30 Jan

Lo metal occitan en fusion dins Viure al País

Mitat òmi, mitat ors (qual sap?) un grop novèl ven d’espelir. Fa la palanca entre la lenga occitana e la musica metal. Entre legendas e realitat, aqueste grop novèl Òmiors nos ven de Dacs. Presentacion dimenge dins Viure al País. Aquí lo reportatge.


Omiors, nouveau groupe de métal occitan par france3midipyrenees
 Reportatge : Denis Salles e Laurent Montiel

Òmiors sotís de Gasconha, un pauc sus las piadas de Sonoloco. 5 musicaires que s’amassan : Cédric DAUBON (batteria) Johann ESCLAMADON (bassa) Frédéric CAZAUX (guitarra) Valentin LABORDE (sonsaina/boha) Aurélien MATHE (cant/toys) per far de musica, pas forçadament en òc a la debuta. Aurélien descubrís la lenga, Frédéric que fa de metal dempuèi sonses 20 ans sap pas tròp que la salsa prendrà…

Quand la sonsaina fa la guitarra

Aquí i a tanben quicòm d’original : la vièla electrica de Valentin Laborde qu’avèm ausit ambe lo grop HiTilh o encara amb Rodin Kauffman per son òbra poetica ARA. Una sonsaina amplificada amb efèctes, distorsions, revèrb tal coma s’èra una guitarra. De d’aprèp, aquò jòga, lo son es aquí, la votz del cantaire escura e grèua… Prèsque fariá paur !

 

Quauques tròces

Pas encara de disque, son a enregistrar de tròces ont s’ausís de melodias conegudas. Anatz reconéisser aital lo Jan Petit. Sus lo lor siti se pòt ausir encara « la bocla ». Visulas travalhats e sonhats, musica que pesa, tot es ara prèste per montar sus l’empont. Lo grop cèrca datas. N ‘i a ja una en mai al tremplin de Rocka Puyoo (64) e en julhet pel Nas de Guit al Bocau Vielh (40). Dimenge 31 de genièr lo temps s’atrumarà e lo cèl d’Aquitània, Miègjorn-Pirenèus e Lengadòc-Rosselhon serà negre. De trònes e de liuçes sus Viure al País!

Lo Benaset

 

28 Jan

Viure al Pais le dimanche 31 janvier à 11h 25


Bande annonce Viure al Pais du 31 janvier 2016 par france3midipyrenees

LO PAíS : Frontignan, la maritima
D’Aymeric Jonard et Jack Levé

Guy Forestier est un ventre bleu (frontignanais de souche) et fier de l’être. Son plaisir est de se rendre régulièrement dans son oliveraie qu’il entretient amoureusement. Avec ses amis, il aime à se promener dans le massif de la Gardiole qui offre un magnifique point de vue sur la ville. La fermeture de la raffinerie en 1985 fut un véritable traumatisme pour la ville, mais, Frontignan a tiré parti de sa position géographique pour rebondir, notamment en développant le tourisme balnéaire. En outre, les anciens salins, dorénavant propriété du conservatoire du littoral, sont un magnifique lieu de promenade aux portes de la ville. Mais de toute façon, comme dit Guy :  » … Tout peut cramer, mais que Frontignan demeure… ».

MUSICA : Òmi Ors
De Denis Salles et Laurent Montiel

La scène métal occitane s’agrandit avec un nouveau venu qui vaut le détour : Òmi Ors. Cette formation venue de Dax aligne les traditionnels : chant, guitare basse, et batterie. Mais, elle s’enrichit aussi d’une vielle électrique. Une aventure née d’une envie de faire se rencontrer métal et occitan, deux cultures chères à ces landais. Un mélange qui donne un son riche et des chansons qui marchent, la vielle étant intégrée avec intelligence…

BIAIS : Peralh bolhit amb l’Aline dins los monts de La Cauna
Produit par Piget

BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis.
Aujourd’hui dans les monts de Lacaune, Aline nous régale d’un Peralh bolhit, une recette toute simple à base de lait de brebis.

