29 Août

« Crozada d’uèi » s’en tòrna a Montagut

Fa 5 ans que lo castèl de Montagut pròche de l’Illa d’Albigés (Tarn) es lo teatre natural de la creacion de Patrick Hutchinson « Crozada d’uèi ». E 5 ans que Claudi Lombard n’en manca pas una. Es vinhairon e l’istòria l’a totjorn interessat. Coma de costuma, legirà son discors abans l’espectacle dimenge de ser.

Claude Lombard et Patrick Hutchinson. Fòto : B.Roux

Claude Lombard et Patrick Hutchinson. Fòto : B.Roux

Montfort « lo lop » a Montagut ?

Fa 7 o 8 ans, assista a una conferencia de l’istorian local Gérard Veyriès. L’istòria del castel de Montagut lo prusa de mai en mai. Ne vòl far quicòm. Un jorn, còp de fial de l’Escossés Patrick Hutchinson que justament a escrit un espectacle sus la crosada amb una vision plan larga e modèrna.  » Ai aprés bravament de causas. Me soi totjorn interessat an aquò. Mon paire zo fasiá e ma filha es professora d’istòria. En 64-65 i aguèt de furgas a Montagut. De saupre que Simon de Monfort metèt sas pesadas a Montagur, aquò’s quicòm ! «  Lo lop seriá donc passat per l’Illa d’Albigés, sens se batre estant que i aviá pas pron monde per combatre. Montagut, plaça fòrta del catarisme ont demòra la familha poderosa del meteis nom, favorabla als comtes de Tolosa… Arnaud de Montagut estimèt mai de se sometre puslèu que d’ensangar sas tèrras. Mas benlèu que i aguèt una garnison dels òmes de Montfòrt al castel. Fa benlèu 40 ans, un professor n’auriá vista la pròva. E aquò tafura lo Claudi Lombard qu’a escrit quicòm  !

Fa 800 ans que dura ! 

« Ara, plaça a l’espectacle. Se cal daissar portar pels trobadors del sègle XXI. Se cal sovenir que sèm de passaires per que las idèias de cadun siaguèsson respectadas. »

Claudi Lombard a escrit lo texte de presentacion per aculhir los espectators dimenge. En francés e plan solide en lenga nòstra. Cada an cambia un pauc. Cò que cambia pas per el, son las guèrras politicas e religiosas. « Es tarrible de pensar que duèi encara, òm copa lo cap a de monde, simplament per çò qu’an d’idèias diferentas. Es aquò lo sens de l’espectacle. Aviam un riton aiçí qu’aviá vist l’espectacle e que trobava qu’èra pas possible…mas resconeguèt que lo papa èra anat trop luènh. »
Claude Lombard parle de la crozada par france3midipyrenees

Crozada d'uèi amb Jo Corbeau. Fòto : B. Roux

Crozada d’uèi amb Jo Corbeau. Fòto : B. Roux

L’espectacle

« Me reconeissi complètament dins l’espectacle de Patrick. Me soi regalat tanben de legir Raimond VII lo catar de Dominique Baudis. es romençat mas interessent. Cita 2 còps Montagut ! Aimariai de legir tanben los libres de Gerars Veyriès mas ai pas pron de temps ! ». L’associacion Arnaud de Montaigut va un còp de mai donar un espectacle diferent sul cicle : Lo Brazier de l’Anonim. Part 1 Besièrs, Murèth e lo procés d’Inocent III. De costuma, i a 200 personas que venon partajar e descobrir l’istòria anciana e modèrna dels catars. Claudi i serà tanben per escotar los Mauresca que participan a l’espectacle. « Los Mauresca m’agradan. Son los trobadors del sègle XXI ». Paraula de vinhairon.

Crozada duèi Dimenge 30 d’agost, 9 oras del ser, al teatre de verdura de Montagut (l’Illa d’Albigés, 81).

Ne còsta pas que 5 euròs!

Lo Benaset

Los artistas a Montagut dimenge Fòto : B. Roux

Los artistas a Montagut dimenge Fòto : B. Roux

27 Août

Chanca que chancaràs !

