07 Fév

Le site d’investigation « Médiacités » débarque en mai à Toulouse

En constante mutation depuis plusieurs années, le paysage médiatique toulousain va s’enrichir d’un nouveau venu. Comme nous vous l’annoncions sur ce blog dès septembre dernier, « Médiacités », le nouveau site d’infos exclusivement consacré à l’enquête et à l’investigation s’installe à Toulouse en mai 2017.

L'équipe de Médiacités lors du lancement à Lille.

L’équipe de Médiacités lors du lancement à Lille.

Une enquête fouillée, une révélation chaque semaine c’est l’ambition de « Médiacités », le nouveau média d’investigation lancé en région par une équipe de 7 co-fondateurs, pour la plupart des anciens de L’Express-L’Expansion. Le site, qui a vu le jour le 1er décembre à Lille, est en cours de développement dans plusieurs grandes métropoles : Lyon (en avril), Toulouse (en mai) et Nantes (en mai ou juin).

Mi-2017, les lecteurs toulousains vont donc pouvoir découvrir ce nouveau média qui veut revaloriser le travail d’enquête journalistique en région à travers « les coulisses, l’envers de la ville dans laquelle vivent nos lecteurs », explique Jacques Trentesaux, l’un des fondateurs.

A Toulouse, « la machine est enclenchée »

A Toulouse, comme ailleurs, Médiacités, surnommé sur ce blog « le médiapart local », veut, en toute indépendance, publier au moins une enquête par semaine. Tous les sujets sont concernés : politique, sport, économie, culture, etc. Pour cela, l’équipe a commencé à constituer à Toulouse une escouade de 12 à 15 pigistes, journalistes aguerris, connaissant bien le terrain, parfois spécialistes de l’enquête. « Ce sont des journalistes que nous sélectionnons pour leurs qualités d’enquêteurs, explique l’un des co-fondateurs Sylvain Morvan, mais nous n’excluons pas non plus de travailler en partenariat avec d’autres médias. Ce qui nous intéresse c’est d’enquêter au coeur des pouvoirs locaux. A Toulouse, ça y est, la machine est lancée ». 

L’investigation sans concession

En deux mois d’existence à Lille, le site a déjà révélé plusieurs infos : la centrale nucléaire de Gravelines, le maire de Valenciennes, le Grand Stade de Lille, les #footballleaks à propos du nouveau patron du LOSC (en collaboration avec Médiapart et France 3 Hauts-de-France) sont déjà accrochés à son tableau de chasse !

Pour vous faire une idée du travail de Médiacités, consultez le site, pour l’instant uniquement consacré à des articles sur Lille et sa région : l’abonnement est (pour le moment) gratuit (mais on peut souscrire un abonnement de soutien). Dans quelques semaines, l’abonnement de base devrait fixé autour de 6 euros/mois.

Un média indépendant sur abonnement

Un choix du payant qui est aussi une garantie d’indépendance : pas de pub, pas de subvention de mairies ou d’institutionnels. Le site reçoit uniquement une aide à la presse en ligne délivrée par le ministère de la culture. A Toulouse, comme dans les autres villes, les fondateurs tablent sur 3000 abonnés pour être à l’équilibre et assurer un bon niveau de rémunération des pigistes.

Après le lancement de Lille et avant ceux de Lyon, Toulouse et Nantes, Médiacités va se lancer dans une opération de crowdfunding. « C’est essentiel pour nous de faire savoir que nous existons, souligne Jacques Trentesaux. Aujourd’hui nous vivons sur le bouche à oreille et quelques articles dans la presse. Le 1er mars nous lançons une opération de financement participatif grâce à laquelle nous espérons attirer des lecteurs mais aussi lever des fonds pour lancer notre plan marketing ».

Les Toulousains avides d’enquêtes journalistiques

« Ce sont les Toulousains qui se sont montrés les plus intéressés, explique Sylvain Morvan, quand nous avons lancé notre enquête en ligne dans les 4 villes, pour connaître les attentes des lecteurs. Toulouse est mûre pour ce projet. On sent qu’ici ça piaffe d’impatience ».

Il faudra donc attendre encore un peu. Médiacités Toulouse, c’est pour mai 2017.

FV (@fabvalery)