24 Juin

Lo guida que parla la lenga de la montanha

FTV__________5679-00_00_02_19

Dau costat de Luishon, es conegut, las passejadas son polidas. Per los mai esportieus se pòt faire de vertadieras excursions de montanha, d’espeleologia o d’escalada. Per los caminaires dau dimenge e las familhas i a de sentièrs pus aisits, coma lo GR 10 que puja au lac d’Au (Oo en francès) en mens de doas oras d’un pas tranquil. Enfin, pels canhoses, l’estacion d’esqui de Luishon-Suberbanhèras es accessible en telecabina. Per totes, Pèire Albéro pòt èsser un interlocutor de tria.

Acompanhator de montanha, membre dau burèu daus guidaires de la ciutat pireneenca, es tanben un afogat de lenga d’òc qu’utilisa dins son trabalh. « Tota la toponimia aici es occitana, e la toponimia es l’istòria, la memòria dau país » afirma lo menaire, que demanda lèu qu’òm lo sòne simplament Pèire. E lo Pèire se contenta pas de la toponimia, vos balha lo nom daus diferents tipes de monts, de las bèstias o de las plantas, coma la « grasseta, una de las solas plantas carnivòras qu’existís en França, que chapa moissaus e insectes e que daissa sa pèga suls rocasses ».

FTV__________5682-00_00_00_00

La lenga el l’a pas de naissença, mas la trabalha amb l’envèja d’aqueles que cèrcan de ragantar lo temps. Se fòrça cada jorn de ne dire quaques mots a sos tres enfants, el que l’ausiguèt dins son enfança parlada pels grands e rèire-grands dau costat de Carcassona. « Soi pas gascon coma lo mond d’aici, ieu parli lengadocian. Mas per poder me melhorar me manca d’interlocutors, de gents amb quau parlar. Al entorn de Luishon, sèm pas gaire a nos interessar a l’òc. »

FTV__________5778-00_00_19_07

Lo ligam amb son Aude natala, lo Pèire lo mantenh amb la musica, una autra passion. Dempuèi quauques temps acompanha una figura dau despartament e de la cultura occitana, lo cantaire Mans de Breish. Podrètz ausir lèu sa bataria sul disc novel dau guitarista mostachut. « Foguèri intermitent de l’espectacle pendent 3 ans e balhi de cors de batariá dempuèi de decenias, reprend lo guidaire. Es en 2005 que soi arribat amb ma familha a Luishon. » Pasmens, quand l’escotam dire « nautres los pireneencs », sembla que li calguèt gaire de temps per adoptar aquela region. Es un « apassionat de montanha dempuèi totjorn », que capita d’i passar sa vida ara. Podrètz caminar amb el, en causissent un daus « mòdes de desplaçament de la montanha » : l’escalada, l’esqui o la marcha.

Marius Blénet

12 Juin

Una polida passejada a Tolosa

Passejada istorica a Tolosa acompanhada de cant e musica : lo dissabte 10 de junh

Un week-end d’élections : un week-end à ne pas partir en week-end.
Mais aller voter, ça ne prend tout de même pas deux jours ! Petit tour sur le net … une visite guidée occitane de Toulouse  : en voilà une bonne idée ! 

C’est parti pour une après-midi historique et occitane à Toulouse.

Pour commencer et se mettre tout de suite dans l’ambiance c’est décidé : un petit nhac à la Topina. Un menu tout en oc, moment de fraîcheur par cette très chaude journée dans la magnifique cour du XVème de l’Ostal d’Occitània, de quoi aiguiser notre curiosité sur l’histoire de Toulouse.

Curiosité assouvie avec la pasejada menée par l’historien GEORGES LABOUYSSE qui nous dévoile Toulouse de manière originale en nous invitant à en savoir plus sur le patrimoine occitan de la ville à travers son architecture et sa toponymie.

Visite historique de Toulouse

Visite historique de Toulouse

Accompagnée par les voix profondes du groupe de polyphonie occitan LO BARRUT , notre déambulation dans les rues toulousaines, est une invitation à la découverte historique de notre ville occitane.

