29 Fév

Protestants de Cairàs en Wurrtemberg

Aquí l’istòria dels protestants de Cairàs, darrièra comunautat a parlar occitan en Alemanha

Ristolas (val de Cairàs)

Ristolas (val de Cairàs)

Las originas

1685: lo rey Louis XIV revòca l’edit de Nantes que assegurava la libertat de culta als protestants. Mai de 100 000 « huguenots » quitan alara Franca. 400 d’entr’eles son originaris dels Aups. La majoritat passa per Suissa que pòt pas aculhir un nombre tant important de refugiats.

En 1699; lo duc de Wurttenberg acòrda als valdeses italians e als calvinistas de França los privilègis los mai grands. Olanda li fornís 100 000 escuts per subvenir als fraisses de l’establiment dels immigrants e Angleterra alòga 140 livres Sterling per l’entreten de lors pastors e regents.
En 1699, 142 personas arriban en Wurrtemberg e crean la comunautat de Lucerne a costat del vilatge de Wurmberg. 82 son originaris de la val de Cairàs, 18 de Guilhestra e de Vars, 27 d’Ambrun. Los autres son de valdès italians. En 1701, son rejónhets per 60 valdès de Pragelato, en Italia.

La reculada e la desaparicion de la lenga d’ó

Wurmberg (Alemanha)

Wurmberg (Alemanha)

L’arribada dels immigrants foguet dificila ambe mantuns problèmas respiratòris en causa del climat a influència atlantica. Los Cairàssins s’arrancan pasmens az-aquela terra novèla e bastisson lo temple en 1704 e l’ostal del pastor en 1727. Los primièrs maridatges mixtes ambe los luterians alemands aparèissan al sègle 18. Aquò provòca de disputas sus lo biais de batejar los mainatges ! Una primièra reculada de la practica de la lenga d’òc es constada ambe l’arribada de pastors de Suissa que fan l’ofici en francès e comprenan pas lo parlar cairàssin. En 1808, la comunautat de Lucerna a pas pus d’autonomia politica e es restacada a la comuna de Wurmberg. En 1823, las gleisas aupencas son restacadas a la gleisa luteriana. En 1840, un decret obliga l’usatge de la lenga alemanda a l’escòla, l’administration e quitament l’ofici.

Dins l’entre dus guerras, qualquas personas annadas son encara capablas de s’exprimir en lenga d’òc. Lo darrièr locutor morís en 1952. Se sonava Johannes Peter Gille.

E ara ?

La comunautat de Lucerne a daissat pauc de traças de son passatge. Lo temple es estat destruit per un tir d’artilleria en 1945. Ara se pòt veire un monument erigit en códol del Guil ( la rivièra de Cairàs) ont se pòt legir los noms de familhas cairàssinas. Dins lo campestre entre Pforzheim e Stuttgart demòran los noms de localitats d’origina romana: Perouse, Pinache, Corres, Serres.

Platz des Patoua

Platz des Patoua (Wurmberg Alemanha)

Es dins la localitat de Serres, proche de Wurmberg que se tròba la « placa del patoua ». Lo 8 de julh 2014, un gemèlatge entre Wurmberg e las comunas de la val de Cairàs foguet realisat. Aquò se faguet en presència de Joël Giraud, deputat dels Aups Nauts, de Christopher Davis, cònsul general dels Estats-Units, dels conses de la val de Cairàs et del conselhièr general Jean-Louis Poncet.

gemèlatge entre Wurmberg e las comunas de la val de Cairàs

gemèlatge entre Wurmberg e las comunas de la val de Cairàs

Costat alemand, la comuna de Wurmberg era representada per son conse Jörg-Michael Tefly, son pastor e un quarantenat de ciutadans. Dempuei, de corses d’alemand son estats mès en plaça en Cairàs per refortir los escambis: de notar que maugrat las persecutions, mantunas familhas de Cairàs son demoradas estacadas a la lor religion en secrèt e actualament, los protestants representan encara 60 a 80% de la populacion de la val.