MUSICA : Clip Fai Deli
Production: Ox’Ivent – Images et Réalisation:  David Farge

Fai Deli, est né d’une rencontre surprenante entre un guitariste jazz et une flûtiste classique qui ont décidé de redécouvrir la musique traditionnelle occitane. A découvrir ce clip amb lo titre Lòla, extrach de l’album « Urban Balèti ».

Fai Deli Photo : site Fai Deli

Fai Deli
Photo : site Fai Deli

La Vicenta

 

 

 

27 Jan

Qui est Jean-Jacques Urvoas, le nouveau ministre breton de la Justice ?

Si le député du Finistère reçoit son premier portefeuille de ministre, ce spécialiste des questions de police et de justice au sein du parti Socialiste. Il était président de la commission des lois de l’Assemblée Nationale. Mais il mène discrètement un combat pour sa région. Et pour les langues régionales.

Son combat pour la langue bretonne et les langues régionales

Il a été le bras droit de Bernard Poignant, celui qui avait fait un rapport sur les langues régionales pour Lionel Jospin. Dans un interview au télégramme de Brest il confie : « Il a été mon assistant parlementaire de 1984 à 1986. Ensuite, j’ai perdu mon siège. Je l’ai retrouvé en 1988. Et puis, en 1989, il est devenu mon directeur de cabinet lorsque j’ai remporté les élections municipales. Il l’est resté pendant mes deux mandats avant de venir maître de conférence à la fac de droit ». 


Qui est Jean-Jacques Urvoas ?
C’est à l’Assemblée Nationale qu’il mène, accompagné de l’écologiste Paul Molac, et avec la complicité du Les Républicains Marc le Fur, le combat pour la reconnaissance des langues régionales.

Avec Bruno Le Roux ils déposent fin 2013 une proposition de loi constitutionnelle pour tâter le terrain. Elle a été votée à l’Assemblée le 28 janvier 2015 à une large majorité (361 pour, 149 contre). « Nous avons été surpris par l’ampleur du score. Démonstration était faite qu’il y avait une majorité pour la ratification ». C’est à lui que François Hollande s’adresse encore en juin dernier pour relancer le processus de ratification.

Jean-Jacques Urvoas, qui fut maître de conférences en droit constitutionnel à l’université de Brest, connaît la question par cœur. Il n’a cependant pas réussi à convaincre une majorité de d’élus, qui ont « enterré » le projet au Sénat en octobre. Il avait pourtant écrit à son homologue du Sénat Philippe Bas (LR) : « Je connais votre radicale hostilité de principe à ce texte. Aucun des procès en sorcellerie que l’on intente à la charte n’a de réel fondement. Les langues régionales ne sont pas le symptôme honteux de quelque repli pathogène sur soi, qui révélerait en dernier ressort un manque d’ouverture sur le monde. » Depuis, il s’est fait discret sur la question. Il n’était pas présent lors du vote de la proposition de loi de Paul Molac. Sans doute déjà occupé par le dossier Taubira et la commission des lois.

Jean-Jacques Urvoas, qui fut également conseiller régional en 2004, milite pour la fusion du conseil régional de Bretagne et des quatre conseils généraux en une grande assemblée territoriale. Il a également proposé un assouplissement du « droit d’option » qui aurait favorisé le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.

Il finit par devenir Ministre

Il était pressenti pour être le ministre de l’Intérieur du premier gouvernement de Manuel Valls en avril 2014. Un breton est bien entré au gouvernement, mais ce n’était pas lui, c’était Jean-Yves le Drian. Jean-Jacques Urvoas, social démocrate et proche de Manuel Valls, a alors continué son travail à la présidence de la commission des lois au sein de l’Assemblée Nationale. Un poste néanmoins stratégique. Jean-Jacques Urvoas, spécialiste au parti socialiste des questions de police et de justice, et conseiller de François Hollande durant sa campagne a donc remplacé Christiane Taubira place Vendôme.