Départ à 15h00 de l’Estancabra (café associatif situé rue des Blanchers).

Le parcours : Saint Pierre des Cuisines,le Quai de la Daurade, l’Hôtel d’Assézat, la maison Calas …etc … et bien sûr, l’Ostal d’Occitània.

Mais la pasajeda n’est pas seulement historique, elle est aussi musicale, accompagnée par le groupe de polyphonies LO BARRUT, des jeunes passionnés qui vivent et nous font vivre leur musique sur des paroles de poètes occitans.

Lo Barrut dans la cour de l'Ostal d'Occitania

Lo Barrut dans la cour de l’Ostal d’Occitània

Le COLLECTIF GALICE est aussi de la partie et mène de façon dynamique et joyeuse notre balade avec chants et panderetas.

Collectif Galice dans la cour de l'hôtel d'Assézat

Collectif Galice dans la cour de l’hôtel d’Assézat

Une visite magnifique, plaisir des yeux, des oreilles … et pour les amis qui m’accompagnent une belle manière de découvrir notre ville occitane, pour l’une originaire de la Picardie, et de la re-découvrir pour l’autre venu du côté gascon de la Garonne.

Une expérience à re-nouveller absolument et un grand merci aux organisateurs qui ont même pensé à notre confort en transportant des bouteilles d’eaux dans leurs sacs à dos.

Cet événement s’inscrit dans le cadre de Total Festum.

En savoir plus sur GEORGES LABOUYSSE et LO BARRUT :

GEORGES LABOUYSSE, épris d’Histoire et très attaché à ses racines, a participé depuis 1969 à des recherches et des fouilles archéologiques. Collaborateur régulier de la presse culturelle occitane, il est l’auteur de plusieurs articles, brochures et livres de vulgarisation évoquant les migrations, les échanges et la vie des peuples du Paléolithique aux Temps Modernes.

LO BARRUT est un groupe nourri très tôt au chant populaire occitan. 4 hommes et 5 femmes qui s’inscrivent aujourd’hui avec joie et fraîcheur dans le mouvement des nouvelles polyphonies languedociennes à travers un répertoire intégralement constitué de compositions originales. Leur musique se nourrit de la poésie occitane, notamment des œuvres de Léon Cordes, Louisa Paulin, ou encore Marcelle Delpastre. Le poème appelle un rythme et une mélodie ; le chant en devient la continuité, et sublime le texte par la musique..

@la Vicenta

30 Mai

BIAIS : Quilhas de Nau

BIAIS : Produit par Piget

Nous voici dans le Haut Adour, au Plantier de l’Adour à Hiis (65), avec Jean-Marie Fourcade pour une partie de quilles de 9. Il nous reçoit  aussi dans son atelier où il fabrique quilles et boules.

On connait les quilles de huit aveyronnaises avec ses 3000 licenciés, mais il existe aussi au sein de la Fédération Française de Bowling et Sport de Quilles, la quille de neuf, pratiquée dans le sud de la Gascogne. Nous avons rencontré Jean-Marie Fourcade à Hiis en Bigorre (65). Il est l’un des acteurs reconnus de ce sport auquel il joue aujourd’hui en catégorie vétéran. Un vrai passionné qui fabrique lui-même ses quilles et qui a poussé le vice jusqu’à se construire un terrain de quilles indoor dans un bâtiment de son exploitation. Il nous explique tout, de la fabrication aux règles du jeu, mais de là à réussir les figures de jeu comme lui ou à savoir planter des clous… il arrive à en planter jusqu’à 300 en regardant à peine…

Quille fabriquée par Jean-Marie Fourcade

Comme son nom l’indique, ce sont neuf quilles qui sont disposées en trois rangées et le joueur doit les faire tomber selon 12 figures bien précises. Un jeu très physique, il faut envoyer une boule de plus de 6 kilos sur des quilles en bois, qui elles, pèsent dans les 3 kilos et mesurent près de 1 mètre de haut.

