30 Mai

Dàvid Grosclaude : diluns passarem a l’etapa seguenta.

En cauma de la hami dempuèi dimècres de vèspre, Dàvid Grosclaude es en bona santat, totjorn determinat, plan sostengut. Tot lo monde es preste -se l’estat contunha de far la sordanha- tre diluns per anar pus luènh.

Photo facebook

Photo facebook

Dàvid la primièra question, cossí anatz ?

Soi al quatren dia e que va. Sabi plan que va èsser de mai en mai complicat. L’energia va mancar. De deman enlà, un mètge serà ambe ieu per me seguir. Mas me soi preparat dins lo cap. Ai legit de causas sus la question e n’avèm discutit dempuèi un mes ambe ma familha.

 Per de que aquesta mena d’accion e pas una autra ? Es que i a de monde que vos an inspirat ?

Soi un non-violent mas soi pas Gandhi. Ai pas de modèl. Mas auriái pas causit una autra mena de protèsta. Soi un indignat. N’i a pron d’èsser mespresats. Vist los sostens e las reaccions, i a plan monde que pensan aital. Es un signe social e politic : nos sentissèm mespresats.

Vos esperavetz a autant de sostens, d’accions ?

Non. Soi plan susprés. De monde de tot bòrd politic, d’Occitània, d’Espanha, de França… Encara duèi de matin al Conselh Regional d’Aquitània. Lo president Rousset me sosten, se maina de ma santat. De colègas del Conselh Regionau tanben.

Dissabte 30 de mai

Dissabte 30 de mai

2015-05-30 19.08.04

A mai tot aquò, pas cap de responsa del govèrn ?

Dempuèi que soi en cauma, quauqu’un del Ministèri de l’educacion me sonèt, per me dire que las causas s’anavàn destampar. Mas fa un an que me dison aquò ! Lo dorsièr de l’OPLO (Ofici Public per la Lenga Occitana) es plan beroi, trabalhat, complèt, e avem pas de responsa ?! Encontrèri un conselhièr del president Hollande que me diguèt qu’anava transmetre. Aquesta abséncia de responsa es un mesprètz. Lo second mesprètz es rappòrt a las doas assembladas regionalas (Aquitània e Miègjorn-Pirenèus) que votèron a l’unanimitat aquesta creacion de l’OPLO. Representam mai de 6 milions d’estatjants…

Per que l’OPLO siá operacional, cal una simpla signatura de l’Estat ?

Oc-ben ! Cal un arrestat ministerial. Sabem quitament pas de qu’un Ministèri : Educacion ? Cultura ? Interior ?

Cossí se passèt pels autres oficis basc e breton ?

Pel basc, es lo ministèri de l’interior. De Villepin e Sarkozy volguèron reglar l’afar basc.

An finançat tanben l’ofici ? Estant que volguèron pas per l’occitan ?

Gaireben 800 000 euròs per an pel basc. Quand se parlèt de la participacion de l’estat per l’occitan a l’Amassada Nacionala la responsa foguèt negativa. Convenguèrem de lançar l’ofici e de veire de d’aprep se l’estat voliá o pas venir.

E ara, cossí vesètz la seguida ?

Soi estat jornalista. Sabi plan que la mediatisacion se fa sus mai d’un temps. Cal d’elements novèls. Se se desbloca pas, aurem causas d’anonciar diluns. Un recampament se farà sul còp de las 11 oras al Conselh Regionau. N’anam discutir amb lo grop de proches que me sostenon. Anam passar a l’etapa seguenta. Soi pragmatic. Tot se fa pas al medish moment. I a d’etapas. Mas se Paris s’interèssa pas a nosautres aquò va venir.

Entrevista Benaset Roux

Reportatge France 3 Tolosa Bordèu e Carcassona


David Grosclaude par france3midipyrenees

 

28 Mai

Lo teatre del Platanièr

Mardi 2 juin, le « Teatre del Platanièr » montera de nouveau sur la scène de l’Escale de Tournefeuille. Après avoir mis en scène « Lo Tambor de Barà » d’Emile Barthe, la troupe de théâtre amateur occitan propose l’adaptation de deux nouvelles pièces : « Un camping mal campat » (adaptée d’une pièce de Frédéric Cayrou) et « Lo Mètge Reviscolaire » (d’André Boussac). « Nous avons choisi ces deux pièces parce que nous les avons trouvées amusantes et que nous avions le nombre d’acteurs susceptibles de les interpréter, indique Marie-Héléne Weber. Mais nous les avons actualisées, en changeant parfois l’identité de certains personnages et en ajoutant des allusions à des situations contemporaines. Nous espérons que cela donne un autre relief, en tout cas, des clins d’œil à l’actualité. »
 

platanièr

Créé en juin 2013, le Teatre del Platanièr poursuit son petit bonhomme de chemin. La troupe a quelque peu évolué depuis ses débuts avec 3 départs pour 3 arrivées. Cette année, les décors prennent une plus grande importance puisque trois décoratrices ont rejoint l’aventure. Côté ambiance sonore, le musicien Jean-Marc Leclercq a créé des musiques originales et des bruitages pour chaque pièce.