Per se cambiar un pauc de las manifestacions passadas o a venir, per far quicòm que seriá pas un festenal de mai, per de que pas una bona chancada ! En cèrca d’un sicut per l’estiu, aquesta idèia començava de m’agradar. Mas per per un roèrgàs, las chancas e autra chancada son un pauc de chinés. Mas l’afar me sembla bon. Aprèp la caravana occitana de Joanda, Occitània a pè dels Occitans d’Itàlia, per de que pas una Chancada, « una passejada capvath Gasconha a chancas ».

Chancaires en pausa Fòto : Lo Benaset

Chancaires en pausa Fòto : Lo Benaset

Primièr jorn, cap a Baiona, plaça dels Gascons (amai se sembla n’i ajure pas gaire en temps normal…), m’en vau al rescontre de la familha Dufau de Sent Pèr (de Lèren). I a Caro que n’a ajut l’idèia, sonses fraires Denis e Mateu, e lo pair lo Miqueu. Una familha plan « ahuecada », amistosa, e que bolèga plan ambe l’associacion Los Chancaires per mantunas manifestacions. Aquí un pargue per los que vòlon se fa las mans e las cambas sus de chancas. Me sembla que son los piètres que s’en tiran lo melhor, coma la Paulina, 7 ans e 2 dos de chancas… I a monde que son venguts per descobrir : un parisenc d’origina africana, un ch’ti, de toristas… A 5 oras del ser, lo Miqueu Dufau baila l’estufle : cal tot recaptar per anar cap a las arenas. E aquí que lo ven se lèva e que la pluèja se convida. L’arribada sul terren dels taures es pas sanguinosa mas ventolada. talament plan que lo concèrt de Xarnege se farà pas…e per la corrida, es pas ganhat ! M’enfin, soi pas aicí per aquò, qu’ai pas jamai vist una corsa de taures de ma vida ! 9 oras, rotlament de tamborn, lo « Salut Baiona » s’envòla, los chancaires son sus la sabla de las arenas e fan lo torn, aplaudits per una fola puslèu familhala, çò que m’estona un pauc amai siaguèssa una corrida portuguesa que se fa donc sens tuar la bèstia. Cò qu’es un pauc ipocrit estant que va anar al masèl dins las oras venentas… M’enfin, cal reconeisser que de Gascons un pauc perdut sus un terren bascoat e mai que mai espanhòl, l’afar èra un pauc gausat mas esmovent. Defòra, aquò tomba e los chancaires traucan la nuèit e la pluèja a l’espaci Baroja d’Anglet ont se pòt copar la crosta e per d’unes, passar la nuèit. Lo Salut Baiona tòrna clantir per enfuòcar la nuèit.

Maurici gaireben 300km dins las cambas Fòto : lo Benaset

Maurici gaireben 300km dins las cambas Fòto : lo Benaset

L’endeman, lo temps se lèva pas. En esperant, Maurici m’explica la bicicleta chancada, l’òbra d’una amiga de Caro fargada especialament per aquesta chancada. Un utis que te permet d’èsser a pus prèp a la meteissa nautor que los chancaires. Me disi que los Gascons son un pauc falord e qu’aquò me conven plan ! Mas l’afar es seriós. La chancada permet de far la vistalha a las associacions occitanas e de s’empeutar sus de fèstas talas coma la feria de Baiona o encara la bòta (coma disèm en Roèrgue) d’Urt, un vilatge que vòl pas se far plegar pel bascoat. Amai lo temps poirit, lo moral sembla bon e la còla de Viure al País s’en tòrna sus Tolosa. Tornarem per lo darrièr estanc, a Marmanda.

Reportatge COMPLET (aquí n’i a sonque la mitat !) a véser lo 13 de setembre sus França 3.

B. Roux/E. Foissac/P. Barguisseau/G. André/S. LeBéon/F. Ratel + images France 3 Euskal Herri 


Chancada par france3midipyrenees

A Marmanda, la meteo s’es pas melhorada. Comenci de me dire que lor avèm portada la guinha estant qu’an ajut de sorelh de per abans! La Caro es pas aquí qu’a passada sa serada a cantar ambe Cocanha. Lo Miquèu me dís qu’a mancat un parelh de jorns. Son pas que 3 a ajure fat tot lo camin : gaireben 300 kilomètres de Baiona cap a Marmanda. Es pas una performencia que se vòl esportiva, mas quand mème. Zo cal far ! Soi estabosit tanben pel nombre de personas que los interpèlan, los arrestan, per s’assabentar, contar quicòm. La chanca e los chancaires son partajaires, solide.