Plantier de l'Adour à Hiis (65)

Ses quilles sont en bois de hêtre. Un travail d’expert réalisé par Jean-Marie Fourcade.

Quilles de 9

Quilles de 9

Les Hautes-Pyrénées comptent une cinquantaine de licenciés et une quarantaine de joueurs réguliers. Pour tout savoir sur la Quille de 9 rendez-vous sur le site la Fédération Française de Bowling et Sport de Quilles et revisionnez notre épisode de Biais ci-dessous … Qui sait, cela réveillera peut-être quelques vocations, comme l’espère Jean-Marie chez les jeunes et surtout chez les filles …


BIAIS N°27 – Quilhas de nau par france3midipyrenees

 

Prochain épisode de Biais, dimanche 11 juin 2017 à 10h 45
La recette de la Pascada… miam..

 

 

@la Vicenta

 

 

10 Avr

« I ès? »: lo tot primièr album de Cocanha

Lo trio femenin tolosan ven de sortir un disc complet. 10 cançons e mantuns convidats permetan una resulta originala e rica.

FTV_JACK_LEVE2067-00_00_00_14

Fòto France 3

Per començar, un mot de l’estug. Lo titol « I ès? » se trapa jos una fòto qu’interpela. Una estatua grisa sus un giratòri en plena ciutat. Espicham precisament l’estatua… confirmacion de las cantairas, aquò’s un dardalhon (clitòris) talha XXL. « I a tant d’esculpturas laidas suls viradors, fasèm la nòstra proposicion, explica Carolina Dufau. Es una representacion dau sol organ dau còs uman dedicat sonqu’au plasèr. »

cocanha-pochette-iès

Aquela revindicacion feminista se pòt tanben ausir dins las cançons de Cocanha. Mantuns còps las paraulas tradicionalas, que plaçan l’òme au centre, foguèran inversadas. Atau, la borèia « M’an dit Martin ». A l’origina ditz, « jo aimi tot, lo vin amai las dròllas ». Dins las votzes de Carolina, Lilà e Lolita aquò balha: « Jo aimi tot lo vin amai los dròlles ». Cau dire qu’an jamai crentat d’adobar a lor mèna de tèxtes e de musicas, que son a còps coneguts de totes, coma « Lo babau » transformat en mazurka.

FTV_JACK_LEVE2104-00_02_24_07
Per aquel primièr album contunhèran dins la metèissa dralha. Puòique lo format es long, « [avián] envèja de faire d’experimentacions » conta Lilà Fraysse. Alara convidèran sul seisèn tròç (« Se sabiatz / Que son aüros ») lors amics percussionistas Julen Achiary e Fawzi Berger, dos Bascs amb los quins avián creat un espectacle « Cocanhako ». Au finau, Lolità Delmonteil-Ayral descriu « una cançon que prend mai d’ample amb las votzes masculinas, e aquò’s parièr quand cantam « Sus la punta de l’espada » amb un còr ».  Pus estonant encara, l’enregistrament de « M’an dit Martin » que s’es fach amb doas dansairas e un micrò per captar los bruches daus passes.

FTV_JACK_LEVE2104-00_04_43_21

Fòto France 3

Per Carolina: « Las dansairas cambian nòstre biáis de cantar, puòiqu’i a un vam diferent. Aviam fach una primièra sesilha de registrament, soletas. Era tot net, lusent, mes se sèm dit que mancava de sang, de carn, de trucar la borrèia. Voliam i ajustar la dimension de susor, dau parquet… dau bal que. »

Dos ans aprèp un EP de 5 cançons, aquel long format balhèt l’escasença a las filhas de Cocanha de daissar una traça de son evolucion e de las diferentas dralhas seguidas. Coma o resumís Carolina Dufau, « es [lor] istòria dos ans aprèp, amb tota l’experiença que caduna prenguèt. »

FTV_JACK_LEVE2092-00_00_48_02

Fòto France 3

Reportatge : M. Blénet J. Levé M. Blasco P. Dick MP Fournier


Cocanha par france3midipyrenees

08 Avr

Responchon, qu’es aquò ?