Aymeric Jonard

27 Fév

L’occitan à l’Euro 2016

Alors que le championnat d’Europe de football se prépare à Toulouse, la fédération occitane « La Joventut Mondina » a décidé de s’investir pour que l’occitan ne soit pas oublié de la compétition.

Toulouse accueillera 4 matchs du 13 au 26 juin. Des supporters venus d’Italie, de Suède, du Pays de Galles ou encore de Russie sont attendus dans la ville rose. Un « guide du supporter », traduit dans plusieurs langues par des étudiants de l’université Jean-Jaurès, leur sera distribué.

Pour la Joventut Mondina, ce guide est une opportunité à ne pas manquer pour y faire la promotion de la lenga nòstra : une présentation de l’occitan devrait ainsi être incluse dans le guide ainsi qu’un plan d’accès à la Maison de l’Occitanie de Toulouse qui accueillera une exposition mise en place par le Cirdoc sur les jeux traditionnels du Languedoc.

Mardi 23 février, « La Joventut Mondina » a organisé une conférence à la Maison de l’Occitanie avec Toulouse Métropole (en charge de l’événement) et les étudiants en langues volontaires pour participer aux traductions. L’occasion de présenter le projet de l’Euro à Toulouse mais aussi de faire la promotion de l’occitan. Une équipe de l’Edicion Occitana y était.

 

L’occitan à l’Euro 2016

Reportage de Sirine Tijani, Jack Levé et Christian Pelhate. Montage d’Ana Luisa Ruppert

23 Fév

Viure al Pais le dimanche 28 février à 11h 25


BA VAP 28 fev 2016 par france3midipyrenees

RETRACH : Romain Deleuze
D’Aimeric Jonard et Jack Levé

Après un passage professionnel à Paris, Romain Deleuze s’installa définitivement dans le village de Baillargues (Hérault) en 1972. En plus de quarante ans, ce village paisible peuplé en partie de descendants de « Gavachs » lozériens et d’Espagnols, connut la même croissance démographique fulgurante que les autres localités de la région montpelliéraine et passa de 1000 à 7000 habitants. Malgré une arrivée massive d’habitants extérieurs à la région, le village de Baillargues maintient ses traditions et demeure un fief de la bouvine et de la course camarguaise. Romain, lui, s’est passionné pour la création de santons et demeure attaché à sa passion pour l’illustration. Il reste actif au centre occitan local et estime que, dans une région en pleine mutation, on doit savoir s’adapter pour maintenir la langue locale encore vive.

FÒTO D’ÒC : Alice Traisnel

De Myriam François et Laurence Boffet

Alice Traisnel nous enchante avec sa manière tellement naturelle d’aborder la langue d’oc. Elle vient de réaliser une mallette pédagogique qui est disponible à la Maison du Comminges et travaille actuellement au CNRS sur le projet de linguistique SYMILA qui a pour but de documenter la variation syntaxique fine des dialectes des langues romanes en France. C’est avec une grande sincérité qu’elle se prête au jeu du Photomaton.

CÒP D’UÈLH : Hèsta de heurèr

De Denis Salles et Ludovic Cagnato

Chaque année au mois de février, en Gironde, les gourmands sont à la fête : c’est le moment des bœufs gras de Bazas. Une tradition dont l’origine se perd dans la nuit des temps et qui veut que les éleveurs participent à un concours du plus beau bœuf de la ville. Le résultat : des bêtes magnifiques, une viande délicieuse et une journée de fête qui donne un parfum de féria en plein milieu de l’hiver…

BIAIS : Amb la Claudine dins lo Massadèl

Produit par Piget

BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis. Aujourd’hui, Claudine nous ouvre les portes de sa maison dans le pays massatois, en Ariège, où elle a été élevée par ses grands-parents paysans. Professeur d’histoire-géographie, d’abord à Paris puis en Ariège à partir de 1969, elle est aujourd’hui à la retraite et se consacre à la langue qu’elle a toujours parlée et aimée : l’occitan. Elle a notamment participé à la création du cercle occitan du Couserans. Aujourd’hui elle nous livre sa recette d’azinat, le plat traditionnel du quotidien ariégeois : une soupe à base de « gorin », de porc comme ils l’appellent là-bas. Le petit biais de Claudine réside dans une astuce pour donner de la couleur à la soupe avec un morceau de sucre.
La Vicenta