 

Jean_Jacques Urvoas, Manuel Valls et Bernard Poignant à Quimper en 2012 © Tangi Kermarrec

La conviction en coulisses

L’homme est à la fois discret, et très disert sur les réseaux sociaux. Il est l’un des premiers politiques en France les avoir utilisés – lui-même – dans le cadre de ses mandats locaux. Son blog est une référence sur des sujets d’actualité comme sur des éclairages juridiques sur la loi ou le droit constitutionnel, et bien sur les questions de justice et de police. Il y avait indiqué qu’il était contre la peine d’indignité nationale.

A la fin de son premier mandat de député, en 2012, il avait publié un livre, « Manuel de survie à l’Assemblée Nationale – l’art de la guérilla parlementaire », où il racontait les coulisses de la création des lois.

Stéphane Grammont / Benoît Roux

Langues régionales en coulisse

Le rendez-vous parlementaire manqué du 14 janvier aura laissé quelques traces que certains s’emploient à effacer ou, au contraire, à entretenir. A l’ordre du jour aujourd’hui et demain : la révision constitutionnelle l’examen en commission des lois du projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation. Ces révisions étant si rares, certains sont tentés de profiter de l’occasion pour se faire entendre. Il faut dire que la place des langues régionales dans les débats parlementaires est assez réduite. Eclairages.

L’action de Paul Molac

Avec le rejet de sa proposition de loi, le député du Morbihan a eu au moins le mérite de tenter quelque chose. Aujourd’hui certains -notamment les socialistes- tentent de se disculper en se retournant contre Paul Molac, justifiant l’échec de sa proposition par un manque de préparation et de concertation avec les autres groupes. Sauf que voilà : tout le monde pensait que le processus de ratification de la charte était relancé. Il n’y avait pas lieu à proposer d’autres textes que celui de Christiane Taubira. L’arrêt brutal du 27 octobre 2015 n’a laissé que quelques jours aux écologistes pour proposer un texte qui permette de protéger ces langues. Pour être complet sur la question, le groupe écologiste, au vu de ses résultats électoraux, ne bénéficie que d’une seule journée parlementaire par an pour déposer des propositions… Il fallait le faire avant la mi-novembre pour une discussion mi-janvier… Pas trop le temps de discuter, d’autant plus que l’inter-groupe sur les langues régionales à l’assemblée est en sommeil, son président Armand Jung ayant fait un malaise en novembre dernier.

Capture-d’écran-2013-03-15-à-18.07.30

Un amendement à l’article 2

Alors le député breton a été tenté de déposer un amendement au projet de loi constitutionnelle de protection de la nation. Ce qui lui a valu aussi quelques critiques médiatiques et politiques sur l’opportunisme parlementaire et l’effet d’aubaine. Paul Molac a déposé un amendement à l’article 2 de la constitution qui stipule que « Le français est la langue de la République ». Il propose simplement un rajout : « Dans le respect des langues régionales de la France ». Autant le dire de suite : cet amendement n’a aucune change de passer. Il ne sera même pas discuté. Car Paul Molac avait prévu de le défendre aujourd’hui. Mais il ne pourra être examiné que demain. Et comme le député ne sera pas disponible, l’amendement ne sera pas présenté, sauf si un autre député s’en saisit.

Et les autres?

Rien n’empêche un autre député de défendre cet amendement ou tout simplement de proposer autre chose. Si les écologistes n’ont qu’une journée parlementaire tous les ans pour faire des propositions de loi, ce n’est pas le cas des socialistes qui peuvent le faire quasiment tous les jours;  Les Républicains ont aussi des possibilités. Du côté socialiste, le sabotage du débat en janvier a fait grincer des dents. Certains voudraient rattraper le coup au plus vite. Propositions de loi ? Arrêtés ministériels? Circulaires ? Les discussions sont entamées et l’approche des élections présidentielles devrait offrir plusieurs fenêtres de tir. La nomination tout à l’heure de Jean-Jacques Urvoas (favorable aux langues régionales) pour remplacer Christiane Taubira pourrait aussi changer la donne. Chez Les Républicains, une proposition a été déposé en octobre au Sénat, mais il y a peu de chance qu’elle aille plus loin avant les élections présidentielles.