Responchon, qual sias ? Planta mitica dins d’unes endreches, desconeguda dins d’autres, de còps que i a espotida e mespresada… Empacha pas que fa córrer de monde pels bartasses e pels restaurants. Lo primièr libre sus la planta ven de sortrir : « Le répountchou qu’es aquò ? » a las edicions Vent Terral. Òm i apren fòrça causas sus l’origina de la planta, cossí arribèt en Roergue e dins Tarn. Se vos en trufatz de l’origina e que ne volètz simplament manjar, serà la fèsta del responchon aqueste dimenge a Còrdas dins Tarn.

"Répountchou qu'es aquò?" a las edicions Vent Terral Fòto : France 3

« Répountchou qu’es aquò? » a las edicions Vent Terral Fòto : France 3

Las originas del responchon

Figuratz-vos que la planta tòrna montar plan luènh. Seriá una planta tropicala (òc-ben) que subrevisquèt a la glaciacion ! Una de las raras. Dins Tarn e Avairon, arribèt ambe los carbonièrs que venguèron d’Euròpa tota. La consomacion commencèt an aquel moment. Se dís mème que permetèt de sauvar de caumas a la prima dins los paises carbonièrs. L’autor Michel Poux dís qu’es « lo senhor dels bartasses mas l’amic dels proletaris » ! S’en tròba duèi suls mercats de Croacia. 

Los autors Anne-Marie Rantet-Poux e Michel Poux Fòto : France 3

Los autors Anne-Marie Rantet-Poux e Michel Poux Fòto : France 3

Òm i apren encara que la planta es… toxica ! La cal far plan coire (pas tròp tanpauc !) que cruda es dangeirosa. Sembla un pauc de sablon. Toxicas tanben las bòlas rotjas quand la planta es granada e que la davalada se sarra. Autres còps, se sonava tanben l’èrba a la femnas batudas. Òm se sonhava amb lo tubèrcul quand i aviá de missant còps. Duèi, servís pas mai per las potingas. Tròp sauvatja e pas possible de ne produsir en granda quantitat. 

E se ne volètz descobrir mai, vos cal legir lo libre o anar deman a la fèsta del responchon a Còrdas ont i aurà los autors Anne-Marie e Michel Poux.


Responchon par france3midipyrenees Reportatge : M. Blénet B. Roux J. Levé M. Blasco P. Dick M.P. Fournier

Lo responchons dins totas las salsas

Dins lo libre, cal pas tròp cercar de recèptas? N’i a sonque una, la tradicionala de Tarn, en ensalada ambe de carnons, de vinagre e d’uòus durs. Per contra, s’anatz dimenge 9 d’abrial a Còrdas a l’Hostellerie du Parc de Claude Izard, ne poidretz tastar dins totas las salsas. Amb d’uòus borrats, de fejat, en ensalada, ambe de peis… Tota la jornada, serà la fèsta del responchon per tastar e descobrir la planta. Los autors del libre « Répountchou qu’es aquò? » i seràn tanben. E diu sap se n’i a de causas a aprene sus aquesta planta.

Lo Benaset @Benoit1Roux

lo cosinièr Claude Izard e Jòrdi Blanc l'editor Vent Terral Fòto : France 3

lo cosinièr Claude Izard e Jòrdi Blanc l’editor Vent Terral Fòto : France 3

04 Avr

Hautes Pyrénées – Occitan et Bilinguisme

L’enseignement bilingue occitan est menacé dans les Hautes-Pyrénées tant au niveau des écoles que des collèges. Compte tenu des besoins réels, il manque actuellement six enseignants dans ce département, et aucune ouverture de poste n’est prévue.