22 Fév

Une élue chargée de l’occitan en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes

Charline Claveau-Abbadie vient d’être nommée officiellement élue régionale en charge de l’occitan pour la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Elle a été élue en décembre dernier sur la liste PS-EELV d’Alain Rousset. En 2014, elle a aussi été candidate à Pau sur la liste PS de David Habib et porte parole de campagne. Elle a fait son entrée au conseil municipal.

image002

Bientôt la trentaine, cette jeune femme est désormais employée de la nouvelle Université de Bordeaux. Elle était à la tête de l’entreprise Project Matters (services d’accompagnement pour des projets publics et privés européens). Elle a une forte culture de gestion de projets. Elle confesse ne pas parler l’occitan lors d’un article sur le Carnaval Biarnès : « Je ne parle pas occitan, et n’ai aucune activité associative liée. Pourtant, tout au long du procès de Sent Pançard, je me surprends, concentrée, à comprendre quelques bribes en occitan et à sourire à la potacherie incisive du texte. »

Crédit photo : Twin – Région ALPC

Le chargé de mission reste Jérémie Obispo. Quant au successeur de David Grosclaude pour l’OPLO, la région est toujours à sa recherche. On devrait en savoir plus vers le 22 mars.

Lo Benaset

 

20 Fév

Paulette et André : « Paisans de Roergue » au cinéma

Paulette et André ce n’est pas du cinéma. Enfin, pas tout à fait… Un peu « Edith et Marcel » quand même : indispensables l’un à l’autre, complices, complémentaires… N’empêche, ils ont filmé de 1962 à 1971 des gestes, des visages, des savoirs-faire du monde paysan de leurs familles rouergates sur le point de s’éteindre. En vrais professionnels, le regard attentionné, souvent poétique. De là est né « Paisans de Roergue », un film éclairé signé Piget.

PAISANS_DE_ROERGUE_DVD

« Salusses » et « Combies »

La famille d’André Andrieu est à Salusses (Montsalès), celle de Paulette à Combies (Villeneuve). Eux, ils sont à Nemours (Seine-et-Marne). Leur enfant Eric a 2 ans. Ils sont passionnés par la photo. Mais Paulette se dit que des images « vivantes », ce serait mieux. D’abord pour filmer Eric, ils achètent une caméra professionnelle, la CAMEX cellule Reflex 8. Dès décembre 1962, ils filment. Rapidement, tous ces gestes pour eux habituels du monde paysan, ce trésor à portée de main, ils ne voudraient pas le laisser partir sans le graver. Leurs familles se prêtent et se prennent au jeu. Les parents de Paulette sont encore en pleine activité à Villeneuve. Alors ils filment : le cochon que l’on tue à la maison, le dépicage, les oies qui partent en foie gras, magrets et fritons. Chez André, l’activité s’est réduite. La ferme compte une quinzaine d’hectares, 4 vaches… André suit son père Félix qui pétrie la pâte à pain et le cuit au four tous les 15 jours, laboure, plante les pommes de terre… Maria sa mère fait le flòu (sorte de flan au fromage cuit au four). Tout est planifié, dès qu’ils ont quelques vacances, direction l’Aveyron… Quand André n’est pas aux Etats-Unis, car il est ingénieur dans une usine spécialisée dans le verre, chez Corning, une boîte qui a inventé la vitrocéramique.

Paulette et André Andrieu à Salusses Photo : Lo Benaset

Paulette et André Andrieu à Salusses Photo : Lo Benaset

De vertadièrs professionals

Et n’allez pas croire que tout ceci n’est que film de vacances! Les scènes ne sont pas improvisées mais Paulette écrit une sorte de synopsis qui permettra de ne rien oublier pour faire des séquences complètes. Sur place, rien n’est laissé au hasard.