Et la troupe ne compte pas s’arrêter là : « Nous envisageons des pièces plus « sérieuses » pour l’an prochain et sommes déjà dans la lecture et même l’écriture. Nous aimerions que d’autres acteurs nous rejoignent, au moins une femme et un homme. Nous avons besoin de personnes jeunes (pas plus de 30 ans, si possible) mais nous sommes prêts à intégrer tout candidat qui serait intéressé par le théâtre occitan ! » L’invitation est lancée !

Le 3 octobre dernier, une équipe du Jornalet avait assisté à Villefranche-de-Lauragais à une représentation du Teatre del Platanièr qui partageait ce soir-là la scène avec la troupe de la Comèdia Tolzana.

Teatre occitan par france3midipyrenees

Sirine Tijani


Les deux pièces présentées par le Teatre del Platanièr à l’Escale de Tournefeuille le mardi 2 juin:

Un camping mal campat

H.F Cayrou a l’art de faire rire sans cruauté des petites gens qu’il se plaît à placer tendrement dans des situations grotesques.

Les comédiens du Teatre del platanièr se sont amusés à actualiser la pièce de Cayrou, transformant ses personnages, initialement des ruraux naïfs, en grands bourgeois prétentieux mais ruinés : Joan-Audon et Marià-Beneseta sont partis tous deux faire du camping, parce que c’est la mode, que le coach professionnel de Joan-Audon lui conseille de revenir à ses racines profondes, et ce au grand dam de Marià-Benesta, ulcérée de ne pas se trouver avec ses amis dans un endroit plus sélect. Il faut partir, coûte que coûte, à pied, sac à dos, quitte à s’égarer dans un pré où les mauvaises rencontres se multiplient. Les répliques fusent, les personnages attendrissants, provoquent éclats de rire et émotion.

C’est la découverte de la Nature. Rions mais…rions aussi de nous tous, qui nous croyons obligés de partir loin, très loin, pour tous les congés…  rions aussi à nos dépens.

Comédie en un acte.

Mise en scène : Lo Joan-Luc Brunel

Interprétée par :

    Lo Joan-Marc Leclrecq: Lo Joan-Audon

    La Marià-Elena: La Marià-Beneseta

    La Maryse Lacan: un gardacampestre

    L’Amanieu Dubois : un patarin

Décors : Sylvie Corrégé, Brigitte Castex, Michel Labit

Conception d’ensemble : Lucie Saule, Marie-Hélène Weber

Musique: Jean-Marc Leclercq

 

Lo Mètge Reviscolaire

Si tout le monde connaît le curé de Cucugnan qui en connaît le médecin ? André Boussac, dramaturge (1889-1964), met en scène les Cucugnanais auxquels le nouveau docteur du village a promis de ressusciter les morts. C’est un fameux docteur, que ce docteur là ! Enfin, jusqu’alors, personne n’était allé consulter, craignant un homme qui se promène le nez toujours dans un livre. Ou plutôt, sur sa tablette : car les comédiens du Teatre del Platanièr ont modernisé le texte initial pour le rendre contemporain et ajouter des clins d’œil à l’actualité… d’où le titre : « Lo Mètge Reviscolaire ». Qui sera ressuscité ? Comment ? Qui oserait s’y opposer ? Les scènes cocasses se succèdent, dans un flot de gags, de disputes, de rappels des vieilles rancœurs à l’égard de morts qui ne dorment peut-être pas si paisiblement et entraînent les spectateurs dans une danse joyeuse qui n’a rien d’une danse macabre.

Même si l’action se passe dans … un cimetière !

Comédie en un acte.

Mise en scène: Christophe Blanchet

Interpréter par:

    L’Amanieu Dubois: Bernadon, croque-mort et garde-champêtre

    Lo Gui Fonsegrives: Lo Jaquet

    Lo Brice Sanguirgo : Monsieur Lapurga, médecin de Cucugnan

    La Maryse Lacan: La Roseta. La Marià-Elena Weber : La Joaneta

    Lo Joan-Marc Leclercq : personne ressource

Décors : Sylvie Corrégé, Brigite Castex, Michel Labit

Conception d’ensemble : Lucie Saule, Marie-Hélène Weber

Musique : Jean-Marc Leclercq


27 Mai

David Grosclaude en cauma de la fam

Photo facebook

Photo facebook

Depuis cet après-midi, David Grosclaude a entamé une grève de la faim. Le Conseiller régional d’Aquitaine, délégué aux langues régionales, s’est installé dans le hall de l’Hôtel de Région à Bordeaux pour protester contre l’absence de réponse des services de l’Etat concernant la création de l’Office Public de la Langue Occitane, un groupement d’intérêt public chargé de proposer et de mettre en œuvre une politique linguistique en faveur de l’occitan.