Alors en attendant, plusieurs citoyens, associations ou partis politiques occitans ont écrit aux parlementaires pour leur exprimer tout le mépris vécu encore une fois le 14 janvier et le 27 octobre dernier; sans parler de la fameuse proposition 56 de François Hollande… 60 associations socio-culturelles bretonnes ont fait de même. Le texte est sans équivoque :

« Votre mandat dure encore 17 mois. Nous vous demandons de dépasser vos divergences partisanes. Le temps est suffisant pour que le Parlement examine et vote une véritable loi cadre, dans l’esprit des textes de décembre 2010. Nous en avons assez des paroles, nous attendons vos actes. »

Lo Benaset

26 Jan

Un espaci Carcinòl ven d’espelir

Òlt es un despartament ont la lenga es encara viva e parlada; mas es pas lo ont i a lo mai de causas per espandir la lenga d’òc. Urosament i a l’AMTP Carcin de Xavier Vidal, La Granja de Solòme qu’organiza causas, 1 sola calandreta e…Aquí l’òc !

Aquí l’òc

Una associacion espelida en 2013, a l’origina d’eveniments de tota mena, de corses, dec sotens a de projèctes dins lo parçan de Sent Seren. En abrial de 2009, nasquèt lo primièr festenal « Primad’òc » que se sona Escambis dempuèi 2014. 2011 adujèron l’espelida de la calandreta. Per contunhar lo lor trabalh, se vòlan fagar un espaci Carcinòl, totjorn a Sent Seren. Per aquò far, an besonh de la vòstra ajuda per lançar l’afar.

Jornalet occitan del 9 de mai de 2015 B. Roux E. Foissac M. Delaunay M.P. Fournier


Aqui l’oc par france3midipyrenees
Un espaci Occitan Carcinòl

Una dinamica s’es creada e per pas la tornar far tombar, cal d’utisses. Un luòc dedicat a la cultura ne seriá un per aculhir lo public, de mòstras, de conferéncias, donar de corses, vendre de libre, de disques. Aqueste luòc, l’an trapat al còr de Sent Seren al pè de las torres de Sent Laurens, d’una superficia de 120 m2 al 60 avenue Pierre et Andrée Delbos.

 

Besonh de 6500 €

An de que començar de pagar lo loguièr mas n’i aurà pas pron pel demai. An donc lançat una crida sul siti de finançament participatiu Ulule. Demòra pas qu’una brava mesada per aténher lor objectiu. En esperant van contunhar lo lor trabalh. Tre dissabte per la dictada occitana a Sent Seren e Sant Martin lo Redond.

Lo Benaset

 

 

25 Jan

L’anthropologue occitan Daniel Fabre est mort

L’oeuvre de Daniel Fabre est immense. Plusieurs de ses publications ont porté sur le domaine occitan comme :

Photo : Wikipédia

Photo : Wikipédia

    • 1969 Jean de l’Ours : analyse formelle et thématique d’un conte populaire, Carcassonne, Éd. de la revue Folklore
    • 1970 Una contairina populara audenca, Obradors, Centre d’études occitanes, Université Paul Valéry
    • 1973 La tradition orale du conte occitan : les Pyrénées audoises, Paris, Presses universitaires de France
    • 1973 La vie quotidienne des paysans du Languedoc au xixe siècle, Paris, Hachette-Littérature
    • 1977 La Fête en Languedoc : regards sur le carnaval aujourd’hui, Toulouse, Privat, 220 p., (photographies de Charles Camberoque)
    • 1978 Dans le Narbonnais, vol. 3, Gallimard
    • 1987 Histoires et Légendes du Languedoc mystérieux, en collaboration avec Jacques Lacroix, Sand
    • 1990 La Fête en Languedoc, Privat
    • 1992 Carnaval ou la Fête à l’envers, Gallimard

Lors d’un entretien passionnant sur le conte paru sur ethnographiques.org, il explique pourquoi son intérêt pour la littérature orale, l’a mené vers l’occitan :