« L’esclairatge èra un gròs problèma. Los ostalses èran pas talaments clars, las fenèstras èran piètras. Avèm començat de crompar de lampas de croma blua de 500W. Puèi l’halogène de 1000W. Preniam çò que se passava, sens tornar fa far las scènas. Al montatge causissiam. »

Il y avait un magnéto pour le son, mais malheureusement les bandes n’ont pas été exploitables. C’est André qui filmait le plus, d’autres fois c’était Paulette et donc on voit André sur l’image. Ensuite vient le montage où tout a été repéré, noté, regardé sur une visionneuse à manivelle. Bien avant l’aire du « COPIER-COLLER » informatique, c’était le « COUPER-COLLER ».

« Ambe la lista dels plans reflechissiam a l’òrdre. Aviái facha una caissa ambe de compartiments. Ambe los cisèus, copàvem e metiam cada tròç dins lo bon numèro. E quand la caissa èra plena, preniam la machina per pegar los uns darrèr los autres. »

Un travail commun, plus de 4 heures de film, 27 bobines commentées en occitan, avec une version française, sur le monde paysan du Rouergue.

Reportage Edicion occitana : B. Roux X. Marchand M. Blasco MP Duvivier MP Fournier


Paisans de Roergue par france3midipyrenees
Paisans de Roèrgue

Paulette et André ont été collectés par Christian-Pierre Bedel. Et en parlant, André lui lâche : « benlèu que i a quicòm que vos poriá interessar… » Et c’est comme ça que toute cette somme documentaire et ethnologique est arrivée chez Piget. On imagine très bien la tête et le sourire d’Amic Bedel quand il a découvert ces images ! Vu que le son n’était pas exploitable, il demande à André de refaire un commentaire assez spontané et didactique. En occitan bien sûr, avec une très belle langue rouergate. Mais le film est aussi sous-titré en esperanto dont André est un ardent défenseur. Il a traduit plusieurs ouvrages, fait ou réactualisé des dictionnaires…

 «M’a calgut aprene l’inglés. Amai lo parli ! Mas es talament complicat. Quand descobriguèri l’esperanto, me soi dit que la solucion èra aquí. Aimavi pron las lengas. »

Lila Fraysse Photo : Lo Benaset

Lila Fraysse Photo : Lo Benaset

Amic Bedel est revenu sur la ferme de Salusses pour faire une introduction au film. Lila Fraysse a remonté les images qui ont été remasterisées, sans occulter la moindre scène. Le film de 2H20 est en 6 parties, rythmé par les saisons. Christophe Rulhes y a posé quelques graines de guitare. Les images sont parfaitement préservées, superbes. On y voit le monde paysan tel quel, sans angélisme, mais souvent avec poésie. Par ci par là, quelques scènes religieuses comme une procession aux rogations pour demander à nòstre senher de bonnes récoltes. Il y a aussi quelques recettes de cuisines : lo flòu, la pompa a l’òli, lo pan, la sanqueta, los gratons…

Tous ces moments suspendus, ces gestes précis presque hors du temps sont aujourd’hui en DVD. Ce samedi 20 février, « Paisans de Roergue » est au cinéma Le Vox de Villefranche-de-Rouergue à 14H30. Paulette et André ne pensaient pas que ces images intéresseraient un jour un public très large. A 84 ans et toujours très actifs, il leur reste encore à monter leurs images de la construction de la première autoroute en région parisienne. Un autre monde.

Lo Benaset

PAISANS DE ROERGUE – A l’origina from PIGET TOLOSA on Vimeo.

 

18 Fév

La Haute-Garonne a son équipe pour l’occitan

Jean-Luc Raysséguier (PS) est vice président de la première commission du Conseil Départemental. Il sera donc l’élu du département en charge de l’occitan, une première pour la Haute-Garonne. Le maire de Bessières sera aidé par un tout nouveau chargé de mission qui a pris ses fonctions il y a à peine un mois : Pascal Bergougnan. Raysséguier (ressèga : scie Resseguièr : scieur) et Bergougnan (vergonha : honte. Bergougnan variante gasconne de Bergougnou), 2 noms bien occitans qui vont devoir s’employer à promouvoir cette langue et cette culture avec un budget de 200 000 €.