Pour pouvoir voir le jour, ce projet, voté par les Assemblées régionales d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, a seulement besoin de la publication d’un décret au Journal Officiel. Une publication qui n’est toujours pas effective alors que le projet a été voté il y a un an, en juin 2014.

Au moment de commencer son action « totalement personnelle », David Grosclaude nous a confié être « serein. Il faut bouger l’Etat, qu’il prenne ses responsabilités. Cela fait des mois, des années que l’on travaille avec les services de la Région, avec les associations, que l’on fait de nombreux et coûteux déplacements… et rien n’avance alors qu’il ne manque qu’un petit décret ! « 

Cette absence de réponse de la part de l’Etat constitue pour David Grosclaude une évidente marque de « mépris », récurrente pour les défenseurs de l’occitan : « Cette condescendance, ce mépris, il est partout, dans l’enseignement, au collège… Il faut constamment se battre pour ne pas perdre ce que l’on a gagné la fois d’avant. »

Mais mépris également pour les Assemblées régionales : « On nous dit qu’il faut rationaliser l’action des collectivités pour qu’elles soient plus efficaces. Là, nous avons deux régions qui ont en commun une langue et qui s’associent pour travailler sur une politique. Il n’est pas acceptable que des projets votés par des élus soient bloqués sans justification. »

 

Photo facebook

Photo facebook

 Sirine Tijani

Voici la lettre envoyée par David Grosclaude  

Que n’i a pro d’estar mespresats !

David Grosclaude, conselhèr regionau d’Aquitània

Caras amigas

Cars amics

Los signes de mesprètz de las parts de l’Estat de cap a la lenga nosta que’s segueishen e que’s multiplican. Dab lo darrèr d’aqueths signes, lo pro qu’ei pro ! Qu’èi decidit de miar ua accion e que demandi lo vòste sostien. Qu’ei ua accion en favor de la dignitat et de la legitimitat deu noste engatjament per la reconeishença de la lenga occitana.

Que m’installi aqueste dia, 27 de mai, a l’Ostau de Region de Bordèu, sièti deu Conselh Regionau d’Aquitània, e que i comenci ua grèva de la hami entà denonciar l’arrefús de l’Estat de dar ua seguida a un projècte votat per las duas assembladas d’Aquitània e de MiègjornPirenèus. Lo vòte que’s hasó a l’unanimitat que harà lèu un an, en junh de 2014 ! Entà estar operacionau, aqueth projècte que necessita la publicacion d’un decret au Jornau Oficiau. Que s’ageish de la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana (OPLO). Que serà un organisme interregionau destinat a promòver ua politica en favor de la lenga occitana.

Que serà virat de faiçon clara de cap au desvolopament de la lenga. Que cau arrestar la baisha deu nombre de locutors e har tot çò qui cau entà qu’aqueth nombre posca créisher. L’accion de l’Ofici Public que serà virada en prioritat de cap a las joenas generacions.

Que las deliberacions de duas assembladas regionaus e sian tractadas dab aqueth mesprètz no’s pòt pas acceptar.

Qu’ei ua faiçon de dar arguments a tots los qui pensan que la politica se resumeish a har promessas shens las tiéner. Que diseràn lavetz se las decisions presas non son pas aplicadas ?

Quan duas regions e prenen la decision de miar ua politica en favor de l’occitan, lenga miaçada de disparicion, l’Estat qu’ei absent mes tanben que hica entravas. Que’s compòrta atau sus d’autes dossièrs pertocant l’occitan ; la lista qu’ei longa. Aqueth blocatge de l’Estat centrau qu’ei permanent quan s’ageish de tractar las questions de las lengas ditas regionaus. Qu’ei lo cas uei lo dia dab la refòrma deu collègi. Quin serà l’ensenhament de l’occitan e en occitan doman ? Lo perilh de’u véder a desaparéisher qu’ei evident.

Qu’estoi sollicitat en 2013 entà participar au tribalh d’ua comission creada per la ministra de la Cultura. Aquera comission qu’a audicionat detzenats de personas e que remetó un rapòrt. Que caló quate mes d’amassadas. Lo rapòrt publicat que hè proposicions concretas e de bon aplicar. Non i a pas avut nada seguida. Qu’ei moneda publica desperdiciada e ua manifestacion mei de mesprètz.

