25 Nov

Nouvel émetteur TNT : la grande solitude des téléspectateurs toulousains

Depuis le changement d’émetteur de Lafilaire à Pech David en début de semaine à Toulouse, beaucoup de téléspectateurs ont perdu les chaînes gratuites de la TNT. Il leur faut alors faire appel à un antenniste. A leurs frais.

Photo : MaxPPP

Photo : MaxPPP

Pour regarder les émissions et les journaux régionaux de France 3, les programmes de France 2 mais aussi de TF1, France 5, M6, Arte, W9, etc, il faut maintenant que les antennes râteaux des Toulousains soient tournées vers l’émetteur de la colline de Pech David, qui distribuait déjà les chaînes payantes de la TNT.

Depuis mardi 22 novembre, bon nombre de téléspectateurs toulousains ne captent plus les chaînes concernées et pas des moindres (TF1, France 2, France 3, France 5, M6, ARTE, W9, TMC, NT1, NRJ 12, LCP/PUBLIC SENAT, France 4, France O, 6ter, France info) ou les captent mal avec des messages du type « signal inexistant ou faible ». 

Cette grande pagaille a un coût

Il faut alors intervenir sur l’antenne râteau (évidemment ce problème en concerne pas ceux qui captent la TNT par satellite, par le câble ou la fibre optique) et c’est là que ça se corse.

La seule solution : faire appel à un professionnel. On l’a déjà dit, ne prenez pas le risque de monter sur votre toit. Mais pour que votre télé retrouve ses chaînes, il faut déjà réussir à joindre un antenniste : depuis mardi, ils sont débordés par les appels des Toulousains. Et les interventions sont payantes : 80 ou 100 euros minimum.

Les chaînes ne sont pas responsables de cette situation

Depuis mardi, les médias concernés, dont France 3 Midi-Pyrénées, reçoivent de nombreux appels de téléspectateurs désarmés. Et pourtant les chaînes ne sont pas responsables de cette situation. C’est TowerCast, opérateur de diffusion (Groupe NRJ, deuxième opérateur français derrière TDF) qui a gagné le marché de diffusion de ses chaînes sur Toulouse pour 5 ans et dont les équipements sont installés à Pech David.

« Il y avait aussi la question des émetteurs proches du centre-ville que la mairie de Toulouse voulait voir déménager pour les installer à la périphérie« , explique-t-on chez TowerCast qui indique que les téléspectateurs ne pourront pas bénéficier d’aides financières pour fdaire modifier leur installation « mais ont la garantie qu’ensuite rien ne bougera pour les 5 ans qui viennent ».

En cas de problème, vous pouvez joindre l’Agence nationale des fréquences (ANFR) ou bien directement l’opérateur TowerCast sur son site internet ou par téléphone au 01 40 71 40 71.

FV (@fabvalery)

23 Nov

Né en Aveyron, Claude Imbert, le fondateur du Point, est mort à 87 ans

Le journaliste Claude Imbert, né à Quins en Aveyron en 1927, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 87 ans.

MEDIAS-PRESSE-CYCLISME

Fondateur de l’hebdomadaire Le Point en 1972, dont il a été le patron pendant 30 ans, le journaliste Claude Imbert est mort dans la nuit a annoncé le journal, qu’il avait quitté en 2000.

Claude Imbert été né à Quins en Aveyron. Pendant la seconde guerre mondiale, il avait été élève au collège de Castres dans le Tarn avant de poursuivre ses études à Paris.

Il avait débuté sa carrière de journaliste à l’AFP, avant de rejoindre L’Express et Paris Match. Puis de se lancer dans la grande aventure du Point.

Fabrice Valéry (@fabvalery)

21 Nov

Les chaînes de la TNT à Toulouse changent de lieu de diffusion : vérifiez vos antennes

Dans la nuit du 21 au 22 novembre, les chaînes gratuites de la TNT vont changer de site de diffusion autour de Toulouse en migrant vers l’émetteur de Pech David. Il est possible que certains d’entre-vous aient besoin de régler leur antenne en conséquence.

(Photo : MaxPPP)

(Photo : MaxPPP)

Si vous habitez la métropole toulousaine et que vous captez la télévision TNT par votre antenne-rateau, le changement d’émetteur qui intervient cette nuit peut vous concerner.

Dès mardi 22 novembre, les chaînes gratuites de la TNT TF1, France 2, France 3, France 5, M6, ARTE, W9, TMC, NT1, NRJ 12, LCP/PUBLIC SENAT, France 4, France O, 6ter, France info vont changer de site de diffusion. Jusqu’ici diffusées depuis l’émetteur de Lafilaire, elle seront désormais transmises par celui de Pech David.

Les téléspectateurs de l’agglomération toulousaine doivent vérifier si leur antenne pointe bien vers l’émetteur de Pech David. Cela peut concerner les quartiers toulousains situées derrière la colline de Lafilaire (Jolimont, L’Hers et Bonnefoy) ainsi que la commune de Ramonville Saint-Agne.