Le JT occitan s’est rendu à l’école maternelle Henri Duparc de Tarbes où le professeur oc de cette école bilingue n’a pas été remplacé durant les deux  premiers mois de son absence. Et, si à la rentrée des vacances de février une solution est enfin trouvée, elle n’est que très peu satisfaisante puisque le remplacement ne s’effectue que sur 1 jour contre les 4 jours 1/2 du titulaire absent ; voire pas satisfaisante du tout, dans la mesure où l’on a déshabillé Pierre pour habiller Paul : la remplaçante n’est autre que l’animatrice qui assure d’habitude l’éveil à l’occitan des élèves de la petite section qui se voient ainsi privés de cette nécessaire initiation.

S’il existe bien plusieurs écoles bilingues dans les Hautes-Pyrénées, dans la plupart des cas, les élèves occitans, au sortir du primaire, se retrouvent en classe de sixième dans des cours d’initiation avec des débutants. Ainsi, quatre collèges affichant pourtant une section bilingue, ne disposent pas des moyens pour l’assurer.

La continuité souhaitée n’existe pas et décrédibilise fortement les parcours bilingues.

L’OPLO (Office Public de la Langue Occitane) devrait rencontrer ces prochains jours la rectrice et le directeur académique pour parler des difficultés de l’enseignement occitans dans les Hautes-Pyrénées … à suivre …

Reportage : S. Tijani J. Levé M. Blasco La Rossèla M.P. Fournier


Bilinguisme dans les Hautes-Pyrénées par france3midipyrenees

@ la Vicenta

02 Avr

L’accent accentué

« Le tien c’est le tien et le mien c’est le mien »,

signé Fabulous Troubadors. Tandis que Zebda se demande dans « L’accent tué » où est passé l’accent des mamies à Toulouse? A-t-il été donné aux gens de l’académie ?

L’accent moqué, troqué, caricaturé, surjoué « marseillais », « parisianié »,  ultime résurgence des langues régionales? Minvielle y a consacré une sonothèque et un livre magnifique : « Gueules de voix ». Mais à part eux, qui s’en soucie ?

On ne le perçoit presque plus, on ne l’entend quasiment pas dans les médias… Pourtant souvenez-vous, il y a une dizaine d’année…le profeseur Furgaret avait inventé le Regiovox pour que tous les acents régionaux soient enfin accentués et non plus tués.

Reportage France 3 Midi-Pyrénées Y. Garric J. Levé Montage E. Varignon


2881506 par france3midipyrenees

Antoine Bourrasol mi professeur Tournesol, Germain Furgaret, un « sanaire » toujours à « furguer », toutes les facéties d’Yves Garric, journaliste à France 3, souvent moqué lui aussi pour son accent mais qui n’a jamais abdiqué. Il a signé pour France 3 des poissons d’avril mémorables, envoyant des vaches dans l’espace ou rendant son accent à Laurent Bignolas qui débuta sa carrière en Auvergne…

D’ailleurs, ironie du sort, Yves a connu ses heures de gloire aussi avec un reportage -qui n’était pas un poisson d’avril- sur la fameuse mobylette de Léonce Rudelle !

La télé était certainement plus drôle à cette époque où l’on savait mettre l’accent sur l’humour.

Lo Benaset @Benoit1Roux

23 Mar

Les langues régionales passent à l’agrégation

Lors de sa visite en janvier dernier pour signer une convention portant sur l’enseignement de l’occitan, Najat Vallaud-Belkacem l’avait promise. C’est aujourd’hui officiel, 7 langues régionales dont l’occitan auront bien une agrégation.

Hélène Bernard (rectrice de l'académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Hélène Bernard (rectrice de l’académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Une information dont se félicite la FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc ) qui a beaucoup œuvré en ce sens avec d’autres associations.

http://www.felco-creo.org/

« Cette agrégation concerne un certain nombre de langues de France (basque, breton, catalan, corse, créole, occitan-langue d’oc, tahitien). La maquette associe, intelligemment, une épreuve commune en français sur un sujet d’histoire ou de sociolinguistique, et des épreuves par option (= par langue), épreuves classiques (dissertation, traduction, leçon…), avec pour chaque option un programme. Reste à voir comment s’organise le jury, en liaison, ou pas, avec les jurys du CAPES. »

Une bonne nouvelle pour l’occitan, sa langue, sa culture et ses enseignants. Ceci va permettre à ces derniers d’avoir des perspectives de carrières égales à celles de leurs collègues des autres disciplines.