Que tieni a díser que, com elegit delegat, qu’èi tribalhat a aqueth projècte d’Ofici Public de la Lenga Occitana dab lo sostien sancèr de la Region Aquitània, que sia lo president e los servicis, e en ententa sancèra dab lo men collèga de MiègjornPirenèus.

Mentre que lo mandat deus conselhs regionaus ei a s’acabar, que pensi d’aver comptes à rénder. Que hèi cap a las meas responsabilitats d’elegit e cadun que’s dèu acarar a las soas.

Que i a un vertadèr blocatge e deu men punt de vista qu’ei sustot mesprètz. La mea accion qu’a per mira d’entercalhar l’Estat e particularament los sons servicis centraus. Que cau acabar un còp a de bonas dab aqueth mesprètz. Que coneishetz lo men engatjament en favor de la lenga ; que compti dab lo vòste sostien.

Mercés a tots. (www.davidgrosclaude.com)

 

– Qu’est-ce que l’Office Public de la Langue Occitane ? Explications de David Grosclaude :

« Les Régions Aquitaine et Midi-­Pyrénées sont signataires d’une charte inter-régionale de développement de l’occitan depuis plusieurs années. Afin d’aller plus avant dans leur coopération pour gagner en efficacité, elles ont travaillé depuis 2011 à la création d’un Office Public de la Langue Occitane, structure inter-régionale commune de coopération en matière de politique linguistique. La création d’un Groupement d’Intérêt Public Office Public de la Langue Occitane a été soumise au vote des Assemblées régionales des Régions Aquitaine, Midi ­Pyrénées fin juin 2014. Le vote a été unanime dans les deux assemblées. Ce GIP est ouvert à la participation d’autres régions concernées par la langue occitane qui souhaiteraient y participer et nous avons sollicité la participation de l’État mais celui-­ci n’a pas souhaité y participer pour le moment. Nous avons donc décidé de démarrer sans lui, en attendant qu’il change éventuellement d’avis considérant qu’il a aussi une responsabilité en matière de langues régionales. L’Office Public de la Langue Occitane aura pour mission de définir et mettre en oeuvre une politique linguistique commune à l’échelle inter-régionale, en mutualisant les moyens de ses membres. Il mènera des missions en propre et conventionnera avec des opérateurs associatifs. L’OPLO interviendra dans les domaines de la transmission et de l’usage de l’occitan. En matière d’enseignement de l’occitan, les Régions souhaitent renforcer la concertation et la coopération avec le Ministère de l’Education nationale. Il serait ainsi possible de traiter plus efficacement de questions interrégionales telles la formation des enseignants, le matériel pédagogique ou l’information des familles. Les services de l’État sont en possession de tous les documents nécessaires à la création officielle du GIP OPLO depuis le mois d’aout 2014. Nous avions proposé à l’État de faire partie de l’OPLO comme cela est le cas pour l’Office Public de la Langue Basque. Il n’a pas souhaité y entrer ».

25 Mai

Cocanha : Un triò de tria

11209428_1597473303863094_6665400033230183308_nSon 3 femnas que se son encontradas a Tolosa, al país de Cocanha. Doas son ligadas al collectiu Detz (Lila Fraysse e Carolina Dufau), es aquí que se son encontradas e qu’an començat de cantar. La darrèira venguda (Lolita Delmonteil-Ayral) una autra Gascona de nòrd qu’es ligada al collectiu de Guilhèm Lopez : lo CAMOM. Se son lançadas i a pas plan temps dins la canta polifonica, sens pretencion, ambe de frescum e per far dansar. Sonque per se far plaser e n’en donar. Las voses e los adobaments son plens d’originalitat amai los tròçes foguèssen coneguts. De timbres diferents, quauquas percussions e la salsa pren e las cambas començan de prusar.

En pauc de temps, an fat un pauc de camin. Las datas començan de  sortir e un primièr disc de Cocanha ambe 5 titols ven d’espelir. L’estrena se faguèt dimècres passat a la Tuta d’òc de Tolosa.


Cocanha sort son premier disque par france3midipyrenees

Lo 18 d’abrial metèron lo fuòc al primtemps de l’Arribèra que la Caroliona Dufau n’es l’organisatritz. Viure al País i èra per una tema dedicada al BAL que vos presentarem aqueste dimenge 31 de mai.


Cocanha au Primtemps de l’arribèra par france3midipyrenees

 

Lo 21 d’abrial se ganhèron lo prèmi del public al Bijou de Tolosa dins l’encastre d’ « Osons » ont los artistas venon presentar lo lor trabalh.