Long del canal. Fòto : Lo Benaset

Long del canal. Fòto : Lo Benaset

Arribèm cap al canal de Riquet. E n’i a que se demandan se passaran jo los ponts…O se l’aiga es pas tròp nauta…Per nautres, serà lo parat de far d’imatges rete polits, en passant de las ramadas a de traucadas ensolhadas. Enfin son un bon detzenat a se poder ajocar sul panèu Marmanda per una fòto sovenir.

Cap a Marmanda ambe VAP.

Cap a Marmanda ambe VAP.

Lor demòra pas qu’un centenat de mètres cap a la comuna ont l’ATP Marmanda lor a arganizat una brava serada. Una crana reussida, amai la lassièra que fa se demandar se lo coratge serà tostemps aquí l’an que ven. La chancada demanda plan de temps, una attencion de cada moment, mas la resulta ne val la pena. Se dís que l’an que ven, l’etapa de fin se podriá far a Sent Pèr. Una arribada al país per la familha Dufau. Osca!

Un Benaset enchancadat

A l'an que ven. Fòto : lo Benaset

A l’an que ven. Fòto : lo Benaset

26 Août

Hestiv’òc capita un còp de mai !

Devant plus de 3000 cantaires et presque autant de spectateurs, la 11ème édition d’Hestiv’òc a officiellement été lancée jeudi dernier place Royale à Pau. La traditionnelle cérémonie d’ouverture a mêlé chants, prises de paroles et lancer de béret pendant près d’une heure. Le photographe David Hushion et Sent Pançard ont été désignés parrains de cette édition 2015.

Reportage France 3 Pau lors de la première journée :

Au balcon de l’Hôtel de Ville, Hélène Pannier présidente de l’association organisatrice « Accents du Sud » a laissé la parole aux différents élus présents. David Grosclaude, représentant Alain Rousset pour la région Aquitaine, Jean-Jacques Lasserre, président du département des Pyrénées-Atlantiques et François Bayrou, se sont adressés à la foule, en français et en occitan.

Le maire de Pau a conclu son intervention par ces mots :

« La langue, la culture et la musique de chez nous sont faits pour unir, pas pour diviser. Béarnais, gascon ou occitan peut importe le mot qu’on utilise pour désigner cette langue, ici, nous sommes tous unis ».

La cérémonie d’ouverture s’est achevée par la chanson « De cap tà l’immortèla« , chantée et reprise sans cesse par la foule de chanteurs. Sans oublier…

« Aqueras montanhas » : une des quatre chansons interprétées hier soir place royale à Pau lors de la grande cantèra d’ouverture. 
(images : C.Alet – Montage : R. Grillot)

Granda cantèra de dubertura. Foto Clamenç Alet

Granda cantèra de dubertura. Foto Clamenç Alet

Pendant ce temps, dans les rues et places paloises s’animent avec la Compagnie du P’tit vélo

 

Près de 45 000 personnes ont suivi cette 11ème édition. Une légère baisse de fréquentation due au mauvais temps du samedi. Mais la plupart des spectacles ont fait le plein.

Clément Alet et Benoît Roux

20 Août

La chancada per donar d’hautor

Es un afar de calud : 280 km sus de chancas de Baiona cap a Marmanda. E per de que ? Pel plaser, per partajar quicòm ambe los amics, ambe lo monde en general e benlèu cambiar los punts de vistas al sens pròpri coma al figurat. Esser sus de chancas dona d’hautor e permet de far caminar la lenga e la cultura.