L’information a été publiée au Journal Officiel du 23 mars. L’arrêté définit les épreuves d’admissibilité et d’admission. La première session pourrait avoir lieu en 2018.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034258671&dateTexte=&categorieLien=id

Lo Benaset @Benoit1Roux

20 Fév

Trouver une assise pour l’occitan

C’était une première et elle est réussie : les assises pour l’Occitan se sont tenues la semaine dernière à la faculté de Pau et les organisateurs sont plutôt contents de la dynamique qui s’est créée. 2 jours de réflexions, des prises de paroles, 4 ateliers ont permis de dégager des problématiques et des pistes pour améliorer la présence de l’occitan en territoires gascons et pas seulement à Pau. Une signalétique en langues régionales devrait se mettre en place dès la rentrée (occitan et basque) en fonction des différents sites de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Une première avancée qui devrait en appeler d’autres.

16143714_1364022343642786_2914163745220914203_o (1)

Talamoni, Bayrou, des basques et des bretons pour montrer la voie

Le mardi matin était réservé à la prise de paroles des politiques. Invité vedette : Jean-Guy Talamoni, le président de l’assemblée territoriale de Corse. Visiblement ravi d’être présent et qui s’est dit prêt à revenir si on l’invitait. Il a donné des pistes sur la place des syndicats étudiants, sur la langue, sa présence sur le territoire… Il s’est dit intéressé par l’exemple des calandretas et comment le milieu associatif peut être un élément important pour la transmission de la langue.


Interview de Jean-Guy Talamoni par France 3 Aquitaine : Denis Salles Didier Bonnet Eric Delwarde Sarah Paulin

Dès le premier jour, le maire de la ville -et peut-être futur candidat à la présidentielle- François Bayrou avait donné le ton en insistant (s’agaçant presque) de l’absence de cursus de formation en occitan à la fac. Mais dans sa ville, sa présence est-elle plus forte depuis son élection ? Côté breton, il y a eu la présentation du label « produit en Bretagne » qui remporte un franc succès, avec de grandes entreprises qui s’imposent des critères pour pouvoir y rentrer. Les basques ont évoqué la mise en place d’une charte des droits linguistiques.

Reportage France 3 Aquitaine : Denis Salles Didier Bonnet Eric Delwarde Sarah Paulin

Intervenants : François Bayrou (Maire de Pau), Maeva Caubet (Med’Oc de Pau), Georges Kremnitz, Charline Claveau Abbadie (présidente OPLO), Jean-Guy Talamoni, Marius Blenet (journaliste).

Transformer l’essai

Les 4 ateliers tenus lors de ces assises (insertion socio-économique et culturelle, valorisation des politiques linguistiques, formation et enseignement, médias, édition et numérique) ont bien fonctionné et les organisateurs veulent désormais mettre en pratique les axes de réflexions. Ils avaient déjà travaillé sur un texte instaurant la signalétique en langues régionales sur les différents sites de la fac (Pau, Tarbes, Bayonne). Les assises ont permis d’avancer et cette signalétique devrait être mise en place à la rentrée. Et le Med’òc (Mouvement des Etudiants d’Occitanie) ne compte pas s’arrêter là. C’est la plus vieille association de la fac (création en 1977), 25 adhérents chez les étudiants, et une assise solide à la faculté où ils sont remporté les élections l’an dernier. Plusieurs organisateurs de ces assises dont les 2 co-présidents (Remy Berdou et Yannick Pouey) auront terminé leurs études en juin et la relève devra suivre. Le Med’òc veut profiter de cette nouvelle dynamique pour installer durablement l’occitan à la fac et au-delà. Rémy Berdou co-président du mouvement étudiant a lancé un appel à la jeunesse.