Lo 13 de març, èran a la Maison Blanche de Tolosa. Normal donc qu’aguèssen fach dansar la Miquèla Obama dins aqueste vidèo plan originala. Las cal donc pas mancar. Tre dissabte 30 de mai « Chez ta mère » a Tolosa. Seran tanben al Festival Occitània de Tolosa.

Lo Benaset

Calandreta episòdis 5 e 6

Contunham la nòstra seguida del fulheton calandreta de Pech Mary de Carcassona.

Dins l’episòdi 5 escampilhat lo 10 de mai dins Viure al País, èra temps de carnaval per calandreta. De vestits de tria, un jujament plan escrich, un passa-carrièra plan menat, los calandrons causiguèron per tèma lo carnaval tradicional. La resulta ne val la pena.

Reportatge : S. Tijani D. Hémardinquer P. Barguisseau P. Marty E. Ducau A.L. Tuaillon M.P. Fournié


VAP CALANDRETA EPISODI 5 par france3midipyrenees

L’episòdi 6 ven tot juste de passar dins lo Jornalet. Per la jornada de la natura, los calandrons son en plena descobèrtas.

Reportatge : S. Tijani D. Hémardinquer F. Flies M. Delaunay F. Ratel M.P. Fournié


CALANDRETA EPISODI 6 par france3midipyrenees

La calandreta festejarà los 20 ans lo 28 de junh. Podètz tornar trobar sas activitas sus lo lor siti.

23 Mai

Mauresca canta pels pichons a Rio Loco

Lo festenal tolosan Rio Loco se debanarà del 17 al 21 de junh mas dempuèi la debuta de l’annada, la Valisa Rio Loco inícia los mai joves al festenal e ajuda las estructuras socioeducativas mondinas dins lors projèctes sul tèma « De Garona a Rio loco, 20 ans de festenal », un festenal que conten ongan 4 tèmas bèls : Euròpa, America, Africa e Occitània.

Aquesta setmana, una etapa de la Valisa foguèt dedicada a l’occitan amb una serada Ragga d’Òc Party mas tanben tres jornadas organizadas cap als mainatges. Sus 3 jorns, mai de 1000 pichons poguèron assistir a un concèrt vertadièr del grop Mauresca. Una còla del Jornalet i èra.


Rio Loco par france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Franck Flies. Montatge de Martine Delaunay

Sirine Tijani

21 Mai

Rio Loco met l’occitan dans ses valises

Pour fêter ses 20 ans, le festival Rio Loco revient aux sources en invitant l’Occitanie. Du 17 au 21 juin, des artistes du monde entier seront à la Prairie des Filtres de Toulouse. Mais le 20 juin, les spectateurs pourront écouter Massilia, Dupain, Forabandit, Lo Còr de la Plana, Artús, Guilhèm Lopez…

Et dès ce soir Mauresca, Pytheas et DJ Brun seront au Metronum à Toulouse. Nous avons demandé au directeur Hervé Bordier de nous en parler.

Herve¦ü Bordier Photos P.Nin21/ Rio loco 2015 fait la part belle à l’Occitanie, pourquoi avoir choisi de consacrer cette place à la culture et la langue occitane cette année dans votre programmation? S’agit-il d’un choix personnel ou d’une volonté « politique » d’intégrer l’occitan cette année?

Le choix de l’Occitanie autour du 4ème thème (avec l’Europe, l’Amérique et l’Afrique) est apparu comme une évidence pour moi. En plus pour l’anniversaire, c’était normal d’y faire revenir le seul groupe oc programmé en 95 : Massilia. Je pense qu’on a un peu raté un truc en 2012 avec le Brésil où il y avait pourtant des liens avec l’Occitanie. C’était donc une évolution naturelle, une évidence d’avoir l’Occitanie pour clôturer l’édition 2015.

2/ L’Occitanie aujourd’hui, cela représente quoi pour vous ?

L’Occitanie, à la différence de la Bretagne qui a su prendre un virage artistique dans les années 70, a encore beaucoup de portes à ouvrir. L’Occitanie pour moi, c’est être présent, c’est monter une marche, donner d’autres rencontres encore. En étant le plus humble possible, sans se prétendre être spécialiste, c’est montrer ce qu’elle est tout simplement aujourd’hui. Le 21 au soir, quand le festival sera terminé nous verrons si les toulousains se seront appropriés cette histoire !

Pour le moment, les préventes de billets qui marchent le plus sont pour la soirée du jeudi avec Goran Bregovic et pour le samedi… avec Massilia et tous les autres artistes occitans.

3/ Le plateau du samedi soir est … juste exceptionnel. Aucun autre festival n’a réussi à regrouper autant de qualité artistique sur scène en une soirée. Qu’est ce qui a guidé vos choix dans la programmation occitane du samedi 20 ?