Aquí lo sicut rodat per França 3 euskal herri (Cordier Fabien/Corrieri Sabrina) per la partença de Baiona.


depart Chancada par france3midipyrenees

Chancada

L’an passat, un planponh d’amics lança la primièira chancada. Un detzenat de seradas-estancs per promòure l’occitan, 250 km a s’engolir sus un simbèu gascon : las chancas. Caro Dufau que se maina tanben del primtemps de l’Arribèra n’a l’idèia e lança l’afar. Demandèt e obtenguèt un finançament participatiu sus ulule que permetèt d’organizar seradas festivas. L’edicion de 2014 foguèt bona e encorajanta , per aquest’an, pas mai de finançament participatiu mas las collectivitats territorialas que fan pordèl, e quauques kilomètres en mai. Lo biais demòra lo meteis : es una passejada -e pas una competicion- e la Chancada s’empeuta sus de fèstas e manifestacions locals per aver mai de reclams.

Salut Baiona, petita flor… Reportatge 2014 de Caro Dufau l’organisatritz.


Chancada 2014 – JORN#1 Baish Ador-HD par france3midipyrenees

Chancaires

Longtemps las chancas faguèron partida dels paisatges gascons de las Lanas. Sus de chancas leugièiras e bassas, los pastors susvelhaván los tropèls. Los factors n’avián de pus nautas per fa lo lor mestièr e anar pus viste. En 1850, lo primièr pin es plantat dins las Lanas per Napoleon e d’autres van venir. Modifica complètament lo paistage e lo pastoralisme. La fin de las chancas es anonciada. Dempuèi los grops folclorics contunhan de dansar amb elas e existís totjorn una federacion esportiva dins las Lanas. L‘associacion « Chancaires » de Sent Pèr de Lèren trabalha dessus dempuèi 1948, fa tanben de corses de tota mena e organiza lo Primtemps de l’Arribèra que fa flòri. An volgut se servir d’aqueste simbèu fòrt e simbolic de la chanca per contunhar de butar la lenga e la cultura quitament a Baiona qu’a un pauc doblidat son occitanitat. Diluns van arribar a Marmanda. Viure al País i serà per vos prepausar un reportatge a la dintrada. Los podètz seguir sus lo lor siti o los anar encoratjar sul terren !

Lo Benaset

Afica-chancada-2015

19 Août

Hestiv’òc s’en tòrna!

La 11e édition d’Hestiv’òc revient à Pau dès demain et jusqu’au 23 août. Quatre jours de fêtes, de danses, de musiques béarnaises, gasconnes, occitanes et même galiciennes. 50.000 festivaliers sont attendus pour ce grand rendez-vous de l’été occitan. Papier de Clément Alet publié sur France 3 Aquitaine.

© Accents du Sud

© Accents du Sud

En chemises blanches et foulards jaunes, c’est une foule de cantaires qui est attendue ce jeudi soir pour ouvrir la 11e édition d’Hestiv’òc. « Bèth cèu de Pau« , « Aqueras Montanhas » ou encore « La Sobirana« , les chants de cette grande cantèra devraient faire écho bien au-delà de la place Royale.

À deux jours de l’ouverture de ce grand rendez-vous de l’été occitan, Didier Foix et son équipe de 110 bénévoles se préparent à accueillir près de 50.000 personnes jusqu’à dimanche. 300 artistes sont programmés sur les différentes scènes d’Hestiv’òc cette année.

On retrouve bien entendu de nombreux artistes du Béarn, comme « Verd e Blu« , « Los Pagalhós », « Esta », « Ardalh« , « Perec e Pluma », ou encore « Eths Cabilhous » mais égalementdes groupes venus du Rouergue, de Gascogne, du Languedoc et plus généralement de tout le reste de l’Occitanie, jusque dans ses vallées italiennes.

À ne pas rater sur la grande scène place royale : le forró nordestin des « Bombes 2 Bal« , le subtil voyage musical en terres méditerranéennes des pays d’Oc au Maghreb avec « Medin’aqui » ou encore la redoutable énergie des Italiens de « Lou Dalfin » emmenée par son charismatique chanteur Sergio Berardo.

Si vous êtes amateurs de chants polyphoniques, les filles de « La Mal Coiffée » vous emmèneront dans leur univers vocal, savant mélange de timbres féminins profonds et puissant jeu rythmique. 

Comme pour chaque édition, Hestiv’òc prend place dans toute la ville : des halles, à la place Clémenceau, en passant par les rues du centre-ville jusqu’ au théâtre Saint-Louis et sur l’esplanade du conseil départemental. Tous les spectacles sont gratuits.