Petit rappel : ne montez pas sur votre toit pour bouger votre antenne, faites appel à un professionnel agréé.

FV (@fabvalery)

15 Nov

L’agence audio toulousaine A2PRL ouvre un bureau à Paris

L’agence, qui se présente comme la première agence audio en Europe et travaille pour 200 diffuseurs dans le monde, ouvre une antenne à Paris pour des questions de notoriété mais aussi pour couvrir la campagne électorale qui s’annonce.

a2prl

C’est le journaliste Boris Kharlamoff (ex-Sud Radio et RMC) que la direction d’A2PRL a choisi pour animer le nouveau bureau parisien de l’agence audio basée à Toulouse. A2PRL a choisi cet automne d’installer un journaliste dans la capitale à la fois pour renforcer la notoriété de l’agence et réaliser des reportages notamment sur la campagne présidentielle pour ses clients.

« L’une de nos spécificités, explique Sylvain Athiel, directeur général d’A2PRL, c’est d’être basé à Toulouse et d’avoir la volonté d’y rester. Mais dans le même temps, l’entreprise, qui est bonne santé et en phase de développement, ne peut pas être coupée de Paris pour à la fois exister auprès des autres agences et puis couvrir l’actualité nationale ou internationale. Pour les grands rendez-vous nous avions des envoyés spéciaux mais à l’occasion de la campagne présidentielle nous nous sommes dit qu’il fallait avoir un journaliste sur place en permanence ».

A2PRL (ex-AFP audio) a été rachetée en juin 2014 au groupe Lagardère par le groupe toulousain Mediameeting. Elle compte 200 clients, principalement des radios locales et régionales musicales pour lesquelles elle assure des flashs infos, des journaux ou des chroniques radio mais aussi la couverture de grands événements sportifs.

L’agence s’est installée en 2015 dans des locaux de la route d’Espagne à Toulouse : une grande newsroom et une dizaine de studios radio y sont exploités 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Elle emploie une trentaine de personnes dont 25 journalistes.

Fabrice Valéry (@fabvalery)

09 Nov

18 mois après son lancement, le site Côté Toulouse répond « aux attentes de ses lecteurs »

Le site internet d’information lancé en mars 2015 à Toulouse développe une ligne éditoriale autour des infos « pratiques et concernantes ». Et ça marche. Etat des lieux avec son directeur.

Capture d'écran du site Côté Toulouse

Capture d’écran du site Côté Toulouse

En mars 2015, Côté Toulouse a pris le relais du site internet de La Voix du Midi. Un site alors confidentiel. « Le bilan est très positif, explique Pascal Pallas, directeur régional de Publi-Hebdos (groupe Ouest-France) propriétaire de la marque. Positif en terme d’audience (NDLR : 1,275 million de visiteurs en octobre 2016) mais aussi en terme d’images et reconnaissance du public de Toulouse et au-delà des limites de la Métropole ».

Répondre aux attentes des lecteurs

Dans le journalisme aussi, on distingue les médias qui optent pour une politique d’offre éditoriale et ceux qui choisissent de répondre à la demande, aux attentes des lecteurs. En clair : privilégier ce qui marche. Côté Toulouse a fait ce choix et l’assume : « Nous voulons coller au plus près des attentes des lecteurs, explique Pascal Pallas. Avec des infos pratiques, concernantes, qui rendent service aux Toulousains. Mais nous laissons aussi la place à des articles que je qualifierai de rigueur, sur des actualités plus compliquées comme par exemple le dossier de la cession de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. On sait que ce ne sont pas ces articles qui seront le plus lus mais nous les faisons quand même. On ne se focalise pas uniquement sur l’audience ! »

Une équipe en pleine réorganisation

Ce début novembre coïncide avec le départ de deux journalistes-cadres de l’équipe. Xavier Lalu (ex-créateur du pure-player local Carré d’Info) et Amandine Briand ont quitté la rédaction toulousaine pour des raisons différentes. « On se quitte en bons termes » explique Pascal Pallas qui profite de l’occasion pour réorganiser son équipe. Les deux « pilotes » du site internet depuis son lancement seront remplacés par un seul chef de projet responsable du site Côté Toulouse qui arrivera à Toulouse en décembre. Un autre journaliste web sera aussi recruté.

Renforcer l’existant

Côté Toulouse, qui se défend d’être un bras armé du groupe Ouest-France sur les « terres » du groupe Dépêche du Midi, entend maintenant consolider les acquis et continuer à développer son audience et son image à Toulouse et aux environs. Les projets structurants viendront plus tard. « On est en réflexion permanente pour suivre les attentes des lecteurs » conclut Pascal Pallas.

Fabrice Valéry (@fabvalery)