Une conférence de presse sera organisée d’ici trois semaines et les actes des assises seront publié l’an prochain. En attendant, le Med’oc participe au carnaval béarnais. Jeudi Sent pançard e Caronha seront à la fac de Pau. Une pause parodique, un renversement de société symbolique, avant de revenir aux choses sérieuses pour que l’occitan trouve son assise du côté de Pau et plus loin.

Lo Benaset @Benoit1Roux

08 Fév

National Geographic voyage en Occitanie

Le journaliste anglais Ben Lerwill était en octobre dernier dans la nouvelle région Occitanie. Le magazine américain National Geographic dans sa version traveller lui avait demandé un article assez conséquent sur l’Occitanie, ses traditions, le caractère de la région, ses habitants, comment celle-ci a évolué dans l’histoire, ses atouts, ses aspects touristiques… L’article vient de paraître. Il parle de « The accidental rebirth of Occitania », la renaissance accidentelle de l’Occitanie.

The art of paratge

Ben Lerwill connaît assez bien la France et encore mieux le territoire que constitue aujourd’hui la région Occitanie. Dans un style assez alerte, souvent poétique il a donc écrit un long article sur ce nom, resurgit de l’histoire. Très pédagogique, assez descriptif et documenté pour un lectorat en attente de lieux à découvrir, le journaliste anglais a une vision originale, à la fois détachée et imprégnée. Son séjour commence au Cirque de Navacelles, puis Montpellier, Carcassonne, Cordes, Toulouse.Au fil des rencontres, il pose les jalons de ce qu’il sait de l’Occitanie et ce qu’il en perçoit.

For most of that time, the everyday language spoken by its inhabitants has been not French, but the Romance tongue of Occitan. Still spoken today, albeit on a much smaller scale, it was being used at its height by some 12 million people. Describe it as a patois at your peril.

Il sait donc que « parler de patois, c’est à votre péril » ! Pour lui, l’Occitanie c’est l’art du paratge, le respect des autres, la courtoisie envers les étrangers. C’est ce que lui explique Bruno. L’article ne préécise pas quel Bruno, mais sans doute Cécillon… :  “Historically, Occitania always welcomed outsiders — Jews, Muslims, Cathars, everybody,” he explains. “This is key to understanding the history of Montpellier and Occitania.”

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Sous prétexte de découverte de territoires, l’article évoque ces deux Occitanie; l’une étant une région administrative, l’autre la grande Occitanie historique. Pour conclure :

Today, there are effectively two Occitanias. One is the newly minted administrative region, the other is the historical land stretching from the Atlantic to the Mediterranean. The challenge, perhaps, for its custodians is to ensure that the traditional culture — paratge and all — is as relevant to one as it is to the other.

Le défi serait donc de faire en sorte que la culture traditionnelle (dont le paratge) soit aussi pertinent pour l’une que pour l’autre.

Catars and trobadors

Souvent bien documenté, le journaliste évoque d’autres aspect de la culture et de l’histoire. L’albigeois et la croisade, Carcassonne et ses calandretas, Henri de Toulouse-Lautrec qu’on appelait « lo polit »… La convivialité d’un verre de vin partagé à coups de « santat » ! Puis il y a cette rencontre avec Daniel Loddo « playing a folk instrument that is, to all intents and purposes, a goat. The animal’s skin, still bearing four legs, is the central component of a bagpipe-like contraption known as a craba. The sound it produces — all things considered — is surprisingly tuneful, and the notes eddy merrily around the small room in which we’re standing. » Ben parle alors de la musique, partie fondamentale de la culture occitane, des troubadours qui ont contribué à sa diffusion, son essor. « Their modern Occitan descendants, however, are far harder to classify, covering every genre from metal and punk to folk and rap. » 

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Au final, un article très plaisant à lire, avec une vision à la fois poétique et historique du territoire. Avec cette conclusion : « Maybe that’s the thing: when you travel through this handsome, hardy region, Occitan culture is often right in front of you — you just need to look for it. »

http://www.natgeotraveller.co.uk/destinations/europe/france/accidental-rebirth-occitania/

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2016/11/04/national-geographic-sinteresse-a-loccitanie.html

Lo Benaset @Benoit1Roux