <span class="author">Kevin</span>

    Et des programmes en occitan sur TV Sud ? Ce serait la moindre des choses pour une télé qui va parler de l’Occitanie.