Le parrain de cette 11e édition ne sera connu que jeudi à 19 h 30 pour la grandecantèra. C’est un personnage bien connu des Palois, acteur de la vie politique et sociale du Béarn qui devrait faire son apparition au balcon de la Mairie.

Clément Alet

© Accents du Sud

© Accents du Sud

Viure al País l’été en occitan : emission du 23 Août

– VIURE AL PAíS … de l’estiu ! –

DIMANCHE 23 août 2015 – 11h15

Une émission présentée par Benoît Roux

Emission estivale : “Monde Paysan”

« Natura 2000 en Aubrac  »

D’Aymeric Jonard et Jack Levé

aubracEn Aubrac lozérienne, l’Etat a proposé d’instaurer un site Natura 2000 en 2002. Après six ans de mise en place du projet, le réseau a vu le jour en 2008. Laure Andrieu est la chargée de mission Natura 2000 en Aubrac lozérienne; elle est salariée de la communauté de communes et opératrice du site. Une partie de son travail fut de contacter les agriculteurs locaux et de leur proposer de signer la charte. Natura 2000 représente peu de contraintes pour eux : les principales restrictions concernent les fertilisations et la limitation du nombre de têtes de bétail à l’hectare. Ainsi, une soixantaine d’agriculteurs ont accepté de signer la charte qui ne représente aucune participation financière de leur part.  Actuellement 25.500 hectares d’Aubrac lozérienne sont régis par la charte Natura 2000, en grande partie des terrains occupés par l’élevage extensif de vaches Aubrac. Au-delà de l’aspect relationnel avec le monde agricole, le travail de Laure comprend un suivi des sites protégés par des inventaires de terrain. Habités notamment par la loutre et la rare écrevisse à patte blanche, les cours d’eau d’Aubrac font partie des plus purs d’Europe et les plantes des tourbières occupent les plateaux d’altitude.

Salon de l’agricultura

De Denis Salles et Didier Bonnet

salonLe salon de l’agriculture se terminait le 1er mars dernier. Un rendez-vous incontournable pour agriculteurs et éleveurs de toute la France qui viennent y chercher qui une vitrine pour sa production, qui une médaille au concours agricole. Nous avons suivi deux éleveurs bigourdans aux profils particuliers. Michel Bertrex est éleveur de Porc Noir de Bigorre, une espèce sauvée par une poignée de passionnés dans les années 80 et qui veut se tailler une place dans les produits de luxe. Jean Paul Manse est, quand à lui, éleveur de blondes d’Aquitaine. Il a commencé à préparer des bêtes pour les concours il y a une décennie. Et cette année pour la première fois, un taureau de son élevage est sélectionné…

Gilbert e Yves, militants bio

De Myriam François et Olivier Denoun

GarricYves Garric vient de réaliser un film documentaire sur le monde paysan en Aveyron : « Gilbert Espinasse, agriculteur de conscience ». Portrait d’un personnage attachant et plein d’humour qui s’est converti en 1968 à l’agriculture bio. Gilbert Espinasse et Yves Garric ont en commun leur ouverture au monde, leur curiosité et leur bienveillance pour autrui. Le DVD est diffusé lors de soirées conférences-débats animées par nos deux compères.


BA VAP 23 aout dimanche par france3midipyrenees

12 Août

Viure al País l’été en occitan : emission du 16 Août et revoir celle du 26 juillet

Une émission présentée par Benoît Roux

Emission estivale : “Métiers traditionnels

gardiansLes Gardians de Camargue

D’Aymeric Jonard et Jack Levé

Rediffusion du 24 mai 2015

Entre Lunel et la Camargue, les garrigues et les étangs résonnent encore du pas des chevaux et des taureaux. Nous sommes dans le pays de la « fe di biou », où des passionnés se consacrent corps et âme à leurs troupeaux. Au printemps, on procède à la prophylaxie des taureaux de façon à prévenir la tuberculose bovine. C’est également la période de la vermifugation des chevaux, procédé qui prévient les maladies gastro-intestinales. Profondément ancrée depuis deux siècles la « fe di biou » est signe d’un attachement profond à un certain mode de vie camarguais où les troupeaux semi-sauvages qui fréquentent les zones humides représentent un exemple unique au monde.