« Je suis né en 1947 à Narbonne dans un quartier populaire. Je me souviens, dans ma maison, il y avait au rez-de-chaussée une épicière qui ne parlait pas un mot de français mais catalan. Au 1er étage, une languedocienne mélangeait l’occitan et le français et un couple d’italiens parlaient italien. A l’étage au-dessus où nous nous trouvions, ma mère employait beaucoup le catalan parce qu’elle avait été élevée par sa grand-mère, une catalane de Lérida, Lleida en catalan, et elle connaissait aussi l’occitan. Mes oreilles ont été habituées très jeunes à l’écoute de toutes ces langues et vers 18 ans l’envie m’était venue de vraiment apprendre à les parler. Surtout, je passais chaque année de très longues vacances dans un village de la Montagne noire où les adultes parlaient tous occitan. Il n’y a pas de meilleur chemin pour apprendre profondément une langue que d’écouter des conteurs. Je me souviens d’avoir découvert, à l’époque, des récits en occitan que je lisais à haute voix. Je retrouvais une langue qui m’imprégnait depuis l’enfance mais qui n’avait jamais réussi à complètement éclore et je la retrouvais à travers les contes. C’était une expérience que j’ai ensuite revécue au cours des enquêtes ethnographiques puisque je ne connais enquête plus gratifiante que l’enquête de littérature orale. C’est le chemin du plaisir de la vie.  »   

Il a été assistant de sociologie, maître de conférences en anthropologie à l’Université de Toulouse III. En 1978 il fonde avec l’archéologue Jean Guilaine, le Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales devenu ensuite le Centre d’Anthropologie de Toulouse qu’il dirigera jusqu’en 1997. Il travaille dans plusieurs organismes et collabore à différentes revues en France et en Italie.

Après avoir poursuivi des recherches sur la littérature orale, la ruralité et l’anthropologie des écritures ordinaires, ses intérêts portent aussi sur la théorie de l’initiation, les formes modernes du culte de l’artiste et de l’écrivain, l’anthropologie de l’art… Son dernier essai paru en 2014 : « Comment l’art préhistorique apparut aux enfants ». 

Nous l’avions rencontré à Carcassonne pour parler de son ami, presque son double : René Nelli. C’était un homme d’un grand savoir et d’une extrême gentillesse qui vivait et travaillait souvent en Italie et s’exprimait parfaitement dans cette langue.


Daniel Fabre parle de René Nelli par france3midipyrenees

Certains se souviendront longtemps des carnavals de Carcassonne dans les années 70-80 où il présidait le jugement avec Mans de Breish, Marti et d’autres. Il était devenu le grand spécialiste des carnavals et des fêtes du Languedoc en général. Il s’est éteint dimanche à l’âge de 68 ans.
Lo Benaset

 

Nouvelle région LRMP : premiers jalons des langues régionales ?

Ce n’est qu’un petit signe mais il faut les saisir quand ils arrivent : c’est bien en occitan que la cérémonie des vœux de Carole Delga a débuté vendredi soir au Corum de Montpellier. Joanda et sa guitare pour les 2 hymnes des langues régionales : « Se Canta » pour l’occitan et « L’Estaca » pour le catalan.


L’avenir nous dira si c’était juste un clin d’œil sans suite ou bien si ces références seront encore présentes dans le futur nom de la région. En attendant, on connaît le trinôme qui sera en charge de l’occitan.

Comme annoncé sur le blog lundi dernier, c’est Dominique Salomon, Serge Regourd et Patric Roux qui conduiront cette politique avec une nouveauté : le bureau de l’assemblée qui échoit à Gérard Onesta et le rôle des commissions renforcé. C’est Serge Regourd qui présidera celle sur la Culture, le Patrimoine et les Langues Régionales. Nul doute que l’auteur de « L’exception culturelle » dans la collection Que sais-je ? a longuement réfléchi à la question.

Voici donc leurs premières impressions et les grands axes de travail après la seconde plénière intervenue lundi dernier.