Pour l’équilibre artistique on essaie de travailler sur plusieurs pistes :

-Il y a presque un coté patrimoine avec Massilia qui revient (eux fêtent quand même leurs 30 ans),

-Il s’agit de donner ensuite un nouveau regard à ce que l’on peut appeler la tradition avec le Còr de la Plana. Le travail de Manu Théron est vraiment exceptionnel. Alors c’est vrai qu’ensuite c’est une Occitanie très marseillaise avec Dupain qui est là aussi mais c’est l’histoire qui veut ça. On aura quand même un côté très contemporain avec les Artús et un vrai regard croisé sur l’Occitanie et la Méditerranée avec Guillaume Lopez.

Mauresca®T.Biarneix

Mauresca®T.Biarneix

4/ Au-delà de la programmation sur scène le samedi, de nombreux autre événements sont organisés autour de l’Occitanie, comment avez-vous conçu l’ensemble de l’offre artistique occitane? Dans quel but? Y aura-t-il une suite?

Il s’agit d’amener un échange pour ceux qui ne connaissent pas l’Occitanie. Rio Loco c’est connaître le monde et aussi connaître ce qui est là, devant la porte. C’est pas un festival de spécialiste mais il faut aussi que les Occitans s’y retrouvent dans la programmation. Au même titre que d’autres communautés toulousaines, qu’elles soient portugaises, guadeloupéennes… se sont déjà retrouvées dans d’autres éditions.

On cherche aussi à ce que ce soit les gamins qui transmettent à leurs parents ce qu’ils ont appris de l’Occitanie. Tout le boulot qu’on mène avec la valise Rio Loco « Occitània, une terre sans frontières » sert à cela.

Entrevista : Clément Alet

 

19 Mai

« Le milieu occitan actuel est en crise », Marcha! se quilha

logo-marcha

C’est un peu comme un pavé jeté avec force dans l’eau saumâtre de la marre occitane. Un peu de poil à gratter sur les têtes bien pensantes de l’occitanisme « officiel ». Une remise en cause fondamentale après 10 ans de mobilisation pour les Occitans.

Alors que seuls l’Intitut d’Estudis Occitans et Calandreta ont appelé à manifester à Montpellier le 24 octobre prochain, une plateforme de la « société civile occitane » baptisée « Marcha! » vient critiquer, de fond en comble, le principe de cette 5ème mobilisation. Officiellement créée il y a tout juste quelques jours, « Marcha ! » est aujourd’hui visible, uniquement sur internet. Un des membres de la plateforme a accepté de répondre à nos questions.

– D’où est venue l’idée de créer « Marcha! » ? Quelle est la raison principale de son existence ? C’est assez simple. Cela fait un bon moment que nous nous posons des questions sur « l’occitanisme officiel ». On ne se reconnait pas dans sa façon de fonctionner, communiquer etc. Parce que nous ne voulons pas rester dans la critique et participer à l’évolution nécessaire du mouvement, nous avons décidé de lancer « Marcha ! », de toute façon nous n’avons rien à perdre. Le texte fondateur de « Marcha ! » est le fruit de semaines, de mois, d’années de discussions et de préoccupations entre occitanistes, jeunes pour la grande part. La raison principale de « Marcha ! » est donc d’initier le rassemblement de tous ceux qui veulent militer pour la langue et la culture occitanes, cela dans un cadre plus démocratique, plus participatif où chaque voix compte.

– Pourquoi rester pour le moment dans l’anonymat et fonctionner sans responsable désigné ? C’est une des premières questions qui s’est posée et c’est révélateur. Nous nous en expliquons sur notre blog. Nous ne voulons pas personnaliser le mouvement car l’occitanisme crève de ça, justement, depuis des années. Nous voulons que les gens jugent nos écrits pour ce qu’ils sont et pas selon l’auteur. C’est très important, surtout dans le milieu occitan car nous nous connaissons tous et chacun a un à priori sur l’autre. Cela ne veut pas dire que nous n’assumons pas ce que l’on dit ou fait. Mais nous ne voulons pas être résumés à 2 ou 3 noms. Si nous avons la possibilité de nous rassembler cet été, par exemple à l’Estivada, nous espérons donner l’image d’un mouvement pluriel. Nous voulons sortir d’un fonctionnement flou et personnalisé pour initier une réflexion positive et des propositions collectives qui représentent les besoins de la société civile occitane.