Reportage Edicion occitana : B. Roux X. Marchand M. Blasco MP Duvivier MP Fournier

Conseil départemental par france3midipyrenees

Lors de son investiture, le tout nouveau président Georges Méric a déclaré vouloir « faire de la Haute-Garonne une terre d’excellence » et que défendre l’occitan était un devoir. Histoire sans doute de se démarquer de son prédécesseur Pierre Izard qui n’avait pas jugé utile de remplacer son chargé de mission pour l’occitan parti à la retraite. Les paroles étant parfois suivies par des actes, il a nommé un élu pour prendre en charge l’occitan, accompagné d’un chargé de mission. Deux hommes pas encore totalement identifiés comme occitanistes.

Jean-Luc Raysséguier au Conseil départemental de la Haute-Garonne

Jean-Luc Raysséguier au Conseil départemental de la Haute-Garonne

Jean-Luc Raysséguier

Il est né à Montauban et fait son troisième mandat comme maire de Bessières (31). « Sans aucune hésitation, c’est le mot humaniste qui me définit le mieux ». Il cite volontiers Antonin Perbosc, Frédéric Mistral ou le poète toulousain Louis Vestrepain, comprend la langue mais ne la parle pas. Sa première action pour l’occitan a été de recevoir plusieurs associations et acteurs occitans de la Haute-Garonne; un état des lieux avant de définir une politique linguistique et culturelle. « Nous serons aux côté des calandretas et des associations. Pour le collège calandreta sur lequel s’est engagé le président Méric, il faut le pérenniser en réalisant une contractualisation. Nous y travaillons. » Dans les 2 mois qui suivent, il va aussi organiser une rencontre avec d’autres départements et les personnes qui sont chargées de l’occitan. Il devrait y avoir 4 axes de travail :

  • en interne par rapport au personnel départemental
  • avec les associations
  • avec les communes
  • avec le public
Pascal Bergougnan à la médiathèque départementale de Labège

Pascal Bergougnan à la médiathèque départementale de Labège

Pascal Bergougnan

Ce natif de Toulouse (dont une partie de la famille est Commingeoise) parle le gascon sans se faire prier. Il travaillait jusqu’alors à l’Agence Technique Départementale et assurait un service juridique de conseil  et d’assistance auprès des communes. « Volriái menar una politica de formacion dels elegits locals. I a una demanda per apréner la lenga, l’escriure dins los butletins comunals. » Peu de gens le savent, mais il existe aussi une médiathèque départementale (à Labège) qui n’est pas ouverte au public mais aux communes du département qui peuvent ainsi louer pour 6 mois des ouvrages, des DVD, CD… Il y a environ 6 000 ouvrages en occitan, des livres pour la jeunesse, des romans, des dictionnaires. Le chargé de mission qui connaît bien les élus locaux entend bien développer ce fond et le faire connaître.

Peu avant les élections, les occitans s’étaient fait entendre devant le conseil général en Haute-Garonne avec une campanada comme devant d’autres hôtels du département. Jean-Luc Raysséguier et Pascal Bergougnan disposeront du même budget (200 000 €) pour mener des actions et une politique plus ambitieuses.  Un rendez-vous est programmé avec d’autres élus et d’autres chargés de mission d’autres départements de la Région.

Reportage à suivre ce samedi dans le journal occitan de France 3.

Lo Benaset

 

17 Fév

Una Estivada bis a Castèlnau d’Arri?

Oficialament se sona « Forum Euròregional ». Mas sembla plan l’Estivada de Rodés, portat per de monde e d’estructuras qu’an trabalhat pel festenal rodanenc, sus 3 jorns ambe de musica, teatre, literatura, audiòvisual…Aquò vos ditz pas quicòm? Lo cònse de Rodés nos aviá dich : « Si notre Estivada leur plait pas, ils n’ont qu’à la faire ailleurs! »  Semblariá que foguèsse entendut.