brouilletLo molièr qui’s haseva tot

De Denis Salles et Pascal Lecuyer

Rediffusion du 16 novembre 2014

Claude Brouillet est un « jusqu’au-boutiste ». Cet agriculteur à la retraite s’est passionné pour les moulins et la fabrication du pain. Et comme il ne fait pas les choses à moitié, Claude a acheté et rénové un moulin dans lequel il fait de la farine avec le blé qu’il produit dans ses champs. Ensuite, il vend cette farine, mais en utilise aussi une partie pour faire son propre pain dans son atelier personnel, avec son vrai four de fournier qu’il a lui même construit.

rabanitViralenga : Guy Rabanit

De Myriam François et Laurence Boffet

Rediffusion du 3 mai 2015

Retour en Cévennes pour le fauteuil rouge. Belle rencontre avec Guy Rabanit, patron d’une menuiserie à Génolhac. La découverte d’un métier qui se perd à travers les images et des histoires de scies, de scieurs et d’hommes amoureux de leur métier. Mais ce n’est pas tout, Guy Rabanit a plus d’un tour dans son sac grâce à ses origines nissardes par sa mère qui lui a transmis le chant et la facétie. Les Cévennes se réveillent grâce à des hommes qui ont choisi de rester et travailler au pays.

 


Bande annonce VAP 16 août par france3midipyrenees

 

Revoir l’émission du 26 juillet

Une émission présentée par Benoît Roux 

Emission estivale  : “FAMILHA”

RETRACH : Los Amiel passaires                                                                                                         

La dynastie des Amiel en Hérault débute au XVème siècle quand la seigneurie de Montblanc était aux mains de François Phébus, roi de Navarre. Cet ancêtre qui accompagnait le roi sur ces terres héraultaise a décidé d’y rester. Et depuis, Didier Amiel professeur d’espagnol, sa famille et ses enfants (Jordan et Aymeric) y sont toujours.

Didier a toujours aimé le foot, celui de Johan Cruyff, Platini, Zidane et… de l’équipe d’Occitanie de football. Une sélection qu’il a repris en 2008 et qui dispute des coupes du monde hors FIFA, des championnats d’Europe comme les grands, cet été encore sur l’Ile de Man. Ses enfants jouent au foot. Avec eux, il s’occupe également des 18 hectares de vignes en bio-dynamie. Et dans le foot comme dans la viticulture, les Amiel sont des « passaires », des échangeurs d’histoire, de culture, de langue, de savoir-faire.

Los OCCITANS a LA GUÈRRA : 3 Figuras Jaurès/Barthas/Jouveau                       

La grande figure, c’est Jean Jaurès, « lo nòstre Joanon » comme on l’appelait en terre minière. Jaurès, occitan dans l’âme et dans le cœur, ardent défenseur des langues régionales et, jusqu’au dernier jour, de la paix. Son absence a profondément marqué les esprits durant le conflit.

Louis Barthas était caporal et tonnelier dans le Minervois. Il a côtoyé Jaurès dont il partageait les idées sociales, politiques et une certaine idée du pacifisme. De retour du front, il a écrit ses souvenirs de guerre sur 19 cahiers d’écolier. Ses carnets publiés en 1978, se sont vendus à plus de 100.000 exemplaires. Son petit-fils, Georges Barthas, témoigne du caractère hors du commun de son grand-père. Enfin Marius Jouveau, ami intime de Mistral, co-fondateur d’une école félibréenne dans les tranchées l’Escolo dóu boumbardamen. Il écrivait aussi dans l’Ecò dóu Bousquetoun imprimé et distribué au front. La poésie et le félibrige pour sortir des horreurs de la guerre.

VIRALENGA : La Familha Baccou                                                         

Le fauteuil rouge est allé à la rencontre d’une joyeuse famille : Patrice, Juliette, Naïs.  Ils nous font partager leur joie de vivre et leurs histoires sur un immense terrain de jeu, la campagne des alentours de Maraussan où ils vivent. Une vraie famille occitane qui a trouvé dans l’occitan des racines bien solides et des ailes de géant pour découvrir le monde.