<p>©jacme31 </p>

Manifestation occitane du 31 mars 2012 à Toulouse

– Quels reproches faites-vous aux organisateurs de la manifestation du 24 octobre ? Tout d’abord il faut préciser que ce n’est pas nouveau. Comme cela est précisé dans notre « crida », cela fait 10 ans que nous clamons notre désaccord. Jusqu’à présent nous n’avons jamais eu le sentiment d’être entendus. Il faut aussi constater qu’ « Anèm Oc » a implosé et qu’il n’y a seulement que deux directions nationales d’associations qui organisent l’événement. Comment peuvent-ils se prétendre représentatifs du milieu occitan dans ce cas ? Nous déplorons aussi le fait qu’aucun bilan des manifestations n’ait jamais été fait. Pour nous, tout cela n’a rien apporté. Cela n’a pas amélioré la situation de l’occitan qui est toujours à l’agonie. D’autres types d’actions sont possibles, mais elles n’ont jamais été envisagées. Une grande manif c’est bien pour donner de l’enthousiasme à des militants mais c’est à peu près tout. Et même si nous sommes 30.000 en Languedoc, qu’est-ce que cela va changer ? On pose la question. On est là dans une course au nombre de manifestants, qui selon nous, n’est pas la priorité principale pour le développement des idées occitanes.

– Qu’est-ce qui vous pose problème dans le fait de choisir Montpellier comme ville d’accueil de la manifestation du 24 octobre ? 5 manif unitaires pour l’occitan, 5 fois en Languedoc. Les Occitans seraient-ils autant Français que ça dans leurs têtes pour reproduire le schéma centraliste de l’Etat jacobin? Nous n’acceptons pas l’argument de la distance. Pour des gens motivés, il n’est pas impossible de faire quelques kilomètres supplémentaires pour se retrouver dans des régions qui en ont plus besoin. La reconnaissance de l’occitan à Montpellier, comparé au reste de l’Occitanie est très bonne. On ne peut pas en dire autant de la Provence, du Limousin, de l’Auvergne ou du nord de la Gascogne. Une grande manif à Marseille, Bordeaux, Limoges pourrait avoir un écho local un peu plus utile. On le dit depuis 10 ans mais ça n’a jamais été pris en compte. De plus, en concentrant seulement les manifestations en Languedoc, on renforce la fausse image que l’Occitanie signifie Languedoc, et ainsi on conforte les ennemis de l’occitan qui considèrent que nous sommes tous sous hégémonie languedocienne.

– Marcha se dresse contre la manif du 24 octobre, et souhaite aller au-delà en bâtissant un militantisme en dehors des structures existantes : Calandreta, IEO, Oc-Bi, FELCO, Partit Occitan… ? La critique de la manif de Montpellier est seulement l’occasion de lancer cette initiative mais ce n’est pas la finalité, au contraire. Le problème ne s’arrête pas à l’organisation de l’événement. Le milieu occitan actuel est en crise, il est très divisé. Il y a aussi un fossé entre les jeunes occitanistes et ceux qui représentent l’occitanisme officiel. Il ne s’agit pas d’imposer notre chemin comme le seul et véritable mais de faire entendre une autre voix, une voix capable de redynamiser l’occitanisme, de proposer des pistes de réflexions et de bâtir des revendications communes. L’idée n’est en rien d’empêcher qui que ce soit d’aller manifester le 24 octobre mais juste de proposer des éléments de réflexion pour ceux qui y vont. Qu’ils y aillent en toute conscience et lucidité.

– Pourquoi avoir choisi le nom de « Marcha ! » ? C’est tout simplement l’idée d’avancer. Comme nous le disons en conclusion de notre appel :  les choses changent, et avec elles nous changerons. « Marcha ! » c’est aussi ce qui se dit populairement en fin de discussion quand on tombe d’accord. Il y a également une référence culturelle un peu plus lointaine, au disque du « Còr de la Plana » qui parlait beaucoup de politique, d’hier et aujourd’hui, souvent vue par des « gents », les « laissés pour compte ». C’est ce que nous appelons : « la société civile occitane ».

Clément ALET

16 Mai

L’occitan à l’école publique : une histoire qui dure depuis 40 ans à Saint-Affrique

 

Nous sommes en 1971 et un certain Monsieur Teulier, professeur d’espagnol au lycée de Saint-Affrique met en place les premiers enseignements en occitan au sein de l’établissement. Dès l’année suivante, deux professeurs de lettres, Yves Couderc et Michel Vidal suivent leur collègue et à l’image du reste de l’Académie de Toulouse, l’enseignement de l’occitan s’envole alors dans les lycées. 500 élèves présentent l’occitan au bac à la fin des années 70, ils sont près de 3500 dix ans plus tard.

C’est justement à la fin des années 80 que Saint-Affrique va une nouvelle fois se distinguer. Sous l’impulsion de Lionel Jospin, largement sensibilisé à l’occitan par André Lagarde, le cadre réglementaire évolue et pour la première fois en France, l’Ecole publique décide d’ouvrir des sections bi-lingues français-occitan à parité horaire. En septembre 1989, l’école Rochegude d’Albi et la maternelle Blanchard-Caussat de Saint-Affrique ouvrent la voie.