Sans titreUna idèia que tòrna montar a un parelh d’annadas

2014, un projècte de cooperacion entre d’actors culturals de las ancianas regions Lengadòc-Rosselhon Miègjorn-Pirenèus e las totjorn d’actualitat Catalonha e Balearas vei lo jorn. Un afar dins un encastre Euròregional portat mai que mai pel CIRDOC acostumat an aquesta mena de projèctes europencs. Deja l’an passat, l’afar se concretizèt plan ambe de gropes sus l’empont venguts de Catalonha, Balearas, país valencian. E al nòstre micrò, Benjamin Assié del CIRDOC e Patric Roux de l’Estivada nos avián parlat d’un grand forum per 2016. Mas benlèu pas tant crane e amb tant de causas que çò que sembla previst.

Forum Euròregional « Patrimòni e Creacion » a Castelnau d’Arri

Los 1, 2, e 3 de julhet, l’eveniment se tendrà...Quauques jorns de dabans çò que sabètz. Dins lo pre-program que comença de s’escampilhar se parla d’un « forum que s’articularà a l’entorn de grands axes tematics, explorant plan largament l’ensemble del camp cultural occitanò-catalan (patrimòni cultural immaterial, musicas actualas, teatre, numeric, creacion audiòvisuala, literatura…). » Una aisina de socializacion e de soscadissa per la lenga dins la dralha de l’Estivada duscas a ara. Lo Forum es portat pel CIRDOC, « La Fira Mediterrània de Manresa » e « Sa Xerxa de Teatre Infantil i Juvenil de ses Illes Balears« .

Quand òm coneis lo seriós e lo biais d’aquestes organismes e de sas personas, solide que lo Forum serà quicòm de plan interessent e plan dins l’actualitat. Lèva quand mème quauquas questions.

Una contra-Estivada ?

Òm tornarà pas sus las relacions missantas entre la direccion anciana e lo cònse de Rodés. Mas calriá pas qu’una afar mai que mai de personas virèsse dins un afrontament d’estructuras. I a de plaça per tot lo monde e en mai i aurà de festenals occitans en melhor la lenga e la cultura caminaràn. Mas las finanças de las colectivitats son puslèu a demesir. E òm las vei pas sosténer a un nivèl fòrt 2 gròsses eveniments coma aquestes. L’un patirà de l’autre e se sap lo que risca se s’en tirar.

Lo Forum se va far dins l’encastre del Total Festum que a deja son budgèt. Un tal eviniment farà necite de mai de moneda o alèra li calriá préner tot lo budgèt de Total Festum… Se pausa tanben la question del luòc. Cèrtas, Castelnau d’Arri es presque a chaval sus las doas regions ancianas mas òm pòt pas dire que la vila aguèsse fach un fum de causas per l’òc. Me diretz que Rodés a l’epòca tanpauc. Òc-ben, mas èra la volontat d’un cònse convençut : Marc Censi. Lo de Castelnau Patrick Maugard se dís un pauc occitanista. Èra una mena d’elegit referent per la lenga dins lo despartament d’Aude.

Veirem ben. 2016 serà una annada charnièra pels festenals occitans. Lo més de julhet risca l’engana.

Lo Benaset

16 Fév

ORS d’Artús

Samedi 13 février, dans la salle la « Route du Son » de Billère, Artús présentait pour la première fois sa toute nouvelle création autour de l’ours pyrénéen : « un concept artistique global qui a pour but d’interroger le spectateur sur la place centrale qu’occupe encore aujourd’hui cet animal emblématique sur le plan écologique, symbolique et même politique », communique le groupe.

Pour préparer au mieux sa nouvelle création, Artús nourrit sa réflexion depuis près d’un an par des recherches documentaires mais aussi auprès d’ethnologues ou encore de conteurs. Les membres du groupe sont aussi allés directement sur le terrain, en montagne, en compagnie du spécialiste Jean Soust.

Pour créer, les membres d’Artús ont décidé de faire comme l’ours et d’hiberner tous ensemble pour composer et enregistrer au mois de mars un cinquième album pour une sortie prévue début juin. Un album que le groupe annonce « enrichi de poésies, de contes, de chansons, de mythes et légendes sur l’ours en Béarn ».

Une équipe de l’Edicion Occitana de France 3 a pu assister à la résidence du groupe à Billère juste avant la première d’ORS.