Lo Benaset

Reportage dins lo Jornalet de France 3 : S. Tijani D. Hémardinquer M. Blasco AM Groscolas MP Fournié

3 elus occitans par france3midipyrenees

 

23 Jan

Biais amb lo Guilhèm e lo Dominique : torrilh de rabas e coja

Amb lo Guilhem e lo Dominique pel Causse de Gramat
Produit par Piget

Las causas simplas son, de còps que i a, pas tant simplas qu’aquò, e de las melhoras. Biais permet de s’en trachar e de metre dins lo lums de causas e de monde puslèu resconduts. Càquela, se jamai demandatz an aqueste monde de vos far véser aquel tresaur, son los primièrs a s’estonar e de vos dire que francament, veson pas l’interès de far conéisser tot aquò. Modèstes, pas acostumats a se conflar lo pitre.

Lo biais per de monde que l’an

La fòrca de Biais es aquí : anar al rescontre d’una persona, d’un territòri e de totes los biaisses que van ambe. Ensajar de filmar lo gèste, lo pichon d’aquò que fa que la causa simpla ven extraordinaria. Aquel monde son cargats de coneissenças, de causas que son dins lor cap, dins lo còr o encara las tripas. S’en trachan quitament pas pus. Son de causas que fan cada jorn, naturalament. Alèra òc-ben, avèm d’astre de poder agachar tot aquò, de lo comprene per lo tornar far. Dins aqueste periòd ont nos cal de coach e de « tuto » siquenon nos sembla que sèm perduts, avèm aquí plan mai qu’un paissèl. E coma los images son remirables, intim sens genar lo monde, quand se fa de cosina vos fan venir l’estomac darrèr l’esquina !

Dominique e Guilhèm

Aqueste còp, sèm partits pel causse de Gramat, dins lo rajal dels funses. Un paire e son enfans nos espèran. Òm ne profita per aprene de causas pel l’òrt ambe Dominique, cossí empachar las milhaucas de venir per l’ensalada… Per la cosina, Guilhèm comença per aprestar lo cotèl amb un viralenga per l’asugar : « De carn, de farç, de lat » ! Qu’una polida lenga Guilhèm ! Mas sèm pas aquí per far un cors de lenga. Al programa : torrilh de rabas e cojat.

TORRILH DE RABAS

De rabas de per l’òrt que cal palar espés e talhonar plan teunas. Vojar aquò dins una ola a fricassar dins de grais o d’òli d’oliu. De salt, de pebre e remenar pron sovent.

Ajustar dos culhèrs de farina e d’aiga plan cauda per pas far de grumèls.

Còire pendent 1 ora.

Far de trempas ambe de pan de torta un pauc vièlh e sec. Un pauc d’alh, de pebre.

Metre de bolhan (sens tròp de rabas) per acatar las trempas e daissar 4-5 menutas

Al moment de servir, ajustar lo bolhon que cal.

LO COJAT

Cal prene de cojas de per l’òrt plan maduras. Las palar per ne gardar 1Kg.

Las còire dins l’aiga 1/4 d’ora

D’aquel temps podètz far la pasta. Dins un plat, metre 250 g (a vista de nas!) de farina, ambe 4 uòus, de lat, un pesuc de salt e un rajal d’aigardent de pruna.

Estorar los tròçes de coja. Ajustar 250 g de sucre. Mesclar tot aquò ambe la preparacion e la metre dins un plat burrat.

Coire 45-50 menutas dins un forn a 180°C.

Simple me diretz?! Quand sètz biaissuts, tot es pron simple! Bon apetit ! E mercés Piget, Lila e Amic.

Lo Benaset

BIAIS : coproduccion France Télévisions et PIGET


BIAIS N°8 : Amb lo Guilhem e lo Dominique pel… par france3midipyrenees

22 Jan

Mandy Graillon, conseillère à la culture de Christian Estrosi

A 23 ans, elle est devenue la 22ème reine d’Arles en 2014. Hier, Christian Estrosi (président de la nouvelle région PACA) en a fait sa conseillère à la culture.