26 ans plus tard, l’école primaire de Saint-Affrique compte 173 enfants en section bilingue et des centaines d’autres ont profité de cet enseignement depuis 1989. Certains d’entre eux ont même été à l’origine de l’ouverture des sections bi-lingues au Collège en 1993. En 2010, près de 2200 élèves suivaient un enseignement bilingue en occitan dans l’Académie de Toulouse.

Mais si Saint-Affrique a ainsi pu contribuer à la « respelida » de la langue occitane à l’école publique c’est avant tout grâce à des hommes, des femmes, des parents, des militants, inconnus pour certains, qui se sont battus dès les années 70. C’est pour rendre hommage à tous ces différents acteurs de l’ombre que l’association « Cap l’Oc » a décidé de monter l’exposition « 40 ans d’occitan autour de l’école à St-Affrique ». Une rétrospective pertinente, basée sur une expérience locale réussie et qui s’inscrit dans une évolution permanente du cadre national réglementaire concernant l’enseignement des langues régionales en France, de la maternelle à l’université. Ni plus ni moins que l’histoire d’une langue occitane balancée entre légalité et légitimité au sein de l’Ecole publique.

Clément ALET

Retrouvez ci-dessous en vidéo le reportage que nous avons consacré à cette exposition diffusé dans l’Edition Occitane de ce samedi 16 mai. Juste en suivant, quelques pépites d’archives retrouvées dans les tiroirs de France 3 et du magazine occitan Viure al País concernant le site bilingue de Saint-Affrique.
40 ans d’occitan autour de l’école à St-Affrique par france3midipyrenees

Ci-dessous, le premier reportage réalisé par une équipe de France 3, Yves Garric et Patrick Isaac sur l’ouverture de la section bilingue à la maternelle Blanchard-Caussat, diffusé le 13 octobre 1989.
Ouverture Section bilingue occitan St-Affrique par france3midipyrenees

Enfin, voici un magazine signé Benoit Roux et Richard Bohan diffusé le 27 décembre 1998 dans Viure al País, 10 ans après l’ouverture de la classe bi-lingue de Saint-Affrique, au moment où les premiers élèves de la section sont arrivés au collège.
« Prenetz lo camin » – 10 ans d’enseignement… par france3midipyrenees

 

 

15 Mai

Escambis per far virar la lenga dins Òlt

Estève Clerc quita pas de córrer. Coma professor d’occitan dins 4 establiments del secondari dins Òlt, coma animador de ràdio, fargaire de la calandreta l’Esquiròl de Sent Seren, per donar de corses pels ainats, president de l’associacion Aquí l’Òc, sens oblidar paire de doas calandronas A tanben participat a la campanada al parat de las eleccions despartamentalas. Se i a ben quauqu’un que se pòt qualificar de militant, es ben el !

Estève Clerc. Fòto : La Dépêche

Estève Clerc. Fòto : La Dépêche

Tanlèu lançada la calandreta fa 4 ans, a metut en plaça Aquí l’Òc en 2013 una associacion per promòure lo desvolopament de la lenga e de la cultura occitanas dins lo nòrd d’Òlt e sosténer la Calandreta l’Esquiròl. E a calgut se bolegar, vendre libres e CD dins las manifestacions occitanas, organizar seradas de sosten… A cercat totes los que fan causas per la lenga, que la sabon virar. De tot aquò es nascut Escambis, un festenal per metre en abant tot aquel monde e lor far véser que son pas solets. Alèra per aquesta manifestacion, tot lo monde es mobilizat : calandreta, las classas publicas, los corses pels ainats, escrivans locals, artistas. Amb una locomotiva per tirar lo trin d’associacions. L’an passat èra Castanha é Vinovèl, per aquesta segonda edicion mai ambiciosa, i aurà Brotto Lopez lo 23, En Gaouach lo dimenge 24 e los Peiregordins Mena Bruch tre lo divendres 22 amb una jornada dedicada als escolaris.


escambis par france3midipyrenees Reportage B. Roux E. Foissac P. Level M. Delaunay

Lo festenal se debanarà los 22, 23 e 24 de mai sus doas comunas : Sent Seren e Sent Joan de la Ginèsta juste a costat. Li se poidrà discutar ambe los escrivans Sèrgi Gairal e Sèrgi Hirondelle, rire ambe Trabol, fintar de cinema ambe « Lenga d’amor » del Patric Lavaud e ausir un centenat d’escolans dins la lenga. Un festenal dubèrt e convivial de mancar pas. Avèm seguit Estève dins los preparatius darrièrs e a far de reclama sus Decibel Fm, convidat sus CFM aquesta setmana e d’autres medias pel festenal escambis.