ORS -Artús par france3midipyrenees

Reportage de Sirine Tijani, Jack Levé et Michel Blasco. Montage de Christelle Lacroix

15 Fév

Quel nom pour la nouvelle région ?

Quel nom choisir pour la nouvelle région qui réunit Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ? Si certains se mobilisent pour Occitanie (à l’image de Romain Quiles qui a lancé la pétition « Dîtes Oui à l’Occitanie »), d’autres militent pour « Occitanie-Catalogne » comme País Nòstre et le collectif Catalan SEM. Une pétition a également été lancée (« Notre Région, c’est Occitanie-Catalogne ») et une réunion est prévue le 20 février à l’Ostal occitan de Narbonne à partir de 14h30.

Au programme : discussions autour du nom et du drapeau, réflexions sur les actions à mener pour promouvoir au mieux le nom « Occitanie-Catalogne » avant de terminer en musique avec le chanteur occitan Joanda et le chanteur catalan Pere Figueres.

Samedi 13 février, l’Edicion Occitana est revenue sur la question :

Quel nom pour la région ?

Reportage de Sirine Tijani, Jack Levé et Michel Blasco. Montage Christelle Lacroix.

Viure al Pais le dimanche 21 février à 11h 25


Bande Annonce VAP 21 février par france3midipyrenees

CÒP D’UÈLH : L’ESTIVADA EN QUESTIONS
Benoît Roux et Jack Levé
Depuis l’annonce de la reprise en régie directe du festival par la mairie de Rodez et le départ de son directeur Patric Roux, on ne savait pas grand-chose de l’édition 2016. L’Estivada n’est pas une manifestation culturelle comme les autres. Elle représente bien plus qu’un simple festival. Alors forcement, que ce soient des non-initiés qui conduisent désormais l’Estivada pose questions et interrogations. Aujourd’hui, une chose est sûre : le festival aura bien lieu à Rodez, seulement sur 3 jours, du 21 au 23 juillet. Il sera toujours gratuit et occitan avec un budget amoindri. Il accueillera : baletis, grande scène avec certainement 2 formations chaque soir, théâtre, littérature, cinéma, etc… Mais, pour la programmation exacte, il faudra encore attendre.

RETRACH : ANTOINE DE TOUNENS
Denis Salles et Pascal Lecuyer

Il s’agit là d’un véritable western, un south-western même. Antoine de Tounens, fils de paysans, originaire d’un petit village de Dordogne, devenu notable à Périgueux, disparaît un jour sans la moindre explication. Quatre ans plus tard les premières nouvelles arrivent par voie de presse : Antoine de Tounens est devenu roi de Patagonie et d’Araucanie. Chef de guerre des indiens Mapuche. Tandis qu’à Paris on se moque de lui, on le prend pour un fou, les indiens l’idolâtrent.
L’écrivain occitaniste Jean-François Gareyte, fasciné depuis l’enfance par Tounens, est parti sur ses traces en Amérique du Sud. Jean-François Gareyte écrivain passionné d’Histoire, nous la raconte dans : « Le rêve du sorcier ». Son livre paraît très prochainement aux éditions de « La Lauze ».

BIAIS : AMB L’ODETTE DINS LA VALADA D’ÒLT
Produit par Piget

BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis. Aujourd’hui nous retrouvons Odette dans la vallée du Lot, du côté de Decazeville, où elle nous régale d’un poisson de rivière farci et préparé au four à bois.

MUSICA : POJECTE MUT
Produit par « Estivada » – Réalisation : Piget

Pour conclure cette émission, voici venu des îles Baléares, le groupe Projecte Mut sur la grande scène de l’Estivada 2015. Des rockers méditerranéens qui nous interprètent une chanson en langue catalane : « Que mos donin ». Représentants actuels d’une culture insulaire de langue catalane, ouverte sur le monde, les deux rockers méditerranéens incorporent à leur folk aux accents pop des mélodies et des instruments traditionnels pitiüssos, une musique qui leur vaut le rôle d’ambassadeurs culturels de leur terre dans le reste de la Catalogne, en Europe, jusqu’aux Etats-Unis…et à l’Estivada !

La Vicenta