Photo : site Facebook de Mandy Graillon

Photo : site Facebook de Mandy Graillon

Una provençala

« Pople d’Arles veici ta reino »…Nous étions le 1er mai 2014. Mandy Graillon est élue Reine d’Arles pour 3 ans et va reprséenter sa ville et la Provence un peu partout en France, parfois à l’étranger. Dans la tradition provençale, elle joue du galoubet tambourin mais fait aussi du modern jazz. Côté études, elle est spécialisée dans la finance d’entreprise, comptabilité et contrôle de gestion. Elle parle l’occitan provençal. Elle était présente le 24 octobre pour la manifestation d’Arles où elle a prononcé un discours vif et engagé « dins la lenga ». Le futur-président de région était là lui aussi. Il a donc décidé hier de la prendre comme conseillère à la culture auprès de son cabinet.

 Var matin du 7 novembre 2015

Var matin du 7 novembre 2015

Qu’una identitat ?

Le 24 octobre, Christian Estrosi était venu soutenir « toutes LES langues de Provence »… Il a remis une lettre à Jean-Pierre Richard, le Président du Collectif Provence, une lettre contenant ses engagements pour préserver traditions et culture provençales. Dans ses propositions, il ne parle que de « provençal » alors que son homologue EELV fait référence à l’Occitanie. Il est sans doute trop tôt pour savoir si le nouveau président fera une partition entre l’occitan et le provençal et le cas échéant, quelle sera la part réservée aux uns et aux autres. On sait simplement que Philippe Vitel (député du Var) est devenue 9ème vice président chargé des  » traditions et identités régionales » (sic). Les langues et cultures régionales lui reviendront-elles ? Ça promet… Même si le député du Var avait voté pour la ratification de la Charte le 28 janvier 2014, là où ses collègues Les Républicains avaient voté majoritairement contre.

Ou bien serait-ce Sophie Joissains, 8e vice-présidente chargée de la culture et du patrimoine ? La sénatrice UDI des Bouches-du-Rhône avait voté la motion de Philippe Bas empêchant le débat sur la Charte européenne le 27 octobre 2015.

Lo Benaset

 

21 Jan

L’occitan 3ème langue régionale de France sur Wikipédia

L’encyclopédie collaborative et gratuite sur internet Wikipédia vient de souffler ses 15 bougies. Nombre de ses articles sont traduits ou directement écrits dans les langues régionales. L’occitan arrive en 3ème position derrière le catalan et le basque parmi les langues de France. 

 

De chifras

492 453 c’est le nombre d’articles que compte l’encyclopédie rédigés en catalan. Normal si l’on se réfère au plus de 4 Millions de catalanophones dans le monde.

Le basque arrive en seconde position avec 221 512 références pour 714 000 locuteurs selon la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France. 

Et l’occitan alors ? A peine 90 000 articles (89 178 exactement), la lenga d’òc est sur la troisième marche du podium. Et toujours selon la DGLFLF (enquête 2009) avec 586 000 locuteurs. Wikipédia compte un portail de l’Occitanie avec 2075 articles et un portal Occitània.

Quand à l’alsacien il n’existe que 20 000 articles, alors que la langue est parlée par près de 550.000 personnes.

Un seminari

Le 23 janvier, Wikimédia organise un séminaire sur la contribution des langues régionales avec le soutien de la DGLFLF. En présence de divers acteurs associatifs et universitaires engagés pour la valorisation des langues de France; Benoît Dazéas (Congrés permanent de la langue occitane) sera présent. L’idée est d’enrichir les contenus des pages wikipédia avec de l’audiovisuel. Une enquête vient d’être faite auprès des partenaires comme Lo Congrès ou le CIRDOC de Béziers. Le séminaire se déroule samedi à la Maison de l’Europe dans le 4ème arrondissement de Paris.

Lo francés

La DGLFLF publie par ailleurs sur son site un rapport au Parlement (2016) sur l’emploi de la langue française qui donne des éclairages intéressants. Mais rien sur les langues régionales.

Lo Benaset